Le processus de patrimonialisation à Diyarbakır (Moments, acteurs, valeurs)

Cite this article as: Mehmet Tayfur, "Le processus de patrimonialisation à Diyarbakır (Moments, acteurs, valeurs)," in Observatoire Urbain d'Istanbul, 05/03/2019, https://oui.hypotheses.org/4862.

Introduction

Diyarbakır et son paysage, qui ont été construits sur un plateau rocheux dans la zone du haut bassin du Tigre, connue comme la région du croissant fertile, ont été un centre important depuis la période romaine, sassanide, byzantine, islamique et ottomane. Les zones patrimoniales, la zone connue comme İçkale (la citadelle) et le tumulus d’Amida (Amida höyük) s’y trouvant, englobent la muraille de Diyarbakır, avec ses tours et portes, d’une longueur de 5,8 km et sur laquelle se trouvent 63 inscriptions1. Diyarbakır rassemble des murs, des bâtiments monumentaux et des maisons traditionnelles, elle a une histoire de plusieurs milliers d’années. Les murailles de Diyarbakır portent les traces de nombreuses civilisations. Chaque civilisation vivant dans la région accordait une grande importance aux murs et aux monuments historiques de la vieille ville et y effectuaient des réparations2. La ville a été construite à des fins défensives. Cependant, lorsque sa fonction d’origine s’est perdue, un processus de détérioration s’est accéléré et les travaux de protection se sont trouvés insuffisants3. Depuis la fondation de la République turque, la ville historique a traversé différents processus dans le contexte du patrimoine. En ce sens plusieurs acteurs sont entrés en jeu et divers approches ont ainsi été exposées. Cela a eu au cours du temps différentes réflexions en termes de patrimoine sur la ville historique.

Quels sont éléments permettant de comprendre qu’une ville de plusieurs milliers d’années d’histoire, ayant accueilli des dizaines de civilisations, n’ait pas été évaluée sous l’angle du patrimoine de manière adéquate ? C’est une question qui mérite d’être étudiée. Sous-jacente à cette interrogation, la question de la complémentarité et de la divergence des actions patrimoniales entre les différents acteurs institutionnels turcs est soulevée ? Dans quelle mesure le processus de patrimonialisation à Diyarbakır est cohérent avec ces politiques patrimoniales ? Comment les politiques patrimoniales des différents acteurs s’influencent-elles, convergent- elles, s’opposent-elles et divergent-elles4 ?

Nous pouvons aussi poser cette question : quelles sont les motivations des acteurs nationaux et locaux dans le choix de mise en valeur du patrimoine de la vieille ville –Sur (Sur est le centre historique de Diyarbakır) de Diyarbakır ?

Dans ce contexte, j’ai traité le sujet du « processus de patrimonialisation à Diyarbakır », des différents objectifs selon les acteurs, les périodes, et les valeurs de la manière suivante : J’ai structuré mon mémoire selon trois périodes (donc en trois parties) : dans la première partie (1930-2000), j’ai essayé de comprendre le mouvement de modernisation et ses conséquences sur la vieille ville en termes de patrimoine. Dans la partie suivante (2000-2015), J’ai traité de la mise en valeur et de la gestion du patrimoine de la vieille ville de Diyarbakır par différents acteurs, à partir de 2000. Dans la troisième partie (2015-2017), j’ai examiné la situation de la vieille ville après les conflits et l’arrivée de l’administrateur attribué par l’État (après suspension des maires du parti pro-kurde).

Le mouvement de modernisation et ses conséquences sur la vieille ville en termes de patrimoine

Dans les années 1900, les mouvements de modernisation en Turquie, expérimentés aussi à Diyarbakır, ont influencé le tissu urbain et les murs qui l’entourent5. Au début, la fondation de la République de Turquie a apporté un certain nombre de changements économiques, sociaux, politiques et culturels. Les années 1930 constituent une période de rupture pour la vieille ville de Diyarbakır. Une section des murailles est détruite par une directive du Gouverneur de l’époque sous prétexte qu’elles empêchaient la circulation de l’air6. L’architecte, archéologue français Albert Gabriel réagit contre cette décision, il envoie des lettres au ministère de l’Éducation nationale et réussi finalement à empêcher les destructions7. Dans sa lettre, il écrit :

Les murailles de Diyarbakır ont une l’importance extraordinaire en termes d’histoire et d’archéologie. Ce n’est pas seulement la subtilité technique et l’artisanat qui se manifestent dans la construction des murs mais aussi les inscriptions sur les murs des remparts et l’extraordinaire richesse de leurs figures. Les autorités locales ont décidé de détruire les murs de la ville à l’aide de dynamite en raison du fait que ces murs ont empêché la circulation de l’air. Je ne pense pas que cela soit justifié car il existe un espace libre pour circulation de l’air entre les murs et les maisons. Il y a des solutions sans détruire les murs.

