Journal de confinement des étudiants en sociologie en Turquie

Cite this article as: Des étudiants en sociologie confinés, "Journal de confinement des étudiants en sociologie en Turquie," in Observatoire Urbain d'Istanbul, 12/10/2020, https://oui.hypotheses.org/5177.

La Turquie a déclaré le premier cas de Covid-19 le 11 mars 2020, prenant presque immédiatement les mesures de fermeture des établissements scolaires et universités. De son côté, le Ministère de l’Enseignement supérieur annonce une « pause » de trois semaines, le temps de s’organiser et de préparer le passage en ligne de l’enseignement. Les étudiants sont alors retournés chez eux, aux quatre coins de la Turquie, retrouvant des conditions inhabituelles de travail.

Pour le second semestre de méthodologie de la classe de sociologie (Licence 1), il était prévu de réaliser une observation participante pour initier les élèves à cette pratique d’enquête sociologique issue de l’anthropologie. Avec la pandémie et la fermeture physique de l’université, le programme a été seulement modifié : il a été décidé de réaliser un journal d’observation du confinement. Sur le modèle du journal de Howard S. Becker rédigé depuis sa maison en Californie1, les étudiants ont relevé au fil des jours différentes thématiques d’observation à l’intérieur ou à l’extérieur, personnel ou social, dans l’espace privé ou public. Parmi les sujets abordés, on trouve d’abord la situation des travailleurs en Turquie, particulièrement exposés au virus et à la crise économique dans cette période de semi-confinement. Dans ce projet, les étudiants ont aussi partagé leurs ressentis quant à la ré-organisation de leur quotidien et de leurs espaces de vie, de l’enseignement en ligne à la répartition des tâches au sein du foyer. Les textes sont accompagnés d’illustrations, photographies ou dessins, et évoquent des sujets qui les ont touchés personnellement, mais toujours dans une sensibilité sociologique. C’est une réflexion sur le monde qui nous entoure, et notre place dans ce drôle de monde, que nous avons essayé de mener ensemble.

Les travailleurs dans une économie déjà à bout de souffle

Bien que la Turquie ait appliqué rapidement des mesures de précaution, le confinement total « à la française » n’était pas une option viable étant donné la situation économique du pays. Le gouvernement a donc décidé d’appliquer un confinement partiel pour certains jours (les week-end et jours fériés), certaines heures et certaines tranches d’âge (les plus jeunes et les plus âgés). Avec un tel confinement, il est clair que c’est la classe des travailleurs qui est sollicitée. De même que le confinement du week-end qui rappelle que la priorité est donnée à la productivité et non au loisir.

Comme dans les autres pays, nous retrouvons en première ligne le personnel de santé ainsi que les livreurs faisant vivre l’uber-économie et tous les travailleurs permettant d’assurer la continuité du commerce et de l’entretien des villes.

Par contre, dans une économie fragile, cela a fait ressortir encore davantage la situation des populations précarisées, obligées de travailler, vivant sur des ressources au jour le jour pour l’entretien de plusieurs membres de la famille. C’est donc tout naturellement que les étudiants ont fait quelques observations à ce sujet.

 « C’est ma mère, qui est infirmière, elle rentre à la maison après avoir passé 24 heures à l’hôpital. Ses collègues étant infectés, son temps de travail a été augmenté à 84 heures par semaine. Il est également difficile de traiter les patients en portant des masques et des visières tout au long de la journée. En plus du travail sans congé, la possibilité de contamination est également psychologiquement épuisante pour elle.»

Esma, 19 ans, étudiante en licence de sociologie

« Cet homme ici prend un bain de soleil dans le jardin de sa résidence tandis que dans le bâtiment d’à-côté les ouvriers travaillent sur un chantier pour la construction d’un nouveau bâtiment. Bien entendu, les gestes barrière et la distance de sécurité sanitaire n’est pas respectée parmi les travailleurs. Il est certain que les conditions de confinement ne sont pas les mêmes pour tous. »

Aylin, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

« Pendant ces jours de confinement le cinéma Rexx a fait faillite, malheureusement cela m’a rappelé le cinéma Emek, et maintenant la scène de Moda qui, dans une situation difficile, est sur le point de fermer. Qu’est-ce qu’il restera à la communauté de l’art lors de la normalisation : des centres commerciaux et des coiffeurs? » 

Elif, 21 ans, étudiante en licence de sociologie

Prendre l’air pendant le confinement

Le confinement était donc total et obligatoire pour les populations âgées de moins de 20 ans et de plus de 65 ans. Les autres pouvaient circuler en dehors des jours officiels de confinement, c’est-à-dire week-end et jours fériés, avec un masque, dans les quelques lieux restés encore ouverts. A la maison, c’est une autre organisation qui se met en place. Surtout pour les étudiants qui ont dû quitter leur dortoir ou appartement et rentrer chez eux, dans leur ville natale, auprès de leur famille. L’enseignement n’a presque pas connu de pause, seulement des hésitations et beaucoup d’improvisation. Au-delà de l’angoisse collective et des incertitudes économiques, académiques et sanitaires, l’enfermement est vécu différemment parmi les étudiants. Certains disent qu’ils ont apprécié les premières semaines comme des vacances puis tout est devenu très ennuyeux. Pour les autres, c’est le contraire, à tendance dépressive les premières semaines, ils ont tenté de trouver un rythme et de s’adapter à cette drôle de vie. Voici quelques extraits de leur rapport au dehors.

