Compte-rendu de l’excursion urbaine du vendredi 28 février 2020 à Malkoçoğlu et Eski Habipler Mahallesi : un tramway jusqu’aux confins d’Istanbul

Vue d’Eski Habipler Mahallesi depuis le terminus du tram. Alice Moret, 25 février 2020.
Cite this article as: Alice Moret, "Compte-rendu de l’excursion urbaine du vendredi 28 février 2020 à Malkoçoğlu et Eski Habipler Mahallesi : un tramway jusqu’aux confins d’Istanbul," in Observatoire Urbain d'Istanbul, 22/09/2020, https://oui.hypotheses.org/5113.

Introduction

La première excursion de ce cycle sur les interfaces entre nature et sociétés urbaines a mené nos pas aux confins de l’arrondissement de Sultangazi, le long d’Edirne Asfaltı, une voie routière désormais doublée d’une ligne de tramway (la ligne T4), qui court vers le Nord-Ouest. Cette infrastructure de transport a été notre entrée pour lire les évolutions des paysages urbains et des espaces naturels. Les travaux en cours pour prolonger cette ligne révèlent les dynamiques à l’oeuvre : urbanisation des zones rurales, densification et étalement urbain.

Premièrement, nous avons souhaité observer comment cette infrastructure s’immisce dans les paysages urbains, si elle crée des discontinuités localement ou au contraire facilite l’intégration du quartier au reste d’Istanbul, en améliorant son accessibilité. La ligne de tramway 4, ouverte en 2007, transporte environ 95 000 personnes par jour, entre l’arrondissement périphérique de Sultangazi et l’arrondissement central de Fatih. Nous avons voulu savoir comment le prolongement du tramway était reçu par la population, s’il correspondait à une demande sociale et répondait à des besoins, comment il transforme la vie du quartier.

Deuxièmement, nous nous sommes demandé si cette infrastructure sociotechnique induit une avancée de la ville et un recul des espaces naturels, si elle oriente et encourage l’étalement urbain, si sa proximité contribue à la transformation et à l’urbanisation de zones jusqu’alors rurales. Ce faisant, de telles infrastructures de transport reconfigurent les franges de l’agglomération et leurs paysages, modifient les relations des sociétés urbaines à l’espace environnant, considéré comme naturel.

Enfin, même si la progression depuis l’espace urbanisé vers l’espace perçu comme naturel est claire, nous avons aussi porté attention au mouvement inverse et aux interactions qui ont lieu au contact entre ces territoires différenciés. À la suite de cycles d’excursions urbaines sur la marche de la ville sur la nature (« nature refoulée et urbanisation », 2009-2010 ; « Kuzey Marmara Otoyolu », 2018) et sur les éléments naturels à l’intérieur de l’espace urbain (« nature en ville », 2015 – 2016), nous avons voulu interroger les interactions et les hybridations [Reghezza, M. Ciattoni, A. Beucher, S. (2015) La géographie : Pourquoi ? Comment ? Hatier. Initial. 368p.] entre ces deux catégories.

Eski Habipler Mahallesi et Malkoçoğlu Mahallesi

Les deux quartiers que nous avons arpentés se situent dans Sultangazi, un des derniers arrondissements créés (en 2008). En effet, la loi n°5216 sur les municipalités, promulguée en 2004, a étendu les limites de la municipalité métropolitaine d’Istanbul aux « villages » des provinces d’Istanbul et de Kocaeli. Par ce nouveau découpage, les villages ont été transformés en « quartiers » urbains, qui dépendent de la politique métropolitaine [Jean-François Pérouse, « La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie (…), Dipnot. URL : https://dipnot.hypotheses.org/37] et des services stambouliotes [Yüksel Demirkaya (ed.) (2016), New Public Management in Turkey. Local Government Reform]. Cette réorganisation s’est accompagnée de la création de huit nouveaux arrondissements, dont Sultangazi, signe de l’étalement urbain. L’arrondissement de Sultangazi se trouve sur la rive européenne, au Nord-Ouest de l’agglomération, entre les arrondissements d’Eyüp (à l’Est), d’Esenler (au Sud) et d’Arnavutköy (au Nord-Ouest), tous au coeur de processus d’urbanisation et d’étalement urbain. La toponymie reflète le caractère longtemps agricole de la zone : Le quartier où se trouve la mairie s’appelle la ferme du sultan (Sultançiftliği). Un village (köy) est d’ailleurs encore compris dans le périmètre de l’arrondissement, aux côtés des quinze quartiers urbains (mahalle).

La population de Sultangazi a cru rapidement ces dernières décennies, pour atteindre 525 000 personnes en 2016. Cette population comprend de nombreuses minorités et des communautés immigrées à Istanbul depuis la Bulgarie, l’ex-Yougoslavie, la région de la Mer Noire, la Syrie, des Kurdes et des Alévis. Dans les zones que nous avons parcourues, la population venait surtout des rives (turques ou non) de la mer Noire. Sultangazi est un arrondissement relativement pauvre, mais qui attire des populations de plus en plus variées et qui connaît des transformations rapides.

