Le bois de Validebağ : espaces verts et politiques urbaines

(compte rendu de l’excursion urbaine n° 1, janvier 2023)

Ce compte rendu a été rédigé par Sibel Akyıldız ; la rédaction est faite par Lydie Rauzier.

Lorsque l’on parle d’Istanbul, on ne pense pas seulement à ses collines. Les bois qui donnent forme à la ville, connue sous le nom d’Istanbul aux sept collines – parce qu’elle est constituée de sept collines – sont tout aussi importants. La majorité des bois d’Istanbul sont les parties préservées des forêts qui existaient autrefois et qui ont été détruites par l’urbanisation. Certains d’entre eux remontent à la période byzantine. La plupart d’entre eux appartenaient à des sultans ou à d’autres hommes d’État pendant la période ottomane. Les dignitaires de l’Empire ottoman passaient une partie de l’année dans les fermes qu’ils avaient établies dans les bois ou dans les manoirs qu’ils avaient construits. Aujourd’hui, la plupart des bois portent encore le nom de leurs propriétaires ottomans et portent les traces de cette épaisseur historique. C’est pourquoi les bois d’Istanbul ne sont pas seulement des espaces naturels qui apportent une bouffée d’air frais à la ville, mais aussi des lieux importants en tant qu’héritage du passé historique de la ville. L’un de ces lieux où le vert et l’histoire se rencontrent est le bois de Validebağ (Validebağ Korusu), sur la rive anatolienne d’Istanbul.

Bien sûr, il existe des différences significatives entre le bois de Validebağ que nous voyons aujourd’hui et celui d’il y a 100 ans. Par exemple, Validebağ, qui était une vallée verdoyante au début des années 1900, a partagé le sort d’autres espaces boisés d’Istanbul. Au fil des ans, en raison des migrations intensives et des constructions non planifiées, ces zones rurales sont devenues des zones vertes enfermées dans le tissu urbain. Par exemple, les bois de Yıldız, Naile Sultan, Naciye Sultan, Prince Sabahaddin et Ayazağa du côté européen ; ceux de Beykoz, Mihribad, Küçükçalıca et Validebağ du côté anatolien. Ce ne sont pas seulement les derniers grands espaces verts publics en zone urbaine dense, mais aussi un patrimoine historique. La transformation de ces bois, historiquement utilisés comme palais d’été et pavillons d’habitation des sultans ou de leur entourage proche, participe aussi de l’histoire urbaine de la Turquie. En lien avec le thème 2023 des expéditions urbaines annuelles de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI), la première d’entre elles a eu lieu le 27 janvier 2023 au bois de Validebağ (Photo 1).

 

Photo 1 : Excursion urbaine au bois de Validebağ – Devant le pavillon Adile Sultan

Crédit : Figen Küçüksezer.

 

1. Le bois de Validebağ : sa situation, son importance et ses valeurs

Le bois de Validebağ est situé sur la rive anatolienne d’Istanbul, entre les districts de Kadiköy et d’Üsküdar (Plan 1). La vaste vallée dans laquelle il était situé n’est plus visible aujourd’hui. Sa superficie, d’environ 800 000 m2 dans les années 1970, a diminué pour atteindre 354 076 m2 aujourd’hui, en raison de la croissance rapide de la population et de la construction (Plan 2).

 

Plan 1 : Le bois de Validebağ

Source : Akyıldız & Armağan (2022), « Osmanlı’dan Günümüze Validebağ Korusu : Tarihsel, kültürel, ekolojik müştereğimiz, Nobel Yayınları ».

