Quand les migrations font le quartier : acteurs, espaces et réseaux

Cite this article as: oui, "Quand les migrations font le quartier : acteurs, espaces et réseaux," in Observatoire Urbain d'Istanbul, 20/11/2020, https://oui.hypotheses.org/5192.

Présentation

Alors que les dynamiques urbaines actuelles donnent à voir le quartier par projets de grandes envergures, l’Observatoire Urbain d’Istanbul cherche, pour son nouveau cycle d’excursions urbaines, à questionner la production du quartier par les individus qui le traversent et l’habitent. Aussi, parce que les processus de production urbaine à Istanbul qualifiés de néolibéraux s’appuient sur un rapport descendant, les individus sont écartés des processus de discussion. C’est donc la production matérielle, symbolique et sociale par les habitant.e.s que les excursions urbaines de 2021 chercheront à comprendre à la croisée de la sociologie, de la géographie et de l’urbanisme. Plus précisément, les quartiers sélectionnés ont pour objet commun qu’ils apparaissent comme le fruit du croisement de certaines migrations (internes ou externes) contemporaines. Populations réfugiées, migrants économiques, externes ou internes, comment ces communautés participent-elles à inscrire et à fabriquer de nouvelles urbanités ? Alors que les récentes études issues de la sociologie des migrations soulignent que la Turquie est passée du statut de pays de transit à celui de pays d’accueil, notre projet d’excursions souhaite explorer la place d’Istanbul comme première ville d’accueil du pays. Avec 45% de la population migrante totale, Istanbul est une étape ou une destination pour les migrations externes et internes depuis les années 1950 au moins. En rappelant que les processus d’exode rural et d’urbanisation sont encore en cours, couplés avec les dynamiques des migrations internationales mais aussi de rénovation urbaine, nous choisissons d’approcher l’échelon local du quartier, interrogeant le rôle de ses rues, ses espaces publics, formels ou informels dans la fabrique du tissu social. Comment les populations habitent et “font” ensemble le quartier? Comment se développent les interrelations dans ces quartiers marqués par l’immigration ? Nous soulevons certaines vigilances à analyser l’échelon local et le quartier par les individus qui le construisent. Il nous semble, dans cette mesure, utile de comprendre les acceptations de la “ville ordinaire” à Istanbul comme les processus de production de la ville hors des opérations d’urbanisme. Il s’agirait ainsi de regarder comment au prisme de la banalité la ville est en train de se faire (Bakhouche, Montel, 2007). C’est aussi une production de la ville qui échappe aux cadres techniques et administratifs de la planification, des logiques législatives des politiques urbaines ou des contraintes économiques des opérateurs urbains (constructeurs, aménageurs, promoteurs). Ce sont donc sur les usages, les pratiques du quotidien et les espaces de vie que le regard se portera. A cette granularité, il est intéressant de pouvoir questionner les réseaux tissés entre les individus, les rapports de forces, d’entraide, ou de subordination qui peuvent avoir lieu dans le quartier. Nous faisons enfin l’hypothèse que ces processus sont le fruit de négociations desquelles émergent des expertises locales et des ancrages territoriaux capables de dialoguer avec des échelons dits “supérieurs” métropolitains voire nationaux.

Objectifs

La restitution de nos excursions prendra la forme hybride d’un podcast et d’une synthèse rassemblant les entretiens, photographies et documents accumulés sur le terrain. Le format du podcast a pour objet de prendre du recul avec des interventions d’experts sur la question des migrations et de la production urbaine ainsi que nos analyses. Il permet également de donner à voir les dimensions sonores de nos déambulations et rencontres avec les interlocuteurs. Les excursions urbaines permettent enfin d’alimenter les archives de l’Observatoire Urbain d’Istanbul.

Méthodologie

À la suite du cycle d’excursions urbaines de l’année passée (Infrastructures et interface nature et sociétés urbaines à Istanbul, 2020), nous poursuivons une technique d’enquête et de découverte par la marche afin de « participer, refléter et co-produire » avec les acteurs locaux de la production urbaine (MAD, 2017). Nous prévoyons de réaliser une partie des excursions avec un.e intervenant.e qui nous commentera le parcours. Nous envisageons de nous entretenir avec des associations (dernek, dayanışma), maires de quartier et habitant.e.s. Nous nous appuierons aussi sur les données statistiques et sur la documentation disponible, les projets d’infrastructures, les évaluations d’impact, ainsi que les comptes-rendus des précédentes excursions de l’OUI, qui nous serviront de point de comparaison. Réciproquement, nous prendrons des photographies et collecterons des informations, afin d’alimenter les archives de l’OUI.

Programme

  1. Lundi 23 novembre 2020: Fatih (Vatan caddesi / Emniyet et Kumkapi) avec Malaz Usta
  2. Janvier ou Février 2021: Taksim (Armand) migrations africaines
  3. Mars 2021: Laleli (Bayram et Judith)
  4. Avril 2021: un quartier avec une forte présence iranienne ou communauté afghane (proposition : Küçüksu)
  5. Mai 2021: quartier de migrations internes (proposition : Esenler)

Comité d’organisation Youenn Gourain Alice Moret Solène Poyraz


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search