Enfin, grâce à Albert Gabriel, les murs sont sauvés de la destruction. Nous observons que l’action d’Albert Gabriel est une prise de conscience patrimoniale intervenant lorsque s’annonce la menace d’une destruction des murailles de Diyarbakır8. La ville a pu protéger sa texture urbaine jusque dans les années 1950.

Dans les années suivantes certaines lois sur la protection de la ville historique ont été promulguées. Les années 1990, marquent un point de rupture pour la vieille ville (Sur) car elle a été confrontée à une forte vague d’immigration et à une urbanisation non planifiée aux alentours des sites historiques. Malgré toutes les lois et les plans pour la protection de la vieille ville, la détérioration de la ville historique n’a pu être évitée. Par conséquence, la ville est entrée dans un mauvais état. A partir des années 1960, en dépit de l’adhésion de la Turquie aux organisations internationales relatives à la protection du patrimoine (La convention de La Haye de 1954, la Convention Culturelle Européenne, la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel….) celles-ci n’ont pas eu de contribution visible dans la vieille ville.

2.  La mise en valeur et la gestion du patrimoine par différents acteurs à partir de 2000

Dans la première partie de notre étude nous observons qu’il n’y a pas d’action patrimoniale intense et diversifiée dans la vieille ville de Diyarbakır avant les années 2000.

À partir des années 2000, l’intérêt pour la conservation du patrimoine s’est accentué dans la ville historique, ce qui a réactivé la vie socio-économique et culturelle. Les municipalités, les institutions publiques, les ONG et les entrepreneurs privés ont investi dans la restauration et la valorisation des monuments historiques. Cette émergence coïncide avec certains événements importants au début les années 2000. L’émergence d’une représentation politique en termes de gouvernance locale par le mouvement politique kurde – l’arrivée au pouvoir local de DEHAP (Parti démocratique du peuple – le parti pro-kurde) à partir 1999, l’arrivée au pouvoir central du Parti de la justice et du développement (en turc : Adalet ve kalkınma partisi abrégé en AKP (2002)), l’acceptation de la candidature turque par le Conseil Européen (1999), l’inscription de la « citadelle et les murailles de Diyarbakır » sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO, le 25 février 2000. Ces événements ont provoqué de nombreux travaux dans la vieille ville (les restaurations, les réparations, l’aménagement de la vieille ville, etc.).

Nous observons qu’il existe différentes approches en termes de gestion de patrimoine par différents acteur locaux et nationaux à Diyarbakır. En effet, quelques différences sont d’ordre politique. En effet, l’État a tendance à considérer le patrimoine comme un objet national à préserver. Il a la compétence de restaurer, mettre en valeur et accompagner la mise en tourisme de certains édifices remarquables. Aujourd’hui en Turquie, ce sont les mosquées, les tombeaux ou les madrassas qui sont au cœur d’une politique patrimoniale nationale. Ce sont des lieux qui servent de symbole au pouvoir étatique. D’autre part, arrivée au pouvoir local du parti pro-kurde (De DEHAP à DBP) à partir de 2000, conçoit le patrimoine autrement. Les acteurs locaux de l’économie et de l’administration ont tendance à considérer que le patrimoine « local » est un tout indivisible c’est à dire, le patrimoine local se compose de toutes les minorités, patrimoine religieux, culturel. Il n’est pas seulement ottoman. Il demeure problématique que le pouvoir central soit désormais le seul à pouvoir arbitrer entre les projets patrimoniaux locaux (avec l’arrivée des kayyum en 2016). La question de la reconnaissance du patrimoine « non-étatique » ou ne faisant pas partie officiellement de l’histoire turque se pose.