 

Plan 2 : Urbanisation progressive dans la deuxième moitié du XXe siècle autour du bois de Validebağ

Réalisation : Sibel Akyıldız

 

Malgré cette perte d’espace, le bois de Validebağ reste une oasis de verdure au milieu des zones densément construites des districts de Kadiköy et d’Üsküdar. Il s’agit de l’une des plus grandes zones naturelles ouvertes au public du côté anatolien. Son importance pour la région devient évidente si l’on considère que la grande zone attenante sur le plan 1 est le cimetière de Karacaahmet. Le bois de Validebağ, l’un des rares espaces verts d’Istanbul, est resté dans son état naturel grâce à la lutte des habitants de la région. Cette lutte a commencé dans les années 1980. Grâce à l’association des volontaires de Validebağ, créée par les habitants de la région, le bois a été déclaré zone naturelle protégée de niveau 1 en 1999. Selon une étude menée en 2016, 89 espèces végétales ont été identifiées dans la forêt. Il existe également des espèces de plantes endémiques dans la réserve. Sur un total de 2 000 plantes herbacées trouvées à Istanbul, 200 se trouvent dans le bois. Il est indiqué que neuf des arbres monumentaux dignes de protection à Üsküdar s’y trouvent aussi (Municipalité métropolitaine d’Istanbul, 2019). 3 420 arbres âgés de 15 à 500 ans ont été comptés. En plus d’être une zone naturelle protégée, on y trouve aussi plusieurs bâtiments historiques, tels que les bâtiments du Sanatorium et du Préventorium, le pavillon de chasse d’Abdülaziz, la maison de l’enseignant de Validebağ, qui peut être qualifiée de projet républicain.

 

1.1 Dimension et valeur historiques de Validebağ

L’émergence du bois de Validebağ sur la scène de l’histoire a accompagné le processus de développement historique d’Üsküdar. Le sultan Selim III, sur le trône depuis 1789, construit la caserne et la mosquée de Selimiye entre 1800 et 1803, accroissant ainsi l’importance militaire et stratégique de la région. Avec l’établissement du quartier Selimiye et des services réguliers de ferry, la densité démographique augmente (rapport de défense de Validebağ, 2021, p. 17).

Le nom du bois vient de Valide Sultan, son propriétaire pendant un certain temps. Selon plusieurs sources écrites, le premier propriétaire du terrain était Derviş Mehmet Efendi (mort en 1816), connu sous le nom d’Aygır İmam. Le sultan Selim III a acheté le bois à Derviş Mehmet Efendi (1798-1807) et a construit une « maison de vigne » (où se trouve le pavillon Adile Sultan) (Municipalité d’Üsküdar, 2021). Dans ces années, Validebağ était entouré de lieux de repos et de manoirs (konak) réputés, tels que la fontaine et le café de Tophanelioğlu, le manoir de Gümrükçü Osman Paşa, le vignoble de Ragıp Bey. Plus tard, le pavillon de vigne et le terrain de Validabağ sont devenus la propriété du sultan Abdülmecid (1839-1861), le fils du sultan Mahmud II, qui en a fait don à sa mère Bezmialem Valide Sultan (Haskan, 2017). On sait que Bezmialem Valide Sultan (morte en1853) attachait une grande importance au bois de Valide Sultan et y faisait venir des plantes rares de Turquie et de l’étranger. À Validebağ, 573 arbres fruitiers, dont 206 espèces de poires, 98 de pommes, 13 de cerises acides et 15 de nèfles, ont été cultivés. C’est ainsi que cette terre et le quartier encerclant le vignoble ont été connus sous le nom de « Valide Bağı ». Le nom du bois, que nous appelons aujourd’hui Validebag, vient de là.

En raison de ce contexte historique, trois bâtiments sont considérés comme remarquables. Il s’agit du pavillon du sultan Adile, du pavillon de chasse Abdülaziz et du bâtiment du Sanatorium (Plan 3).

