Le barrage d’Ömerli, rouage central de l’approvisionnement en eau à Istanbul (excursion n°2, mars)

Ce compte-rendu a été rédigé par Agathe Fautras et Julie Gaillet.

Le barrage d’Ömerli, rouage central de l’approvisionnement en eau à Istanbul (excursion n°2, mars)

Introduction

La disponibilité en eau douce est indispensable à la santé, au bien-être et au développement économique de nos sociétés. À Istanbul, la zone urbaine s’est développée sur les rives du Bosphore, à une distance relativement éloignée des sources d’eau douce environnantes. Son histoire urbaine est dès lors marquée par le développement de systèmes d’acheminement d’eau douce dont on voit encore aujourd’hui les multiples vestiges dans le tissu urbain (aqueducs, citernes). Aujourd’hui, un système interbassin de gestion de l’eau, supervisé par l’Administration des Eaux et des Égouts d’Istanbul (İstanbul Su ve Kanalizasyon İdaresi, İSKİ), permet de fournir annuellement 1,7 milliard de m3 à plus de 16 millions d’habitant·e·s (İSKİ 2020) pour des activités domestiques, industrielles, agricoles et récréatives.

Les ressources en eau de la région d’Istanbul sont néanmoins soumises à des pressions de plus en plus importantes du fait des activités humaines. D’une part, le changement climatique de nature anthropique entraîne la diminution des précipitations annuelles et l’augmentation des épisodes climatiques extrêmes (chute de neige, sécheresse), pouvant conduire à des pénuries d’eau. D’autre part, la croissance de la population urbaine et l’évolution des modes de vie contribuent à augmenter drastiquement la demande urbaine en eau. Les pollutions dues à l’urbanisation continue – notamment les mégaprojets soutenant un redéploiement du front urbain au nord d’Istanbul – menacent le fonctionnement naturel des bassins versants de la région et détériorent la qualité des sources d’eau potable, qui deviennent impropres à la consommation et nécessitent des traitements coûteux et énergivores.

Depuis 1981, la tâche d’İSKİ est d’assurer la collecte, le traitement, le contrôle et la distribution de l’eau potable et des eaux usées, ainsi que la protection des ressources en eau. Plusieurs schémas directeurs ont vu le jour à partir des années 1970 pour planifier la mise en œuvre de ces tâches et répondre aux besoins d’une métropole en constante expansion. Cette planification semble toutefois en concurrence avec les logiques capitalistes d’urbanisation qui conduisent les pouvoirs publics à aller chercher l’eau toujours loin, jusqu’en dehors de la province stambouliote, questionnant la durabilité de ce modèle. De ce point de vue, l’élection du CHP à la grande municipalité d’Istanbul en 2019, coïncidant avec de nouvelles politiques nationales sur la gestion de l’eau sous l’influence de politiques européennes, semble marquer, par certains aspects, une transition dans la gestion de l’eau à Istanbul.

Lors de cette deuxième excursion, nous nous sommes rendu·e·s au barrage d’Ömerli, sur la rive asiatique. Il s’agit de la plus importante retenue d’eau de la province stambouliote, fournissant près d’1/3 de l’eau potable à la métropole – on verra que la construction récente du barrage de Melen, hors de la province, réduit ce pourcentage. Accompagné·e·s d’un ingénieur chimique, nous avons visité la station de traitement d’eau potable d’Ömerli, gérée par İSKİ.

Source: David Billeau.

I – La planification de l’approvisionnement en eau potable

Selon un rapport de l’UNESCO (2019), Istanbul fait partie des 33 mégapoles dans le monde avec une population dépassant les 17 millions d’habitant·e·s et un taux de croissance démographique avoisinant les 2,8% par an, soit l’un des plus élevés en Europe. La planification de l’approvisionnement en eau potable est donc cruciale à la fois pour répondre à une forte demande et pour faire face aux défis géographiques propres à la métropole stambouliote. En effet, la zone urbaine est répartie entre deux rives, et près de 70% de la population habite sur la rive européenne alors même que les sources d’eau potable se situent principalement sur la rive asiatique.

A)       Les premiers systèmes d’acheminement d’eau

Nous ne disposons que de peu d’informations sur les systèmes d’approvisionnement en eau aux époques romaine et byzantine. À l’époque romaine, le premier aqueduc significatif fut construit par l’empereur Hadrien (117-138). Ensuite, l’empereur Constantin (324-337) fit construire 242 km d’aqueducs pour acheminer l’eau depuis les montagnes d’Istranca. Il faut aussi mentionner le système bâti par l’empereur Valens (364-378) qui fit construire l’aqueduc Bozdoğan, aussi connu sous le nom d’aqueduc de Valens, dont on peut voir les vestiges à Fatih. On suppose qu’ils servaient à acheminer des ressources en eau à l’ouest de la ville historique, sans plus de précision. Enfin, le système construit par l’empereur Théodose (379-395) permettait d’apporter l’eau depuis les forêts de Belgrade. La majeure partie de ces infrastructures sont détruites lors de l’invasion latine de 1204. À l’époque byzantine, il n’y a pas de construction de système d’acheminement de l’eau significative à noter ; l’approvisionnement en eau reposait sur des puits et des citernes, notamment la fameuse Citerne Basilique, construite par l’empereur Justinien en 532 (İSKİ 2020 ; Çeçen 1992).

Lors de la prise de Constantinople en 1453, le réseau d’eau potable est globalement en mauvais état. Plusieurs sultans entreprennent des travaux pour rénover certains aqueducs : ils en construisent aussi de nouveaux, notamment sous Beyazit II (1481-1512) et Yavuz Selim (1512-1520). L’un des plus remarquables édifices est sans doute le système Kırkçeşme (doc. 1). Alors qu’Istanbul est soumise à des pénuries d’eau, Soliman 1er (1520-1566) commande à l’architecte Sinan l’élaboration d’un vaste système d’approvisionnement à partir des ressources en eau de la région de Kemerburgaz, comprenant 33 aqueducs répartis sur deux branches principales, alimentant plus de 300 fontaines de la péninsule historique (Ibid.).

