L’opposition entre la mairie métropolitaine et le gouvernement central dans l’aménagement des îles aux Princes depuis 2019

par Jeanne LENA

Article réalisé dans le cadre d’un mémoire de master 2 sur la traduction urbaine du conflit entre la municipalité métropolitaine et le gouvernement central à Istanbul depuis 2019 et d’un stage de quatre mois à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA).

 

Les Adalar, ou « îles aux Princes » en français, forment un archipel de neuf îles dans la mer de Marmara, situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de la péninsule historique d’Istanbul. Büyükada (« grande île »), Heybeliada (« île sacoche »), Burgazada (« île forteresse »), Kınalıada (« île du henné »), Sedef Adası (« île de la nacre »), Yassıada (« île plate »), Sivriada (« île pointue »), Kaşık Adası (« île de la cuillère ») ainsi que Tavşan Adası (« île aux lapins ») constituent l’un des trente-neuf arrondissements d’Istanbul. Sur ces neuf îles, seules les quatre premières sont habitées et quotidiennement desservies par des bateaux depuis les côtes européenne et anatolienne. Kaşık Adası est quant à elle une propriété privée fermée à la visite.

La compétence en matière de planification urbaine dans les îles aux Princes et la mer de Marmara est transférée à l’État en novembre 2021 via un décret présidentiel établissant une « zone spéciale de protection de l’environnement[1] ». Il faut noter que deux îles inhabitées de l’archipel sont déjà passées sous la gouvernance du ministère de la Culture et du Tourisme en 2013. La Municipalité Métropolitaine d’Istanbul (İstanbul Büyükşehir Belediyesi, IBB) perd ainsi la compétence sur les îles au profit du ministère de l’Environnement, de l’urbanisation et du changement climatique (Çevre, Şehircilik ve İklim Değişikliği Bakanlığı), et ne peut faire appliquer le schéma directeur sur lequel les experts de la mairie ont travaillé en coopération avec les habitants de l’arrondissement pendant deux années (2019-2021). Ce transfert de compétences s’effectue au nom de la défense de l’environnement, dans un écosystème particulièrement fragilisé, et au cours d’une période marquée par la réapparition du mucilage[2] en mer de Marmara, notamment sur les côtes stambouliotes. Les schémas (fig. 1 et 2) présentent les acteurs impliqués dans l’aménagement des îles aux Princes, aux niveaux national, métropolitain et de l’arrondissement, en soulignant les changements juridiques après 2021.

 

Figure 1 : Les acteurs impliqués dans l’aménagement des îles aux Princes avant 2021

 

Figure 2 : Les acteurs impliqués dans l’aménagement des îles aux Princes après 2021

 

 

Les Adalar sont ainsi le lieu d’une rivalité de gouvernance, qui a pour objectif de la part du pouvoir central de limiter les capacités de l’IBB. La gestion des îles est indirectement intégrée dans un conflit orienté vers les élections présidentielles prévues en juin 2023, qui se traduit par la présence de projets urbains concurrents. En effet, depuis l’élection d’un maire métropolitain opposant au gouvernement en mars, puis en juin 2019 lors des élections répétées[3], Istanbul fait l’objet d’une double gouvernance. La métropole, conçue comme vitrine de la réussite du pays par l’AKP, reste sous la tutelle d’Ankara (Pérouse, 2017). En effet, le conflit entre la mairie métropolitaine (IBB) et le gouvernement central, qui transparait dans le récent décret sur la gouvernance des îles aux Princes et de la mer de Marmara, est emblématique de cette confrontation à l’échelle métropolitaine. La métropole, historiquement acquise au Parti de la Justice et du Développement (AKP) depuis 1994, est le cœur économique et politique de la Turquie, dont Recep Tayyip Erdoğan affirmait que la perte aux élections municipales signifiait la perte du pays[4]. La réorganisation municipale (loi n°3030 du 9 juillet 1984) introduisant les municipalités métropolitaines donne une autorité considérable au maire (Elicin-Arikan, 1997), élu pour 5 ans au suffrage universel. Dans le contexte des élections présidentielles à venir, la compétition entre les deux hommes (Ekrem Imamoğlu[5] et Recep Tayyip Erdoğan) et les conflits en matière de compétence entre les deux échelons de gouvernance, s’amplifient. Cela est d’autant plus vrai du fait de la popularité croissante d’E. Imamoğlu[6]  – même si le CHP n’a pas encore pas désigné de candidat – et dans un contexte de sévère crise économique nationale qui mine la popularité de la coalition au pouvoir.

Les îles sont un lieu de compétition entre deux visions de la ville, notamment dans les discours politiques, puisque le CHP intègre également une composante « développementaliste » dans son idéologie. Dans les Adalar, les nouvelles constructions sont interdites depuis 1984 – date du classement en site protégé[7]. La nature même de l’arrondissement semble en contradiction avec le projet urbain de l’AKP au pouvoir. La compétence en termes de planification a donc été transmise au gouvernement central en novembre 2021, sur les sept îles qui n’étaient pas concernées par le décret de 2013 susmentionné. Les terrains ne sont pas ouverts à l’urbanisation mais pourraient l’être. Une partie des habitants des îles aux Princes s’engagent dans le conflit concernant la gestion d’Istanbul. Ils présentent une opposition à la politique portée par le gouvernement, se placent du côté de la mairie métropolitaine aux mains du Parti Républicain du Peuple (CHP[8]), tout en portant également des critiques sur cette dernière instance. Cette orientation se lit dans les résultats de l’élection du maire en 2019 : dans l’arrondissement des Adalar, 71% des votes vont à Ekrem İmamoğlu et 28.6% à Binali Yıldırım (AKP)[9]. Les îles aux Princes présentent un vote d’opposition bien plus marqué que celui d’Istanbul en général, qui se prononce à 54,2% pour le candidat de la coalition CHP contre 45% pour celui de l’AKP. Par ailleurs, une partie des habitants des Adalar essaye d’utiliser les ressources de l’IBB afin de faire coïncider leur vision de l’aménagement sur les îles avec les projets de l’IBB, leur permettant ainsi d’accéder aux ressources de la mairie, comme l’a montré leur participation au processus d’élaboration du plan de planification de l’arrondissement en juin 2021.