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP) y est fortement implanté et le candidat de ce parti a emporté environ 60 % des voix aux élections municipales du printemps 2019. Le maire d’arrondissement, Abdurrahman Dursun, est de ce parti. La plupart des maires de quartier (muhtar), qui n’ont pas le droit d’être affiliés à un parti politique, affichent leurs sympathies pour l’AKP. La mairie d’arrondissement communique sur les très nombreux projets de développement immobilier et de services aux citadins et citadines dans lesquels elle est engagée : écoles de tous niveaux, centres de services, hôpitaux, bibliothèques, centres culturels ou sociaux, lieux de formation professionnelle…

Excursion préparatoire

Notre choix s’est porté sur les franges d’un arrondissement périphérique, au contact de la forêt de Belgrade et de deux lacs, qui connaît un développement récent fulgurant, qui invite à réinterroger l’interface entre la ville et l’environnement.

Nous avons réalisé une excursion préparatoire le mardi 25 février. Nous avons commencé par Malkoçoğlu Mahallesi, puis nous avons arpenté Eski Habipler Mahallesi. Nous avons rencontré deux employées de la mairie de quartier, qui nous ont proposé de revenir avec notre groupe. Sur la rue principale (ana caddesi) de Eski Habipler Mahallesi, nous avons trouvé de nombreuses entreprises de bois d’oeuvre. Le patron d’une de ses sociétés a répondu à toutes nos questions. Toutefois, les thématiques abordées ne correspondaient pas aux questionnements que nous souhaitions pour cette excursion. De même, nous avons pénétré dans le refuge pour animaux d’Habipler (Cebeci Sahipsiz Hayvan Bakımevi) et avons discuté avec un vétérinaire, mais n’avons pas prévu d’entretien lors de l’excursion. À l’inverse, nous avons contacté le directeur de la planification et des projets par mail pour solliciter un rendez-vous.

Compte-rendu de l’excursion urbaine

À la mairie de Sultangazi : transformations rapides et prévisions de croissance

Pour se rendre à Sultangazi, nous avons emprunté le tramway 4, de son terminus central (Topkapı, juste à l’extérieur des murailles) au centre de Sultangazi (Sultangazi Merkez), où se trouve une grande mosquée, des jardins, des commerces et la mairie, où nous avions rendez-vous. La mairie d’arrondissement est neuve, immense, impressionnante. Nous avons été très bien reçu.es par Ahmet Çakan, directeur des projets et de la planification (Projeler ve Plan Müdürü), et son équipe.

Tout d’abord, l’équipe nous a rappelé que la politique de transports est élaborée à l’échelle métropolitaine (İstanbul Büyükşehir Belediyesi) voire nationale. Toutes les personnes rencontrées ont insisté sur les changements récents et rapides d’Eski Habipler ; le tramway a d’emblée été évoqué parmi les facteurs de transformation, ainsi que la proximité de l’aéroport. Rappelons que les routes jouent aussi un rôle majeur. La ligne de tramway permet, par rapport aux minibus et bus municipaux, une desserte plus fréquente. Selon Ahmet Çakan, l’arrivée de transports publics aurait non seulement facilité la vie quotidienne, mais aussi modifié le rapport à l’environnement et contribué à l’embellir : « Dès qu’il y a eut le tramway, dès que les transports sont arrivés un peu plus loin, […] il y a eu des constructions, l’environnement (çevre) est devenu plus beau, selon moi. ».

En effet, depuis une douzaine d’années, les petits immeubles ont remplacé les gecekondu (au sens architectural manifestement, les personnes rencontrées ont beaucoup utilisé ce mot), construits dans les années 1980 [Pérouse, Jean-François. « Les tribulations du terme gecekondu (1947-2004) : une lente perte de substance. Pour une clarification terminologique. » European Journal of Turkish Studies. Social Sciences on Contemporary Turkey, no 1 (1 septembre 2004). https://doi.org/10.4000/ejts.117.]. Les employé.es de la Mairie estiment que les années 2000 et le début des années 2010 ont constitué un tournant, avec la création administrative et politique d’un nouvel arrondissement, des transformations du paysage urbain, du type de constructions : « En dix ans, beaucoup de gecekondu ont été transformés. […] ». Une de nos interlocutrices a évoqué une évolution du profil des populations qui habitent Habipler : « des ruraux sont arrivés à Habipler, des Turcs, des peuples voisins, des Arabes… ». Après le séisme qui a frappé Istanbul en 1999, certains ménages ont déménagé plus au Nord, alimentant la croissance urbaine d’arrondissements comme Sultangazi, où le risque sismique est estimé être moins pesant.