Doc. 1 : L’aqueduc Güzelce Kemeri (Cebebi, Sultangazi) du système Kırkçeşme Source : Çeçen (1992 : 88)

Dans la fin de l’époque ottomane, la franchise de distribution de l’eau sur la rive européenne est attribuée à une compagnie française (Dersaadet Anonim Su Şirketi) sous le règne du sultan Abdulaziz en 1869, notamment en acheminant les ressources en eau du lac de Terkos. L’approvisionnement de la rive asiatique est quant à lui confié à une autre compagnie française (Üsküdar-Kadıköy Su Şirketi), fondée en 1888. Quelques années après la proclamation de la république turque, c’est ensuite la Compagnie d’Administration des Eaux (İstanbul Su İşleri, İSİ) qui récupère la gestion de l’eau à Istanbul, dans un contexte de reconstruction d’une économie nationaliste. Elle construit notamment le premier barrage d’Elmalı (Elmalı-1) (Altınbilek 2006). İSİ sera ensuite remplacée par İSKİ en 1981.

B)       La mise en place progressive d’un vaste système interbassin au XXe siècle

Mise en barrage des ressources en eau potable de la région stambouliote

La fin du XIXe siècle et tout le XXe siècle sont marqués par la mise en barrage progressive des ressources en eau potable d’Istanbul, comme le lac naturel de Terkos (1883), les retenues d’eau artificielles alimentées par les rivières environnantes Elmalı-1 (1893), Elmalı-2 (1950), Ömerli et Alibeyköy (1972), Darlık (1989), et le lac naturel de Büyüçekmece1 (1989) (İSKİ 2020 : 31). Durant cette période, la population urbaine – et la demande en eau – augmente en effet progressivement et de manière particulièrement significative à partir des années 1950 du fait de migrations internes. La population stambouliote passe ainsi de 1,1 million en 1950, à 3 millions en 1970 et à 7 millions en 1990 (Fleury 2010). Le développement progressif d’un système de barrages est guidé par un effort de planification, dont le « Plan directeur d’approvisionnement en eau d’Istanbul » est le premier à l’échelle métropolitaine. Il est réalisé par le consortium DAMOC en 1971 sur commande de la Direction Générale des Travaux Hydrauliques de l’État (Devlet Su İşleri Genel Müdürlüğü, DSİ). Créée en 1954, la DSİ est responsable de la planification et de la construction des installations hydrauliques à grande échelle (Turkish Water Institute 2017).

Malgré cela, dans la première moitié de la décennie 1990, d’importantes sécheresses et une moyenne de précipitations basse (Burak, Bilge & Dernek 2017) entraînent des pénuries d’eau pendant plusieurs années. De nouvelles retenues d’eau artificielles sont construites, alimentées par un réseau hydrographique toujours plus loin du tissu urbain : Sazlıdere (1998), mais aussi Istrancalar (1995-1997), Kazandere (1997) et Pabuçdere (2000). Entre 1994 et 2002, ces nouvelles infrastructures augmentent ainsi la capacité de stockage d’eau potable de 56%. La connexion au réseau d’eau potable de la population est aussi portée à 99% en 2004, alors qu’elle était de 88% en 1994. De plus, sur commande d’İSKİ, un nouveau schéma directeur2 est préparé entre 1993 et 1999 par le consortium IMC. Il a pour objectif de sécuriser les approvisionnements en eau potable de la métropole jusqu’en 2040. La pièce maîtresse de ce projet est le barrage de Melen (construction entre 2007 et 2014) et ses régulateurs. Hors de la province d’Istanbul, il est situé à plus de 170 km du Bosphore, et son bassin versant s’étend sur les provinces de Sakarya, Bolu, Düzce et Zonguldak. À terme, celui-ci doit fournir 1,18 milliard de md’eau par an, soit la consommation totale de la métropole dans les années 2010. En 2020, un peu moins de 50% de l’eau viendrait des régulateurs de Melen et de Yeşilçay. Le coût de transfert de cette eau est colossal : la moitié de l’électricité consommée par İSKİ sert à faire fonctionner les stations de pompage qui permettent l’acheminement de l’eau (Turkish Water Institute 2017).

     Gestion et distribution de l’eau potable

Ces retenues d’eau fonctionnent selon un système de transfert d’eau interbassin, un modèle particulièrement utilisé dans le bassin méditerranéen soumis à une situation de stress hydrique (Öztürk et al. 2013). Les réservoirs sont interconnectés, permettant de réguler les réserves en eau entre les différents territoires de la métropole (Burak, Bilge & Ülker 2021), notamment entre la rive européenne et la rive asiatique. Par exemple, l’eau du barrage de Melen est acheminée jusqu’à la station de traitement d’eau potable de Cumhuriyet (Beykoz), puis transférée via un tunnel long de 5,5 km et d’un diamètre de 6 m à 135 m sous le Bosphore jusqu’au centre de distribution de Kâğıthane (Saatci 2013) (doc. 2). La gestion opérationnelle de ce système interbassin est assurée par le système satellite SCADA à Kâğıthane3.

Doc. 2 : Schéma des projets d’approvisionnement en eau Source : Altınbilek (2006)

Avant distribution, les ressources en eau passent par des usines de traitement d’eau potable. Il en existe 21 à Istanbul, pour une capacité maximale de traitement quotidien de 4,3 millions md’eau, soit bien plus que la consommation quotidienne moyenne (2,9 millions de mpar jour, toutefois plus haute en été) (İSKİ 2020). Lors de la visite du site d’Ömerli, qui comprend à lui seul 4 stations4, nous avons suivi les différentes étapes du traitement de l’eau (doc. 3). 

Doc. 3 : Étapes du traitement de l’eau au barrage d’Ömerli. Source : Agathe Fautras

  1. Aération : C’est une étape nécessaire lorsque l’eau présente une forte carence en oxygène, notamment en cas d’eutrophisation. La chute de l’eau en cascade permet d’augmenter la teneur en oxygène dans l’eau, oxydant le fer et améliorant le goût de l’eau.
  2. Floculation : introduction d’un produit coagulant (aluminium de sulfate) entraînant l’agrégation des particules en suspension dans l’eau.
  3. Décantation : Dans les bassins de décantation, les matières en suspension coagulées se déposent au fond des bassins. Ces boues s’agglutinent dans des tubes pratiquement verticaux régulièrement nettoyés. Dans une étape ultérieure, les boues récoltées sont traitées pour des raisons de salubrité, afin d’éliminer les divers micro-organismes qui y résident, puis sont déshydratées (par pression) afin de réduire leur volume. Elles sont ensuite transportées par camion dans des centres de déchets.
  4. Filtration : L’eau est filtrée à travers du sable pour produire une eau débarrassée des particules en suspens restantes. Sur la photographie 4, l’eau semble statique, mais elle est filtrée par le bas.
  5. Chloration : interdite aux visiteur·se·s, cette étape consiste à ajouter du chlore dans l’eau, selon une quantité contrôlée par l’ingénieur chimique, afin de tuer les bactéries et virus éventuellement présents. Une certaine dose de chlore demeure afin d’éviter tout développement bactérien ultérieur dans le réseau de distribution des eaux.