Il s’agit donc de comprendre dans cet article comment la rivalité entre la mairie métropolitaine et le gouvernement dans la gestion urbaine de l’arrondissement des Adalar s’inscrit dans une lutte pour la gouvernance d’Istanbul, qui elle-même reflète des enjeux politiques nationaux, mais aussi dans des luttes locales sur les usages du territoire.

Pour étudier cette question, des entretiens semi-directifs avec une dizaine d’habitants des Adalar ont été menés entre janvier et mai 2022. Les enquêtés ont tous réalisé des études supérieures, au moins de niveau Master. La moitié d’entre eux est active et l’autre retraitée ; un étudiant a également été interrogé. Leurs professions renvoient vers un profil de classe supérieure : chercheur, architecte, physicien, journaliste, sismologue… Tous habitent dans l’arrondissement, et pour la plupart de longue date (depuis au moins dix ans). Un enquêté ayant déménagé plus récemment réside à Büyükada depuis cinq années. Ces habitants sont engagés dans des associations locales et définissent leur positionnement politique comme généralement à gauche.

Le point de vue de ceux-ci a été complété par des discussions avec des membres de la mairie métropolitaine : le personnel responsable de la réalisation du plan de planification de l’arrondissement terminé en juin 2021, et annulé par le décret présidentiel, ainsi que la section de la Direction de la planification urbaine, et celle des risques sismiques et urbains.

Dans un premier temps, une présentation de ce territoire permet de comprendre ses spécificités au sein d’Istanbul et en quoi il est un terreau de conflits particuliers. Cela nous amène à étudier les rivalités en termes de gouvernance et d’administration des terrains, dans un second temps, pour enfin chercher à comprendre le rôle d’arbitrage des habitants via leurs modes d’organisation politique.

 

Un arrondissement singulier : entre proximité et isolement face à la métropole

Les îles aux Princes, un archipel marqué par des spécificités culturelles 

La population actuelle des îles est de 16 372 personnes, selon le recensement de 2021[10]. Il s’agit de l’arrondissement le moins peuplé d’Istanbul (voir densité du bâti, fig. 5), ville dont le slogan de la mairie métropolitaine rappelle la population générale : « Nous travaillons pour 16 millions de personnes »[11]. Cependant, la fonction touristique et récréative de l’arrondissement entraîne une augmentation d’environ dix fois sa population les week-ends et les mois d’été. La population est globalement en augmentation (+1894 personnes soit +12% depuis 2016). Il y a donc trois catégories de populations présentes dans les îles : les résidents permanents, les résidents temporaires (période estivale), et les touristes. 

Le nom français des îles aux Princes fait référence à l’histoire de ces lieux, espaces de réclusion ou de plaisance pour l’aristocratie byzantine. C’est au XIXe siècle, lorsque les îles sont désenclavées par la mise en place d’une ligne de bateau, que la bourgeoisie stambouliote investit la zone. De riches familles s’y installent. Les villages de pêcheurs se métamorphosent en lieux de villégiatures, comme le rappellent les villas de style victorien ; des résidences d’été sont bâties par des entrepreneurs rums[12] ou arméniens ainsi que des notables ottomans ; des étrangers y trouvent un lieu de refuge, Russes fuyant la Russie soviétique ou Juifs poussés à l’exil par l’antisémitisme européen.

Figure 3 : Vue depuis Heybeliada (mars 2022) Source : Autrice

 

Chaque île présente des spécificités culturelles, linguistiques et religieuses : Kınalıada est historiquement le lieu de villégiature de la population et des évêques arméniens d’Istanbul, Burgazada des pêcheurs rums, Heybeliada (fig. 3) de la bourgeoisie rum et musulmane de Constantinople, tandis que Büyükada fût prisée par Juifs et Européens. De nombreux monuments témoignent de cette histoire particulière, notamment les bâtiments religieux, églises, synagogues et mosquées. Une communauté rum existe encore, malgré les vagues d’émigration à partir de septembre 1955[13], notamment à Heybeliada. Une communauté kurde réside également dans cette île, ainsi qu’à Burgaz et Büyükada depuis une trentaine d’années, alors qu’une population de Roms turcs se trouve à Kınalıada. On relève notamment plusieurs lieux importants à Büyükada : le monastère orthodoxe Aya Yorgi (où se rendent chaque année le jour de la Saint-George, le 23 avril, des milliers de croyants de toutes confessions), l’orphelinat Rum, réputée la plus haute structure en bois d’Europe, ou les villas en bois de la rue de Çankaya (dont celle de Léon Trotsky). À Heybeliada se trouvent un monastère orthodoxe, ainsi que l’Institut de théologie de Halki, tandis qu’une synagogue et une cemevi[14] sont présentes à Burgazada. Ces bâtiments témoignent de la diversité religieuse des lieux.

 

Habiter dans les îles, un choix réservé à la classe sociale supérieure ?

