Production spatiale de l’idéologie conservatrice de l’AKP : Başakşehir

(compte rendu de l’excursion urbaine n° 2)

Ce compte rendu a été rédigé par Sibel Akyıldız. La rédaction est faite par Lydie Rauzier.

 

Introduction

 

Dans les années 1980, la Turquie a pris d’importantes mesures pour s’adapter à la mondialisation. Parmi elles, certaines mesures financières ont profondément affecté l’espace, en particulier à Istanbul, qui a abrité de nombreuses civilisations. Dans les années 1980, la transition vers une économie de marché s’est accompagnée d’un passage de la ville dans une nouvelle dimension en termes de dynamique de croissance métropolitaine et de ségrégation spatiale. Au cours de cette période, « les ressources publiques et les capitaux nationaux et internationaux qui affluent dans la région métropolitaine d’Istanbul, dans le cadre du secteur du développement urbain, ont déclenché un processus de transformation radicale de la structure spatiale de la ville » (Kurtuluş, 2003, p. 86). Les choix politiques des années 2000 ont également influé sur le développement de la ville. Le Parti de la justice et du développement (AKP), qui se définit comme « démocrate conservateur » et qui est arrivé au pouvoir en 2002, a annoncé dans son premier manifeste électoral qu’il serait le porte-drapeau des politiques économiques libérales dans les années 2000. L’AKP a également traduit dans l’espace urbain la part conservatrice de son identité de démocrate conservateur, définie dans sa ligne fondatrice (Doğan, 2005 ; 2007). Par exemple, pour remplacer les zones d’habitation où résident les idéologues laïques, majoritairement du Parti républicain du peuple (CHP), les idéologues conservateurs, majoritairement de l’AKP, ont occupé des logements publics – et des résidences de luxe fermées ont vu le jour. Les lotissements publics de Başakşehir ont été construits précisément pour ces raisons, et se dessine le portrait d’une ville majoritairement proche de l’idéologie de l’AKP (Güven & Kar, 2013). La deuxième excursion urbaine de 2023 de l’Observatoire Urbain d’Istanbul, organisée le 7 avril, s’est donné pour but de comprendre la construction politique et sociale de Başakşehir, conçu comme une gated community mais devenu un quartier façonné par un imaginaire politique. Nous étions accompagnés de Jean-François Pérouse, chercheur spécialiste des villes turques.

 

1) Imaginer la création d’un quartier conservateur : Başakşehir

 

Başakşehir est l’un des trente-neuf districts d’Istanbul depuis 2008, lorsqu’il se sépare de Küçükçekmece, Esenler et Büyükçekmece. Başakşehir est entouré de Arnavutköy au nord, Sultangazi et Eyüpsultan au nord-est, Esenler à l’est, Bağcılar, Küçükçekmece et Avcılar au sud, et Esenyurt à l’ouest (plan 1). L’un des premiers projets qui vient à l’esprit lorsqu’on évoque le conservatisme, l’islam et les gated communities est le projet immobilier de Başakşehir et le quartier qui porte son nom. Başakşehir est un projet urbain très ambitieux, initié par le Refah Partisi (Parti du bien-être). La cérémonie de pose de la première pierre de ce nouveau quartier eut lieu le 17 mai 1995, c’est-à-dire après la « seconde conquête » d’Istanbul par le Parti du bien-être en mars 1994 et la restructuration de Kiptaş en « Istanbul Konut İmar Plan Sanayi ve Ticaret AŞ ». Comme on le sait, l’utilisation du symbole du crampon n’est pas une coïncidence : il était à la fois une partie du logo du Parti du bien-être, qui venait de prendre le contrôle de l’administration locale, et un symbole ayant une signification religieuse.

 

Plan 1 : Arrondissement de Başakşehir

Réalisation : Sibel Akyıldız

 

Başakşehir a été conçu comme le reflet du slogan Adil düzen (Ordre juste), largement utilisé dans ses premières années. Pérouse (2007) a décrit le projet de Başakşehir comme « une initiative municipale dans le contexte de la recherche d’un ordre juste » (p. 2). L’ordre juste est un projet de ville sans but lucratif, orienté vers la famille et la communauté, fidèle aux valeurs locales, dans lequel le secteur privé joue un rôle majeur. Bien que ce slogan ait été utilisé dans le domaine de l’économie, des efforts ont été faits pour l’adapter à l’urbanisme. La revendication de l’ordre juste est considérée comme un projet planifié sous la forme de logements abordables et accessibles à tous.