 II – Les risques pesant sur les ressources en eau potable

A) Des risques de nature anthropique menaçant la durabilité du modèle de gestion de l’eau

Comme le rapportent les derniers rapports du GIEC (IPCC 2022), les conséquences du réchauffement climatique de nature anthropique sur le bassin méditerranéen sont alarmantes. La hausse des températures entraîne une augmentation des épisodes extrêmes (sécheresse, chutes de neige), ainsi qu’une baisse généralisée des précipitations, nous dirigeant vers des pénuries d’eau. Si les phénomènes extrêmes permettent d’atteindre un taux élevé de remplissage des retenues d’eau, ce n’est le cas que ponctuellement, quand il faudrait que les réserves soient élevées toute l’année et particulièrement en été, où la demande en eau est plus importante. L’augmentation des températures et la réduction du couvert forestier à proximité des retenues d’eau accentuent de surcroît le phénomène d’évaporation, qui causerait une baisse de 14% des réserves d’eau d’Istanbul sur les deux prochaines décennies (van Leeuwen & Sjerps 2016). En hiver, les précipitations ont par ailleurs chuté significativement ces 50 dernières années (Suri 2018). 

Plus encore, les ressources en eau potable sont menacées par les pollutions anthropiques. Les rejets des activités agricoles (engrais, pesticides), industrielles (métaux lourds) et domestiques (entre autres, matières organiques) entraînent une pollution chimique et une eutrophisation5 des retenues d’eau. Ce processus correspond à une augmentation du taux de nutriments dans l’eau provoquant une prolifération d’algues et la rendant impropre à la consommation. Le « Règlement sur la lutte contre la pollution de l’eau » (Su Kirliliği Kontrol Yönetmeliği) de 1988 indique une classification de la qualité de l’eau6 , répartie entre 4 catégories (classe 1 : potable ; classe 2 : légèrement polluée ; classe 3 : polluée ; classe 4 : hautement polluée). Plus le classement des réservoirs est mauvais, plus leur eau nécessite des traitements avancés – et les structures adaptées. Les barrages d’Ömerli et de Terkos seraient par exemple de classe 2 et tendraient vers la classe 3, tandis que la retenue de Büyükçekmece est de classe 3. Le barrage d’Elmalı a le pire classement et appartiendrait quant à lui à la classe 4. Enfin, le lac de Küçükçekmece est impropre à la consommation, ne répondant pas aux critères de potabilité définis par le règlement de 1988 (Beler-Baykal, Gönenç & Tanık 2000 ; Demirel 2009 ; Turkish Water Institute 2017). Comme évoqué dans le compte-rendu de l’excursion précédente, une gestion des bassins versants ne peut être durable que si elle prend en compte leurs délimitations naturelles (doc. 4). Un bassin versant correspond ainsi à la zone de captage des eaux d’une retenue d’eau ; il est délimité par une ligne de partage des eaux et peut s’étendre sur plusieurs centaines de km2. Tous les rejets des activités humaines présentes sur ce territoire, s’ils ne sont pas collectés et traités, sont donc susceptibles de polluer les barrages d’eau potable destinés à la consommation (domestique, industrielle, agricole). 

Doc. 4 : Les délimitations naturelles des bassins versants des retenues d’eau potable d’Istanbul
Source : Cüceloğlu, Abbaspour & Öztürk 2017.

Par ailleurs, le ruissellement des eaux, couplé à la géographie accidentée d’Istanbul et à la réduction du couvert forestier des bassins versants, accentue l’érosion des sols et le transport puis dépôt de sédiments dans les retenues d’eau. Sans entretien, cela réduit drastiquement la capacité de stockage de certains barrages et donc leur durée de vie (Bekiroğlu & Beker 2011). Les eaux souterraines sont peu utilisées (98% de l’eau potable distribuée à Istanbul provient des eaux de surface) mais sont déjà menacées par la pollution, le pompage excessif, l’intrusion de l’eau salée dans les zones côtières et l’infiltration d’eaux contaminées (van Leeuwen & Sjerps 2016).

Enfin, la construction de mégaprojets menace directement les retenues d’eau aménagées au cours du XXsiècle. Le troisième aéroport, d’une superficie de plus de 76 km2, est ainsi construit à proximité du lac de Terkos et des milieux aquifères de la côte de la mer Noire. Le projet du canal d’Istanbul, devant s’étendre de la mer de Marmara à la mer Noire – officiellement pour désengorger le Bosphore mais également pour structurer le redéploiement du front urbain dans le nord d’Istanbul – entraînera la destruction du barrage de Sazlıdere, qui correspond à 10% de la capacité de stockage d’eau à Istanbul. Traversant le barrage de Terkos (18%), il provoquera également des pertes en eau importantes ainsi qu’un risque de salinisation (TMMOB 2019).

Outre l’augmentation de la demande en eau, c’est donc aussi du fait de tous ces risques de nature anthropique qu’il est nécessaire de trouver de nouvelles sources d’eau potable toujours plus loin de la métropole. Le choix d’aller chercher ces sources principalement sur la rive asiatique s’explique sans doute par le fait que la côte de la mer Noire reçoit plus de précipitations par rapport à celle de la mer de Marmara (Cüceloğlu, Abbaspour & Öztürk 2017), alors que la population est plus importante sur la rive européenne, et le sera d’autant plus avec la création des villes nouvelles de l’arrondissement d’Arnavutköy. Les pollutions anthropiques étant surtout issues du rejet des eaux usées de différentes activités, sa collecte et gestion est aussi devenue une priorité vers le milieu du XXsiècle.

B)       Des mesures de protection pour atténuer les risques

L’une des tâches d’İSKİ est la protection des ressources en eau d’Istanbul. L’Administration des Eaux et des Égouts d’Istanbul a ainsi adopté, avec modifications mineures, le « Règlement sur la lutte contre la pollution de l’eau » en 1996. 