Afin de développer la vieille ville de façon à respecter l’équilibre entre la conservation et l’usage urbain, une série de projets visant à développer le tourisme ont été mis en avant et de nombreuses constructions historiques (les khans, les maisons traditionnelles, les demeures, etc.) ont été restaurées par des entrepreneurs privés. Au fil de ces nouvelles évolutions, le tissu architectural traditionnel de la ville historique a été revitalisé d’un bout à l’autre avec une attractivité commerciale, sociale et culturelle dans la vieille ville de Diyarbakır.

Au cours du processus d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO du « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel », nous observons une interaction entre différents acteurs (les acteurs nationaux, les locaux, les ONG, les experts nationaux et internationaux, etc.). En effet, le cadre de gouvernance défini par le système de fonctionnement du patrimoine mondial de l’UNESCO et le processus de la candidature de l’Unesco exigent la collaboration entre les acteurs locaux et nationaux9. C’est pour cette raison que l’interaction entre les différents acteurs est devenue indispensable10.

Le 4 juillet 2015, lors de la 39e réunion du Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO, à Bonn, en Allemagne, deux nouveaux sites en Turquie, le « site archéologique d’Éphèse » et le « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel » ont été inscrits sur la liste du Patrimoine mondial. Avec ces deux sites, la Turquie comptait alors 15 sites figurant sur la Liste du Patrimoine mondial11.

3. La situation de la vieille ville après les conflits et l’arrivée de l’administrateur attribué par l’État (en turc : kayyum) entre les années 2015 et 2017

Six mois après l’inscription de la vieille ville sur la liste patrimoine mondial, les conflits ont éclaté dans la vieille ville de Diyarbakır. Les conflits qui ont éclaté dans la ville historique en décembre 2015 ont complètement changé la situation de la vieille ville (Sur), ce qui a conduit à la destruction de nombreux bâtiments historiques, d’autres ont été endommagés. À partir de l’automne 2015, des groupes armés essentiellement composés de jeunes urbains des unités de protection civile (YPS, Yekîneyên parastina gel en kurde) se sont retranchés dans la vieille ville comme dans d’autres villes kurdes du Sud-Est de la Turquie (Silopi, Silvan, Cizre, Nusaybin, Yüksekova).

Pendant ces conflits beaucoup de gens ont perdu la vie, des dizaines de bâtiments historiques ont été endommagés et certains ont été démolis. Selon un rapport d’Amnesty International publié en décembre 2016, « tous ou presque tous les résidents – 24 000 personnes environ – des six quartiers de Sur sous couvre-feu ont quitté leur foyer »12. Ce n’était pas la première fois que les habitants de Sur font face à des déplacements. La vieille ville est constituée de gens pauvres qui ont quitté leurs villages et leurs hameaux détruits par les forces militaires et ont été installés en 1990 dans la vieille ville. Les affrontements éclatés dans la vieille ville en 2015 ont duré 103 jours et ont cessé depuis la mi-mars 201613.

Comme beaucoup d’autres villes du Sud-Est de la Turquie, les co-maires de la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakır ont été suspendus de leurs fonctions le 25 octobre 201614, accusés de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (en kurde : Partiya Karkerên Kurdistan,abrégé en PKK) et remplacés par des administrateurs nommés par l’État (en turc : Kayyum) le 1 novembre 201615. Avec l’arrivée du Kayyum, nous avons pu observer des changements à l’échelle de la ville. Depuis 2016, plus de quatre-vingt maires du parti pro-kurde, le Parti démocratique des régions (en turc : Demokratik Bölgeler Partisi,abrégé en DBP), ont été suspendus de leurs fonctions, accusés de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan et remplacés par des administrateurs nommés par l’État. Les administrateurs qui ont remplacé les maires du Parti démocratique des régions sont les Gouverneurs et Préfets des villes et localités concernées. La disparition du pouvoir local et l’arrivée les administrateurs nommés par l’État ont apporté des changements dans les activités culturelles, la vie sociale et l’aménagement de la ville, ainsi que dans l’espace urbain. Nous observons aussi des changements sur les institutions de la municipalité métropolitaine de Diyarbakır. Nous observons les pratiques des administrateurs dans les mairies. Il s’agit de changements sur l’institution, importants en termes de gestion du patrimoine : l’Unité de gestion du site (en turc : Alan yönetimi birimi) a été rattaché au Ministère de la Culture et du Tourisme, le Bureau de contrôle et de mise en œuvre des mesures de conservation (en turc : Koruma Uygulama Denetim Bürosu abrégé en KUDEB) a été rattaché à la Direction de la Culture et du Tourisme de la municipalité métropolitaine de Diyarbakır. La Direction du Patrimoine Culturel et du Tourisme a été supprimée. Avec ces changements, les pouvoirs de la MMD deviennent limités en termes de gestion du patrimoine dans la vieille ville. En réalité, les politiques des Kayyum ne peuvent être considérées indépendamment de la politique du pouvoir central car ils sont composés de gouverneurs et de sous-gouverneurs affiliés au Ministère de l’Intérieur.