Les différentes vagues d’arrivée et de départ sur les îles ont un impact sociohistorique très fort sur les habitants actuels de l’île. Une surreprésentation des classes supérieures est observée dans les îles, comme le fait remarquer le personnel de la mairie métropolitaine responsable de l’arrondissement.

Depuis les années 2000, on remarque plusieurs vagues d’arrivée de cette population, motivée principalement par les aménités paysagères. Une première vague a eu lieu avec l’arrivée du gaz en 2006, rendant la vie plus facile dans l’arrondissement[15]. Une seconde, après les événements de Gezi en 2013[16], et une dernière, post-confinement en 2021. En effet, le cadre de vie attire ces résidents, qui opposent volontiers dans leur discours « Istanbul » et « les îles », faisant de l’arrondissement une entité étrangère à la métropole tout en étant situé à une distance permettant d’y exercer une activité quotidienne ou hebdomadaire. Ils insistent sur le contraste entre ce lieu marqué par la verdure, le calme, et l’interconnaissance forte qu’ils comparent au continent où le bâti est continu, le trafic très dense et la vie de quartier réduite. Le terme de « village » revient régulièrement au cours des entretiens avec des habitants des différentes îles.

À ces raisons s’ajoute un volet politique : le réseau associatif et les partis d’opposition (qui se recoupent sans toutefois se superposer totalement) y sont particulièrement ancrés. Une « carte militante » d’Istanbul se dessine dans les entretiens : Kadıköy, Şişli, Beşiktaş, arrondissements mentionnés par Agathe Fautras dans  étude des collectifs militants d’après-Gezi à Istanbul (Fautras, 2019), sont des arrondissements centraux présentant une sociologie électorale analogue à celle des îles. 

Figure 4 : La spécificité des Adalar au sein de la géographie électorale des arrondissements d’Istanbul (classement)

 

Le tableau (fig. 4) illustrant la spécificité du arrondissement des Adalar au sein de la géographie électorale d’Istanbul témoigne du succès du Parti Démocratique des Peuples (Halkların Demokratik Partisi,  HDP[17]) dans les îles. Ainsi, si les habitants soutiennent le CHP, dans le cadre d’une coalition d’opposition au gouvernement lors des élections municipales de juin 2019, l’arrondissement se distingue par sa première position en ce qui concerne le vote HDP. Ce vote est le reflet de la surreprésentation des deux catégories d’électeurs HDP à Istanbul : les populations kurdes et les classes moyennes et supérieures. Cette orientation est expliquée lors des entretiens par la place que ce dernier parti accorde à la démocratie participative, à l’égalitarisme et aux droits des minorités. Le maire actuel de l’arrondissement, Erdem Gül (élu en mars 2019) est une figure majeure du CHP[18]. Un résident explique ce fait par un vote traditionnel des zones côtières pour le CHP, habitées par les classes moyennes ou supérieures et culturellement sécularisées. La quasi-absence d’emplois dans les îles favorise les populations ayant davantage de souplesse dans leurs horaires, ou les retraitées. Les nouveaux habitants sont incités à l’emménagement par la présence de connaissances, ce qui favorise une homogénéité sociale. Enfin, la hausse récente des loyers[19] et la tension du marché de l’immobilier réservent désormais l’arrondissement aux ménages les plus aisés.

 

Entre tourisme et protection de l’environnement, une occupation du sol conflictuelle à Istanbul

Cette forte politisation des habitants transparait dans les questions d’occupation du sol. Le tourisme, principalement estival, marque l’espace urbain des îles. Les Adalar sont une destination populaire pour une excursion d’une journée, Büyükada, notamment, figure comme un « incontournable » dans les circuits de visite d’Istanbul. Le territoire des îles est constitué à 55% de forêts (fig. 5). Les aménités environnementales sont appréciées par les touristes et cette caractéristique est renforcée par l’interdiction de véhicules à moteur à essence au sein des îles. La fonction touristique et récréative, qui repose sur des ressources naturelles et culturelles exceptionnelles, risque donc de dégrader ces mêmes espaces, dans le cadre de la réception d’un tourisme de masse. Plusieurs habitants des Adalar interrogés expliquent l’attraction produite par les îles sur les stambouliotes par un manque d’espaces verts sur le continent. Si leur présence fait l’objet de plaintes virulentes de la part des habitants, ils se montrent également compréhensifs, leur emménagement étant provoqué par ce même « désir de nature ».

Figure 5 : Les îles aux Princes : un aménagement urbain conflictuel

L’aménagement des îles est donc un sujet porteur de tensions. Certains habitants s’opposent radicalement à la mise en tourisme de ce lieu, soulignant une concurrence directe entre résidents permanents et temporaires pour l’occupation de l’espace. Les critiques émises à l’encontre des touristes portent sur les conséquences négatives de leur présence : ils polluent la zone et augmentent les risques environnementaux et de feux de forêt en abandonnant des déchets[20], tout en dérangeant par leur nuisance sonore. Durant la période estivale, le risque d’incendie est très élevé dans les îles. En août 2021, un feu à Heybeliada détruit 7,2 hectares de forêts – une surface supérieure à celle de l’année précédente (6,2 hectares).