L’une de ses priorités a avant tout été la collecte, le traitement et le déversement dans la mer des eaux usées. Plusieurs projets de systèmes de gestion des eaux usées ont ainsi été conçus et mis en œuvre en faisant appel à différentes expertises, notamment étrangères7 (Gunnerson & French 1996). Ces projets ont eu pour objectif de limiter les rejets dans la mer de Marmara, mer semi-fermée plus fragile écologiquement que la mer Noire – on a vu ainsi la réapparition du mucilage en 2021. Sur la base de données limitées, le schéma directeur de 1971 recommande un système de traitement et de rejet des eaux usées en tirant partie des propriétés hydrodynamiques du Bosphore. En effet, il existe une stratification dans le détroit : il est composé d’une couche supérieure de faible salinité en provenance de la mer Noire se dirigeant vers la mer de Marmara, et d’une couche inférieure de forte salinité, faisant le chemin inverse8. C’est sur ce savoir océanographique que sont jetées les premières bases d’une politique d’assainissement à Istanbul : une fois récoltées, les eaux usées de la métropole passent par des usines de traitement préliminaire (dégrillage et dessablage) et sont déversées dans les eaux profondes du Bosphore pour permettre leur évacuation vers la mer Noire (Orhon 1995). İSKİ commande toutefois une nouvelle expertise, réalisée par l’université de METU entre 1986 et 1989, qui met en évidence l’existence d’un mélange des deux couches identifiées, particulièrement à la jonction entre la mer de Marmara et le Bosphore. L’étude montre aussi que la mer de Marmara a atteint un stade de pollution alarmant, pouvant entraîner son eutrophisation (Orhon et al. 1994, Orhon 1995). Le schéma directeur IMC de 1999 prend alors en compte ces nouvelles connaissances et revoit la carte des points de rejet des eaux usées et de leur niveau de traitement9 (Okuş et al. 2004), bien que les exutoires restent les mêmes : mer de Marmara et mer Noire. Aujourd’hui, le système de traitement des eaux usées comprend 88 stations d’épuration construites entre 1988 et 2020 et plus de 16 000 kmde conduites d’eau usées (İSKİ 2020). En 1995, seulement 11% des eaux usées sont traitées. Fin 2002, ce sont 90% des eaux qui sont traitées (Yüksel et al. 2004). En 2020, ce système a traité 1,396 milliard de md’eau (İSKİ 2020). Cependant, 73% de ces eaux usées subissent seulement un prétraitement, tandis que 27% passent par des usines de traitement biologique avancée avant d’être rejetées dans les mers voisines (van Leeuwen & Sjerps 2016). Seulement 1,84% de l’eau usée est réutilisée actuellement (Burak, Bilge & Ülker 2021), essentiellement pour l’irrigation et l’alimentation de zones de loisirs (Turkish Water Institute 2017), comme cela est projeté pour le projet de Vallée de la vie de la rivière Ayamama. En somme, malgré de lourds investissements en matière de traitement et de collecte des eaux usées, les mers utilisées comme exutoire des eaux usées sont toujours menacées (doc. 5).

Doc. 5 : « Sauvons Haliç », « Sauvons la mer de Marmara », « Sauvons la mer Méditerranée », « Sauvons notre peau ! ». Source : Tan Oral (2015)

Une autre mesure prise par İSKİ est la mise en place de zones de protection des bassins versants des retenues d’eau potable, en suivant toujours les directives du règlement de 1988 (Beler-Baykal, Gönenç & Tanık 2000). Ces zones de protection sont établies selon un gradient : zone de protection absolue (0-300 m des rives de la retenue d’eau) ; immédiate (300-1000 m) ; médiane (1000-2000 m) ; éloignée (Akkoyunlu et al. 2002) (doc. 6). Dans ces zones, différentes restrictions d’activités économiques et de zones d’habitation sont mises en place ; elles sont de moins en moins contraignantes à mesure que la distance augmente. Néanmoins, celles-ci sont loin de couvrir la totalité de la surface des bassins versants des retenues d’eau, alors même que les nuisances sont avérées (Suri 2018). L’exemple du barrage d’Ömerli montre ainsi que ces mesures sont loin d’être suffisantes.

Doc. 6 : Zones de protection des bassins versants d’eau potable d’Istanbul (gradient rouge-jaune),
et leurs bassins versants naturels (en vert)
Source : https://sehirharitasi.ibb.gov.tr

Enfin, İSKİ a effectué d’importants investissements à la fin des années 1990 pour limiter les pertes d’eau dans le réseau de distribution (fuites, débordements). Alors que ces pertes s’élevaient à 50% dans le réseau avant 1994, celles-ci ne sont plus que de 34% en 2000 (Leeuwen & Sjerps 2016), et de 20% en 2020 (İSKİ 2020). Le taux de perte et de fuite acceptable dans le monde est cependant de l’ordre de 5 à 10 % (Altınbilek 2006).

Parmi les autres solutions envisageables pour sécuriser l’approvisionnement en eau, on trouve l’augmentation de l’utilisation des eau souterraines (bien que celles-ci soient déjà menacées), la réutilisation des eaux usées pour les activités industrielles (eau de refroidissement, de process, alimentation de chaudière, irrigation d’espaces verts, extinction d’incendies), et agricoles (irrigation) (TMMOB 2019).

C)       L’exemple du barrage d’Ömerli 

Bien que d’un point de vue juridique, des mesures de protection ont été mises en place pour protéger les bassins d’eau potable, nous verrons à travers l’exemple du barrage d’Ömerli que ces mesures d’atténuation ne sont pas toujours respectées, et que de nombreux risques pèsent sur la durabilité des ressources en eau potable de la ville. 

Entre risques et mesures d’atténuation

Le bassin d’eau potable d’Ömerli est le plus important réservoir d’eau potable d’Istanbul, représentant environ 32% de l’approvisionnement total. Il s’étend sur 612 kmet est situé au sein d’un vaste système fluvial, composé de rivières et de ses affluents. Il est alimenté par plusieurs rivières ainsi que par le barrage de Darlık, situé plus en amont et fournissant plus de 15% de la demande en eau. L’ensemble du bassin versant possède une riche biodiversité, en raison d’une flore et d’une faune qui se compose d’une vaste mosaïque de landes, de forêts de taillis et de divers habitats tels que des prairies et des tourbières. En effet, les landes fournissent une diversité biologique précieuse d’espèces rares d’oiseaux et de plantes, d’insectes, de reptiles et d’amphibiens (Özhatay et al. 2005). En 2005, cette zone a d’ailleurs été identifiée par la Société turque pour la protection de la nature (Doğal Hayatı Koruma Derneği, DHKD) comme l’une des « zones importantes pour les plantes (ZIP) de Turquie »  (Özhatay et al. 2005 ;  Tezer et al. 2008).