Quant aux extensions envisageables et au rapport avec l’espace environnant, la direction des projets et de la planification de Sultangazi dit envisager plutôt une densification de l’espace bâti qu’un étalement. En effet, selon l’équipe municipale, les possibilités d’extension sont contraintes par la présence d’un terrain militaire à l’Ouest (mais d’autres terrains militaires ont été démantelés, vendus et ouverts à la construction, depuis la tentative de coup d’État de 2016), de terrains déjà urbanisés au Sud et de zones naturelles à l’Est et au Nord. Ces dernières sont protégées en tant que réserves en eau, que la Mairie dit ne pas envisager remettre en question : « Sur la zone protégée pour l’eau, l’urbanisation ne peut pas avancer plus. ». La ressource en eau est un enjeu majeur de cette partie d’Istanbul, puisque les lacs artificiels d’Alibey et de Sazlıdere correspondent à des barrages qui assurent l’approvisionnement en eau de la métropole. Habipler est au contact avec la forêt et avec des zones inconstructibles, pour le moment du moins. Cependant, la planification urbaine est une prérogative du pouvoir central, par le Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, et non de la municipalité d’arrondissement, qui est une institution exécutante. Ce ministère dispose d’un éventail législatif qui lui permet de rendre constructibles certaines zones ou de les intégrer à la politique de transformation urbaine, comme le quartier de Cumhuriyet, au Sud de Sultangazi, décrété « zone à risque » en 2013 (cette décision a été annulée par la suite) [https://www.evrensel.net/haber/344847/sultangazide-kentsel-donusum-halk-kaygiyla-yasiyor].

Nos interlocuteurs et interlocutrices estiment que la croissance démographique va se poursuivre, à Sultangazi en général et à Habipler tout particulièrement. Ce dynamisme est encouragé par des projets comme le tramway, mais surtout, aux dires de l’équipe municipale, par des infrastructures de plus grande ampleur comme le nouvel aéroport ou le canal de la Mer de Marmara à la Mer Noire. « Le canal, en traversant tout Istanbul, va avoir des conséquences en général. » « C’est certain que Sultangazi est à la fois pas cher et à la fois proche du canal et des grands projets, ça aura des effets.  Les constructeurs, les gens vont se dire « Ah oui, là-bas c’est tout proche » et ils vont venir. » ont déclaré deux personnes travaillant au service des projets et de la planification. À l’échelle de l’arrondissement, les franges d’Istanbul et les relations entre nature et sociétés urbaines sont transformées par des infrastructures plutôt de grande ampleur, suivies de services de transports qui contribuent à l’attractivité et donc à l’urbanisation de quartiers périphériques comme ceux que nous avons parcourus.

L’arrêt de Mescid-i Selam : terminus de la ligne 4 du tramway

Nous avons réembarqué dans le tramway jusqu’à Mescid-i Selam, l’actuel terminus. Sur son parcours de 15,3km, le tram s’arrête dans 22 stations, ouvertes en 2007 pour l’immense majorité et en 2009 pour la section entre Edirnekapı et Topkapı. Cette ligne répond à la forte demande en transports publics résultant de l’étalement urbain au Nord-Ouest d’Istanbul ; elle dessert des quartiers plutôt modestes, où la population est peu motorisée alors qu’un nombre croissant de personnes travaillent hors du quartier. Elle transporte désormais près de 100 000 personnes par jour. Le maire de quartier (muhtar) a d’ailleurs souligné cette évolution : forte réduction des activités économiques sur place comme l’agriculture et forte augmentation d’activités économiques hors du quartier et plus diversifiées. La population de Malkoçoğlu accède directement au tramway, tandis que celle d’Eski Habipler doit prendre un bus, un minibus ou un taxi collectif (dolmuş) avant.

Malkoçoğlu Mahallesi : résidences modestes et petite industrie

Le long d’Eski Edirne Asfaltı, route structurante, et des rails du tramway, nous avons croisé de nombreux commerces de proximité : alimentation, börek, restauration, linge, équipement domestique… L’intérieur du quartier est composé de petits immeubles, souvent couverts de mosaïques, en bon état. Il s’agit surtout d’espaces résidentiels, sauf dans une perpendiculaire d’Eski Edirne Asfaltı, plus commerçante.

À Malkoçoğlu, des immeubles d’habitation et des commerces de proximité. Youenn Gourain, 25 février 2020.

Nous avons aussi aperçu quelques ateliers de textile en demi sous-sol. Nous avons croisé du monde dans les rues, en particulier aux abords d’une petite place avec des jeux pour enfants neufs et d’un petit parc.

Une école à Malkoçoğlu. Youenn Gourain, 25 février 2020.

En marchant vers l’Ouest, le quartier est bordé par une grande voie routière, qui marque une coupure nette.

La coupure routière entre Malkoçoğlu et le terrain militaire, on aperçoit Eski Habipler en arrière-plan. Alice Moret, 25 février 2020.

Au-delà, nous distinguons un grand terrain militaire vide, tous les quartiers de Mahmut Bey à Başakşehir vers le Sud et des chantiers probablement routiers vers l’Ouest, sans doute en direction du nouvel aéroport.

Au loin, la silhouette de Mahmut Bey et Başakşehir. Alice Moret, 25 février 2020.

Au Nord-Ouest, des petites collines, sortes de terrils du BTP, sont formées par les gravats issus des chantiers de construction, des excavations et des remodelages de la région. D’autres petits terrils dégagent une forte odeur : il s’agit de tas de goudron, dont nous retrouverons les effluves à Eski Habipler. Ce point d’observation nous offre ainsi un aperçu de différents paysages périphériques d’Istanbul.

Des bretelles routières neuves, des tas de goudron et des monticules de déchets de la construction. Alice Moret, 25 février 2020.

En revenant dans Malkoçoğlu, nous longeons une grande école coranique et un jardin public.

Des poules picorent sur un petit terrain vague, à Malkoçoğlu. Derrière, une école coranique récente et de grande taille. Youenn Gourain, 25 février 2020.

