Tuzla, un territoire emblématique de l’industrialisation et de l’urbanisation des marges rurales (excursion n°3, avril 2022)

Ce compte-rendu a été rédigé par Agathe Fautras et Julie Gaillet, avec la participation de Felix de Montety et de Nick Hobbs d’Hiking Istanbul.

Introduction

Pour cette troisième excursion, nous sommes allé·e·s arpenter l’arrondissement de Tuzla, sur la rive asiatique, tout à l’est des limites administratives de la municipalité métropolitaine d’Istanbul (İstanbul Büyükşehir Belediyesi, IBB). L’arrondissement de Tuzla est limitrophe de celui de Gebze, qui fait partie de la province voisine, Kocaeli. Témoin des dynamiques actuelles d’urbanisation et de l’avancement du front urbain sur les zones rurales environnantes, ses différents paysages nous permettent de saisir ces dynamiques in situ. Chantier naval, terrain militaire, zones industrielles et résidentielles, infrastructures de transport, champs agricoles, ce palimpseste d’objets cohabitent d’une façon particulière, dont le sens est parfois difficile à saisir au sein du paysage urbain. La Carte 1 rassemble les principaux éléments commentés dans ce compte-rendu.

À partir des années 1950, Tuzla qui était une région où prédominaient les activités agricoles et d’élevage, est progressivement devenue une zone de production, de distribution, de stockage et de logistique pour les besoins de la métropole stambouliote. L’arrondissement est ainsi emblématique du processus de tertiarisation des centres urbains stambouliotes : il est l’un des réceptacles de la délocalisation des activités industrielles polluantes de la corne d’Or et de Fatih, qui va de pair avec le développement de gecekondu entre 1950 et 1990. Depuis, les projets de redéveloppement et d’étalement urbains, par la construction de logements sociaux et résidentiels pilotée par la puissance publique, marquent l’avancée d’un front urbain qui grignote peu à peu les terres agricoles vers le nord de l’arrondissement. C’est dans ce cadre qu’est aménagée la deuxième « vallée de la vie », un projet de restauration des rivières urbaines, dont l’implantation récente ne permet pas encore de dire s’il soutient ou non l’avancée du front urbain.

Carte 1 : Tuzla, un territoire emblématique de l’industrialisation et de l’urbanisation des marges rurales
Réalisation : Agathe Fautras (2022)

I- Le développement urbain et économique de Tuzla

A) Géographie de Tuzla: un site côtier stratégique sur la ligne Istanbul-Izmit 

Les recherches archéologiques suggèrent qu’il y aurait eu une importante colonie monastique sur la presqu’île de Tuzla à l’époque byzantine, dans la période de propagation du christianisme. Tuzla demeure pendant longtemps un petit port de pêcheurs, notamment habité par des Chrétiens et des Grecs orthodoxes, comme l’indique l’ancien nom d’origine grecque de Tuzla, Akrítas (« cap », voir Encadré n°1). En 1845, il y a 234 ménages grecs dans cinq quartiers de Tuzla, alors nommés Benanin, Aya Istrait, Aya Yani, Aya Todari et Aya Dimitri, ainsi que 37 ménages musulmans. Les habitants exercent principalement une activité artisanale, tandis que l’arrière-pays est dominé par des activités agricoles et d’élevage. Les Grecs quittent Tuzla au moment des échanges forcés de population entre Grecs de Turquie et Musulmans de Grèce, organisés par dans le cadre des accords de Lausanne au tout début de la République. 

Quelques infrastructures spécifiques liées au site en bord de mer peuvent être mentionnées. Tuzla dispose de sources chaudes (Tuzla Kaplıcaları) mises en valeur à partir du XVIe siècle environ. Elles sont notamment réputées pour guérir les reins, le système intestinal, le mal de dos et les rhumatismes. Exploitées pour le tourisme médical depuis les années 1930, elles ont été restaurées dans les années 1990, en faisant un lieu touristique assez connu de la presqu’île, non loin des sources de Gebze, dans la province et l’arrondissement voisins, témoignant d’une activité thermale dans la région.