Pourtant, le bassin versant d’Ömerli, alors majoritairement rural, est soumis depuis les années 1970 à un processus d’urbanisation extrêmement fort qui exerce des pressions toujours plus importantes et fragilise son écosystème (Tezer et al. 2012). En effet, entre les années 1985 et 1990, la population augmente de 30% dans le bassin versant. Cette croissance démographique est très rapide et touche notamment les parties occidentales du bassin à Sarıgazi, Sultançiftliği et Yenidoğan dans les années 1980, puis s’étend ensuite aux sections médianes les années suivantes lorsque Maltepe, Kartal, Sultanbeyli, et Ümraniye connaissent une croissance démographique alors supérieure au niveau national. L’urbanisation s’étend donc principalement au sud-ouest du barrage. Il y aurait en tout 26 zones urbaines : 65% dans la zone de protection éloignée, 15% dans la zone médiane, 12% dans la zone immédiate et 8% dans les zones de protection absolue (Tanik, Gönenç & Beler-Baykal 2000). Entre 1990 et 2014, les zones de peuplement ont augmenté de 250% et les zones agricoles de 60%, entraînant ainsi une diminution de 18% des zones formées d’arbustes (Suri 2018).

Par ailleurs, il existe dans la zone d’importantes activités industrielles. Il y aurait 260 usines industrielles dans la région, appartenant à 27 catégories différentes, ainsi que 5 carrières de pierre. Les activités d’élevage et les industries de finition de métal engendrent des charges polluantes particulièrement importantes (Tanık, Gönenç & Beler-Baykal 2000). Plus récemment, la construction d’un circuit de Formule 1 et le développement du troisième périphérique (Kuzey Marmara Otoyolu), en lien également avec la construction du troisième pont du Bosphore, ne font qu’exacerber le processus d’urbanisation déjà en cours, avec une importante destruction du couvert végétal et une augmentation du trafic automobile. Ce changement peut être observé sur la carte ci-dessous, qui représente les nouvelles constructions qui ont lieu entre 2012 et 2018 dans le bassin versant d’Ömerli (doc 7.). 

Doc. 7. : Changement de l’usage des sols entre les années 2012 et 2018. Le tracé en violet représente les nouvelles constructions qui ont eu lieu durant ces années. Réalisation : Julie Gaillet. Source: Corine Land Cover Change (CHA) 2012-2018.

Cette forte urbanisation exerce des risques importants de pollution sur le bassin d’eau, qui pourrait devenir irréversible dans le temps. En effet, le lac l’Ömerli est concerné par le risque d’eutrophisation. Finalement, les variations climatiques prévues pour ces prochaines années représentent également un risque important, notamment les événements météorologiques extrêmes tels que les inondations et les sécheresses. En effet, les réserves en eau dans le bassin d’eau potable dépendent directement des conditions météorologiques. Par exemple, en décembre 2020, les quantités d’eau dans les bassins d’Istanbul avaient connu un niveau historiquement bas. À l’inverse, au cours du mois du mars 2022, le taux maximum de remplissage du barrage a été atteint. Les eaux sont alors déversées dans les cours d’eau naturels jusqu’à l’exutoire de la mer Noire, nous indique l’ingénieur chimique. Après les précipitations de neige exceptionnelles du mois de mars 2022, le barrage d’Ömerli avait ainsi atteint 94% de son taux de remplissage (İBB, Istanbul Bülten, mars 2022 : 10).

Malgré un schéma directeur (1/25 000) d’eau potable d’Ömerli publié en 1984 qui contient des dispositions pour limiter les activités à proximité de la retenue d’eau, et la mise en place des zones de protection, les directives ne sont pas toujours appliquées. Malgré une atténuation des risques et une mise en place de mesures de protection d’un point de vue juridique, on remarque que d’importantes pressions continuent à s’exercer sur les ressources en eau. Pourtant, des transformations actuelles majeures d’un point de vue politique et juridique pourraient renverser la situation.

III – Vers un changement de paradigme de la gestion de l’eau istanbuliote ?

Des changements importants s’opèrent actuellement dans la gestion de l’eau à Istanbul, tant au niveau national que municipal. D’un point de vue structurel, les politiques de législation d’eau nationale connaissent des évolutions notables, notamment en lien avec l’harmonisation du cadre législatif de l’eau turc avec celui de l’Union Européenne. Au niveau municipal, l’arrivée d’un nouveau pouvoir politique a porté les questions environnementales et donc celles de l’eau à l’agenda politique. Ainsi, les cadres structurels et conjoncturels actuels à Istanbul semblent marquer une rupture importante dans les pratiques de gestion d’eau, puisque la volonté des différents acteurs de s’inscrire dans les nouvelles approches de gestion durable et intégrée de l’eau est clairement mise de l’avant.

 A) La nouvelle politique de l’İBB et d’İSKİ : faire d’Istanbul une « ville sensible à l’eau »

L’arrivée de E. İmamoğlu en 2019 à la tête de la grande municipalité d’Istanbul (İstanbul Büyükşehir Belediyesi, İBB) marque un tournant important dans la manière d’appréhender les problématiques environnementales et la question de la nature en ville, comme en témoigne le nouveau slogan de la municipalité « Verte, Juste et Créative Istanbul » (Yeşil, Adil, ve Yaratıcı Kent Istanbul). Ce changement s’opère également dans la gestion de l’eau. Alors que le dernier plan directeur d’İSKİ date de 1999, dont les objectifs fixés s’étendaient jusqu’en 2040, les nouveaux acteurs de l’İBB et d’İSKİ ont souligné la nécessité de remplacer ce dernier avec un nouveau schéma directeur, qui est en cours de préparation et dont la vision s’étendrait jusqu’à 2053 (une date assez symbolique, puisqu’elle marque le sixième centenaire de la prise de Constantinople par les Ottomans). En effet, il y est souligné que l’ancien plan directeur ne peut plus répondre aux défis actuels, et qu’il est nécessaire d’entamer une transition d’une gestion basée sur des pratiques technicistes vers des pratiques de gestion intégrée et durable (İSKİ 2020). 