 

Plan 3 : Pavillon du sultan Adile, pavillon de chasse Abdülaziz, bâtiment du Sanatorium dans le bosquet de Validebağ

Réalisation : Sibel Akyıldız

 

Nous avons déjà signalé que le nom Validebağ provenait de Bezmialem Valide Sultan, la mère du sultan Abdülmecid. Après la mort de Valide Sultan, la propriété du bois change de mains et passe à Altunizade İsmail Zühtü Efendi. Altunizade İsmail Zühtü Efendi, qui a donné son nom au quartier où il se trouve, a fait construire une nouvelle demeure à la place du manoir. Le sultan Abdülaziz, qui aimait beaucoup le nouveau manoir, l’a acheté et offert à sa mère Pertevniyal Valide Sultan. Cette demeure est l’un des palais d’été de Valide Sultan. En 1863, il a été attribué à Adile Sultan, fille de Mahmud II, pour servir de résidence d’été. Le nom du pavillon Adile Sultan), vient d’Adile Sultan qui l’a utilisé comme résidence d’été pendant un certain temps.

Le pavillon a été construit par Nigoğos Balyan, également connu sous le nom de Nigoğos Bey ou Balyan Kalfa, l’un des architectes du palais et de nombreux ouvrages importants à Istanbul, tels que le pavillon Ihlamur (1849), la mosquée Dolmabahçe – également connue sous le nom de mosquée Bezm-i Alem Valide Sultan (1852-1854) –, la mosquée Ortaköy (1854), le pavillon Küçüksu (1857) (Akyıldız & Armağan, 2022, p. 34). À l’intérieur du bâtiment, de nombreuses traces de l’architecture ottomane attirent l’attention. Aujourd’hui, le pavillon de Validebağ est l’un des bâtiments historiques les plus visités du bois du même nom (Photo 2), en raison des films Hababam Class, adaptés de l’œuvre de Rıfat Ilgaz, dont le tournage a commencé en 1975. Le film étant très populaire, il a été tourné sans interruption de 1975 à 1981 et est entré dans la liste des films les plus regardés de Turquie. Cette série de films, tournée dans le pavillon Adile Sultan, occupe une place importante dans le cœur du public turc. Aujourd’hui, le pavillon abrite un musée de la classe Hababam.

 

Photo 2 : Parler de son histoire devant le pavillon Adile Sultan

Crédit : Figen Küçüksezer.

 

Il s’agit du pavillon de chasse d’Abdülaziz que l’on voit sur le plan 3. On pense que le pavillon a été construit en 1856. L’architecte de ce bâtiment est Niğos Balyan, connu sous le nom de Balyan Kalfa, l’un des architectes du palais. Abdülaziz, qui aimait tirer à l’arc et monter à cheval, utilisait cet endroit pour se préparer et se reposer après la chasse. Ce bâtiment, construit avec des tuiles italiennes et des ornements ottomans, a un aspect très remarquable grâce au soleil qui pénètre par les vitraux des murs extérieurs.

 

Photo 3 : Pavillon de chasse Abdulaziz

Crédit : Sibel Akyıldız.

 

L’une des caractéristiques du bois de Validebağ est qu’il abrite des bâtiments considérés comme des traits d’union entre le passé et l’avenir. Le bois contient de nombreux bâtiments historiques qui représentent le passé, comme le pavillon du sultan de Validebağ et le pavillon de chasse d’Abdülaziz, deux bâtiments importants particulièrement mis en valeur dans ce rapport. Cependant, il ne se limite pas à ceux-ci, c’est un lieu où des traces de la période républicaine, incarnant l’avenir, peuvent également être observées.

En 1923, après l’instauration de la République, le pavillon Adile Sultan a d’abord été mis à la disposition du ministère de l’Éducation nationale et a commencé à être utilisé comme darüleytam (orphelinat) pendant une courte période. Dans les premières années de la République, les problèmes économiques du pays menaçaient également la vie sociale. Par exemple, entre 1901 et 1923, 2 800 personnes en moyenne sont mortes de tuberculose à Istanbul, ce qui représente 15,8 % de l’ensemble des décès. Les premières années de la République ont été consacrées à la lutte contre ces maladies. En 1924, des sanatoriums ont été ouverts dans tout le pays afin de lutter contre les maladies épidémiques, telles que la tuberculose et la syphilis, et de leur fournir un traitement. C’est pourquoi le pavillon de chasse Abdülaziz et le pavillon Adile Sultan ont commencé à être utilisés comme précentorium en 1927. Les premiers patients du pavillon Validebağ étaient des enfants. Les initiatives de prévention et de protection contre la tuberculose ayant été bien accueillies par le public, la construction du bâtiment du sanatorium a débuté en 1950. Si l’on examine en détail le sanatorium, qui est numéroté 2 sur le plan 3, on remarque de grands balcons. Ceux-ci ont été construits pour répondre aux besoins de soleil et d’air frais dans le cadre du traitement de la maladie. Dans les années 1970, en raison de la diminution du nombre de cas de tuberculose, le sanatorium a commencé à être utilisé comme hôpital pour enseignants de Validebağ et le pavillon a été mis hors service au cours de ces années.