De nombreuses activités économiques périphériques ont élu domicile dans ce quartier : Nous sommes passé.es devant des entrepôts de collecte, de tri et de stockage des déchets recyclables (un de fer, un autre de plastique…). Alors que quelques appartements ou sous-sol accueillaient de petits ateliers textiles dans le reste du quartier, au Nord des immeubles entiers et spécialisés sont consacrés aux activités industrielles : usine de ciğ köfte, boulange, usines de textile, de fermetures éclair, de machines pour le textile…

Une usine de çiğ köfte à la sortie de l’arrêt de tram. Youenn Gourain, 25 février 2020.
Un homme dans une rue qui donne accès à de nombreux ateliers industriels. Youenn Gourain, 25 février 2020.

On trouve aussi des ateliers où l’on travaille le marbre et le granit, d’autres où sont élaborés des échafaudages et du bois. Plusieurs ateliers et usines embauchent, notamment dans le textile, dont les annonces couvrent les poteaux et affichages de plusieurs quartiers ouvriers, dont Malkoçoğlu.

Une affiche annonçant l’embauche de travailleurs et travailleuses, avec prise en charge des repas, du transport et accès à la sécurité sociale, pour diverses spécialités dans le textile. Alice Moret, 25 février 2020.

Les infrastructures et chantiers liés au tramway

De retour le long de la ligne du tramway, nous avons abordé l’atelier de maintenance et de réparation.

L’atelier de maintenance et réparation du tramway. Alice Moret, 25 février 2020.

Le chantier de prolongement du tramway semble à l’arrêt, sans que nous ayons pu obtenir d’explication, les pouvoirs locaux rappelant qu’il s’agit d’une compétence métropolitaine. Selon le quotidien Sözcü, il s’agirait d’une mauvaise évaluation de la structure du sol [https://www.sozcu.com.tr/2020/gundem/eminonu-alibeykoy-tramvay-hatti-insaatinda-cokme-5702161/]. Sur place, il n’y a ni travailleurs ni machines en marche, juste des monticules de sable et de gravats.

Le chantier, à l’arrêt, de prolongement du tramway. Alice Moret, 25 février 2020.

 

Le refuge pour animaux de Cebeci (Cebeci Sahipsiz Hayvan Bakımevi)

Difficile d’accès, le refuge n’est indiqué d’aucune façon et y arriver suppose de traverser un chantier ou d’emprunter le tunnel routier. Il se trouve en contrebas de l’axe principal, en direction d’un immense transformateur électrique, entre des maisons, des élevages et des fermes. Avec le groupe, nous nous sommes contenté d’observer les lieux.

Le refuge pour animaux sans propriétaire de Cebeci. Youenn Gourain, 28 février 2020.

Ce refuge est en partie géré par la municipalité métropolitaine d’Istanbul (İstanbul Büyükşehir Belediyesi). Il accueille des animaux sans propriétaire, principalement des chiens et des chats, mais le vétérinaire nous a aussi parlé de volailles et d’autres animaux. Ces animaux sont soignés par des vétérinaires puis proposés à l’adoption ; nous avons d’ailleurs croisé des familles qui venaient chercher un chat ou un chien. Le vétérinaire nous a expliqué que le lieu avait été choisi pour la place disponible, que les animaux viennent de tout Istanbul et que le prolongement du tramway facilite la venue des gens. Selon le vétérinaire qui nous a présenté l’endroit, les projets de transports et notamment le prolongement du tramway permettent de faire venir plus facilement des enfants lors de sorties scolaires et ainsi d’éduquer au rapport à l’environnement et aux animaux.

Le camion du refuge. Alice Moret, 28 février 2020.
Sur le chemin du refuge, dont l’accès piéton est pour l’instant difficile. Alice Moret, 28 février 2020.

Traversée vers Eski Habipler : une coupure marquée

Le tunnel routier entre Malkoç o ğ lu et Habipler, en regardant vers le Nord. Youenn Gourain, 28 février 2020.

La « vieille route d’Andrinople » (Eski Edirne Asfaltı) passe sous le chantier du tramway, par un tunnel. Pour les piétons que nous étions, comme pour bon nombre d’habitants et plus encore d’habitantes qui ne disposent pas de véhicules privés, ce passage constitue une coupure marquée.

De l’autre côté du tunnel routier entre Malkoçoğlu et Eski Habipler, en regardant vers le Sud. Youenn Gourain, 28 février 2020.

Les chantiers pour les routes et le tram forment une discontinuité [Brunet, R. François J-C. Grasland C. (1997), « La discontinuité en géographie : origines et problèmes de recherche ». L’Espace Géographique, n°4.] clairement perceptible, puisque la zone est bruyante, pleine de poussière et de pollution, et puisqu’il faut soit traverser le chantier (nous avons aperçu une femme avec une poussette passer par au-dessus), soit passer dessous en empruntant le tunnel routier, longé par un minuscule trottoir.

Le « trottoir » du tunnel routier le long d’Eski Edirne Asfaltı. Alice Moret, 25 février 2020.

Pour notre pause du midi, nous avons élu domicile dans un restaurant, qui propose de la viande élevée à proximité. Il y est même possible de venir cuire et déguster les morceaux que l’on apporte.