Le projet immobilier de Başakşehir est un projet de gated community qui se développe très rapidement. Cependant, cela ne se limite pas à cela. Cette région est une agglomération qui prétend être une autre ville. Dans les années 2000, lorsque tous les obstacles à une économie libérale en Turquie ont été levés, des multinationales de l’investissement immobilier ont commencé à investir dans le marché immobilier de la ville, qu’elles considéraient comme rentable, et le nombre de gated communities a commencé à augmenter très rapidement (Kurtuluş, 2011, p. 54). Un simple aperçu de l’augmentation du nombre de gated communities à Istanbul montre à quel point ce problème a été rapidement reconnu. Selon Pérouse et Danış (2005), alors qu’il y avait plus de 650 gated communities dans la région métropolitaine d’Istanbul en août 2005, ce nombre a atteint 1 000 en 2010, selon les données des associations immobilières. Dans ces lotissements, les gens n’achètent pas seulement un cadre de vie matériel, mais aussi l’image d’un style de vie prestigieux. C’est cette image qui constitue désormais le principal facteur donnant sa valeur économique aux lotissements. Conçus en fonction de la position de classe des nouvelles élites urbaines, ces lotissements offrent un tout nouveau style de vie dans un environnement prestigieux (Kurtuluş, 2011, p. 60-61). Ce nouveau mode de vie a conduit à la création d’espaces mutuellement exclusifs (Kurtuluş, 2003, pp. 86-87). L’augmentation rapide du nombre de gated community à Istanbul ne sépare pas seulement l’agglomération de la zone extérieure, mais ces gated community sont également séparées les unes des autres en termes de classe, d’espace de vie et de croyance. Par exemple, le projet de logement d’Ataşehir, du côté anatolien d’Istanbul, est un projet construit dans la direction opposée de Başakşehir mais avec la même idée. D’une part, cette approche conduit au concept « dites-moi où vous habitez et je vous dirai votre statut », d’autre part, elle crée une distinction entre des habitants comme « dites-moi où vous habitez et je vous dirai pour quel parti vous votez » ou « de quel côté vous vous situez en termes d’opinion politique ».

La communauté fermée de Başakşehir, qui en est la première étape, a été réalisée par Kiptaş. L’excursion a donc commencé par la zone de cette première étape. La phase 1 occupe 47,3 hectares et comprend 3 004 logements répartis dans des blocs de 6, 8 et 10 étages (photo 1). Sur le site internet où sont présentées les caractéristiques des logements de la première phase, les informations suivantes sont données :

Dans ce premier projet, Kiptaş a veillé à ce que les maisons répondent à toutes les exigences d’un logement de première classe, habitable, sain et sûr. Des fondations en radier et un système de moulage en tunnel ont été appliqués dans les bâtiments construits après des études du sol. Notre site, où les espaces verts nécessaires à la population sont prévus au-dessus des normes de notre pays, est accessible à une courte distance de 4 km de l’embranchement Mahmutbey de l’autoroute Tem vers le nord. Notre site n’est qu’à 12 km de l’aéroport Atatürk. Les fondations ont été posées le 17 mai 1995 et les logements ont été achevés et livrés à leurs propriétaires dix mois avant la date prévue.

 

Photo 1 : Başakşehir, étape 1

 

                                         Jean-François Pérouse parle de la création et de la transformation du quartier.