C’est également à Tuzla qu’on trouve les vestiges d’un centre de quarantaine (Tuzla Tahaffuzhanesi) mis en service en 1892. Il servait à contenir la propagation des maladies (choléra, peste, typhoïde, typhus, variole, fièvre jaune, fièvre boutonneuse) des voyageurs arrivant en Turquie par bateau. Les voyageurs étaient ainsi retenus pendant 14 jours, une pratique qui n’est pas sans rappeler l’épidémie de COVID-19. C’est notamment par ce centre qu’est arrivée une partie des Musulmans de Grèce lors des échanges de population en 1923-1924. Si on trouvait ce type d’installations dans différents ports de Turquie, les deux seules actuellement préservées en Turquie sont celles de Tuzla et d’Urla (Izmir). Aujourd’hui, le centre de Tuzla accueille le département maritime d’ITÜ.

Si la zone sud de l’arrondissement de Tuzla tire partie du front de mer, elle est aussi située sur l’axe terrestre Istanbul-Izmit, en faisant un site stratégique pour l’organisation de la production à l’échelle régionale. En 1873, une ligne de train (91 km) est construite entre la gare de Haydarpaşa et Izmit (province de Kocaeli), mettant ainsi en relation la métropole avec un des plus grands centres de commerce de l’époque. Cette ligne permettait de transporter des matières premières d’Anatolie, mais aussi de décongestionner le transport de matériaux à Istanbul. Au XIXe siècle, des jetées et des quais sont ainsi construits à différentes stations de la ligne pour accueillir les navires marchands, afin d’acheminer leurs cargaisons en train jusqu’au centre urbain stambouliote. Déjà dans l’Empire ottoman, Tuzla est donc en relation de dépendance avec la capitale, une dynamique relancée à partir des années 1950.

Encadré n°1 : D’Akritas à Tuzla
par Felix de Montety

Tuzla est un toponyme ancien précédant la période républicaine. Aucun changement de nom n’est mentionné dans les recueils toponymiques Köylerimiz de 1928, 1933, 1968, 1981 et le nom de Tuzla est attesté dans de nombreux documents du XIXe siècle, par exemple en français dans Vital Cuinet, La Turquie d’Asie, Constantinople, 1891.

L’étymologie la plus probable est transparente : « saline ». Si l’existence de marais salants ou d’un lac salé n’est pas connue, l’allure de la plaine littorale aux alentours du port et de la ville actuelles rend cette hypothèse plausible. On peut noter que le nom Tuzla connaît plusieurs occurrences en Turquie, dans les Balkans et sur le littoral de la mer Noire (Roumanie, Crimée). Dans la province de Kayseri, le Palas Tuzla Gölü accueille d’ailleurs toujours aujourd’hui des activités d’extraction de sel.

Le nom grec, toujours bien connu mais pas usité, était Akrítas [Ακρίτας] = « cap ». Une étude de Raymond Janin a prouvé en 1927 l’équivalence entre l’Akrítas des anciens et le Tuzla contemporain (Touzla chez les auteurs français) en s’appuyant sur des sources antiques (Janin 1927). Selon un document rédigé par Mustafa Özdemir et publié par la municipalité de Tuzla, le nom Akrítas aurait été officiel jusqu’au XIXe siècle, période à laquelle les noms de Niğde et Yiğitli auraient été utilisés avant que le nom de Tuzla ne soit finalement choisi et se stabilise1 . Il existe en Grèce (municipalité de Kilkis) un village qui a accueilli dès 1922 des populations grecques pontiques de la région de Giresun, et a été renommé Ακρίτας en 19262 .

B) Une zone phare de la délocalisation industrielle planifiée 

Premières industries à Tuzla

Comme mentionné dans le compte-rendu de notre première excursion, les années 1950 marquent le début d’une politique de décentralisation industrielle, notamment via le plan industriel de 19543 . Tuzla est alors le « pendant » des arrondissements actuels de Küçükçekmece et de Bağcılar, où nous avions suivi la rivière Ayamama : il accueille progressivement un grand nombre d’industries, notamment à proximité d’axes de transport stratégiques, conduisant ainsi à l’accélération de son développement urbain et à la restructuration de ces activités économiques. Tuzla est aujourd’hui l’un des principaux centres de l’industrie turque.