Conclusion

Revenons encore une fois vers la question que l’on avait posé en début de notre mémoire : Quels éléments permettent de comprendre qu’une ville qui a des milliers d’années d’histoire et qui a accueilli des dizaines de civilisations n’ait pas été évaluée sous l’angle du patrimoine de manière adéquate ?

Malgré quelques tentatives d’activité patrimoniale de 1930 à 2000, nous avons observé que la ville n’a pas été suffisamment évaluée dans le contexte du patrimoine. Cela n’a pas pu aller au-delà de certaines lois et de plans de conservation pour la vieille ville.

Nous avons aussi remarqué que la diversité des acteurs en termes de gestion du patrimoine s’est multipliée à partir de l’année 2000, entraînant ainsi des différences de priorités entre les acteurs locaux et nationaux dans le contexte de patrimoine. En effet, tant les acteurs nationaux que les acteurs locaux, ont eu une vision du patrimoine différente, qui les a menés à faire leur travail en parallèle avec leur vision du patrimoine. Le cadre de gouvernance défini par le système de fonctionnement du patrimoine mondial de l’UNESCO et le processus de la candidature de l’UNESCO exigent la collaboration entre les acteurs locaux et nationaux. C’est pour cette raison qu’il y a eu une certaine convergence entre les différents acteurs. À partir de 2015, la situation de la ville a complètement changé, apportant de nombreuses modifications au milieu urbain. Dans l’état actuel de la vieille ville, il y a encore des questions qui se posent sur l’avenir de celle-ci, mais toujours sans réponse : À la fin des conflits, la vieille ville pourra-t-elle se relever de ses ruines ? Restera-t-il quelque chose pour témoigner de son histoire ? Deviendra-t-elle seulement un enjeu pour les promoteurs immobiliers ? Peut-on espérer que les habitants auront encore les moyens de rester sur place ?

Bibliographie

UNESCO, 2014, Diyarbakır Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, Nomination for inscription on the world heritage list, Diyarbakır, 640 p.

KEJANLI T., DINÇER I., 2010, « Diyarbakır Kale Kenti’nde Koruma ve Planlama Sorunları (Conservation and Planning Problems in Diyarbakır Castle City) », 6(2), p. 95-108.

Dalkılıç Neslihan, Nabikoğlu Adnan, « Diyarbakır Surlarını Koruma Ve Günümüz Koşularında Değerlendirme Sorunları », International Symposium of the city walls of Diyarbakır, Diyarbakır, 2012

KEJANLI T., DINÇER I., 2010, « Diyarbakır Kale Kenti’nde Koruma ve Planlama Sorunları (Conservation and Planning Problems in Diyarbakır Castle City) », 6(2), p. 95-108.

GABRIEL A., 1940, « Voyage Archéologique dans la Turquie Orientale », E. DE BOCCARD, vol. 2, Paris, 346 p.

Türk Tarih, Arkeologya Dergisi, 1933, n° 1 pp. 135-137.

BOUCLY J., 2014, Conflits de patrimonialisation à Diyarbakır : Politiques étatiques et municipales à l’épreuve d’une procédure d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Paris, EHESS, 171 p.

Anne Watremez, 2013, Les plans de gestion patrimoine mondial de l’Unesco : un outil de développement territorial au service des collectivités locales ? , p. 25-30, URL : https://journals.openedition.org/ocim/1283

UNESCO, 2015, A Bonn, 24 nouveaux biens ont rejoint la liste du patrimoine mondial, URL :https://unesco.delegfrance.org/A-Bonn-24-nouveaux-biens-ont-rejoint-la-liste-du-patrimoine-mondial

BOUCLY J., 2014, Conflits de patrimonialisation à Diyarbakır : Politiques étatiques et municipales à l’épreuve d’une procédure d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Paris, EHESS, 171 p.

