2019 – La transformation urbaine de Gaziosmanpaşa

Réalisation : Agathe Fautras, janvier 2018.
Photos : archives de l’IFEA.

Propos

Pour l’année 2018-2019, l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) organise un cycle d’excursions urbaines autour de la transformation urbaine de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa.

La « transformation urbaine » (kentsel dönüşüm), définie en Turquie comme « la régénération, la protection et le renouvellement des biens immobiliers » par la loi n°5366 de 2005, a été facilitée par un ensemble de réformes mises en place depuis 2004, peu après l’arrivée au pouvoir de l’AKP. Ces réformes touchent d’une part l’action foncière, principalement à travers la concentration du pouvoir foncier au sein du Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme (Çevre ve Şehircilik Bakanlığı) et de l’Administration du logement social TOKİ (Toplu Konut İdaresi) détenant depuis 2004 64,5 millions d’hectares de terrain appartenant au Trésor public (hazine). D’autre part, dans un contexte de pression foncière, ces réformes visent à reprendre la main sur les terrains publics occupés illégalement, en instaurant la criminalisation des zones de gecekondu (Ark, 2015). Marquant un tournant libéral dans la gestion de la ressource foncière, la politique de transformation urbaine a entraîné la rénovation de quartiers entiers, qu’ils soient informels – composés de gecekondus– ou de quartiers historiques légaux mais insalubres, impliquant des expulsions de populations précaires (migrants sans papier) et/ou des minorités ethniques (Erdi Lelandais, 2017), notamment à Istanbul.

Néanmoins, l’entrée en vigueur de la loi n°6306 en 2012, dite la « loi du désastre » (afet yasası) marque une nouvelle phase dans l’urbanisation. Celle-ci permet désormais l’application d’une politique de transformation urbaine dans des zones soumises à des risques de catastrophe, dont le risque sismique. Si ce risque est bien réel, de nombreux chercheurs ont pointé un « prétexte » dans l’argumentaire des pouvoirs publics pour justifier le renouvellement du parc immobilier à grande échelle (Morvan, 2013), source de rente foncière. C’est particulièrement le cas à Istanbul, où les autorités publiques cherchent à promouvoir la métropole sur le marché international de l’immobilier résidentiel et commercial (Pérouse, 2013). Cette loi permet en effet la qualification de « structures à risques » mais surtout de « zones à risques », impliquant la destruction de la totalité desdites zones. La « loi du désastre » durcit l’action des pouvoirs publics face aux quartiers dégradés (Durmaz, 2015) et favorise un urbanisme de projet centralisé et principalement dicté par TOKI et le Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme. 

L’arrondissement de Gaziosmanpaşa, créé en 1963, a connu une forte croissance démographique et urbaine à partir des années 1950, alimentée par des populations migrantes des Balkans puis par l’arrivée de nationaux venus des zones rurales. L’installation rapide et non planifiée de ces populations ont entraîné la construction d’habitations informelles, sans infrastructures. En ce sens, l’arrondissement de Gaziosmanpaşa est visé par de nombreux projets de transformation urbaine, justifiés par la « nécessité de veiller à ce que les bâtiments à risque soient renouvelés le plus vite possible », par la lutte contre le « développement excessif de zones résidentielles insalubres » et « sans titre de propriété » et par l’importance de « répondre aux besoins de la population », notamment en termes d’infrastructures publics (Municipalité de Gaziosmanpaşa, 2018). Ce sont donc à la fois les lois sur l’habitat informel et sur le risque sismique qui sont mobilisées pour légitimer la transformation urbaine de l’arrondissement. Les projets s’étalent sur près de 37% de son territoire, et concernent 13 quartiers et 18 zones à différents degrés de risque (Municipalité de Gaziosmanpaşa, 2018). Ils devraient être achevés dans cinq ans : plus de 3000 habitations sont déjà terminées et près de 4500 restent à construire (Mısırlı, 2018).

           Ces projets urbains font néanmoins l’objet de contestations. En effet, même si les acteurs publics installent dans chaque quartier visé par la transformation urbaine un bureau de renseignement pour engager des négociations foncières à l’amiable (et limiter les expropriations), le projet ne fait l’objet d’aucune consultation. De plus, ces projets reposent sur des analyses très limitées des conditions physiques, économiques et sociales des zones visées. Si le risque sismique est reconnu, les habitants, notamment par l’intermédiaire d’associations, critiquent l’absence de participation citoyenne dans les processus décisionnels et le recours systématique à la destruction (Durmaz, 2015). Par ailleurs, les conditions dans lesquelles s’effectuent les projets urbains conduisent à des expulsions forcées ou à des déplacements temporaires puis permanents, du fait des ressources financières limitées des habitants et/ou de l’absence de titres de propriété en bonne et due forme (Gökşin & al, 2016 ; Durmaz, 2017).