Les premières industries s’implantent à proximité de l’autoroute E5 (aussi nommée D-100) et de la ligne ferroviaire Istanbul-Izmit. C’est le cas de Jeep (1954) (secteur automobile), Arçelik (1955) (métallurgie), de la porcelaine et céramique d’Istanbul (1962), ou encore de la fabrique de verre Çayırova (Özcan & Gündoğar 2015). En parallèle, des quartiers de gecekondu se développent pour accueillir les travailleurs. L’industrie phare de Tuzla est néanmoins le centre de construction et de réparation de navires (tersane), notamment de navires militaires. Initialement installé dans la Corne d’or, celui-ci a été délocalisé à Tuzla en 1969, entraînant la création de 25 000 emplois de techniciens et d’ouvriers (Anıl 2005 : 19). Cette immense installation industrielle (Photos 1 et 2), qu’on peut apercevoir depuis le Marmaray, entraîne avec elle le développement de quartiers attenants, comme Aydıntepe, que nous traversons à notre arrivée en sortant de la station éponyme. L’installation des tersane est suivie peu après de l’ouverture du département maritime d’ITÜ (İ.T.Ü. Denizcilik Fakültesi), de l’École maritime de l’Université de la Défense nationale (Milli Savunma Üniversitesi Deniz Harp Okulu) (Ibid.), ou encore des lycées professionnels et techniques de Piri Reis et de l’Université de Piri Reis (Piri Reis Üniversitesi). Ces établissements sont consacrés aux études maritimes et prennent le nom du célèbre amiral et cartographe du XIXe siècle4 . Aujourd’hui, sur 51 tersane à Istanbul, 48 se situent à Tuzla (IBB 2006 : 58). Tuzla est donc un territoire qui concentre des activités liées à la formation militaire, notamment la marine. On note aussi la délocalisation de l’école militaire d’infanterie en 1961 (Piyade askeri okulu), et d’autres installations tels qu’un cimetière militaire, des camps de repos au bord de la mer, ainsi qu’une zone militaire de 1700 ha dont nous aurons l’occasion de reparler. Entre les années 1950 et 1980, le développement urbain concerne donc majoritairement les zones côtières jusqu’aux environs de l’autoroute E5.

Photo 1 : Vue satellite des tersane dans l’arrondissement de Tuzla Source : Google Earth (2020)

 

Photo 2 : Vue sur les tersane depuis les hauteurs de Tuzla, à proximité de la résidence Evora
Source : Nick Hobbs (Hiking Istanbul) (avril 2022)

L’arrivée des Zones industrielles Organisées 

À partir de la fin des années 1980, on note une deuxième vague de développement industriel, avec la création de Zones Industrielles Organisées (ZIO) (Organize Sanayi Bölgeleri, OSB). Tuzla est en effet un territoire de choix, avec son éloignement des centres urbains, son foncier accessible (espaces vacants ou agricoles) et ses axes de transport d’importance. Ainsi, l’industrie du cuir, initialement localisée dans le centre urbain à Kazlıçeşme et à Zeytinburnu (Fatih), déménage à Tuzla. Elle s’installe au sud de la route européenne E80 (TEM en turc, dont la construction est achevée en 1992), alimentant l’avancée du front urbain sur les espaces agricoles. D’autres activités industrielles suivent le pas : chimie (notamment papier), peinture, vernis, marbre, faisant aujourd’hui de l’arrondissement l’un des pôles industriels les plus importants de la région5. Ces zones industrielles se concentrent de part et d’autre de TEM.

L’arrivée progressive des activités industrielles dans la région, et plus particulièrement dans les années 1990, entraîne alors une augmentation importante de la population de l’arrondissement, notamment alimentée par les travailleurs et leurs familles. Ainsi, alors que la population de Tuzla est d’un peu plus de 15 000 habitants en 1980, elle est de plus de 120 000 en 2000 et de 270 000 en 20206 . Ils construisent des gecekondu dans les quartiers de Şifa, Mimar Sinan et Aydıntepe-İçmeler, autour de la zone militaire, dans un contexte de laissez faire et d’absence de politique publique du logement. C’est à partir des années 2000 que la puissance publique, via un arsenal institutionnel alors en plein développement, entame la construction de « logements sociaux ».