Ces changements sont également visibles au sein des plans stratégiques des deux institutions. Après la préparation du plan stratégique de l’İBB (2020-2024), l’İBB et İSKİ se sont chargés de l’élaboration du plan stratégique d’İSKİ (2021-2025) (Doc 8.) (İSKİ 2020). Dans le plan stratégique, E. İmamoğlu souligne en introduction la nécessité de protéger les sources d’eau, les rivières et les mers d’Istanbul et met également en avant l’importance des principes de la démocratie participative. Le mot du directeur d’İSKİ donne encore davantage de précisions sur la nouvelle orientation de l’administration, qui doit « être l’institution pionnière de la gestion intégrée de l’eau dans une ville sensible à l’eau ». Les concepts de « gestion intégrée » et de « ville sensible à l’eau », très en vogue dans la production scientifique ainsi que très présents dans les discours normatifs des grandes institutions internationales, décrivent une nouvelle approche de gestion durable de l’eau urbaine. Ils soulignent que la ville est « un bassin versant pour l’approvisionnement en eau », fournissant des « services écosystémiques » et abritant des « communautés sensibles l’eau ». Les questions de gouvernance et de mise en œuvre sont également abordées et expliquent que ces concepts sont opérationnels seulement si le cadre juridique et institutionnel où ils sont intégrés le permettent (Burak, Bilge & Ülker 2021).

 

Doc. 8 : Plan stratégique d’İSKİ (2021-2025). Source : İSKİ, 2020.

Dès lors, ce changement dans les plans de vision et d’action ainsi que dans les discours influent sur l’action publique territoriale, comme en témoigne la mise en œuvre actuelle du projet des « vallées de la vie », qui consiste à implanter des coulées vertes le long de quinze bassins versants sur le territoire istanbuliote. Ces nouvelles approches, qui portent beaucoup d’attention sur la dimension holistique de la gestion de l’eau, c’est-à-dire une approche qui prend en compte les bassins versants dans leur ensemble et des systèmes fluviaux qui les composent, est favorable à la protection des bassins d’eau potable.

Parallèlement à cette dynamique venant des instances municipales, un autre processus s’opère par le « haut », c’est-à-dire par l’État central. En effet, depuis une vingtaine d’années environ, une harmonisation du cadre législatif turc sur l’eau avec les directives européennes a été amorcée, qui elle aussi s’oriente vers une gestion intégrée de l’eau.

B)   L’harmonisation des politiques nationales sur l’eau avec celle de l’Union européenne et l’apparition de nouveaux acteurs

Le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, qui débute en 1987 lorsque la Turquie dépose sa candidature et continue en 1999 lorsqu’elle obtient le statut de pays candidat, a progressivement entraîné un transfert de la politique environnementale européenne en son sein, notamment en matière d’eau. Malgré un revirement de la situation en ce qui concerne l’adhésion turque, le transfert du modèle orienté par la D.C.E (Directive-cadre européenne sur l’eau en 2000) se poursuit, se traduisant par une « européanisation » importante de la politique turque de l’eau (Demirbilek et Benson 2019). D’un point de vue normatif, ce transfert s’est principalement manifesté par la mise en place de la gestion de l’eau à l’échelle du bassin versant. Jusque là, la gestion se faisait sur la base des limites administratives des corps hydrographiques, plutôt que de celles des limites naturelles. Ainsi, au cours de la période d’harmonisation, et à travers le projet MATRA (mise en oeuvre de la D.C.E. en Turquie, conduite entre 2002 et 2004), la Turquie amorce une approche de la gestion de l’eau par bassin versant, par l’identification au niveau national de 25 bassins hydrographiques (Demirbilek et Benson 2019). Sur le plan législatif, plusieurs lois et règlements issues de la D.C.E. ont été transposés dans la législation turque, et la préparation de plans de gestion et d’action a été mise en œuvre, ainsi que la création de nouveaux comités de gestion.

En 2012, le Ministère de l’Agriculture et des Forêts, à travers la Direction générale de la gestion de l’eau, a préparé plusieurs plans de gestion pour chacun des 25 bassins hydrographiques. Les  plans d’action pour la protection des bassins versants (River Basin Protection Action Plans), les plans de gestion des bassins versants (River Basin Management Plans) et les plans de protection des bassins versants (River Basin Protection Plans) ont pour objectif d’assurer la gestion et la protection des ressources en eau à l’échelle du bassin, et de développer des principes et des normes pour une gestion durable de l’eau (Kibaroğlu 2019 ; OECD 2019). Les plans de gestion de la sécheresse (Drought Management Plans) se basent sur des études climatologiques et hydrologiques dans le but d’identifier des espaces sensibles aux risques de sécheresse. Les plans de gestion des inondations (Food Management Plans) comprennent quant à eux des cartes des dangers et des risques, et sont conformes à la D.C.E et à la « directive inondation » 2007/60/CE de l’UE. (OECD 2019).

L’élaboration de ces plans de gestion repose sur une participation active de toutes les parties prenantes impliquées dans la gestion des ressources en eau (OECD 2019 ; Özönat 2013). Compte-tenu de la diversité des acteurs, différents comités ont été créés afin de gérer la coordination entre ces derniers. Au niveau national, le Conseil de coordination de la gestion de l’eau (Water Management Coordination Board), établi en 2012, est responsable de la mise en œuvre d’une approche de gestion intégrée du bassin, en assurant la coordination et la collaboration entre les différents acteurs, et en développent des stratégies et des politiques alignées aux objectifs énoncés dans les documents nationaux et internationaux (Özönat 2013). Le Conseil central de gestion du bassin (Basin Management Central Board) est lui responsable d’évaluer les projets réalisés dans les différents bassins. Finalement, aux niveaux du bassin et de la province, le Comité de gestion de bassin (Basin Management Committee) et le Comité provincial de coordination de la gestion de l’eau (Provincial Water Management Committee) sont responsables d’assurer la coordination des enjeux liés à l’eau. Ils sont composés de représentants locaux des ministères, des administrations chargés de l’eau et de l’assainissement, mais également d’acteurs locaux tels que des ONG et des universités (Turkish Water Institute 2017). 

Finalement, le changement le plus innovant de ce transfert de politique reste sans doute la préparation d’un document national sur l’eau. En cours d’élaboration par le Ministère de l’Agriculture et des Forêts, cette loi sur l’eau a pour objectif de clarifier les rôles et les responsabilités au sein des acteurs impliqués dans la gestion de l’eau, mais également de contenir dans un document cadre les normes et les principes généraux qui ont été développés au cours de ces dernières années (Demirbilek et Benson 2019 ; Turkish Water Institute 2017). Ce document représente une nouvelle étape majeure dans la gestion de l’eau en Turquie, puisqu’il est le premier plan à adopter une approche intégrée de la gestion de l’eau et à mettre en œuvre une approche par bassins versants (Demirbilek et Benson 2019).