Le restaurant et boucherie Gökhan au bord de la route. Alice Moret, 25 février 2020.

Eski Habipler Mahallesi : au croisement de dynamiques agricoles, périphériques et urbaines

Au premier abord, le « vieil » Habipler se présente comme un village-rue rattrapé par l’urbanisation. Il est structuré en arêtes de poisson autour d’Eski Edirne Asfaltı et est en partie composé d’anciennes fermes. Plusieurs vieilles routes ont joué un rôle majeur dans la fabrique urbaine : vers Andrinople, vers Pirinçci et Eyüp. Sur ces cartes anciennes [Ces documents ainsi que la remarque ci-dessus nous ont été apportés par Jean-François Pérouse, que nous remercions.], on remarque l’importance des routes dans la structuration des ces confins :

Un extrait de la carte topographique de 1910, avec la mention de « Yeni Habib » près d’un hameau de trois bâtiments.
La carte de l’arrondissement de Bakırköy en 1973, qui allait alors jusqu’à Habipler. On note sa position aux confins d’un arrondissement déjà périphérique.

En montant sur la droite, après une mosquée qui semble neuve et quelques magasins, nous avons d’ailleurs remarqué un vieux cimetière ombragé [Pérouse, Jean-François. « Les cimetières d’Istanbul : Sources vivantes pour l’étude des dynamiques démographiques actuelles », Anatolia moderna – Yeni Anadolu 9, n°1, 2000, https://doi.org/10.3406/anatm.2000.974]. La rue principale est bordée de nombreux commerces, alimentaires mais aussi spécialisés en vêtements, en vaisselle, en ameublement, en équipements divers, ainsi que de restaurants.

La rue principale, sur laquelle s’alignent les commerces d’Eski Habipler, et les espaces résidentiels des deux côtés : les maisons côtoient les immeubles. Alice Moret, 25 février 2020.

On ressent la présence de l’agriculture surtout sur le flanc oriental de la rue principale (ana caddesi) : Les fermes sont dispersées un peu plus loin, il y a encore quelques élevages.

Un bâtiment agricole dédié à l’élevage. Derrière, les maisons et pâturages de l’Est d’Eski Habipler. Alice Moret, 25 février 2020.

Un petit abattoir, à l’extrémité septentrionale d’Eski Habipler, fait le lien entre ces élevages et les nombreuses boucheries. On trouve notamment un grand nombre de « kurban », qui proposent de la viande au détail mais aussi en gros. Des panneaux le long de la route annoncent la vente d’animaux.

Une grande banderole, visible depuis la route ou le tram, annonce la vente d’animaux et de viande. Alice Moret, 25 février 2020.

La toponymie fait mention de fermes et témoigne du passé villageois, qu’il s’agisse de la zone « des fermiers » (Çiftciler), du « vendeur de riz de la rue du village » (Pirinççi Köy Sokağı) ou du « marché du village » (Köy market). Cette toponymie agricole et villageoise est présente ailleurs à Sultangazi (par exemple à Sultançiftliği « la ferme du sultan »). Certains de ces commerces proposent des produits agricoles locaux : lait, fromage, viande, œufs…

Un magasin vend du lait « villageois », des œufs bio et divers produits fermiers. Alice Moret, 25 février 2020.

Nous avons aussi rencontré un pépiniériste et marchand de plantes, avec qui nous avions parlé lors de l’excursion préparatoire. Ce très vieil homme vend des arbustes, un peu de fleurs et de plantes décoratives, mais surtout des arbres fruitiers et des plants potagers. Nous pouvons supposer que certain.es habitant.es du quartier cultivent un petit jardin et en tirent un appoint alimentaire, voire vendent quelques productions agricoles sur les marchés stambouliotes. Nous avons d’ailleurs croisé deux camionnettes de vente de fruits, légumes, patates et oignons.

Les arbres fruitiers à vendre dans la pépinière du bord de la route. Alice Moret, 25 février 2020.

Le pépiniériste nous a confirmé la présence de fermes plus bas (vers l’Est), installées depuis très longtemps. Il nous a également indiqué le plus ancien habitant du quartier, qui y réside depuis au moins 60 ans, notre tentative de lui rendre visite a malheureusement été infructueuse. Le pépiniériste a insisté sur le fait que le quartier avait énormément changé sous ses yeux. Il nous a déclaré que « avant », près de 200 personnes travaillaient dans le secteur de l’élevage et, il y a encore sept ans, « il n’y avait pas grand-monde à Habipler ». Il souligne le contraste avec « maintenant », avec des populations qui viendraient « de partout : Afghans, Azéris, Ouzbeks, Bangladais… ». Nous n’avons pas pu vérifier l’origine des nouveaux arrivants ; nous avons entendu parler seulement turc dans le quartier mais certaines personnes nous ont dit être arrivées de Russie ou des régions turques de la mer Noire.

