Excursions urbaines 2022 – Eau, risques et catastrophes

Propos

Pour ce cycle d’excursions urbaines 20221, l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) mène une recherche exploratoire sur la gestion et l’aménagement de l’eau urbaine à Istanbul. Celui-ci s’inscrit dans la continuité de cycles précédents (les rivières à Istanbul en 2009-2010 ; la nature en ville en 2015-2016). Il s’agira d’une part de pointer les risques et catastrophes liés à la ressource en eau qui sont générés par les processus de restructuration et d’étalement urbains ; d’autre part d’analyser les politiques publiques d’aménagement qui visent à endiguer ces risques et catastrophes.

L’aire urbaine stambouliote est traversée par le Bosphore et enserrée par la mer de Marmara et la mer Noire, et s’est développée sur un dense réseau de rivières. Pour son fonctionnement, elle mobilise les ressources en eau douce fournies par les deux grands bassins hydrographiques de Büyükçekmece (rive européenne) et d’Ömerli (rive asiatique). En contexte urbain, l’eau est en effet non seulement indispensable aux êtres humains et non-humains mais aussi à l’économie urbaine2 : elle rend possible la reproduction de la force de travail, les activités industrielles, l’exploitation minière, l’agriculture, le transport et les activités de loisirs et de tourisme. La satisfaction de ces besoins est permise par l’aménagement de diverses infrastructures nécessitant des investissements considérables pour leur installation, coordination et entretien : mise en barrage des retenues d’eau, développement d’un système de distribution et d’assainissement ; collecte des eaux pluviales ; ingénierie des côtes et des rivières. En tant que ressource stratégique, l’eau est gérée par une structure organisationnelle complexe d’acteurs publics et privés à différentes échelles de pouvoir et de territoire, et par des systèmes de décision centralisés3. On assiste ainsi, dans la ville moderne, à une « urbanisation de l’eau », entendue comme la production, la distribution et la standardisation de l’eau (flux et propriétés écologiques), à travers de vastes systèmes d’ingénierie en vue de sa marchandisation en tant que capital économique et culturel (Swyngedouw 2004 : 30-36).

Cette urbanisation de l’eau est l’une des conditions par laquelle l’aire urbaine peut continuer à croître (Ibid. : 37). Istanbul est aujourd’hui une métropole de plus de 16 millions d’habitant·e·s dont le tissu urbain ne cesse de s’étendre, notamment du fait d’une politique de planification urbaine centralisée (Tansel 2017). Les géographies radicale et critique, principalement développées autour des travaux de David Harvey, ont montré que les processus continus de transformation et d’étalement urbains sont générés par les disfonctionnements du capitalisme. Ainsi, pour dépasser ses crises systémiques d’accumulation du capital, le système capitaliste a besoin d’un spatial fix, soit un ancrage géographique fonctionnant comme un débouché pour la circulation et l’accumulation du capital. Dans les villes, qui sont aujourd’hui les arènes privilégiées de l’accumulation du capital, ce spatial fix s’effectue par la restructuration et l’expansion géographiques (Harvey 1978 ; 2001), qui prennent corps dans les politiques de transformation urbaine (TU) de quartiers pauvres (projets de TU de Gaziosmanpaşa) et dans la construction d’infrastructures de transport dans les périphéries urbaines pour enclencher une nouvelle phase d’urbanisation (troisième périphérique autoroutier, troisième pont, troisième aéroport, Canal Istanbul). Ces projets sont tous majoritairement pilotés par l’État turc. Dans le même temps, la mise en œuvre de ce spatial fix nécessite de ponctionner davantage de ressources naturelles : matériaux de construction (carrières de pierre à Odayeri, Arnavutköy, Ömerli), réserves foncières forestières ou agricoles (terrains 2B, terrains militaires), ressources en eau. La recherche en sciences sociales a donc démontré depuis cinquante ans les liens entre organisation économique capitaliste, pressions sur les ressources et risques / catastrophes environnementales et humaines.