Finalement, nous avons vu à travers ces deux exemples que l’État central turc et la grande municipalité d’Istanbul opèrent en leur sein une transition en ce qui concerne la gestion de l’eau. Cette double dynamique, qui s’opère à deux échelles différentes, l’une ascendante, et l’autre descendante, et visant les mêmes objectifs en termes de gestion d’eau, est visible dans les discours, mais son identification dans l’action opérationnelle et ses mises en œuvre sont encore difficilement évaluables, du fait de leur caractère récent. De plus, cette opérationnalisation se déroule dans un contexte politico-territorial très complexe, où les deux échelles d’acteurs sont politiquement en opposition et par conséquent également en concurrence. Dès lors, il est encore difficile de prédire leurs impacts de ces politiques sur les bassins d’eau potable en Turquie. De plus, bien que ces changements s’opèrent d’un point de vue normatif, les récents développements urbains de la métropole, tels que la construction de l’aéroport d’Istanbul et du troisième pont, semblent aller à contre-courant de ces orientations. 

Conclusion

La visite du barrage d’Ömerli nous a permis d’appréhender l’existence d’un vaste système de transfert d’eau interbassin pour répondre aux besoins sans cesse croissants de la métropole. Ömerli, avec son immense retenue d’eau et ses 4 stations de traitement d’eau potable, est au coeur de ce système. Néanmoins, comme toutes les ressources en eau potable de la métropole, il est soumis à des risques de pollution majeurs du fait des activités anthropiques, et représente un cas d’école des contradictions de la planification urbaine : alors que les schémas directeurs ont pour but de sécuriser les besoins en eau futurs de la population stambouliote, l’urbanisation continue, structurée par les nouveaux mégaprojets (aéroport, troisième pont, troisième périphérique) les remet perpétuellement en danger. Dans ce contexte, même si İSKİ est chargée d’atténuer ces risques, la stratégie d’ensemble reste de donner la priorité au processus d’accumulation du capital dans l’arène métropolitaine, au détriment d’une politique durable de la gestion de l’eau. Les orientations politiques émergentes, aux échelles municipale et nationale, laissent toutefois entrevoir la possibilité d’une gestion intégrée et durable des bassins versants stambouliotes.

Bibliographie

ALTINBİLEK, Doğan (2006), “Water Management in Istanbul”, International Journal of Water Resources, Vol. 22, N°2: 241-253.

AKKOYUNLU, Atilla et al. (2002), “Managing of Watersheds of Istanbul (Turkey)”, Fifth Water Information Summit: Regional Perspectives on Water Information Management SystemsURL: http://waterwebconsortium.com/wis5/presentations/Atilla_Akkoyunlu.pdf

BELER-BAYKAL, Bilsen, GÖNENÇ, Ethem & TANIK, Ayşegül (2000), “Water Quality in Drinking Water Reservoirs of a Megacity, Istanbul”, Environmental Management, Vol. 26, N°6: 607-614.

BEKİROĞLU, Sulan & EKER, Omer (2011), “The Importance of Forests in a Sustainable Supply of Drinking Water: Istanbul example”, African Journal of Agricultural Research, Vol. 6, N°7: 1794-1801.

BURAK, Selmin, BİLGE, Ayşe Hümeyra & DERNEK, D. (2017), “A Network Model Simulation Proposal for River Basin Management Plans (RBMPs) in Turkey”, In: 10th World Congress on Water Resources and Environment “Panta Rhei”, Athens, Greece, pp. 5-9.

BURAK, Selmin, BİLGE, Ayşe Hümeyra & ÜLKER, Duygu (2021), “Assessment and Simulation of Water Transfer for the Megacity Istanbul”, Physical Geography: 1-25.

ÇEÇEN, Kâzım (1992). Sinan’s Water System in Istanbul, İSKİ, Istanbul, 218 p.

CÜCELOGLU, Gökhan, ABBASPOUR Karim C. & ÖZTÜRK, İzzet (2017), “Assessing the Water-Resources Potential of Istanbul by Using a Soil and Water Assessment Tool (SWAT) Hydrological Model”, In: Integrated Soil and Water Management: Selected Papers from 2016 International SWAT Conference, MDPI, Basel, Switzerland, 502 p.

DEMİRBİLEK, Burcin & BENSON, David (2019), “Between Emulation and Assemblage : Analysing WFD Policy Transfer Outcomes in Turkey”. Water, Vol. 11, N°2: 324p. URL: https://doi.org/10.3390/w11020324

DEMİREL, Ceyda Uyguner (2009), “Vulnerability of the Drinking Water Supplies of Istanbul Metropolitan City: Current Status and Future Prospects”, Environmental Security, NATO Security through Science Series C: Environmental Security, (0)0: 214-224.

FLEURY, Antoine (2010), « Istanbul, de la mégapole à la métropole mondiale »,Géoconfluences [en ligne], mis en ligne le 5 novembre 2010, consulté le 29 mars 2022. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/urb1/MetropScient9.htm

GUNNERSON, Charles G. & FRENCH, Jonathan A. (1996). Wastewater Management for Coastal Cities: The Ocean Disposal Option, Springer, New York, 345 p.

İSKİ (2020). Annual Report, İSKİ, Istanbul, 178 p.

İSKİ (2020). Plan stratégique (2021-2025), İSKİ, Istanbul, 130 p.

İstanbul Büyükşehir Belediyesi, İBB (2022). İstanbul Bülteni, İBB, Istanbul, Mart, 40 p. 

IPPC [Intergovernmental Panel on Climate Change] (2022). Climate Change 2022. Impacts, Adaptation and Vulnerabilities. Summary for Policymakers, Sixth Assessment Report [en ligne]. URL : https://report.ipcc.ch/ar6wg2/pdf/IPCC_AR6_WGII_FinalDraft_FullReport.pdf

KİBAROĞLU, Ayşegül (2019), “Legal and Institutional Foundations of Turkey’s Domestic and Transboundary Water Policy”: 493‑516, in: N. B. HARMANCIOĞLU, N. B. & ALTINBILEK, Doğan  (eds.). Water Resources of Turkey, Springer, New York, 807 p.

ORAL, Tan (2015). Başımı Sokacak Bir Yerim Olsun Yeter, Yem-Yayın (Yapı-Endüstri Merkezi A.Ş.), Istanbul, 90 p. 

ORHON, Derin (1995), “Scientific Basis for Wastewater Treatment and Disposal in Istanbul”, Water Science & Technology, Vol. 32, N°2: 199-208.

ORHON, Derin et al. (1994), “Wastewater Management for Istanbul: Basis for Treatment and Disposal”, Pollution, N°84: 167-178.