Rapport d’Amnesty International, 2016, « Sur resident’s right to return home », URL: https://www.amnesty.org/en/ documents/eur44/5213/2016/en

Journal Radikal, Sur’da operasyon sona erdi (Les opérations se sont terminées dans la vieille ville (Sur), 2016, URL : http://www.radikal.com.tr/turkiye/surda-operasyon-sona-erdi-1525911

Diken, Diyarbakır Büyükşehir Belediye eş başkanları Kışanak ve Anlı gözaltına alındı, URL : http://www.diken.com.tr/diyarbakir-buyuksehir-belediye-es-baskanlari-kisanak-ve-anli-gozaltina-alindi/

BBC Türkçe, Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi’ne kayyum atandı, URL : https://www.bbc.com/turkce/haberler-turkiye-37836887

  1. UNESCO, 2014, Diyarbakir Fortress and Hevsel Gardens Cultural Landscape, Nomination for inscription on the world heritage list, Diyarbakir, 640 p. []
  2. KEJANLI T., DINÇER I., 2010, « Diyarbakır Kale Kenti’nde Koruma ve Planlama Sorunları (Conservation and Planning Problems in Diyarbakır Castle City) », 6(2), p. 95-108. []
  3. Dalkılıç Neslihan, Nabikoğlu Adnan, « Diyarbakir Surlarını Koruma Ve Günümüz Koşularında Değerlendirme Sorunları », International Symposium of the city walls of Diyarbakir, Diyarbakir, 2012 []
  4. 2015 « La fabrique du patrimoine en Turquie. Acteurs, enjeux, échelles », European Journal of Turkish Studies, http://ejts.revues.org/4933,Vol. II « Les « patrimoines alternatifs », l’épreuve de la reconnaissance », n°20 []
  5. KEJANLI T., DINÇER I., 2010, « Diyarbakır Kale Kenti’nde Koruma ve Planlama Sorunları (Conservation and Planning Problems in Diyarbakır Castle City) », 6(2), p. 95-108. []
  6. GABRIEL A., 1940, « Voyage Archéologique dans la Turquie Orientale », E. DE BOCCARD, Vol. 2, Paris, 346 p. []
  7. Albert Gabriel, Türk Tarih, Arkeologya Dergisi, 1932, Mardin ve Diyarbekir vilayetlerinde icra olunmuş bir arkeologla seyahati hakkında rapor, n° 1 pp. 135-137, traduit par nous []
  8. BOUCLY J., 2014, Conflits de patrimonialisation à Diyarbakir : Politiques étatiques et municipales à l’épreuve d’une procédure d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Paris, EHESS, 171 p. []
  9. [BOUCLY J., 2014, Conflits de patrimonialisation à Diyarbakir : Politiques étatiques et municipales à l’épreuve d’une procédure d’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Paris, EHESS, 171 p. []
  10. Anne Watremez, 2013, Les plans de gestion patrimoine mondial de l’Unesco : un outil de développement territorial au service des collectivités locales ? , p. 25-30,  URL : https://journals.openedition.org/ocim/1283 []
  11. UNESCO, 2015, A Bonn, 24 nouveaux biens ont rejoint la liste du patrimoine mondial, URL : https://unesco.delegfrance.org/A-Bonn-24-nouveaux-biens-ont-rejoint-la-liste-du-patrimoine-mondial []
  12. Rapport d’Amnesty International, 2016, « Sur resident’s right to return home », URL: https://www.amnesty.org/en/documents/eur44/5213/2016/en []
  13. Journal Radikal, Sur’da operasyon sona erdi (Les opérations se sont terminées dans la vieille ville (Sur), 2016, URL : http://www.radikal.com.tr/turkiye/surda-operasyon-sona-erdi-1525911 []
  14. Diken, Diyarbakır Büyükşehir Belediye eş başkanları Kışanak ve Anlı gözaltına alındı, URL : http://www.diken.com.tr/diyarbakir-buyuksehir-belediye-es-baskanlari-kisanak-ve-anli-gozaltina-alindi/ []
  15. BBC Türkçe, Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi’ne kayyum atandı, URL : https://www.bbc.com/turkce/haberler-turkiye-37836887 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.