Crédit : Sibel Akyıldız

 

Bien que le secteur privé ait joué un rôle déterminant dans ce projet, celui-ci a été conçu comme un projet urbain à but non lucratif, orienté vers la famille et la communauté et fidèle aux valeurs traditionnelles et conservatrices. Si nous examinons les équipements proposés et la politique de dénomination, en les comparant à d’autres villes-satellites ayant émergé à l’époque (par exemple, les villes-satellites de la banque Emlâk), l’accent mis sur les mosquées en tant qu’équipement social constructif à Başakşehir est très clair. Par ailleurs, les noms choisis pour les équipements sociaux font référence à des éléments de la synthèse turco-islamique. Par exemple, pour les phases 1 et 2 : le bazar et la mosquée Mehmet Zahid Efendi et le bazar Müderris Halil Hilmi (Pérouse, 2007, p. 25). La phase 3 (transférée à une coopérative de construction et appelée Onurkent) n’est pas différente des autres phases. Bien que l’on ait construit Başakşehir en prétendant qu’il s’agissait d’un projet de logement social, il est rapidement devenu une colonie aux bâtiments plus luxueux. Les blocs qui avaient été construits comme logements sociaux ont été transformés, après 2002, en nouveaux lotissements entourés de murs et gardés par des agents de sécurité.

Ces dernières années, les investissements immobiliers se sont développés en ouvrant de nouvelles zones résidentielles dans la ville : un nouvel Istanbul a été construit presque sur tous les axes, au nord, au sud, à l’ouest et à l’est. Dans ces zones nouvellement construites, des immeubles de grande hauteur, tels que des lotissements de luxe et des résidences protégées, ont commencé à voir le jour, et pas seulement des unités d’habitation répondant aux besoins en matière de logement. Les projets de Başakşehir des 4e et 5e phases sont également nourris de cet imaginaire, et ciblent non seulement les revenus moyens, mais aussi les revenus supérieurs. La 4e phase couvre 82 hectares, y compris la première et la deuxième partie. Les fondations ont été posées le 22 décembre 1998. Le projet, qui couvre un total de 6 050 bâtiments, comprend 358 villas, ainsi que des immeubles d’appartements (photo 2). La phase 5 du projet est en vente depuis 2004. Ce projet, qui comprend un total de 7 000 logements, se caractérise également par de grands appartements et des villas plutôt que par des logements à prix modérés.

 

Photo 2 : 4e phase du projet de logements de Başakşehir

 

Crédit : Sibel Akyıldız

 

Les projets de Başakşehir reposent sur l’idée de répondre au besoin de logements sociaux tout en restant dans les limites de la pensée conservatrice. C’était l’idée dominante au début des projets de logement, et plus tard de Başakşehir, qui a pris le nom du district. Cependant, la transformation du secteur de la construction en une chaîne de production dominante, à la fin des années 1990 en Turquie, a également affecté Başakşehir. Les projets réalisés au cours de ces années se sont mis à produire des logements susceptibles d’attirer les classes supérieures, au détriment des logements de masse destinés aux personnes dans le besoin. Bien que les besoins et les types de logements aient changé à Başakşehir, le phénomène immuable est le conservatisme. Cependant, on trouve aussi à Başakşehir des tentatives pour assouplir cet étiquetage. Par exemple, Oyakkent.

 

 Les tentatives de l’armée pour faire face au conservatisme : le logement Oyakkent

 

En Turquie, l’armée a été définie comme la « gardienne de la laïcité », était ainsi considérée comme la principale institution la protégeant dans la société. Lorsque le gouvernement conservateur AKP est arrivé au pouvoir en 2002, il a été perçu comme brisant le pouvoir de l’armée. Ceci s’est formalisé après les élections générales de 2007, puis les élections présidentielles qui ont suivi, au cours desquelles Abdullah Gül, le candidat de l’AKP, est devenu président. Le politologue Çalışkan (2007) a caractérisé la période qui a suivi la victoire de Gül comme « le moment pour les militaires de faire la paix avec le conservatisme ». Dans les années qui ont suivi 2007, cette situation s’est incarnée dans l’espace urbain. Oyakkent, dans le district de Bahçeşehir, en est l’un des témoins.