 

    2. Le bois de Validebağ dans le contexte des politiques environnementales en Turquie

La transformation rapide du bois de Validebağ depuis les années 1970 est comme un condensé de l’histoire de l’urbanisation en Turquie. Depuis 2009, les travaux de restauration du pavillon Adile Sultan, le pavage en marbre du sol devant le pavillon, la démolition des murs en pierre du bois sur la rue Tophanelioğlu et la construction d’un mur en béton couvert à sa place, ainsi que le recouvrement du sol sous les arbres par du gazon artificiel ont causé de graves dommages au bois, qui est cependant une zone protégée. Aujourd’hui, le pavillon Adile Sultan, qui servait de maison d’enseignant, est devenu une salle de mariage et un café.

 

Photo 4 : Examen de l’architecture du pavillon Adile Sultan

Crédit : Agathe Fautras.

 

Le pavillon de chasse Abdülaziz, qui est le bâtiment numéro 2 sur le plan 3, a été enregistré en tant que bien culturel de groupe 1 par le Conseil de protection des biens culturels et naturels en 1995, après une longue période d’inactivité depuis les années 1970. En 1998, il a été utilisé comme musée scout à la demande du ministère de l’Éducation nationale (MEB). En 2005, le musée a été abandonné et converti en « école des écrivains », pour un autre projet du ministère de l’Éducation nationale. Un an plus tard, ce projet a également été abandonné. Le pavillon de chasse est resté inactif à partir de 2006. Les écuries historiques situées derrière le pavillon de chasse Abdülaziz ont été démolies et sont devenues un café.

Dans les années 1970, le bâtiment du Prévantorium, numéroté 3 sur le plan 3, a été évacué en raison des effets destructeurs de la tuberculose. La nouvelle que ce bâtiment, resté longtemps inoccupé, serait attribué à l’Université des sciences de la santé est à l’ordre du jour. En attendant, il est aujourd’hui à l’abandon.

 

    2.1 Transformation à partir des années 2000

 Ces transformations dans les années 2000 ne sont pas différentes de l’histoire et des politiques d’urbanisation en Turquie. Les gouvernements du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, sont ceux qui définissent en priorité les politiques environnementales. Lorsque l’AKP, qui se décrit comme « démocrate conservateur », est arrivé au pouvoir en 2002, il a introduit des plans d’action d’urgence pour revitaliser l’économie turque, qui luttait contre la crise financière. Selon ces plans, « les efforts de privatisation seraient accélérés dès que possible […] ; l’attribution gratuite de terres aux investisseurs, des amendements visant à encourager les investissements directs étrangers et des réglementations visant à protéger les droits et les intérêts des actionnaires des sociétés à actionnariat multiple seraient mis en place » (Hürriyet Newspaper, 2002). Ces politiques mises en œuvre par les gouvernements du parti AK ont également affecté le bois de Validebağ. À partir des années 2000, il est mis à l’ordre du jour, des mesures juridiques sont prises, susceptibles de modifier la structure naturelle du bois et l’ouvrir au développement. Ces initiatives proposées par le gouvernement ont pour caractéristique commune d’être indexées sur les processus électoraux, devenus monnaie courante dans le pays tous les deux ans. L’ouverture du bois à la construction dans les années 2000 a émergé des élections locales de 2009.

