Infrastructures et interface nature et sociétés urbaines à Istanbul

Cite this article as: Youenn Gourain, "Infrastructures et interface nature et sociétés urbaines à Istanbul," in Observatoire Urbain d'Istanbul, 12/02/2020, https://oui.hypotheses.org/5065.
(Moret, 2020)

Ce document sera mis à jour au cours du printemps, notamment pour indiquer les rendez-vous, les lieux précis que nous visiterons, les personnes qui interviendront. Vous pouvez aussi vous inscrire à la newsletter de l’IFEA pour recevoir les informations.

Présentation

Après la politique de transformation urbaine à Gaziosmanpasa (2019), le Kuzey Marmara Otoyolu (troisième périphérique autoroutier, 2018) et les projets résidentiels et leurs territoires (2017), l’Observatoire Urbain d’Istanbul poursuit son exploration des périphéries d’Istanbul, cette fois dans l’idée de questionner les différentes formes de limites et de frontières entre les espaces naturels et les espaces urbains.  Ces excursions s’appuient sur des infrastructures sociotechniques (parce que leur élaboration s’inscrit à la fois dans un contexte technique et en relation avec un ou plusieurs milieux) à la charnière entre ces deux espaces : barrage, lignes de transport, canal ou encore campus universitaire.

Dans la mesure où de nombreux espaces et pratiques spatialisées ne peuvent être totalement qualifiées seulement d’urbaines ou de naturelles, nous questionneront le rapport traditionnellement binaire entre nature et société. Le concept d’environnement (Reghezza, 2015) permet d’envisager les espaces résultant de l’association entre milieu physique (Demangeot, 1984) et milieu anthropisé et social. Que ce soit par les risques (sismiques notamment), par les discours autour du développement durable, par les mobilisations écologistes ou par les transformations des espaces dits naturels, la question de l’hybridation nature-société à Istanbul semble d’actualité. Elle s’inscrit dans la continuité des réflexions engagées lors des excursions urbaines précédentes : « nature refoulée et urbanisation » (2009 – 2010), « nature en ville » (2015 – 2016), « Kuzey Marmara Otoyolu » (2018). Si ville et nature sont bien présentes, il a encore peu été question d’hybridation.

Entre ces deux catégories d’espaces, nous souhaitons interroger les différentes formes de limites et de frontières. Enveloppe externe d’un territoire, la frontière instaure un différentiel qui peut motiver des dynamiques d’appropriation, de relégation, de marginalisation, d’échanges…. Et s’accompagne de discontinuités, d’effets de seuils et de gradients plus ou moins accentués. Les notions de front ou de discontinuité aréale (Brunet, 1997) permettent de penser ces limites de façon dynamique et avec une profondeur, comme des zones de transition et d’interpénétration.

Plusieurs traits spécifiques à Istanbul, ou du moins exacerbés dans cette métropole, justifient le choix des terrains explicités ci-dessous : Le front d’urbanisation avance rapidement, suscitant des changements de grande ampleur et brouillant la frontière entre urbain et nature. Deuxièmement, l’urbanisation s’accompagne d’une dynamique d’étalement urbain, qui donne l’impression que la ville s’étend sans aucune limite. Le nom du documentaire « Ekümenopolis. Ucu olmayan sehir » [Ekümenopolis, la ville sans fin] (2012) est révélateur de cette perception catastrophiste d’une ville qui avancerait, phagocyterait son environnement et engloberait tout, sans limite ; vision que nous tenterons de discuter.

Alors que les lieux centraux d’Istanbul sont surexposés, sur-médiatisés et mieux connus que les périphéries, ces dernières correspondent à l’immense majorité du tissu urbain, constituant les espaces les plus récents et connaissant des transformations soudaines. Il nous semble donc pertinent d’interroger l’urbanité et les relations entre cette société urbaine et son environnement dans les périphéries et depuis les périphéries (Pérouse, 2018). En cela, les dynamiques qui habitent et transforment les marges de la métropole permettent d’explorer « le changement de dimension » (Pérouse, 2017) de la métropole stambouliote en interrogeant ce qui se trame sur les fronts d’urbanisation.