Oyakkent, planifié par Ordu Yardımlaşma Kurumu (OYAK) et ouvert au règlement en 2009, est un autre espace symbolique du district de Başakşehir. Après la première phase d’Oyakkent, la deuxième phase – l’école primaire et le collège – s’est développée au fil des ans. Les premiers propriétaires d’Oyakkent sont, sans surprise, des militaires à la retraite ou en activité. Les premiers habitants de la zone, qui compte plus d’un millier de maisons, sont des groupes laïcs et séculiers, comme à Onurkent. Les premières phases du projet correspondent aux années antérieures à 2010. Dans cette période, la texture sociologique dominante était la ligne laïque-séculière, comme dans la bureaucratie militaire. Comme le mentionne Özet (2019) dans son ouvrage comparant Fatih et Başakşehir, les premiers résidents d’Oyakkent ont déclaré qu’il était très difficile pour eux de s’intégrer au site à ses débuts, dans le souci de protéger la trame séculière dominante. Cependant, avec le temps, le départ de certains militaires propriétaires a permis à Oyakkent de se confronter au conservatisme en tant qu’entité sociale dominante dans la région. Il est possible d’observer les premières expériences de conservateurs devenus des partenaires dans la vie d’Oyakkent au fur et à mesure que les propriétés ont changé de mains après 2010. Cette période n’est pas seulement une période de polarisation à Başakşehir, mais aussi une période au cours de laquelle les reflets de la polarisation nationale sur la vie quotidienne ont été observés. Par exemple, lors des manifestations du parc Gezi en 2013, alors qu’il y avait des manifestations de soutien dans toute la Turquie, aucune n’a été organisée à Başakşehir, y compris à Oyakkent.

 

2) Construction de logements de luxe à l’ombre du projet Kanal Istanbul

 

Le gouvernement a justifié le projet controversé Kanal Istanbul par la nécessité de fournir une voie de transport alternative au détroit du Bosphore. Le Bosphore est une voie de transport importante, non seulement en termes de transit, mais aussi de trafic maritime urbain. Le site web du projet l’explique en ces termes :

Le Bosphore est un lieu de commerce, de vie et de transit pour des millions d’habitants d’Istanbul au quotidien. Mais le détroit devient toujours plus dangereux en termes de risques posés par le trafic maritime. Il y a 100 ans, le nombre annuel de navires y transitant était de 3 à 4 000 ; aujourd’hui, il atteint 45 à 50 000. En raison de l’organisation du trafic à sens unique mise en place pour accroître la sécurité de la navigation, le temps d’attente moyen pour les grands navires dans le Bosphore est d’environ 14,5 heures. Ce temps d’attente peut parfois atteindre 3-4 jours, et même des semaines en fonction du trafic maritime et des conditions météorologiques, ou parfois d’un accident ou d’un dysfonctionnement. Dans ce contexte, il est devenu impératif de prévoir un couloir alternatif au Bosphore[1].

Le projet proposé pour soulager le trafic congestionné du Bosphore est le projet Kanal Istanbul. Dans ce cadre, environ 6 149 m du canal (lac Küçükçekmece-barrage Sazlıdere-Terkos Est) sont situés dans les limites du district de Küçükçekmece, 3 189 m dans le district d’Avcılar, 6 061 m dans le district de Başakşehir et les 27 383 m restants dans le district d’Arnavutköy (plan 2). Le débat ne porte pas seulement sur la question de savoir si Kanal Istanbul soulagera le trafic et améliorera la sécurité du Bosphore, mais porte aussi sur celle des mégaprojets, ou « projets fous », dont on entend souvent parler lors des campagnes électorales. La question des « projets fous » est apparue pour la première fois, en 2011, dans la déclaration du Premier ministre de l’époque, R. T. Erdoğan, selon laquelle il « réaliserait un projet fou » s’il gagnait les élections. Il s’agissait de Kanal Istanbul, qui fait toujours l’objet de discussions aujourd’hui (Saydam, 2013). L’ensemble des projets de grande envergure, tels que Kanal Istanbul, le troisième pont sur le Bosphore, le troisième aéroport, l’autoroute Istanbul-İzmir, sont couverts par les médias comme les signes avant-coureurs d’une nouvelle folie (Cumhuriyet, 2020). Le terme « folie » utilisé ici, mais aussi pour les mégaprojets, est employé dans le sens où ils rapportent énormément d’argent et créent un très grand nombre d’emplois ; en retour, grâce à des partenariats public-privé, aucun argent ne sort des caisses de l’État (Şengül, 2019, p. 1).