OKUŞ, Erdoğan et al. (2008), “Critical Evaluation of Wastewater Treatment and Disposal Strategies for Istanbul with Regards to Water Quality Monitoring Study Results”, Desalination, N°226 : 231-248. 

ÖZONAT, Çiğdem (2013). Integrated river basin management : A case of Büyük Menderes Basin River, Master thesis in Regional Planning and City and Regional Planning under the supervision of Assoc.Prof. Dr. Emine Yetişkul Şenbil, Middle East Technical University, 131 p. URL : https://etd.lib.metu.edu.tr/upload/12616396/index.pdf

ÖZHATAY, Neriman et al. (2005), “122 Important Plant Areas of Turkey”. WWF Türkiye, Istanbul. 

ÖZTÜRK, İzzet et al. (2013), “Integrated Watershed Management Efforts: Case Study From Melen Watershed Experiencing Interbasin Water Transfer”, Water Science & Technology: Water Supply, Vol. 13, N°5: 1272-1280.

SAATCİ, Ahmet Mete (2013), “Solving Water Problems of a Metropolis”, Journal of Water Resource and Protection, Vol. 5, N°4A: 7-10.

SURİ, Leyla (2018), “Search for Plans for Drinking Water Basins: Ömerli Drinking Water Basin as an Example”, Journal of Multidisciplinary Research in Sustainability, 1(1), 0-0.

TANIK, Ayşegül, GÖNENÇ, Ethem & BELER-BAYKAL, Bilsen (2000), “A Long-Term Management Plan for A Watershed in A World Metropolis. Istanbul”, Environmental Management and Health, Vol. 11, N°3: 208-215. 

TEZER, Azime et al. (2012), “Integrated planning for the resilience of urban riverine ecosystems : The Istanbul-Omerli Watershed case”, Ecohydrology & Hydrobiology, Vol.12, N°5: 153‑163. URL:  https://doi.org/10.2478/v10104-012-0015-1

TEZER, Azime et al. (2018), “Ekosistem servislerine dayalı havza koruma alanları tanımlamasının önemi kapsamı düzce Melen havzası”, Kentli. URL: https://www.researchgate.net/publication/328410334_Ekosistem-servislerine-dayali-havza-koruma-alanlari-tanimlamasinin-onemi-kapsami-duzce-melen-havzasi

TMMOB (2021). Istanbul Su Durumu 2020, Teknik Rapor, TMMOB Çevre Mühendisleri Odası, 45 p. URL  : https://www.cmo.org.tr/resimler/ekler/312b68f5eacc984_ek.pdf?tipi=78&turu=H&sube=2

Turkish Water Institute [Türkiye Su Enstitüsü] (2017). Supplying Water to a Metropolis. Istanbul and Water, Turkish Water Institute, Istanbul, 26 p. URL :https://www.suen.gov.tr/Suen/en/catdty.aspx?val=367

UNESCO (2019). Water, Megacities and Global Change: Portraits of 16 Emblematic Cities of the World. URL: https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000367866?posInSet& 3&queryId& ddec32dc-6796-443a-ab82-a1db8eb697ed.

VAN LEEUWEN, Kees & SJERPS, Rosa (2016), “Istanbul: The Challenges of Integrated Water Resources Management in Europa’s Megacity”, Environment, Development and Sustainability, Vol. 18: 1-17.

YÜKSEL, Ebubekir et al. (2004), “Current and Future Strategies for Water and Wastewater Management of Istanbul City”, Environmental Management, Vol. 33, N°2: 186-195.

  1. Le lac naturel de Küçükçekmece n’est pas une ressource en eau potable, dans la mesure où il est utilisé comme exutoire pour les eaux usées. []
  2. Du nom de : İstanbul Su Temini, Kanalizasyon ve Drenaj, Atıksu Arıtma ve Uzaklaştırma Master Planı. []
  3. SCADA, pour Supervisory Control and Data Acquisition. Il permet de voir rapidement le niveau d’augmentation d’eau des barrages après des précipitations, de détecter des pannes ou de l’eau non comptabilisée,  ou encore de contrôler la qualité d’eau dans les barrages. C’est cet outil qui permet de gérer la flexibilité du réseau interbassin (Turkish Water Institute 2017). []
  4. Les 4 stations sont celles d’Orhaniye, Osmaniye, Muradiye et Emirli. La dernière, Emirli, a été agrandie et inaugurée par E. İmamoğlu en 2021. []
  5. Il s’agit d’une qualification qui concerne généralement les milieux lacustres et lagunaires. Un milieu est dit oligotrophe lorsqu’il est pauvre en nutriments ; il abrite souvent une faune et une flore spécifiques, capables de se développer avec de faibles concentrations de composés organiques. Les milieux oligotrophes sont de plus en plus rares du fait des activités humaines rejettant des nutriments dans l’environnement. Un milieu mésotrophe désigne un milieu avec un niveau intermédiaire de nutriments. Enfin, un milieu eutrophe qualifie un milieu avec une grande disponibilité en nutriments, entraînant une prolifération végétale et bactérienne qui cause une désoxygénation de l’eau et menace à terme l’écosystème du milieu, et rend l’eau impropre à la consommation. Le processus d’eutrophisation renvoie au passage d’une retenue d’eau du stade mésotrophe au stade eutrophe. Source : aquaportail.com []
  6. La qualité de l’eau est établie selon plus de 80 paramètres, notamment chimiques, bactériologiques et esthétiques. Les normes satisfont notamment les critères de l’Organisation mondiale de la santé et l’Agence américaine de protection de l’environnement (Altınbilek 2006). Une moyenne d’au moins 150 à 200 échantillons par jour sont prélevés à divers points et analysés dans des laboratoires de pointe. Plusieurs organes publics sont chargés du contrôle de la qualité de l’eau, notamment le Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme et le Ministère de la santé via la Direction provinciale de la Santé publique (Turkish Water Institute 2017). []
  7. Les égouts français (1918-1920), les consultants allemands I. A. Wild (1925-1937) puis Dietrich Kehr (1959-1966). []
  8. En hydrologie, on parle d’une pycnocline. []
  9. Le plan prévoit ainsi le traitement biologique tertiaire pour les rejets dans la mer de Marmara, afin de contrôler son eutrophisation. La construction de stations d’épuration et l’amélioration de leurs infrastructures de traitement se fait cependant par étapes, la Turquie ayant des ressources financières limitées (Yüksel et al. 2004). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search