C) Tuzla, laboratoire de la construction de « logements sociaux » par la puissance publique

Tuzla est l’une des premières zones d’expérimentation de la nouvelle politique publique du logement de l’AKP lorsqu’il arrive au pouvoir en 2002. La Turquie se remet encore du séisme de 1999, qui a provoqué officiellement la mort de plus de 17 000 personnes et l’effondrement d’une partie du bâti urbain. Les gecekondu sont alors dans le viseur du gouvernement AKP, qui désire, selon son discours, les éradiquer pour rendre la ville plus attractive, plus sûre et la mettre aux normes internationales. Dans ce contexte, T. R. Erdoğan déclare vouloir renouveler plus de la moitié du bâti urbain à Istanbul. Tuzla est un terrain de choix pour expérimenter cette politique. En effet, en marge de la métropole, l’arrondissement dispose d’un nombre important de terrains vacants et agricoles d’une faible valeur foncière, limitant ainsi les coûts (bedel) de l’acquisition du foncier par la puissance publique et permettant d’appliquer des projets à grande échelle (Bozdoğan 2019). De plus, à la fin des années 1990, Tuzla est composé de plusieurs quartiers de gecekondu que l’État entend renouveler. À Tuzla, les acteurs principaux de la puissance publique ont construit des ensembles de logement dans la deuxième moitié des années 2000, de façon relativement territorialisée.

TOKI 

Créé en 1984, l’Administration du logement collectif (Toplu Konut İdaresi, TOKİ) a initialement vocation à financer des projets de logement, notamment des coopératives (Balaban 2011 : 23). À partir des années 2000, avec l’arrivée au pouvoir de l’AKP, elle est dotée de nombreuses compétences (planification, expropriation, construction) et d’un immense portefeuille foncier, transformant l’administration en un acteur majeur du secteur public de la construction en Turquie. Alors que TOKI se targue de construire des « logements sociaux » pour faire accéder à la propriété les classes à faibles revenus / pauvres, l’administration reconnaît dans son rapport annuel que moins de 20% du parc immobilier qu’elle a fait construire est vendu à cette classe socio-économique (TOKI 2017, cité dans Bozdoğan 2019). En fait, la majeure partie de ces logements (44% toujours selon ce même rapport) sont destinés à des classes aux revenus serrés ou intermédiaires (dar ve orta gelir grubu).

Tuzla est cependant l’un des arrondissements stambouliotes où TOKI a construit des logements sociaux à destination des classes les plus pauvres, en leur proposant des facilités de paiement. Ils se situent tous au nord de la zone militaire, dans le sud du quartier d’Aydınlı. Le projet immobilier TOKİ 1. Etap commence ainsi en 2006 et est achevé en 2008. Il comprend 760 logements à destination de personnes ayant un revenu inférieur à 760 TL, aux plus de 30 ans et aux personnes n’ayant aucun bien immobilier. Les acquéreurs doivent fournir un acompte du prix du logement (10 à 25% du prix en espèce), tandis que les mensualités s’échelonnent sur 8 à 15 ans à 250 TL par mois (Ibid.). TOKİ 2. Etap est quant à lui composé de 984 logements, achevé également en 2008, et est prioritairement destiné aux habitants des gecekondu d’Aydınlı. Au total, TOKI a construit 1744 logements sociaux dans l’arrondissement de Tuzla.

KIPTAŞ

KIPTAŞ est l’équivalent de TOKI à l’échelle métropolitaine : c’est l’entreprise de construction de l’IBB. Créée en 1995, cette entreprise publique a construit plus de 75 000 logements, comme nous le rappelions dans l’excursion urbaine à Yildiztabya en 2019. Comme TOKI, KİPTAŞ détient du foncier et peut exproprier et construire des logements. L’entreprise pilote d’abord la construction de logements sociaux, notamment à Başaksehir. À Tuzla, les logements réalisés par KIPTAŞ se trouvent dans le quartier de Şifa et de Mimar Sinan, à l’est de la zone militaire, tous deux des quartiers de gecekondu. Le projet KİPTAŞ 1. Etap est constitué de 1332 logements ; il est entamé en 2006 et achevé en 2008. KİPTAŞ 2. Etap comprend quant à lui 1728 logements et est livré en 2009. Soit en tout, 3320 logements sociaux à Tuzla. Après ces premières opérations immobilières, KIPTAŞ se concentre ensuite sur des logements pour les classes moyennes et aisées, à Tuzla comme à Istanbul. KİPTAŞ 3. Etap est par exemple ouvert à la vente sans condition de revenus (Ibid.).