Selon Bruzelius et al. (2002, p. 145), les mégaprojets sont controversés parce qu’ils comportent un ensemble de risques, prévus et imprévus, d’ordres économiques, politiques et sociaux : le coût de la construction, de l’entretien et de l’exploitation ; le trafic maritime ou les revenus estimés ; la répartition et l’organisation des investissements publics ; les impacts potentiels sur la société. Ces risques sociaux sont également mentionnés dans le rapport de faisabilité de Kanal Istanbul (Toker, 2022). D’après ce rapport :

” Les établissements susceptibles d’être créés autour du canal peuvent entraîner une augmentation de la population d’Istanbul, qui est actuellement de 15 millions d’habitants. Cette nouvelle population exercera une pression sur Istanbul dans de nombreux aspects sociaux et culturels, notamment en termes d’infrastructures “.

Comme l’indique le rapport de faisabilité, bien que Kanal Istanbul en soit encore au stade de la planification, il est possible de constater que la spéculation a déjà affecté l’espace urbain et la vie quotidienne du quartier. La modification de l’espace urbain est due aux constructions résidentielles construites grâce à la renommée du projet Kanal Istanbul[2], logements qui attirent les revenus les plus élevés.

 

Plan 2 : Tracé du projet Kanal Istanbul

 

Source : Kanal İstanbul (2021). Kanal İstanbul projesi, projenin lokasyonu, dernière consultation le 6 mai 2023 : Projenin Lokasyonu | Kanal İstanbul (kanalistanbul.gov.tr)

 

Başakşehir n’est pas seulement un quartier résidentiel conservateur. Ce quartier vise également à devenir l’une des nouvelles zones résidentielles du groupe social qui s’est enrichi au cours des gouvernements du parti AK au pouvoir. Ce groupe se réfère au groupe social proche du parti au pouvoir en raison de relations personnelles, professionnelles et de parenté, et qui a acquis un certain pouvoir économique. En outre, un autre groupe social est constitué des migrants syriens fuyant la guerre et des personnes fortunées de la géographie islamique ayant fait le choix d’investir dans l’immobilier en Turquie. Pour cette raison, Başakşehir est l’un des quartiers préférés des ressortissants étrangers en Turquie. En raison de l’immigration intensive en provenance du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie centrale, la proportion d’arabophones, de russophones, d’anglophones et de francophones est élevée dans le district. En raison de la forte population arabe, on trouve des écoles spéciales pour les Arabes, car la Turquie a attiré de réfugiés syriens ces dernières années. En outre, les touristes des pays arabes musulmans et de l’Iran occupent également une place importante sur le marché du logement. L’une des raisons expliquant leur préférence pour la Turquie est la dépréciation de la livre turque par rapport au taux de change élevé dans le pays, qui rend difficile un achat immobilier pour les investisseurs nationaux, quand elle offre une opportunité unique aux investisseurs détenant des devises étrangères. L’un de ces projets de logement est le troisième projet de logement d’Istanbul (photo 3).

 

Photo 3 : Troisième projet de logement à Istanbul

 

Présentation d’un des plus récents projets de logements au bureau de vente de l’entreprise chargée de sa construction et de sa vente.

Crédit : Ayşe Akyürek

 

Özet (2019), parle de “3 Başakşehir” qui comprend le projet Kiptaş (et les diverses phases), les quartiers spontanés (Güvercintepe, Altınşehir…) et Bahçeşehir à l’extrême ouest. En outre, nous voyons des exemples de l’annonce de la 3e Istanbul faite depuis Başakşehir. Comme les projets immobiliers de Başakşehir, le troisième projet immobilier d’Istanbul s’adresse à un groupe conservateur et à revenu élevé. Le projet est ainsi présenté sur son site internet :