Autre activité au croisement de dynamiques rurales et urbaines, qui nécessitent des surfaces plus faciles à trouver en périphérie et se localise à proximité des quartiers où les chantiers sont nombreux, le travail du bois est très présent à Habipler. Nous avons trouvé des endroits où l’on prépare, scie, entrepose et vend du bois d’œuvre. Notre entretien avec le patron d’une de ces entreprises, dans le quartier depuis la fin des années 1980, nous a indiqué que le bois parcourt des circuits plutôt régionaux que locaux. Le bois ne vient pas des forêts stambouliotes mais de tout le pourtour de la mer Noire : de Kastamonu, de Sinop, de Karabük, de Bulgarie, d’Ukraine, de Roumanie… Les débouchés, en revanche, sont locaux et ce bois alimente le secteur de la construction, sous forme de planches, de palettes, de charpentes, de structures pour couler le béton armé, de parements et de lambris. Il est donc surtout destiné au secteur du bâtiment, aux toitures et au béton armé, ce qui témoigne aussi de la croissance urbaine de l’Ouest stambouliote. Dans la scierie que nous avons visitée, tous les hommes travaillent sans protection et respirent la poussière constituée de solvants, de sciures de bois et de peintures chimiques.

Une entreprise de bois à l’entrée Sud d’Eski Habipler. Youenn Gourain, 25 février 2020.

Tandis que l’on aperçoit encore des fermes et que les maisons sont nombreuses à droite de la route, à gauche de la rue principale la plupart des maisonnettes, gecekondu et fermes ont été transformées ou détruites pour laisser place à des immeubles neufs.

Des petites maisons détruites pour laisser place à des immeubles, comme ceux que l’on peut voir derrière, dans Eski Habipler. On aperçoit les minarets de l’ancienne mosquée. Alice Moret, 28 février 2020.

Cette densification et cette montée en gamme est accompagnée d’équipements municipaux neufs. Nous avons notamment contourné un ensemble d’établissements scolaires, de la maternelle au lycée, tout neuf et déjà rempli, signe de la vitalité démographique du quartier, que confirment les données statistiques. Le maire d’arrondissement a insisté sur l’investissement des services municipaux en équipements pour les enfants (écoles, parcs, jeux, transports scolaires). Nous sommes repassé.es devant le lycée et le collège à la sortie des classes : tandis que les élèves d’Habipler rentraient à pied, les jeunes se dirigeant vers le Sud tentaient leur chance en stop.

La place centrale traduit cette priorité accordée par la mairie à la vie familiale : La partie neuve d’Eski Habipler s’organise autour d’une place rectangulaire, un peu en contrebas de la route, à proximité d’une mosquée neuve ou rénovée. On y trouve un terrain de jeux pour enfants, des magasins de vêtements pour enfants et de jouets, un café prévu spécialement pour accueillir les familles et proposant des jeux. Contrairement à d’autres parties du quartier, les femmes sont très nombreuses, souvent accompagnées d’enfants. Sur la place, les arbres récemment plantés jouxtent des bancs déjà bien appropriés par les personnes âgées, à côté d’un centre social (sosyal tesisleri). Enfin, le bâtiment de services municipaux (hizmet binası) surplombe cette place. C’est là que nous avions rendez-vous avec le maire de quartier (muhtar) de Eski Habipler.

Une jeune femme traverse la place centrale d’Eski Habipler, avec ses bancs et ses jeux pour enfants. Youenn Gourain, 28 février 2020.

À la mairie d’Eski Habipler : « on est en plein milieu des grands projets »

Osman Avcılar est muhtar depuis 20 ans. Il nous confirme l’arrivée du tramway : « Il y aura bien une nouvelle station de métro [tramway]. Elle devait arriver en 2019, mais les travaux ont pris du retard. » Résident d’Eski Habipler depuis des décennies, il a retracé sa perception de l’histoire du quartier :

Avant c’était tout petit, avec des gecekondu, des moutons, des poules, des fleurs, des paysans… il y avait beaucoup de jardins. L’ancien Eski Habipler n’est plus, l’ancien était rural. […] Maintenant il y a des bâtiments, les immeubles sont arrivés. […] Avant, c’était entièrement des gecekondu. Il y avait des volailles, des vaches, des animaux… des vignes, des concombres, des poivrons, des tomates, des salades… Que s’est-il passé ? Le village c’était fini, la métropole d’Istanbul est venue, et il y a eut des reconstructions, des immeubles ont été faits, les gecekondu ont disparu. Petit-à-petit, ça s’est renouvelé.

Osman Avcılar, muhtar d’Eski Habipler
Les gecekondus d’Habipler, en 2001, photographie de Jean-François Pérouse.

Selon le muhtar, cette évolution n’est pas propre à son quartier : « Ces 15 dernières années, tout a beaucoup changé : à Istanbul, à Adana, à Ankara ça a changé. ». À Habipler, le changement s’est traduit dans les plans d’urbanisme dans les années 2000, qui ont ouvert de nouvelles terres à l’urbanisation et auraient amené 71 000 habitant.es supplémentaires, tandis que « après le tremblement de terre de 1999, beaucoup de personnes se sont installées dans le Nord d’Istanbul. ».

Un camion de travaux devant d’anciennes maisons et de nouveaux immeubles. Alice Moret, 25 février 2020.