La catastrophe est un événement brutal, qui correspond à la réalisation d’un risque, généralement défini comme la combinaison d’un aléa et de vulnérabilités. Elle peut affecter les conditions matérielles de reproduction des habitant·e·s, et conduire à la dégradation et à la destruction d’un patrimoine. Ce dernier est entendu comme ce qui est valorisé, dans un système culturel de valeurs, par des institutions (autorités qui instituent de la valeur) ou par des pratiques quotidiennes ordinaires. Dans le cadre d’une accentuation des phénomènes extrêmes par le réchauffement climatique anthropique, Istanbul est au cœur de risques liés à l’eau, par sa localisation et ses aménagements successifs : risque d’inondation par débordement lié à l’ingénierie des rivières (ex : inondations des berges de la rivière Ayamama en 2009 entraînant la mort de 11 personnes) ; pollution des réserves d’eau douce et d’eau de mer par les activités humaines, comme l’a montré la catastrophe environnementale du mucilage dans la mer de Marmara en 2021, dont les dimensions atteintes détruisent les écosystèmes marins ; recul drastique des milieux amphibies, forêts et terres agricoles et d’élevage (notamment de buffles), et épuisement des réserves d’eau douce du fait de l’avancée du front urbain au Nord-Ouest (dont le projet Canal Istanbul constitue une menace supplémentaire voire irréversible4) ; consommation accrue en eau, comme alertent plusieurs travaux sur la ponction critique des bassins hydrographiques susmentionnés (Sözen et al. 2021).

Dans le même temps, la montée des discours écologistes, portés par différents acteurs contestataires (universitaires, chambres d’architectes, urbanistes et ingénieurs, associations d’habitant·e·s, collectifs, ONG, partis politiques), participent à l’élaboration d’un discours instituant une valeur patrimoniale aux ressources naturelles, souvent par opposition à la valeur marchande qu’elles ont acquises lors d’un processus de privatisation. Ces discours sont de plus en plus intégrés aux politiques publiques, notamment aux politiques urbaines, constituant ainsi une nouvelle « idéologie verte » (Calenge 2003). Les risques liés à l’eau font alors l’objet de mesures spécifiques : cartographie du risque d’inondation et détermination de zones inconstructibles5, restauration de l’aspect « naturel » des rivières, réduction de la pollution et augmentation de la qualité de l’eau, préservation de la biodiversité. Les normes actuelles d’aménagement sont donc à la fois guidées par des principes de gestion du risque et de restauration / conservation (Zimmerer 2016). À Istanbul, le maire métropolitain CHP d’Istanbul, Ekrem Imamoğlu, a lancé 15 projets de « vallée de la vie » (yaşam vadisi) après avoir mené un projet pilote dans sa mairie d’arrondissement à Beylikdüzü6. Les aménagements humains que nous observerons lors de ce cycle d’excursions urbaines sont ainsi à la fois des protections contre un risque ou des adaptations à un phénomène menaçant et des facteurs de vulnérabilité, et la matérialisation de normes dans l’espace physique (Lefebvre 1974) concernant la place de la nature en ville et plus généralement un modèle de développement.

 

Axes et réflexions 

Sans exhaustivité, plusieurs questionnements seront soulevés pendant les excursions :

  • Quels sont les acteurs (publics-privés) impliqués dans l’aménagement de l’eau et la gestion des risques et selon quelles échelles de territoire et de compétence travaillent-ils ? Y a-t-il des conflits, coopérations et négociations entre ces acteurs, notamment lorsqu’il s’agit d’aménager l’espace géographique du bassin versant ? Quelle est la participation des citoyens dans les processus décisionnels de projets urbains ? (gouvernance)
  • Les infrastructures liées à l’eau créent-elles des conflits autour de l’approvisionnement, de l’accessibilité, de l’usage de l’eau ? (conflictualité)
  • Selon qui et pour qui la valeur patrimoniale de la ressource en eau est-elle définie7, et quels intérêts celle-ci recouvre-t-elle ? (patrimonialisation)
  • Comment les aménagements actuels et passés traduisent une idéologie spécifique et contextuelle de la place de la nature en ville ? Une circulation et une hybridité de modèles de développement peuvent-elles êtres identifiées ? (paysage)
  • En quoi les projets de restauration-conservation participent-ils au discours d’une « économie verte », qui constitue une nouvelle légitimation du processus d’accumulation du capital ? (néolibéralisme)

 

Excursions prévues

  • La rivière Ayamama (février)
  • Tracé du Canal Istanbul (mars)
  • Barrage d’Alibeyköy (avril)
  • Aménagements de la Corne d’Or (mai)
  • Vallée de la vie de Beylikdüzü (juin)

 

Organisatrices

Agathe Fautras, Julie Gaillet, Alice Moret

 

Bibliographie

CALENGE, Christian (2003), « Idéologie verte et rhétorique paysagère », Communications, n°74, pages 33 à 47.