« En Turquie, les enfants de moins de 20 ans n’ont pas pu sortir pendant plus d’un mois en raison du coronavirus affectant le monde. La diminution des cas du coronavirus en Turquie a conduit à une réduction progressive sur les interdictions. Les enfants âgés de 0 à 14 ans entre 11h00 et 15h00 ont été autorisés à sortir le 13 mai. Une joie qui n’a pas été vue depuis deux mois s’est manifestée dans les parcs et jardins. Le silence de la mort autour a été remplacé par des rires. « Le Parc National », qui était vide hier, est maintenant plein à ras bord. Bien que cette situation améliore le moral des familles avec enfants, elle soulève la question si c’est bien pour la sécurité de la santé des enfants, ce qui ne sont pas en mesure de se protéger. De plus, ces endroits surpeuplés causeront-ils un risque? Ce court congé était-il bon ou mauvais? Nous verrons à l’avenir. »

Betül, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

« Pour ceux qui doivent rester à la maison, le balcon est le seul endroit où ils peuvent se sentir à l’extérieur. Mais on peut peut-être affirmer que nous avons une approche différente des balcons par rapport aux autres pays? Dans mon quartier, et généralement en Turquie, les gens utilisent le balcon seulement pour faire sécher leurs vêtements ou fumer une cigarette. Il n’y a pas de table, de chaises pour passer du temps au balcon. En fait il y a une perception selon laquelle passer du temps sur le balcon ou s’assoir à l’intérieur avec des rideaux ouvert revient à s’exposer au regard des autres. Enfin, j’habite un quartier industriel et ici il n’y a personne qui passe du temps sur son balcon mais c’est une situation qui peut changer de quartier en quartier. »

Nil, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

La drôle de vie des étudiants

« Les enseignants, les étudiants et ceux qui continuent de travailler à la maison, travaillent plus qu’avant. Pour moi aussi, la frontière entre la maison et l’école a disparu. Voilà, c’est la table sur laquelle je passe la majeure partie de la journée avec des devoirs infinis, des examens, des cours en ligne. Le système scolaire est devenu plus difficile, plus fatigant, plus inégal qu’auparavant. »

Begüm, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

Après une pause de trois semaines, les cours ont officiellement repris sur des plateformes choisies par les universités, nécessitant une ré-organisation des systèmes de notation, du matériel requis, de la structure des cours. Des deux côtés, pour les étudiants et les enseignants, la charge de travail augmente alors considérablement. Il semble y avoir eu un phénomène de compensation inconsciemment appliqué par les enseignants. Le travail des enseignants étant rendu en quelque sorte « invisible », l’impression d’avoir pris du retard et le sentiment d’être contrôlé/surveillé sur les plateformes, provoque une augmentation des « petits » devoirs ou exercices qu’on aurait autrement donné dans le temps de classe. Il en va de même pour le temps de pause. Ainsi, du côté des étudiants, on parle de « devoirs infinis » ou « interminables ». Nous sommes face à un véritable épuisement scolaire pour une tranche d’âge qui a été en plus obligée de rester confinée.

« C’est la dernière semaine du semestre, je fais mes devoirs de mathématique pour la dernière fois. Nous avons dû faire face à de nombreux devoirs comme celui-ci et différents petits examens pendant deux mois au lieu des examens – qui se terminent normalement en 2 semaines maximum à l’école. Ces devoirs, qui semblaient interminables m’ont beaucoup fatiguée. Il semble que l’éducation occupe une grande place dans nos vies dans ce processus, et elle semble positive en général. Cependant, je ne suis pas aussi passionnée d’éducation qu’avant, avec pour effet de rester à l’écart du milieu social de l’école. L’enseignement à distance et l’enseignement scolaire ont-ils vraiment la même productivité ? »

Melek, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

Dans ce contexte, certains étudiants ont décroché ; les universités leur ont d’ailleurs proposé de geler leur deuxième semestre. Parmi les enseignants, on observe que la plupart de celles et ceux qui n’ont pas pu suivre ce rythme acharné montraient déjà des signes de décrochage scolaire auparavant, au sein du système présentiel. Pour d’autres, qui essayent de voir les côtés positifs du passage en ligne, c’est aussi l’opportunité d’avoir accès à d’autres contenus, débats et conférences en ligne. Des étudiants évoquent même un nouveau rapport de la famille, critique ou intrigué, avec l’introduction de l’institution scolaire dans l’espace familial.