Selon Osman Avcılar, cette transformation du village en quartier s’est accompagnée de l’arrivée de nouvelles populations, plus diversifiées et un peu plus aisées : « Ça a beaucoup changé. […] Maintenant il y a des artisans, des commerçants… ici ce sont des gens qui travaillent. » Le muhtar souligne également que les emplois seraient nombreux aux alentours : « Si des gens arrivent, on les forme pour qu’ils travaillent dans les ateliers. Il y a beaucoup de travail ici. ». Les personnes qui résident à Eski Habipler travaillent dans le textile, l’indutrie, la restauration… mais aussi les services publics et privés, l’enseignement et le commerce.

Notre interlocuteur souligne aussi l’importance du développement des voitures après les années 2000 dans les transformations du quartier. Selon lui, la bonne desserte en transports en commun et la proximité de plusieurs grands projets de transports renforceraient l’attractivité d’Eski Habipler et favoriseraient la croissance démographique du quartier : « Le nouvel aéroport est tout près. Il y a des transports publics par autobus. C’est très bien. Il y a aussi des minibus, les bus s’arrêtent ici. » Il explique que beaucoup de personnes ont emménagé à Habipler pour travailler au nouvel aéroport, à une dizaine de kilomètres au Nord-Ouest. Il assure d’ailleurs qu’Habipler serait une étape sur la route de l’aéroport : « Le tram sera prolongé jusqu’à l’aéroport, il ira. ». Le muhtar conçoit son quartier « en plein milieu » : « Eski Habipler est très bien situé : c’est près de l’aéroport, le tram va arriver, le métro va arriver, nous sommes près du canal, près d’Arnavutköy… Nous sommes entre tout ça. Habipler est en plein milieu. ». Osman Avcılar perçoit plutôt positivement cette urbanisation, qui a permis entre autres d’améliorer les services et de proposer plus d’emplois. Si les transports publics accompagnent ce mouvement d’urbanisation, le facteur principal reste le réseau routier, le long duquel se structure le quartier. Le dédoublement d’Eski Edirne Asfaltı par la construction d’une voie rapide a contribué à urbaniser la zone Sud-Ouest d’Habipler, située entre les deux axes.

Le muhtar estime que, dans cinq ou dix ans, Habipler sera une nouvelle centralité urbaine, en raison de cette localisation : « parce que c’est en plein milieu des projets actuels : l’ancien aéroport, le nouveau, le tramway, le métro, le canal, par là il va y avoir une ville nouvelle avec TOKI… Je vois qu’Habipler est très bien placé, en plein milieu. ». Pour accueillir une population plus nombreuse et de nouvelles activités, le muhtar envisage plutôt une densification, car les possibilités d’étalement sont réduites.

Pour notre interlocuteur, l’urbanisation effrénée de cette partie d’Istanbul ne poserait pas de problèmes environnementaux, il estime que le canal n’aurait pas de conséquences sur les espaces naturels, que les forêts ne sont pas menacées. Recourant à une rhétorique assez classique chez les membres de l’AKP à Istanbul, il dit que la déforestation n’est pas un problème, puisque la municipalité replante un nombre équivalent d’arbres, qu’il y a des pépinières qui compensent. Cette vision de la nature comme une aménité quantifiable en unités interchangeables est contestée par d’autres acteurs. De même, le muhtar estime que la situation des réserves en eau n’est ni critique ni menacée par la déforestation, par l’artificialisation des sols ou par les grands projets, dont la transformation du grand lac artificiel de Sazlıdere voisin en canal salé. « À Istanbul, il y a beaucoup de barrages, c’est important l’eau et les forêts. En ce moment, on arrive à alimenter tout le monde en eau : nous continuons d’avancer. ». La zone de protection pour l’eau n’est qu’à 4km du centre d’Eski Habipler, elle est surtout sur le chemin de grands projets (résidentiels ou d’activités, souvent liés à l’aéroport, au canal, au troisième périphérique…).

La nature en ville est en revanche très présente : Nous avons pu voir un grand nombre de parcs, d’arbres, de jardins publics ou domestiques. Osman Avcılar nous relate avec fierté qu’en tant que muhtar il a porté le nombre de parcs de 2 à 10. Il se réjouit qu’il y ait « beaucoup de parcs et de vert ici, beaucoup de fleurs. Les gens viennent s’installer, il leur faut des parcs. Plus il y a de parcs, plus les gens ont de bonnes conditions de vie. Ça apporte de l’air, de l’oxygène. Avec les parcs, les gens respirent mieux, vont moins à l’hôpital. ». Il souligne aussi les effets en termes de sociabilités, de concorde, de bon voisinage et de solidarité.

Un terrain de jeux pour enfants neuf, à Eski Habipler. Youenn Gourain, 28 février 2020.

Aux confins d’Eski Habipler : dynamisme impulsé par la route et expansion urbaine

Les rues les plus au Nord du quartier permettent d’observer les dynamiques qui agitent Eski Habipler : Certaines petites maisons de l’étape des gecekondu ont été transformées en petits immeubles, qui poussent progressivement. D’autres sont à l’abandon en attendant un autre usage, probablement moins agricole et plus urbain. D’autres enfin sont détruites pour faire place à la construction de petits immeubles de 3 à 7 étages, qui permettent de densifier le quartier pour faire face à la croissance démographique, tout en proposant plus de confort et parfois plus de standing. Certains indices nous renseignent sur la provenance de ces habitant.es : nous avons vu un centre social « rum » (c’est-à-dire de personnes musulmanes en provenance de Thrace et des Balkans) et diverses mentions de localités de la région de la mer Noire.