HARVEY, David (1978), “The urban process under capitalism: a framework for analysis”, International Journal of Urban and Regional Research,Vol. 2, n°1-3: 101–131 pp.

HARVEY, David (2001), “Globalization and the ‘spatial fix’”, Geographische Revue, N°2: 23-30 pp.

LEFEBVRE, Henri (1974) [2000], La Production de l’espace, Anthropos, Paris, 512 p.


PÉROUSE, Jean-François (2012), « La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi ,°5779 ou le triomphe écrasant de l’urbain dans l’ordre de gestion territoriale », Dipnot[en ligne], mise en ligne le 19 novembre 2012.
URL : https://dipnot.hypotheses.org/37#comments

SÖZEN, Seval, DUBA, Seyda, GÖKÇEKUŞ, Hüseyin, DOĞRU, Özgür Ahmet, SENEL, Gizem, GÖKSEL Çiğdem(2021), “Water Management for Istanbul : Collapse or Survival”, Environmental Earth Sciences, Vol. 80, N°7.

SWYNGEDOUW, Erik (2004). Social Power and the Urbanization of Water. Flows of Power, Oxford University Press, Oxford, 209 p.

TANSEL, Cemal Burak (ed.) (2017). States of Discipline. Authoritarian Neoliberalism and the Contested Reproduction of capitalist Order, Rowman & Littlefield International, London, New York, 288 p.

ZIMMERER, Karl S. (2006), “Cultural Ecology : At the Interface with Political Ecology. The New Geographies of Environmental Conservation and Globalization”, Progress in Human Geography,Vol. 30, N°1: 63-78.

 



Citer ce billet
oui (2022, 15 janvier). Excursions urbaines 2022 – Eau, risques et catastrophes. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sm1z

  1. Ce cycle d’excursion urbaine a été pensé en articulation avec l’école doctorale organisée par Julien Boucly (GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans) en juin 2022. Il se nourrira ainsi de réflexions collectives issues de sa préparation et de sa tenue. []
  2. L’économie urbaine renvoie ici aux activités économiques organisées à la fois dans l’espace urbain et dans leur dépendance avec l’espace péri-urbain et rural. En effet, dans la métropole stambouliote, la gouvernance de la mairie métropolitaine s’étend aux limites administratives du département d’Istanbul, de sorte que l’espace rural se retrouve sous l’influence et la prédation de l’économie urbaine (Pérouse 2012). []
  3. Ce paysage institutionnel, non sans disfonctionnements, pourrait d’ailleurs bientôt être affecté par la préparation d’une loi-cadre sur l’eau, dont le ministre de l’Agriculture et des Forêts, Bekir Pakdemirli, a annoncé la préparation en mars 2021. []
  4. Voir Ayla Jean Yackley, “Erdogan’s ‘crazy’ Istanbul canal plan is dividing opinion”, Financial Times, mise en ligne le 30 mai 2018, consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.ft.com/content/2fce38da-4317-11e8-97ce-ea0c2bf34a0b []
  5. Ce qui n’empêche pas, dans une société où l’inégalité de revenus ne permet pas un accès au marché locatif formel pour tous, l’installation d’habitations informelles sur lesdites zones, créant une inégalité face au risque. []
  6. Accompagnant sa promesse électorale en 2019 pour le statut de maire métropolitain d’Istanbul, le projet vise à transformer quinze bassins versants en corridors écologiques, d’une superficie d’environ 20 millions de mètres carrés, une surface considérable dans une mégapole où les espaces verts sont rares. Le projet des « vallées de la vie », en prenant en compte les réalités naturelles et topographiques du territoire, est l’un des premiers exemples de politiques environnementales territorialisés à Istanbul. []
  7. On peut par exemple évoquer la récente mise en valeur d’une « culture de l’eau » des Ottomans. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search