En effet, lors des élections locales de 2009, la municipalité d’Üsküdar du gouvernement AKP a fait du bois de Validebağ un enjeu électoral, annonçant qu’il serait transformé en Hyde Park. Lors des élections de 2012, ce projet de Hyde Park a été relancé et présenté à nouveau comme une promesse électorale. En 2014, c’est une « forêt urbaine » qui est cette fois promise. Mais seul le nom a été modifié ; le contenu est le même que celui du projet Hyde Park.

Parallèlement à ces initiatives, on a essayé d’agrandir le parking, la zone où se trouvaient les anciens ateliers historiques a été transformée en café et le rez-de-chaussée du pavillon Adile Sultan a été recouvert d’un sol en marbre et a commencé à être utilisé comme café. Une tentative de transformation du bois par le biais de démarches juridiques et administratives a eu lieu en 2012 avec la modification de plan et du zonage de la parcelle adjacente. Le statut de cette zone, qui porte le numéro 4 sur le plan 3 et qui est utilisée comme espace vert, a été modifié et transformé en zone d’installations religieuses. À partir de cette date, de nombreuses manifestations ont été organisées par les habitants et des tentes ont été montées dans la zone pendant un mois (photo 5).

 

Photo 5 : Manifestations contre la construction d’une mosquée à Validebağ

Source : Compte de médias sociaux du collectif de Kuzey Ormanları Savunması (Défense des forêts du Nord)

 

Bien que cinq actions en justice aient été intentées contre cette modification par les résidents du quartier et que les procédures judiciaires soient en cours, une première pelleteuse a fait son entrée dans la zone le 15 octobre 2014, accompagnée de la Véhicule de lutte contre les incidents sociaux (TOMA) de la police anti-émeute, avant même que les procédures judiciaires ne soient achevées (photo 6). Contre ces développements, les habitants du quartier, en collaboration avec des organisations environnementales, ont organisé des manifestations de masse dans la zone (photo 7). Les manifestations contre la construction de la mosquée, qui a été tentée en utilisant les voies détournées de la loi, ont été baptisées de Résistance de Validebağ.

 

Photo 6 : Intervention de la police dans la résistance de Validebağ

Source : Compte de médias sociaux du collectif de Validebağ Savunması (Défense de Validebağ)

 

Cependant, la construction s’est poursuivie à grande vitesse et a été inaugurée le 17 juillet 2015 sous le nom de mosquée Koru (photo 7).

 

Photo 7 : Inauguration de la construction controversée de la mosquée

Source :Sabah Gazetesi (2015). Korsu camisi yarın açılıyor, dernière consultation le 20.04.2023 Koru Camisi yarın açılıyor – Yaşam Haberleri (sabah.com.tr)

 

À la suite de la construction de la mosquée, les initiatives cherchant à ouvrir le bois de Validebağ au développement se sont accélérées. Lors des élections de 2018, une nouvelle promesse électorale envisage Validebağ comme un « Jardin national ». Ce projet est à nouveau interrompu à la suite des objections et des protestations des habitants du quartier et, en 2021, c’est encore un autre projet qui commence à voir le jour. Le ministère de l’Environnement et de l’Urbanisation a annoncé qu’un « projet de régulation et de réhabilitation » y serait en effet mis en œuvre, prévoyant entre autres l’ouverture du bois au public et l’aménagement de routes artificielles et de parcs. Face à tous ces développements, les habitants de la région et les écologistes ont organisé des actions contre les projets dans le bois et ont commencé à exercer une surveillance régulière dans le bois (photo 8).

 

Photo 8 : Manifestations contre le changement de plan au bois Validebağ.

Source: Compte de médias sociaux de Sosyal Haklar Derneği (l’association de droits sociaux)

 

En janvier 2023, le projet de régulation et de réhabilitation a été annulé par le tribunal à la demande des habitants, qui s’y sont opposés en développant toujours le même argument, l’illégalité de mettre en œuvre tout projet dans le bois de Validebağ en tant que zone naturelle protégée de premier degré.