” Dans le 3e Istanbul, qui comprendra la plus grande zone verte parmi les projets de logement de Başakşehir, vous ferez l’expérience de la beauté de chacune des 4 saisons. Vous vous promènerez en famille parmi les arbres verdoyants et les camélias, vous verrez le reflet du soleil dans les bassins ornementaux parmi les sentiers de promenade et vous trouverez la paix à l’ombre des arbres. Chaque heure de la journée sera très agréable pour votre famille au 3e Istanbul, où seront à votre disposition trois équipements sociaux conçus séparément pour les hommes et les femmes. Pendant que vous vous adonnerez à des travaux artistiques avec patience et habileté, tel un calligraphe, vos enfants pourront s’amuser dans les ateliers de loisirs, les aires de jeux ou les salles de Playstation conçus pour eux. La piscine et les saunas vous permettront de vous rafraîchir grâce à l’énergie de l’eau et d’évacuer la fatigue de la journée. La place centrale, qui fait presque deux fois la taille de la place Taksim et qui est ornée de verdure, sera votre nouveau point de rencontre. Cette place, qui comprendra un palais de justice, des hôtels particuliers, des centres de congrès, un palais des mariages, des espaces sportifs intérieurs et extérieurs, des zones de promenade, des cafés et des restaurants, et une mosquée où 5 000 personnes peuvent prier en même temps, deviendra le nouveau lieu favori de Başakşehir “[3].

Le troisième projet de logement d’Istanbul, dont on nous a fait la promotion au bureau de vente, cible le groupe des revenus supérieurs à l’aide des logos symbolisant les projets controversés de Kanal Istanbul et du troisième aéroport. Mais la promotion ne se limite pas à cela. Avec l’annonce d’une place plus grande que celle de Taksim, on comprend que c’est un troisième et « autre Istanbul » qui est envisagé, après Kadiköy et Taksim, les centres historiques de la ville.

 

Un quartier menacé par Kanal Istanbul : Les transformations de Şahintepe

 

Le quartier de Şahintepe est l’un des quartiers de l’arrondissement Başakşehir et il est entouré d’Altınşehir à l’est, Güvercintepe (Bayramtepe) au nord, Şamlar à l’ouest et Avcılar Tahtakale au sud (plan 1). Il est construit sur une haute colline qui surplombe le lac Küçükçekmece et ses roseaux au sud, la vallée de Sazlıdere et le lac de barrage au nord. À l’est du quartier, se trouve l’ancienne carrière, et les structures illégales qui y ont été construites sont remarquables (Wikipedia, 2023). Il s’agit d’un quartier qui s’est formé à la suite des migrations en provenance d’Anatolie depuis les années 1980. Conséquence du développement de constructions incontrôlées et illégales, on trouve un grand nombre de bâtiments informels. Après le tremblement de terre de Marmara en 1999, le développement urbain a été interrompu et mis sous contrôle, mais lorsque Başakşehir est devenu un district après les élections locales de 2009, les travaux ont été inefficaces et le développement incontrôlé a repris.

Le quartier de Şahintepe est donc un ancien gecekondu né d’un développement incontrôlé et non planifié. Au fil du temps, les citoyens ont transformé leur habitat anarchique en immeubles d’habitation, généralement habités par les membres d’une même famille. En Turquie, l’usage veut que le nombre d’étages de l’immeuble augmente avec le nombre d’enfants de sexe masculin du foyer. La solution trouvée par l’administration locale à ce problème de constructions illégales et non planifiées est la régénération urbaine, un concept controversé en termes de résultats.

La notion de régénération urbaine est apparue en Turquie dans les années 2000. Bien qu’il existe d’autres concepts équivalents dans la littérature internationale, tels que ceux de renouvellement urbain et de réhabilitation urbaine, c’est celui de régénération urbaine qui a influé sur les pratiques en Turquie. En premier lieu, a été démoli Sulukule, un campement de Roms d’Istanbul, remplacé par un lotissement, sous prétexte de rénover une « zone de Renouvellement Urbain », d’après la loi n° 5366. Avec la promulgation de la loi sur la transformation des zones à risque en 2011, on s’est mis à envisager la transformation urbaine en fonction des risques sismiques. L’objectif de la régénération urbaine telle que définie par cette loi était de rénover des bâtiments dans les zones exposées aux catastrophes naturelles. Cette reconstruction devait permettre d’améliorer la qualité de vie dans la région. En conséquence, la municipalité de Başakşehir a lancé un projet de « transformation urbaine » sur certaines îlots n juin 2022. Le 8 décembre 2022, la municipalité, dirigée par l’AKP, a décidé de l’appliquer à 15 îlots différents.