La question du tourisme est porteuse de conflits ; les résidents se mobilisant à la fois contre le gouvernement central et ses relais, mais aussi contre l’IBB. La question des phaétons[21] (fig. 6) permet de saisir la nature de ces tensions. Les calèches remplacent traditionnellement les voitures dans les îles, où elles sont interdites. Ces véhicules font l’objet de tensions depuis de nombreuses années, comme l’explique une cadre de la mairie métropolitaine allant jusqu’à parler d’organisation « mafieuse », responsable d’abus sur les cochers et de mauvais traitements sur les animaux. En décembre 2019, les journalistes révèlent que plus de 80 chevaux touchés par une épidémie sont abattus. Des associations de défense des animaux lancent une veillée devant les locaux de l’IBB, organisent un sit-in sur les quais de Kadıköy, et tractent dans la ville. En janvier 2020, l’utilisation des phaétons est proscrite conformément aux décisions du Gouvernorat d’Istanbul et de la mairie métropolitaine. Les calèches sont remplacées par des véhicules électriques en juin 2020. Ce dispositif s’intègre au service public des transports de la ville. Une partie des habitants s’oppose à ce changement, au nom d’un patrimoine culturel à sauvegarder. Les habitants ont pourtant été consultés, lors d’un symposium.

Figure 6 : Une enseigne renseigne les visiteurs sur la localisation des phaétons (mars 2022) Source : autrice

 

Cette question est hautement politique car elle est liée à des préoccupations d’occupation de l’espace, en plus de toucher à des enjeux patrimoniaux, écologiques ou identitaires comme nous l’avons souligné. Les insulaires expliquent que la motorisation des îles conduit inexorablement à son urbanisation – les véhicules électriques permettant de s’aventurer dans des zones où le transport par phaétons ne le pouvait pas. Le transport au sein des îles est désormais plus performant. Le personnel de la mairie ayant pris cette décision, interrogé sur le sujet, confesse bien une gestion chaotique de cet enjeu, et explique avoir écouté les associations de défense des animaux. Il souligne des difficultés liées aux conséquences de l’interdiction des phaétons : le processus de motorisation accélérée et incontrôlée dans les îles. Un couple d’habitants interrogé suggère une instrumentalisation des associations de défense des animaux de la part de l’IBB afin d’ouvrir les îles à la motorisation. La tolérance de l’IBB vis-à-vis de la présence de ces dernières lors des manifestations devant le siège de la mairie en serait la preuve. Selon eux, la mairie a laissé le conflit s’envenimer et atteindre un point de rupture, et a préféré interdire les calèches au lieu d’en réformer le système. La seconde raison invoquée pour expliquer la décision de l’IBB serait la position de R.T. Erdoğan sur le sujet. Le président de la République a clairement exprimé son opposition aux phaétons à l’été 2019, critiquant la gestion de la crise par l’IBB[22]. La réponse catégorique de l’IBB peut être lue comme une manière de court-circuiter de telles critiques et de manifester son autorité dans la gestion de la question des transports, si cruciale à Istanbul. L’installation d’un service public jusqu’alors inexistant dans les îles marque également une démocratisation des transports locaux, les phaétons étant réservés à un public aisé. Grâce à un système de double standard, les insulaires payent un tarif moins élevé que les visiteurs, et les retombées du tourisme bénéficient à l’IBB. Ainsi la zone présente une géographie humaine et naturelle singulière, qui nous invite à étudier désormais les conflits en termes de gouvernance et d’administration des terrains.

 

Une gouvernance disputée et discutée par de nombreux acteurs : des habitants jusqu’au gouvernement central

Nous avons déjà mentionné l’établissement d’une « zone spéciale de protection de l’environnement » en novembre 2021, transférant la compétence de planification urbaine de l’IBB au gouvernement central. Cette opération est permise par un décret de 1989[23] ; selon cet acte, le gouvernement peut prendre sous son contrôle direct des « zones spéciales de protection de l’environnement » afin de répondre à des menaces graves de pollution. 

 

Transferts de compétences de la mairie à l’État : instrumentalisation des risques (environnementaux, sismiques)

Ce transfert de compétences est particulièrement critiqué par les membres de la mairie métropolitaine, décriant ce mécanisme et soupçonnant une instrumentalisation de l’enjeu environnemental au profit de logiques financières et politiques. Gürkan Akgün, responsable du département de zonage et d’urbanisation de la mairie métropolitaine, déplore la décision en rappelant l’ouverture à la construction des îles Yassıada et Sivriada en 2013 par ce même ministère. Il rappelle également que le gouvernement était déjà compétent dans le cas des îles, en tant que zone protégée : « Jusqu’à présent, les plans étaient établis par l’IBB et transmis au ministère avec la décision de l’Assemblée métropolitaine. Maintenant, l’IBB et la municipalité d’arrondissement ont perdu toute leur autorité ![24] » et en appelle à une coordination pour une « gestion intégrée des côtes ».

En effet, la mairie métropolitaine d’Istanbul travaille depuis octobre 2019 à la création d’un plan de zonage (nazim imar planı) et de protection de l’environnement pour les Adalar. Ce plan, créé avec un processus participatif[25] a été présenté en juin 2021 à l’assemblée de l’IBB.

La possibilité pour les habitants de participer aux décisions de planification urbaine en passant par les dispositifs de IBB s’explique notamment par l’ampleur des répercussions de Gezi sur la mobilisation des citoyens. Un membre du collectif  de Soutien à la bibliothèque publique de Heybeliada (association que nous aborderons ultérieurement) insiste sur la nécessité de « commencer par Gezi » pour comprendre les mouvements politiques dans les îles, des dix dernières années. Le mouvement entraîne la création de forums dans chaque quartier et un nouveau mode d’organisation se déploie, en intégrant des habitants qui n’avaient jamais eu d’activité militante. Le personnel politique de la mairie métropolitaine, renouvelé en 2019, doit répondre à une demande de participation citoyenne et intègre des principes de démocratie participative dans les étapes de planification et de réalisation urbaines.  C’est pour la mairie métropolitaine une façon de se distinguer de la gouvernance urbaine de l’AKP, marquée par « une logique autoritaire et un fonctionnement top-down » (Erdi, 2019).