Emlak Konut

Emlak Konut est une société d’investissement immobilière créée en 2010. Elle est cotée en bourse et appartient à 50% à TOKI. Toutes ces institutions fonctionnent main dans la main : TOKI acquiert un terrain, le dote d’un droit à bâtir et le vend ensuite à Emlak Konut. La société vend ensuite l’usage du terrain à un promoteur immobilier qui se charge de construire un ensemble résidentiel ; Emlak Konut reste propriétaire mais obtient des recettes sur la vente des biens immobiliers. Il s’agit d’un modèle de partage des recettes, mis en évidence par F. Hervet (2016 : 38 ; à venir). La société Emlak Konut est ainsi impliquée dans le modèle de construction de nombreux logements à Tuzla. On peut évoquer par exemple l’ensemble Tuzla Emlak Konut 1. Etap, construit en 2011-2012 sur un terrain auparavant constitué de petites maisons individuelles, ou encore sur le projet de plus haut standing Evora, qui semblait alors être un terrain vacant ou un terrain agricole7 . Celui-ci est constitué de 4304 logements répartis sur 44 blocs et 5 régions, comprenant également des espaces de commerce. Débuté en 2011, il est achevé fin 2014, sur un modèle de partage des recettes, avec le promoteur Teknik Yapı Holding. Comme c’est souvent le cas dans ces opérations, le promoteur privé construit également des équipements sociaux, comme un parc, une école primaire, une mosquée et un centre médical, afin « d’établir une petite ville8 ». Lors de notre marche en direction de la « vallée de la vie », nous traversons ainsi l’immense parc immobilier Evora qui ne semble pas finir (Photo 3).

Photo 3 : Quelques blocs de l’immense projet immobilier Evora. Au loin, on aperçoit les tersane sur la mer de Marmara.
Source : Julie Gaillet (avril 2022)

Le quartier d’Aydınlı a ainsi fait l’objet de projets de redéveloppement et d’étalement urbains. Il faut par ailleurs noter qu’une partie (168 000 m2) de la zone militaire au sud d’Aydınlı a été ouverte à l’urbanisme en 20149 par le Ministère de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Changement Climatique (Çevre, Şehircilik ve İklim Değişikliği Bakanlığı, MEUC10 ), via la catégorisation d’une partie de la zone en « zone de développement de réserve » (rezerv yapı alanı), une disposition de la loi n°6306 que nous aurons l’occasion de détailler dans le compte-rendu de l’excursion urbaine sur les traces de Kanal Istanbul (mai 2022). Le plan d’usage des sols a été publié en octobre 2020, et prévoit la construction d’une route, de commerces, de logements, d’un centre commercial et d’un hôtel. Cette ouverture à l’urbanisme s’inscrit dans la politique de délocalisation des terrains militaires, justifiée par la tentative de coup d’État de 2016, et permettant d’acquérir du foncier à forte plus-value, comme nous l’avons évoqué dans différents compte-rendus précédents.

Par sa disponibilité et son faible coût foncier, Tuzla fait ainsi partie de ces arrondissements stambouliotes périphériques où la puissance publique sous l’AKP a expérimenté ses premiers montages immobiliers en partenariat avec des promoteurs privés, pour la construction de logements sociaux. Un mode opératoire qui sera ensuite utilisé dans tout Istanbul et ailleurs, en majorité pour des projets de développement à forte plus-value foncière.

Encore principalement composé de terres agricoles dans les années 1980, l’arrondissement de Tuzla est soumis à une urbanisation croissante, portée par l’activité industrielle et la construction de logements pour accueillir une population en constante augmentation. Nous éloignant progressivement de ce bâti, nous arrivons à la limite du front urbain, entre serres et champs, où les dynamiques de développement se poursuivent et grignotent petit à petit les espaces agricoles.