En résumé, le 27 janvier 2023, lors de notre excursion urbaine au bois de Validebağ, nous avons visité les bâtiments historiques datant de la période ottomane, ainsi que ceux témoignant de la période républicaine. La transformation de ces structures au fil des années avance avec l’histoire de l’urbanisation de la Turquie. À partir des années 2000, les tentatives du pouvoir politique d’ouvrir à chaque période électorale le bois de Validebağ au développement montrent comment les espaces verts sont systématiquement traités dans le cadre des politiques d’urbanisation. En Turquie, ceux-ci tentent de survivre au milieu de zones urbaines soumises à une intense pression de la construction. Cependant, la transformation de ce bois incarne bien ce que décrit Keyder (2018) : « dans la mise en œuvre de l’hégémonie urbaine, l’espace est polarisé mais le patrimoine culturel n’est pas ouvertement combattu, mais négocié ! » (p. 38). Le bois de Validebağ n’est pas seulement un espace vert, mais aussi un patrimoine historique et culturel, une passerelle entre le passé et le présent. Son histoire, la mise en œuvre systématique de projets de développement et les tentatives des habitants de la région de le protéger racontent ce long marchandage qui s’opère sur le patrimoine culturel mentionné par Keyder.

 

Références

Akyıldız & Armağan (2022). Osmanlı’dan Günümüze Validebağ Korusu : Tarihsel, kültürel, ekolojik müştereğimiz, Nobel Yayınları

Haskan, N. M. (2017). Yüzyıllar boyunca Üsküdar 3.cilt, dernière consultation le 10.05.2023 https :// bluesyemre.com/2017/06/29/yuzyillar-boyunca-uskudar-3-cilt-e-kitap-mehmetnermi-haskan/

Hürriyet Gazetesi (2002). Erdoğan acil eylem planını açıkladı. dernière consultation le 13-01-2021 https://www.hurriyet.com.tr/gundem/erdogan-acil-eylem-planini-acikladi-110017

İstanbul büyükşehir belediyesi 1/1000 ölçekli Validebağ Korusu 1. derece doğal sit alanı ve çevresi koruma amaçlı uygulama imar planı (2019). İstanbul büyükşehir belediyesi 1/İmar ve şehircilik daire başkanlığı Şehir planlama müdürlüğü / 1/1000 ölçekli Validebağ Korusu 1. derece doğal sit alanı ve çevresi koruma amaçlı uygulama imar planı /Plan açıklama raporu/istanbul-2019/, dernière consultation le 11.05.2023, https :// www.uskudar.bel.tr/userfiles/files/2019/1_1000%20%C3%B6l%C3%A7ekli%20 plan%20raporu.pdf/

Keyder, Ç. (2018). İstanbul : küresel ile yerel arasında, Metis Yayınları : Istanbul

Sabah Gazetesi (2015). Korsu camisi yarın açılıyor, dernière consultation le 20.04.2023 Koru Camisi yarın açılıyor – Yaşam Haberleri (sabah.com.tr)

Üsküdar Belediyesi (2021). İstanbul ve Üsküdar Anadolu Yakası’nın en güzel korusu olacak, dernière consultation le 25.08.2021 https://www.uskudar.bel.tr/tr/main/news/ istanbul-ve-uskudar-anadolu-yakasinin-en-guze/2035

Validebağ Savunması raporu (2021). Validebağ Korusu Çevrimiçi seminerler serisi sonuç raporu, Mayıs 2021, dernière consultation le 20.05.2023 Validebag Savunmasi CSD SONUC RAPORU-compressed.pdf (hidropolitikakademi.org)



Citer ce billet
oui (2023, 5 juin). Le bois de Validebağ : espaces verts et politiques urbaines. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sm2h

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/07/2023

    […] Le bois de Validebağ : espaces verts et politiques urbaines, par Sibel Akyıldız et Lydie Rauzier, sur le Carnet OUI (Observatoire Urbain d’Istanbul) ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search