Ces perspectives sont donc profondément modifiées par la mise en place du décret présidentiel : les îles sont devenues une zone de protection spéciale ; toute l’autorité pour approuver le plan revient au gouvernement central. Interrogés sur les modifications éventuelles du plan qu’ils ont soumis au gouvernement, avant le transfert de compétences, les responsables de la mairie métropolitaines expliquent qu’il leur est impossible de prédire l’avenir de ce plan faisant l’objet de tensions entre les pouvoirs locaux et centraux.

Les habitants des îles donnent deux explications. D’une part, ils expliquent ce transfert de compétence par un désir d’ouvrir l’arrondissement à la construction. Les zones forestières, qui correspondent à des terrains publics, sont ainsi ouvertes à l’urbanisme et permettent à l’État de dégager une rente foncière par la vente de ces terrains à des promoteurs immobiliers, sur un modèle de partage des recettes. De l’autre, ils ajoutent un volet politique et symbolique à l’explication économique : il s’agit de montrer une mainmise du pouvoir central sur la métropole, perdue en 2019[26], d’autant plus en raison du statut de bastion kémaliste et minoritaire des îles aux Princes.

Les conflits entre la mairie métropolitaine et le gouvernement central prennent place dans un contexte de recentralisation du processus décisionnel en matière d’aménagement depuis les années 2010. Par exemple, depuis 2012, le renouvellement urbain se fait majoritairement par la détermination de « zones à risques » (au prétexte du risque sismique majoritairement) dans le cadre de la loi 6306, zones qui sont déterminées directement par la Présidence, ceci au mépris de la hiérarchie des plans d’aménagement déterminés notamment par les mairies métropolitaines. À l’échelle locale, les mairies d’arrondissements ne font qu’appliquer les décisions prises dans les plus hautes sphères de l’État.

Les craintes émises par la mairie métropolitaine ou les habitants des îles face à ce décret sont sous-tendues par la fonction de ce territoire. Le foncier est une ressource économique dans cette zone tout particulièrement, comme c’est généralement le cas à Istanbul. La vocation touristique et récréative des Adalar pousse à une concurrence pour l’occupation des terrains. Les spéculations immobilières et les ouvertures de zones à la construction sont extrêmement conflictuelles. La propriété de la terre et l’utilisation de l’espace posent question. Le territoire est d’autant plus prisé qu’il est convoité par des fondations, relais du gouvernement central.

 

Le rôle des fondations[27] proches de l’AKP cristallisant des conflits entre l’échelon central et municipal

L’exemple de la présence de la Fondation Turquie pour la Jeunesse (Türkiye Gençlik Vakfı, TÜGVA), (figure 7) est emblématique des enjeux soulevés par les fondations religieuses. La partie supérieure de la jetée de Büyükada a été louée en 2018 pour dix ans par la municipalité métropolitaine (lorsqu’elle était tenue par l’AKP) à une fondation islamique, TÜGVA, pour une somme symbolique[28]. TÜGVA est liée à la famille du président – ayant notamment été fondée par son fils, Bilal Erdoğan. Or, estimant que les quais ont été détournés de leur fonction originale, la municipalité métropolitaine a envoyé une lettre à la sous-préfecture de l’arrondissement des îles le 6 janvier 2021, demandant l’évacuation de la partie supérieure de la jetée de Büyükada. Celle-ci a répondu par un ordre d’évacuation pour le 26 janvier 2021. Au motif que les représentants du TÜGVA ne sont pas venus en raison des mauvaises conditions météorologiques, la journée d’évacuation a été reportée au 2 février 2021. Pendant ce temps, TÜGVA a lancé un procès pour annuler l’expulsion. Le 27 janvier le tribunal a décidé de surseoir à l’exécution de l’expulsion. Le 28 mai 2021, le deuxième tribunal administratif d’Istanbul a rejeté la demande d’annulation de la procédure d’expulsion et de sursis à l’exécution. Le 6 juillet 2021, l’opposition de TÜGVA a été définitivement rejetée. Le 5 octobre 2021, une confrontation s’est tenue dans le bureau de représentation de TÜGVA, entre la police de la municipalité métropolitaine et les équipes de gendarmerie mobilisées par le sous-préfet de l’arrondissement[29] pour défendre le personnel de TÜGVA. Police métropolitaine contre forces gouvernementales, nous avons ici un exemple de l’opposition entre les deux échelons dans la gestion de l’espace urbain d’Istanbul et des Adalar, qui n’est à ce jour pas réglé.

Cette étude des rivalités pour l’occupation de l’espace, d’autant plus réduit qu’il est fermé à la construction depuis 1986, nous permet une analyse sous un prisme plus large, dans l’optique des élections nationales à venir.

 

Le rôle d’arbitrage des habitants : de la micro-politique aux enjeux nationaux.

La carte de Büyükada illustre la densité du réseau militant au sein des îles. On trouve de nombreuses formes de mobilisation locales (figure 7) : des associations se concentrant sur le volet écologique, comme l’organisation Défense des îles[30] ou d’autres sur l’aspect culturel, comme Pont Arrière[31].