Objectifs

Dans ce contexte, ce cycle d’excursions urbaines 2019 vise à rendre compte des mutations en cours de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa et de mettre en lumière leurs mécanismes : d’une part, en observant les dynamiques d’aménagement urbain et leurs conséquences paysagères et morphologiques sur le tissu urbain, ainsi que les conséquences économiques, sociales et culturelles sur les populations concernées ; d’autre part, en questionnant les leviers d’action et les stratégies des acteurs qui portent les projets de transformation urbaine – pouvoirs publics, promoteurs, professionnels de l’urbanisme – et les différentes résistances mises en places par les habitants.

Les excursions urbaines ont également pour objectif d’alimenter les archives de l’Observatoire Urbain d’Istanbul. En ce sens, chaque visite fera l’objet d’un compte rendu écrit sur le blog de l’OUI, agrémenté par des supports photographiques qui viendront enrichir les archives visuelles de l’IFEA.

Méthodologie

Nous nous concentrerons sur cinq quartiers : Sarigöl Mahallesi, Mevlana Mahallesi, Fevzi Çakmak Mahallesi, KarayollarıMahallesi et Pazariçi Mahallesi. Ceux-ci sont en effet tous concernés par la transformation urbaine et disposent chacun d’une officine d’information (kentsel donüşüm ofisi), qui a pour objectif d’informer les citoyens sur la transformation urbaine. Nous effectuerons enfin une dernière excursion dans le quartier de Sultangazi, détaché récemment de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa.

  1. Janvier :Sarigöl
  2. Février :Mevlana
  3. Mars : Fevzi Çakmak
  4. Avril : Karayolları
  5. Mai : Pazariçi
  6. Juin : Sultangazi

Bibliographie

Sources manuscrites :

  • ARK, Ceren (2015). Transformation urbaine et réseaux clientélistes: le quartier de Şahintepe à Istanbul. Science politique. Thèse de Science Politique, Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, Français. 
  • DURMAZ, Nihal (2015), « Transformation urbaine par la loi ‘’désastre’’ et réactions habitantes à Tozkoparan et Sarıgöl (Istanbul) », Les Cahiers d’EMAM, n°27 [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/emam/1170
  • DURMAZ, Nihal (2017), « Prévention des risques par la maîtrise de l’urbanisation », Revue des sciences sociales, n°57 [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/revss/369
  • GÖKŞIN, Ayşe Zeynep, YAZICIYasemin Erkan & Evrim TÖRE(2016), “The Origins, Processes and Emerging Outcomes of Neighbourhood Redevelopment in Gaziosmanpaşa, Istanbul”, Athens Journal of Mediterranean Studies, Vol. 2, Issue 1, pp. 45-70.
  • ERDI LELANDAIS, Gülçin (2017), « L’urbanisation néolibérale et conservatrice au prisme de l’autoritarisme en Turquie », Mouvements,Vol. 2, n° 90, pp. 54-6.
  • MORVAN, Yoann (2013), « L’aménagement du grand Istanbul : entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore », Hérodote, n° 148, pp. 197-210. 
  • PÉROUSE, Jean-François (2013), « Le parc de Gezi : dessous d’une transformation très politique », Métropolitiques, 24 juin [En ligne]. URL : https://www.metropolitiques.eu/Le-parc-Gezi-dessous-d-une.html
  • Site internet et articles de presse :
  • Municipalité de Gaziosmanpaşa. (2018), « Gaziosmanpasa Belediyesi, Kentsel Dönüsüm ». En ligne. URL : https://www.gaziosmanpasa.bel.tr/index.php?goster=Kentsel-Detay
  • MISIRLI, Hilal (2018), “Gaziosmanpaşa kentsel dönüşüm ofisi!”. En ligne. URL : https://www.emlaksayfasi.com.tr/istanbul-kentsel-donusum-projeleri/gaziosmanpasa-kentsel-donusum-ofisi-h56594.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.