II- Le projet de « vallée de la vie » de la rivière Hacet Dere : une incursion dans les espaces agricoles de Tuzla

A) L’implantation d’une « Vallée de la vie » à Adyınlı :  un projet à forte dimension paysagère et récréative

Après avoir traversé le noyau villageois d’Adyınlı, où le bâti plus dense et plus resserré témoigne du caractère ancien du quartier, nous débouchons sur un parc urbain linéaire. Celui-ci s’inscrit dans le projet urbain plus large des « Vallées de la vie », au même titre que la vallée que nous avions visité le long de la rivière de Ayamama lors de la première excursion. Pour rappel, ce projet consiste en l’aménagement d’une quinzaine de corridors écologiques le long des principaux cours d’eau du territoire métropolitain et a été l’une des principales promesses d’E. İmamoğlu lors des élections municipales en 2019. La vallée de Tuzla a été inaugurée en 2020, quelques mois après l’ouverture de la première vallée réalisée à Beylikdüzü. Elle consiste en le réaménagement des bords de Hacet Dere, un très petit cours d’eau, et est divisée en cinq étapes d’implantation (Document 1).

Document 1 : Délimitation (en rouge) du futur emplacement de la « Vallée de la vie ». Source: H.E.T. Peyzaj ve Kentsel Tasarım

Dès notre arrivée, nous avons été marqué·e·s par la présence d’anciennes petites maisons individuelles de part et d’autre de la vallée, qui témoigne de la préservation du cadre bâti existant lors de la mise en place du projet. Le parc s’étend du Nord au Sud, en suivant le tracé du cours d’eau Hacet Dere (Photo 4). Ce dernier est minéralisé et est entouré d’une petite barrière d’un côté. Le cours d’eau est relativement petit, son lit peu profond et assez étroit, et il est entouré d’une bande végétale aménagée. Durant les travaux de restauration du cours d’eau (Islah çalışmaları), ISKI (2020) a souligné qu’un total de 1700 mètres de conduites d’eaux usées et de conduites d’eaux pluviales ont étés construites au sein du projet, afin d’empêcher les eaux usées de se diriger dans le cours d’eau, et de contrôler les eaux pluviales. ISKI a également précisé qu’un réservoir d’eau de 650 m3 a été construit, afin d’assurer un débit d’eau continu même dans les jours secs, dans un objectif d’esthétisme. Toutefois, le cours d’eau était asséché au moment de notre visite.

Photo 4 : Vue sur le cours d’eau Hacet. En arrière plan, le projet immobilier Lokum Evler Sitesi, dominant la « Vallée de la vie ».
Source: Julie Gaillet (avril 2022)

Pour ce qui est de l’aménagement paysager, il est composé de pelouses, d’arbres, de buissons et de fleurs, plantés d’une manière symétrique. Le style paysager, qui est d’ailleurs presque identique à celui de la Vallée de Beylikdüzü, est typique d’un aménagement qui représente la volonté de faire triompher l’ordre sur le désordre de la nature, où les humains dominent et contrôlent une nature domestiquée. Concernant les aménagements récréatifs, il y a des espaces de jeu, des aires de piques-niques, des pavillons en bois et un amphithéâtre. Une piste cyclable a aussi été aménagée et plusieurs petits ponts permettent le passage transversal du parc, le connectant ainsi aux quartiers avoisinants.

Dans les deuxième et troisième étapes (« zone » sur le document 2), le contraste entre les deux rives est assez frappant. Sur la rive gauche, deux très grands immeubles (15 étages) dominent le paysage, surplombant le parc, et de l’autre côté, l’espace est entièrement naturel, recouvert d’une texture forestière de pins, assez sauvages et conservés (Photo 5), correspondant au Hacet Deresi Milli Park.  À cet endroit-là, les nouveaux aménagements sont en cours de construction, correspondant aux zones 5 et 6 du projet urbain . Contrairement au projet que nous avions visité à Ayamama, dont l’objectif principal était de lutter contre le risque d’inondation, les objectifs de restauration qui sous-tendent le projet de la Hacet Dere semblent plutôt viser les dimensions paysagères et récréatives de la restauration. Le projet porte une forte valeur récréative et esthétique, dont l’objectif principal est d’améliorer le cadre de vie pour la population avoisinante.