 Figure 7 : L’opposition entre la mairie métropolitaine et le gouvernement central dans l’aménagement des îles aux Princes

 

 

Plusieurs projets sont emblématiques des formes de mobilisations propres aux Adalar (fig. 7), notamment celle pour la rénovation de la maison de Hüseyin Rahmi Gürpınar. (fig. 8)

Figure 8 : Mobilisation et prise de parole devant la maison de Hüseyin Rahmi Gürpınar, laissée à l’abandon, en mars 2022. Source : autrice

 

L’auteur, mort en 1944, y passe les 30 dernières années de sa vie. En 1964, la maison est vendue à l’administration du département pour devenir un musée, avant d’être remise à la municipalité des Adalar en 1987. En 2013, elle est transférée à la Direction générale des fondations. Fermée aux visiteurs et délabrée, la maison fait l’objet d’une pétition récoltant plus de 6500 signatures, lancée par une enseignante vivant à Heybeliada en mars 2022. Une manifestation est organisée, notamment par Adalar Savunması le 6 mars pour réclamer à l’État la restauration de la maison et son ouverture au public en tant que musée (fig. 8 et 9).

Figure 9 : Rassemblement pour la maison de Hüseyin Rahmi Gürpınar organisé sur les quais de Heybeliada le 6 mars 2022. Source : autrice

 

Les réseaux locaux permettent une mobilisation très forte dans l’arrondissement, mais s’imbriquent également dans le maillage militant d’Istanbul, avec des associations comme la Défense des Forêts du Nord (Kuzey Ormanları Savunması), Collectif de vélo de Don Quichotte (Don Kişot Bisiklet Kolektifi), la Solidarité de Taksim (Taksim Dayanışmaşı), le Bloc de la paix (Barış Bloku), dont la majeure partie a été créée après la révolte de Gezi, ou encore avec des partis politiques comme le HDP. Les enjeux écologiques ou historico-culturels locaux s’intègrent également dans un réseau mondial, avec la mention d’une organisation locale en lien avec le mouvement de grève internationale pour le climat, dirigée par Greta Thumberg. L’organisation Europa Nostra est présente dans les Adalar, tandis qu’une réflexion sur l’inscription de l’orphelinat de Büyükada sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est en réflexion. Le recours à des institutions européennes et internationales comme moyen de pallier l’absence de soutien gouvernemental est également une des stratégies utilisées par l’IBB. Ce réseau militant s’est particulièrement mobilisé contre un projet mémoriel et politique porté par le gouvernement central (cf. article à ce sujet sur le blog de l’OVIPOT) qui démarre en 2015. La construction de l’île de la Démocratie et des Libertés, terminée en mai 2020, est décriée par des mouvements écologistes, dont Adalar Savunması, qui ont mené un rude combat contre l’artificialisation de l’île.

Les organisations sont souvent informelles. Ce n’est pas le cas du collectif de Soutien à la bibliothèque publique de Heybeliada ; l’un des membres déplore une « faute » concernant le choix d’un statut légal d’association. L’informalité est souvent privilégiée du fait de la surveillance politique des mouvements d’opposition dans le sillage de Gezi, mouvement protestataire qui débute en mai 2013. Un enquêté explique d’ailleurs que le groupe de militants pour l’ouverture de la bibliothèque de Heybeliada était d’ailleurs surnommé par les membres de l’AKP des Adalar les « gens de Gezi ». Il explique qu’après 2015, la pression politique de l’AKP s’est intensifiée et presque toutes les activités de la société civile, en particulier les activités des organisations de gauche, des partis, des groupes d’activistes et autres activités similaires ont été interdites par le sous-préfet des îles. Et dans les cas où elles n’étaient pas directement interdites, cette surveillance limitait beaucoup d’activités – même les rencontres littéraires. L’informalité est également privilégiée par les collectifs issus de Gezi, dans un rejet de la structure hiérarchique et institutionnelle de l’association (dernek), propre aux idéaux politiques issus de l’altermondialisme et de l’anarchisme (Fautras 2019 : 3). Les capacités mobilisatrices des insulaires sont très fortes[32]. Dans un certain sens, les difficultés que relate le personnel de l’IBB quant à l’organisation d’atelier avec les habitants sur ce sujet témoignent également de ce phénomène. Les responsables du zonage du plan des Adalar insistent sur l’interconnaissance marquée des habitants, leur capital social et intellectuel important. Ces derniers peuvent, selon les personnes interrogées, se montrer assertifs quant à leurs besoins et peu aptes à collaborer avec la mairie.

 

Conclusion

R.T. Erdoğan choisit Yassıada pour annoncer la fin de la construction de la mosquée de la place Taksim, lieu emblématique du mouvement Gezi. Yassıada, comme la place Taksim, ou le projet de Kanal Istanbul font partie des grands projets d’aménagement urbain portés par l’AKP, faisant l’objet d’une forte contestation citoyenne.

 

L’arrondissement des Adalar est donc emblématique de plusieurs conflits politiques qui se traduisent par des projets urbains concurrentiels. On note la lutte d’une partie des habitants contre le projet politique de l’AKP, tel qu’il a été décrit dans le cas de Taksim. Un nouvel acteur s’introduit, depuis 2019, dans ce conflit : la mairie métropolitaine. L’IBB, dans un contexte post-Gezi, se place dans une recherche de légitimité qui convoque la participation citoyenne, dont elle fait un usage politique. On perçoit alors la rivalité entre l’IBB et le gouvernement central dans l’optique des élections présidentielles à venir et le rôle de « tremplin » de la ville d’Istanbul « qui pousse les cadres à sauter au niveau national de la politique » (Öktem, 2021).

Cependant, le travail de cartographie cherche également à montrer que le ralliement des associations des îles à l’IBB peut être interprété comme une stratégie pour arriver à l’application des principes écologiques ou culturels délivrés, plus qu’un accord idéologique avec le CHP.