Un centre culturel et d’entraide thrace et rum à Eski Habipler. On voit aussi une camionnette pour vendre des fruits et une affiche pour un magasin d’ameublement. Youenn Gourain, 28 février 2020.

Les chantiers sont très nombreux. Les espaces résidentiels semblent progresser, au détriment d’usages moins prestigieux et moins rentables comme le tri des déchets, l’élevage ou des petites unités de productions.

Un atelier de réparation automobile, construit avec peu de moyens, subsiste entre les immeubles neufs ou en construction. Alice Moret, 25 février 2020.
Le bout d’Eski Habipler, vu depuis le carrefour routier. Les immeubles neufs remplacent les maisons et les entrepôts de tri des déchets (on en distingue un à gauche). Alice Moret, 25 février 2020.

Un abattoir se trouve néanmoins le long de la route, à la jonction avec les fermes et pâturages au Nord. Plus loin, on aperçoit même la Forêt de Belgrade.

L’entrée Nord-Ouest d’Eski Habipler. À gauche, des ateliers et un abattoir. Alice Moret, 25 février 2020.

Eski Edirne Asfaltı est ponctuée de garages, d’ateliers et de magasins d’équipements automobiles, surtout près de la sortie de la ville que constituent les confins d’Eski Habipler.

Un garage, un magasin de bricolage, une boucherie, un marbrier au bord de la route. Alice Moret, 28 février 2020.

Vers le Nord-Ouest, la route continue vers Arnavutköy. L’espace entre les deux quartiers est progressivement comblé par des entrepôts, des activités industrielles et logistiques. Du bout d’Eski Habipler, on aperçoit à nouveaux les chantiers autoroutiers et les terrils de déchets du bâtiment et des travaux publics.

Des entrepôts, des matériaux et des engins de chantier, sur la route vers Arnavutköy. Alice Moret, 25 février 2020.

Conclusion : les diverses formes d’urbanisation aux franges d’Istanbul

Ce quartier est ainsi modelé par plusieurs dynamiques, qui résultent du contact entre la ville et l’extérieur, composé de zones naturelles, protégées ou non, et de zones anciennement agricoles.

L’urbanisation se traduit à la fois par l’étalement urbain, mais aussi par la transformation de zones rurales, par la densification, l’équipement et la modification de villages qui changent de visage avec « l’arrivée d’Istanbul », signalée entre autres par l’arrivée des transports en commun. Le tramway est ainsi un élément symboliquement urbain, qui parachève une transformation soulignée par toutes les personnes rencontrées et visible dans le paysage.

Au retour, nous avons suivi à pied le futur tracé du tramway, le long d’Edirne Asfaltı, et avons quitté le quartier en remontant dans le tramway. Un arrêt à Venezia Kiptaş, bonus track de cette excursion urbaine, nous a donné l’occasion de voir un tout autre visage de la fabrique urbaine.

D’une perspective à l’autre, d’une infrastructure à l’autre

En embarquant pour cette excursion, nous partions du présupposé que nous étions au bord d’Istanbul, sur ses franges. Sur ces cartes du tournant du siècle, Malkoçoğlu et Habipler ont en effet tout de confins : la couleur verte représente les espaces hors de la ville, les rues sont numérotées plutôt que dénommées, la route est ponctuée par les ateliers et usines et les stations essence (pour la plupart encore visibles aujourd’hui), tandis que les matériaux de construction, fraîchement sortis d’usine ou au rebut, signalent le front d’urbanisation.

Un extrait de carte du guide (rehber) représentant Malkoçoğlu, en 2003. On remarque les unités de production (sanayı). Document transmis par Jean-François Pérouse.
Un extrait de carte du guide (rehber) représentant Eski Habipler, en 1995. Les rues portaient alors des numéros. Une usine d’asphalte jouxtait la mosquée. Au Sud, l’aplat représentant la forêt est contredit par le toponyme « usines » (fabrikalar). Document transmis par Jean-François Pérouse.

Nos interlocuteurs, notamment le muhtar de Eski Habipler Mahallesi, ont renversé cette perspective, en plaçant Habipler au centre des nouveaux développements stambouliotes : « en plein milieu », entre le nouvel aéroport, le canal et ses villes nouvelles, le centre historique, les quartiers en pleine transformation de l’Ouest stambouliote, les nouvelles infrastructures routières, une nouvelle ligne de métro…

La voie routière le long des quartiers visités, qui mène notamment à Arnavutköy et au nouvel aéroport. Si le canal est creusé et les villes nouvelles et équipements construits, son rôle en serait décuplé. Alice Moret, 25 février 2020.

De plus, nos pas suivaient une infrastructure plutôt modeste, le tramway 4. L’arpentage, nos observations et nos entretiens ont mené à une autre infrastructure sociotechnique, d’une toute autre ampleur, dont les acteurs de Sultangazi anticipent déjà d’éventuels effets sur leurs territoires : le canal. Ce projet, parangon des « projets fous » du gouvernement AKP, fera l’objet d’une prochaine excursion de l’Observatoire Urbain d’Istanbul


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search