« Il y a beaucoup de gens qui disent que l’éducation en ligne n’est pas un style d’éducation qualifié mais ma sœur n’est pas d’accord. Selon elle, elle a la possibilité de suivre de meilleurs cours: elle assiste même à notre cours d’histoire. Elle étudie dans l’un des meilleurs lycées de Turquie, cependant, elle a décidé d’assister à mes cours car selon ses propres mots, les cours étaient mauvais avant l’enseignement en ligne et maintenant il est presque impossible d’apprendre quoi que ce soit »

Ekin, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

« Mon frère, qui se prépare à l’examen d’entrée à l’université, accroche des notes sur la leçon dans les parties communes de la maison (miroir, toilettes, cuisine, etc.), d’autres membres de la famille les voient et essaient de se demander et d’apprendre.  De plus, lorsque je me réveille pour des leçons tôt le matin, ma mère est réveillée et elle écoute la leçon avec moi parce qu’elle s’ennuie et maintenant elle a plus d’informations sur mon département et mon école.  Je n’ai jamais vu de telles différences par rapport aux critiques de ma mère concernant la leçon entre ma propre famille et la société et le contenu à l’école. Cette différence améliore ma perspective sociologique. »

Müge, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

Les inégalités de genre à la maison

 « C’est mon environnement d’étude, il peut sembler que tous les étudiants sont égaux mais certains, ou plutôt certaines, doivent gérer les tâches domestiques comme la cuisine et le nettoyage, en plus des devoirs d’école. Donc la question est, le temps de pause entre les cours est-il réservé au repos ou à la préparation du repas pour toute la famille? Pour certains d’entre nous, comme moi, c’est la deuxième option. Et la cuisine est devenue bien sûr la nouvelle salle de classe parce que le repas est sur le feu. »

Begüm, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

Beaucoup d’étudiants ont pris conscience des inégalités de genre et des rôles sociaux/genrés au sein de la famille. Cela est d’autant plus frappant et insupportable pour elles/eux après une année d’enseignement en sociologie où ils apprennent que « tout est construit ». Le temps normalement consacré aux études pour les jeunes femmes vivant en colocation ou dans les résidences universitaires à Istanbul a dû être divisé dès leur retour au foyer familial du fait d’une nouvelle répartition des tâches principalement avec la mère. Pour beaucoup d’étudiantes, cela a été vécu comme une situation pesante et injuste.

« En cette période de crise, le fardeau du devoir scolaire est bien plus important que jamais.  Mais pour certains d’entre nous comme moi, le travail domestique est tout aussi important. Réveil à 8h50, pour assister à la classe à 9h, et pendant les moments où il n’y a pas cours, il y a des dîners et des déjeuners à préparer et le nettoyage à faire. Je me demande, pendant que nous restons tous à la maison, les garçons doivent-ils nettoyer et cuisiner? Les élèves de sexe masculin doivent-ils cuisiner tout en écoutant ce que dit le prof parce que le repas doit être préparé et qu’il ne reste plus beaucoup de temps?  Pouvons-nous dire qu’il n’y a pas d’inégalité chez nous? »

Hande, 20 ans, étudiante en licence de sociologie

Un jeune étudiant confirme ces observations :

« Les femmes qui m’ont vu lorsque je cuisinais ont été choquées. Elles pensent que c’est mon choix personnel et que je sais cuisiner car j’étudie dans une autre ville, loin de ma famille. Elles ne parviennent pas à détruire les normes traditionnelles du tout ».

Hakan, 20 ans, étudiant en licence de sociologie

« Par ailleurs, dans mon quartier, le façon de vivre des femmes ne change pas beaucoup. Elles sont toujours chez elles, dans les rues autour de la maison et elles s’occupent de leurs enfants ou petit-enfants, du ménage/de la cuisine/du foyer etc. Leur espace de vie avait déjà été limité par l’ordre patriarcal, mais cet espace a été d’autant plus restreint par la présence des maris dans cette période. Et la cause de la limitation imposée par les hommes n’est pas que sanitaire. Par exemple, ma mère est allée chez notre voisin (ils ont un jardin vaste et elles considèrent la distance sociale) qui habite en face de notre maison. Mon père était chez nous. Ma mère est venue environ deux heures plus tard et mon père s’est interrogé pourquoi elle est en retard. Selon lui, qu’est-ce qu’une femme peut faire quelque chose en dehors lorsque son mari est dans la maison? Je peux voir cette perception chez tous les maris ici ».

Hakan, 20 ans, étudiant en sociologie
  1. Howard Becker, « A San Francisco, quand mon quartier fait l’expérience de la pandémie”, AOC, 13 avril 2020. https://aoc.media/analyse/2020/04/12/a-san-francisco-quand-mon-quartier-fait-lexperience-de-la-pandemie/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search