 

 

Bibliographie

BAYRAKTAR, Ulaş, “Présidents avant-gardes: les maires comme patrons des villes Turques,  Confluences Méditerranée , tome 107, no. 4, 2018, p. 111-123, DOI : 10.3917/come.107.0111

CHEVIRON, Nicolas ; PEROUSE, Jean-François, Erdogan: nouveau père de la Turquie?, Paris, Editions François Bourin, 2016

ELICIN-ARIKAN Yeseren, “Municipalités métropolitaines et municipalités d’arrondissement en Turquie” : Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, tome 24, 1997, p. 71-104, DOI : 10.3406/cemot.1997.1399

ERDI, Gülçin. “L’occupation du parc Gezi à Istanbul : un soulèvement pour un « droit à la ville conviviale” ?, Revue du MAUSS, tome 54, n°2, 2019, p. 257-270, DOI : 10.3917/rdm.054.0257

ERDI – LELANDAIS, Gülçin, “L’urbanisation néolibérale et conservatrice au prisme de l’autoritarisme en Turquie,” Mouvements, tome 90, n°2. 2017, p.54-61, DOI : 10.3917/mouv.090.0054

FAUTRAS, Agathe, “Résister en situation autoritaire : le cas des collectifs militants d’après-Gezi à Istanbul (2013-2018),” Carnets de géographes, 2019, DOI : 10.4000/cdg.4916

MASSICARD, Elise, “L’islamisme turc à l’épreuve du pouvoir municipal. Production d’espaces, pratiques de gouvernement et gestion des sociétés locales,” Critique internationale, tome 42, 2009, p. 21-38, DOI : 10.3917/crii.042.0021

MONTABONE, Benoit, “Droit à la ville et contestation de l’ordre moral urbain en Turquie,” EchoGéo, 2013, DOI : 10.4000/echogeo.13567

ÖKTEM, Kerem, “Dilemmas of Subnational Democracy under Authoritarianism, Istanbul’s Metropolitan Municipality”, Social Research: An International Quarterly. Johns Hopkins University Press, tome 88, n°2, 2021, p.501-537, DOI : 10.1353/sor.2021.0023

PEROUSE, Jean-François, Istanbul planète : La ville-monde du XXIe siècle, Paris, Cahiers libres, 2017

PINGUET, Catherine, Les îles des Princes. La Bégude de Mazenc : Éditions Empreinte. 2013


[1] “Marmara Denizi ve Adalar Özel Çevre Koruma Alanı”. Décision de la Présidence datée du 4.11.2021 et numérotée 4758.

[2] Le mucilage marin (aussi appelé « morve marine ») correspond au phénomène d’agglomération de la neige marine (omniprésente dans nos océans). Il serait provoqué par certaines conditions environnementales, telles que la présence d’un excès de nutriments dans l’eau, une température élevée et des conditions de mer stagnante, qui caractérisent aujourd’hui la mer de Marmara. Mer semi-fermée, elle connaît en effet un réchauffement de son eau dû au réchauffement climatique de nature anthropique et est soumise au risque d’eutrophisation du fait des pollutions émises par les activités humaines, notamment de la métropole stambouliote. La réapparition du mucilage à l’été 2021 est l’un des pires épisodes recensés (Savun-Hekimoğlu & Gazioğlu 2021).

[3] L’élection municipale du 31 mars 2019 est annulée après un recours déposé par l’AKP. Une nouvelle élection est convoquée le 23 juin 2019. L’écart entre les candidats se creuse au profit de d’E. Imamoğlu, candidat victorieux de la coalition CHP aux dépends de l’AKP.

[4] « Si nous perdons Istanbul, nous perdons la Turquie », aurait déclaré le chef de l’État. Source : https://www.lesechos.fr/monde/europe/turquie-municipales-a-haut-risque-politique-pour-erdogan-1004774

[5] Membre du Parti Républicain du Peuple (CHP), Ekrem İmamoğlu est élu le 31 mars 2019 contre Binali Yildrim, ancien Premier ministre estampillé AKP. Ekrem İmamoğlu est alors le candidat de « l’Union de la Nation »[5]. « L’Union de la Nation » est une alliance électorale formée en 2018 entre les quatre partis d’opposition : le Parti républicain du peuple (CHP), le Parti IYI, le Parti Saadet et le Parti démocrate (DP). Elle reçoit un soutient officieux du Parti démocratique des peuples (HDP) dans le cas de cette élection. Cette alliance est rivale de l’alliance populaire pro-gouvernementale[5] réunissant le Parti de la justice et du développement (AKP), le Parti du mouvement nationaliste (MHP) et le Parti de la grande unité (BBP).

[6] Basili, S. « Les maires d’Ankara et d’Istanbul en tête dans un récent sondage de popularité », le Petit Journal, 05/01/2022. URL : https://lepetitjournal.com/istanbul/actualites/les-maires-dankara-et-distanbul-en-tete-dans-un-recent- sondage-de-popularite-328583

[7]« Adaların tamamı 31.03.1984 tarihinde Taşınmaz Kültür ve Tabiat Varlıkları Yüksek Kurulu tarafından sit alanı ilan edildi » (« Toutes les îles ont été déclarées zone protégée par le Haut Conseil du Patrimoine Immobilier Culturel et Naturel le 31.03.1984. ») : « Adaların Koruma İmar Planları geçmişi » (« Historique des plans de développement de la conservation des îles »), Adalar Gazeti, 09/12/2020. URL : https://www.adagazetesi.com.tr/adalarin-koruma-imar-planlari-gecmisi.html

[8] Cumhuriyet Halk Partisi

[9] Résultats électoraux de juin 2019, arrondissement des Adalar : agence Anadolu, citée par Sözcü. URL : https://www.sozcu.com.tr/secim2019/23-haziran-ibb-secimi

[10] Source :  https://www.nufusu.com/ilce/adalar_istanbul-nufusu#:~:text=Adalar%20n%C3%BCfusu%202021%20y%C4%B1l%C4%B1na%20g%C3%B6re,%2C%20%48%2C58%20kad%C4%B1nd%C4%B1r.