Photo 5 : Texture forestière de pins longeant la « Vallée de la vie »
Source: Julie Gaillet (avril 2022)

B) Entre dynamiques foncières et terres agricoles

Nous avons ensuite continué notre chemin à l’aval du cours d’eau (qui se jette dans un autre cours d’eau). À cet endroit, les berges du cours d’eau sont très polluées, marquées par l’accumulation de nombreux déchets. Il débouche sur plusieurs petites exploitations agricoles. Leur présence est assez frappante, marquant une rupture assez nette dans le paysage. Ceux-ci résistent à l’avancée des nouveaux développements urbains situés en contrefort, bien que la ligne de front semble se rapprocher de plus en plus. Discutant avec un agriculteur, nous apprenons qu’il est installé sur ces terres depuis plusieurs décennies (Photo 6). Il dispose de plusieurs serres où il cultive différents légumes. Il nous explique que TOKI a modifié les droits d’usage du sol, pouvant conduire à son expulsion d’un jour à l’autre. Dans ce contexte d’incertitude foncière, il poursuit néanmoins son activité. 

Photo 6 : Un agriculteur aux abords de la Hacet Dere.
Source : Nik Hobbs (Hiking Istanbul) (avril 2022)

À quelques mètres des champs se trouve un préfabriqué visant à la promotion et à la vente d’appartements dans un petit projet résidentiel (photo 7). Le chantier est actuellement en pause, mais devrait reprendre dès que les dernières autorisations légales sont obtenues, nous précise le promoteur.

Photo 7 : Vue sur les serres agricoles, qui cachent le préfabriqué visant la promotion et la vente d’une nouvelle résidence (derrière les serres à droite). En avant-plan, le prolongement de la rivière Hacet Dere, dont on ignore le nom (voir Encadré n°2), qui semble très pollué.
Source: Julie Gaillet (avril 2022)

Nous terminons l’excursion urbaine par une balade à travers les champs et les serres. Le cours d’eau rejoint alors un plus grand cours d’eau également minéralisé que l’on suit. À un moment donné, nous ne pouvons plus le longer dû à la présence d’un nœud autoroutier. Nous nous dirigeons alors vers le centre de Aydınlı, où nous prenons un dolmuş qui nous dépose au Marmaray.

Encadré n°2 : Confusion de l’hydronymie : quel cours d’eau coule dans la “Vallée de la vie”?par Felix de Montety

La carte officielle de 1997 désigne par le nom de Dilek Dere le cours d’eau qui rejoint la Büyük Dere depuis sa rive droite au niveau d’Aydınlı, mais la plupart des cartes antérieures et postérieures, y compris Open Street Map et Google Map, préfèrent Hacet Dere. Il existe donc une certaine confusion dans la cartographie ; reste donc à voir quels sont les usages locaux. 

En revanche, il y a consensus pour constater que c’est le cours d’eau principal qui est nommé Hacet Dere, et que le cours d’eau canalisé qui court au milieu de la “vallée de la vie” n’en est qu’un affluent anonyme. Une piste de nom possible de ce cours d’eau mineur pourrait être à chercher dans l’odonymie d’Aydınlı. En effet, à quelques dizaines de mètres en amont sur la butte où s’est développé le village historique, une rue est nommée Gürpınar (« source broussailleuse »). Gürpınar Caddesi semble être la seule rue d’Aydınlı à faire référence à un hydronyme et il n’y aucune autre occurrence de Gürpınar dans la cartographie des alentours. Il semble difficile faute de témoignage local ou de document d’archive de prouver avec une totale certitude que c’est bien du cours d’eau que l’on retrouve dans la « Vallée de la vie » qu’il s’agit.

Bibliographie 

ANIL, Alev (2005). Tuzla’nın Mekânsal Gelişimi, Coğrafya Bölümünde Yüksek Lisans Tezi, Sosyal Bilimler Enstitüsü, İstanbul Üniversitesi, Yrd. Doç. Dr. Gaye Ertin gözetiminde, 81 p.