Par une étude des cinq terrains identifiés, nous voudrions ainsi aborder :

  • les évolutions du front d’urbanisation et le rôle des infrastructures (comme à Habipler)
  • les différentes formes de discontinuités, de seuils, de limites (à Beykoz par exemple)
  • les rapports centre / périphéries et les nouvelles polarités (comme autour du projet de canal)
  • l’hybridation et les interfaces entre nature et sociétés
  • les services écosystémiques d’espaces artificiels (tels que le barrage d’Ömerli)
  • les différents rapports à la nature, les aménités et inégalités environnementales (Koç et Sarıyer)

Comment l’urbanisation et les infrastructures reconfigurent les confins d’Istanbul et les interactions entre nature et sociétés urbaines ?

Objectifs

Ces excursions urbaines auront pour objectif d’explorer les confins d’une ville en expansion et d’observer les dynamiques à l’oeuvre. Le but est de tenter de mettre en lumière les relations qu’entretiennent les différents groupes sociaux à la nature, le rôle des infrastructures dans les reconfigurations des limites de la ville, les formes de limites et de discontinuités.

Les excursions urbaines permettent également d’alimenter les archives de l’Observatoire Urbain d’Istanbul. En ce sens, chaque visite fera l’objet d’un compte rendu écrit sur le blog de l’OUI, agrémenté par des supports photographiques qui viendront enrichir les archives visuelles de l’IFEA.

Méthodologie

Pour renseigner ces dynamiques et malgré l’éloignement de certains parcours, nous faisons le choix de la marche à pied. Si la figure du flâneur est utilisée pour témoigner des émotions résultant de la déambulation, la posture du.de la marcheur.se permet de diversifier les prismes d’analyse. A Istanbul, plusieurs collectifs (tel que Mekanda Adalet Derneği, Istanbul Walkabout, Iki deniz arası – Between two sees) ont initié des processus de marche collective. Pour Nazan Turmerden (Istanbul Walkabout) il s’agit « de produire une résistance aux politiques d’urbanisation du haut vers le bas». La marche dans les périphéries permet un décentrage : celui d’observer les mutations d’une ville en pleine croissance, « de prendre la mesure de la démesure stambouliote » (Morvan, Logie, 2014) et de « participer, refléter et co-produire » (MAD, 2017). Nous prévoyons de réaliser une partie des excursions avec un.e intervenant.e qui nous commenterait le parcours.

Pour les autres excursions, nous envisageons de nous entretenir avec des membres d’entreprises ou d’institutions qui participent à l’aménagement ou à la transformation de la zone, avec des maires d’arrondissement (muhtar), des habitant.es…

Nous nous appuierons aussi sur les données statistiques et sur la documentation disponible, les projets d’infrastructures, les évaluations d’impact, ainsi que les compte-rendus des précédentes excursions de l’OUI, qui nous serviront de point de comparaison. Réciproquement, nous prendrons des photographies et collecterons des informations, afin d’alimenter les archives de l’OUI.

Programme

  1. Les transports jusqu’à Habipler (Arnavutköy)
    Rdv le vendredi 28 février 2020, à 9h, devant l’Institut Français d’Études Anatoliennes
  2. Le mitage de la forêt dans le Nord de Sarıyer (Fin mars 2020)
  3. Coupures et discontinuités à Beykoz (Début mai 2020)
  4. Les services écosystémiques d’Ömerli Barajı (Fin mai 2020)
  5. Les reconfigurations des frontières entre nature et sociétés urbaines par le projet de canal (Juin 2020)

Bibliographie

  • Brunet, R. François J-C. Grasland C. (1997), « La discontinuité en géographie : origines et problèmes de recherche ». L’Espace Géographique, n°4.
  • Demangeot, J. (2009), Les milieux naturels du globe. Armand Colin. Collection U. 376p.
  • Morvan, Logie (2014), Istanbul 2023. Editions B2.
  • Pérouse, J-F. (2018) « The tremendous making and unmaking of the peripheries in current Istanbul” in Chappatte, A. Freitag, U. Lafi, N., Understanding the City through its Margins: Pluridisciplinary Perspectives. Routledge.
  • Pérouse, J-F. (2017), Istanbul – planète, la ville-monde du XXIème siècle. La Découverte. 250p.
  • Reghezza, M. Ciattoni, A. Beucher, S. (2015), La géographie : Pourquoi ? Comment ? Hatier. Initial. 368p.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.