[11]16 Milyon İçin Çalışıyoruz”.

[12] Rum Polites : communauté orthodoxe de langue grecque installée dans la région d’Istanbul, ayant le statut de minorité nationale depuis 1923.

[13] Date du pogrom d’Istanbul, principalement dirigé contre les Rums.

[14] Nom du lieu de culte des alévis en Turquie

[15] « Les îles obtiennent du gaz naturel – Avec l’investissement couvrant Büyükada, Heybeliada, Burgazada et Kınalıada, un total de 15 mille 584 abonnés pourront utiliser le gaz naturel à partir de septembre » (« Adalar Doğalgaza Kavuşuyor – Büyükada, Heybeliada, Burgazada Ve Kınalıada’yı Kapsayan Yatırımla, Toplam 15 Bin 584 Abone Eylül Ayından İtibaren Doğalgaz Kullanabilecek »), Harberler.com, 28.07.2006. URL : https://www.haberler.com/guncel/adalar-dogalgaza-kavusuyor-buyukada-heybeliada-haberi/

[16] Mouvement protestataire qui débute en mai 2013 dans le parc de Gezi situé à Taksim (Istanbul) déclenché par une opposition à la destruction de cet espace vert et s’intensifie en une revendication antigouvernementale à l’échelle nationale.

[17] Parti de gauche issu du mouvement politique kurde.

[18] Journaliste et homme politique, sa couverture du transport d’armes depuis la Turquie jusqu’à la Syrie en 2015, lorsqu’il était représentant à Ankara du journal Cumhuriyet (menée avec son rédacteur en chef, Can Dündar) lui vaut d’écoper d’un procès. Arrêté le 26 novembre 2015, il est condamné à 5 ans de prison, avant d’être acquitté en mars 2018.

[19] Notamment après la pandémie et suite à l’inflation produite par l’indemnisation des cochers de phaétons – question que nous aborderons dans la suite de l’exposé.

[20] Les forêts des îles aux Princes sont notamment prisées pour la pratique de barbecue (« mangal »), qui y est interdite.

[21] Phaéton : nom commun en français, fayton en turc : calèche à quatre roues.

[22] « Adalar’daki fayton tartışmalarına Cumhurbaşkanı Erdoğan el koydu », Yeni Safak, 12/07/2019 : https://www.yenisafak.com/gundem/istanbul-adalardaki-fayton-tartismasina-cumhurbaskani-erdogan-el-koydu-3498177

[23] Marmara Denizi ve Adalar Özel Çevre Koruma Bölgesi’nde 19 Ekim 1989 tarihli ve 383 sayılı Kanun Hükmünde Kararname (KHK)

[24] Cité par « Îles aux Princes et mer de Marmara : compétence transférée à l’État » Le Petit Journal,  07/11/2021. UL : https://lepetitjournal.com/istanbul/iles-aux-princes-et-mer-de-marmara-competence-transferee-letat-324527

[25] Nombreuses réunions avec des experts, entreprises locales, organisations civiles locales et unités de l’IBB pour évaluer le projet présenté par l’IBB et recevoir des propositions afin de le révisé. Les détails concernant le processus participatif sont mis en ligne sur ce lien de la mairie métropolitaine : https://sehirplanlama.ibb.istanbul/adalarkanip/#planlama

[26] Le Parti de la Prospérité (Refah Partisi), dont Recep T. Erdoğan est le responsable départemental pour Istanbul, gagne la mairie en 1994. La Victoire d’Ekrem İmamoğlu marque la fin de cette période.

[27] « Organisations, créées avec l’aide des confréries religieuses pour islamiser la société par le bas », selon Jégo, M. dans : « En Turquie, les fondations islamiques proches du pouvoir étendent leur emprise sur la haute fonction publique », Le Monde International, 21/10/2021.

[28] « Le porte-parole du groupe CHP, Tarık Balyalı, a déclaré : « Maintenant, cette fondation apparentée a l’une des plus belles vues d’Istanbul. Le deuxième étage de 600 mètres carrés sur la jetée de Büyükada a été loué à Şehir Hatları pour 2 500 lires » : « İBB Meclisi’nde TÜGVA gerilimi: “Arkadaşlar, Büyükada İskelesi’nde eğitim çalışması yapmak yerine AKP Kadın Kolları toplantısı yapmış” », A. Majid, Medyascope, 14/10/2021. URL : https://medyascope.tv/2021/10/14/ibb-meclisinde-tugva-gerilimi-arkadaslar-buyukada-iskelesinde-egitim-calismasi-yapmak-yerine-akp-kadin-kollari-toplantisi-yapmis/

[29] Le kaymakam est le représentant du gouvernement central à l’échelle de l’arrondissement.

[30]  Adalar Savunması.

[31] Arka Güverte.

[32] Capacités mobilisatrices comprises ici comme le capital social, culturel et économique des insulaires dont il est question. Ils sont diplômés (et maîtrisent des langues étrangères), ont du temps à consacrer aux mobilisations, ont des expériences militantes. La proximité entre membres d’organisations est activée comme une ressource militante. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search