BALABAN, Osman (2011), “İnşaat sektörü neyin lokomotifi?”, Birikim, N°270: 19-26.

BOZDOĞAN, Ömer (2019). İstanbul Anadolu Yakasındaki Ssyal Konut Uygulamalarına Coğrafi bir Bakış: Tuzla Örneği, Coğrafya Bölümünde Yüksek Lisans tezi, Sosyal Bilimler Enstitüsü, İstanbul Üniversitesi, Doç. Dr. Hüsniye Doldur yönetiminde, 107 p.

DOĞAN, Mesut (2013), “Geçmişten Günümüze İstanbulda Sanayileşme Süreci ve Son 10 Yıllık Gelişimi”, Marmara Coğrafya Dergisi, N°27: 511-550.

HERVET, Filiz (2016), « Istanbul, conflit d’usage sur les terrains militaires », La Revue foncière, N°15, p. 38.

HERVET, Hervet (à venir). Produire, capter et redistribuer la rente foncière publique : le cas des résidences de marque à Istanbul [titre provisoire], Thèse en Urbanisme à l’Université Paris-Est, sous la direction de Sonia Guelton et Mehmet Rıfat. 

HET (date inconnue). Tuzla, Hacet Deresi Ekolojik Restorasyon Ve Tasarım Projesi.

URL: https://hetpeyzaj.com/tr/tuzla-hacet-river-ecological-restoration-and-design

İBB (2006). İstanbul Çevre Düzeni Planı, Özel Rapor,  İBB, 132 p.

ISKI (2020). Tuzla Yaşam Vadisi 1. Etabı İstanbulluların Hizmetinde, ISKI.

URL: https://www.iski.istanbul/web/tr-TR/kurumsal/haberler1/haberler-detay/tuzla-yasam-vadisi-1-etabi-istanbullularin-hizmetinde

JANIN, Raymond (1927), « Autour du cap Acritas. Étude historique et topographique », Échos d’Orient, Vol. 26, N°147 : 287-303.

ÖZCAN, Koray & GÜNDOĞAR, Refik (2015), “Organize Sanayi Yatırımlarının Mekânsal Gelişim Süreçlerine Etkileri: Tuzla (İstanbul) Örneği”, Türk Coğrafya Dergisi, Vol. 64, N°64: 11-18.

  1.  Source : https://web.archive.org/web/20160529005751/http://www.tuzla.bel.tr/icerik/78/3338/tuzlanin-tarihcesi.aspx []
  2.  Source : http://pandektis.ekt.gr/pandektis/handle/10442/169951 []
  3.  Cette même année, Tuzla est rattaché à la province d’Istanbul, alors qu’elle dépendait auparavant de Kocaeli. Cela s’explique sans doute par la volonté de faire de Tuzla un territoire de délocalisation en lien avec la métropole. []
  4.  Piri Ibn Haji Mehmed est notamment l’auteur de la carte de Piri Reis, découverte lors de la restauration du palais de Topkapı, qui cartographie les côtes de l’Afrique du Nord et de l’Amérique du Sud. []
  5.  Les ZIO suivantes sont présentes à Tuzla : Tuzla Mermerciler Organize Sanayi Bölgesi, Tuzla Kimya Sanayicileri Organize Sanayi BölgesiTuzla Deri Organize Sanayi Bölgesi et Tuzla Boya ve Vernik Organize Sanayi Bölgesi (Doğan 2013 : 525). []
  6. Selon le tableau récapitulatif élaboré à partir des données de l’Institut Statistique Turc (Türkiye İstatistik Kurumu, TÜİK), sur la page Wikipedia de l’arrondissement de Tuzla. Source : https://tr.wikipedia.org/wiki/Tuzla,_İstanbul#cite_note-16 []
  7. Source : Google Earth, juillet 2009, avant la construction d’Evora. []
  8. Source : https://www.milliyet.com.tr/emlak/evora-76-900-liradan-satisa-cikti-67300 []
  9. Source : https://www.sozcu.com.tr/2021/emlak/tuzlada-askeri-alan-imara-acildi-6317108 []
  10.  Renommé ainsi en octobre 2021, auparavant Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search