À Şahintepe, la municipalité et le bureau du gouverneur du district ont essayé d’encourager la transformation urbaine en pensant qu’elle serait une solution aux problèmes du quartier. Il est possible de le voir dans les dépliants de la municipalité AKP, qui y a remporté les élections, dans lesquels se lit sa vision du quartier pour 2023 (Image 1).

 

Image 1 : La vision 2023 de l’AKP pour Şahintepe

 

Source : 2023 Vizyonuyla Şahintepe Mahallesi (2019). AK Parti Başakşehir Belediye Başkan Adayı Broşürü, erişim tarihi : 08.05.2023, 2023 VIZYONUYLA ŞAHINTEPE MAHALLESI. Yasin KARTOĞLU. AK Parti Başakşehir Belediye Başkan Adayı. BAŞAKŞEHiR – PDF Ücretsiz indirin (docplayer.biz.tr)

 

Cependant, la question de savoir si la transformation urbaine résoudra tous les problèmes du quartier ou permettra une transformation équitable est controversée. Le quartier de Şahintepe incarne de manière typique le débat sur la transformation urbaine. Lorsque la municipalité de Şahintepe a décidé la « transformation urbaine » le 8 décembre 2022, les habitants ont été informés que l’électricité et l’eau seraient coupées s’ils ne cédaient pas leurs maisons dans le cadre du projet. En 2020, la filiale de la municipalité de Başakşehir, Başakkent A.Ş., a transféré les titres de propriété de certaines maisons du quartier de Şahintepe, où des travaux de zonage ont été effectués, et les titres ont été transférés au village de Hacımaşlı, dans le district voisin d’Arnavutköy. En janvier 2022, les habitants du quartier se sont opposés au transfert des titres de propriété et ont soumis environ 280 pétitions au ministère de l’Environnement, de l’Urbanisation et du Changement climatique. Les résidents du quartier, n’ayant pas reçu de réponse à leurs pétitions, ont le 9 décembre porté leurs griefs devant le tribunal administratif régional d’Istanbul et ont demandé l’annulation du projet de zonage. Le ministère a rétabli les titres de propriété des maisons. Les problèmes rencontrés par les habitants ont été évoqués dans un article publié sur Medyascope news. En 2003, Kiraz Gövenç, une habitante, a fait la déclaration suivante :

“Cela fait vingt ans que nous souffrons dans ce quartier. Nous avons souffert de la boue, du manque d’eau, du manque d’électricité… Mais aujourd’hui, nous ne voulons pas que ce quartier disparaisse. Nous voulons conserver nos propriétés, nous ne voulons pas qu’elles soient louées. Nous avons tout pris à nos enfants, nous nous sommes saignés aux quatre veines pour payer ces logements. Nous n’avons pas acheté ces lieux facilement, nous n’envisageons donc pas de les céder facilement. Et personne ne doit s’attendre à les acheter “[4].

 

Lors de l’exploration urbaine à Başakşehir, nous avons également rendu visite à Şahintepe Halk Dayanışması (Solidarité populaire à Şahintepe) photo 4), initiative civile créée pour exprimer les problèmes des résidents du quartier, tenter de les résoudre et s’opposer à la transformation urbaine.

 

Photo 4 : Rencontre avec la Solidarité populaire à Şahintepe

 

Discussion avec les membres de la Solidarité populaire à Şahintepe sur les modifications du plan de zonage dans leur quartier.

Crédit : Sibel Akyıldız

 

Les habitants du quartier avec lesquels nous nous sommes entretenus nous ont fait part des problèmes liés à la transformation urbaine. Ils ont demandé, dans ce cadre, à pouvoir échanger leur logement de deux pièces avec salon avec un logement d’une pièce avec salon. Les propriétaires d’un immeuble de quatre étages ont appris qu’ils recevraient deux appartements d’une pièce avec salon. De plus, ces nouveaux appartements, en échange de leurs propres maisons, ne seront pas donnés gratuitement. Les habitants ont déclaré qu’ils devraient pour les recevoir emprunter au moins 200 000 TL. Comme indiqué dans l’entretien avec la communauté de Solidarité populaire à Şahintepe, les propriétaires des logements inclus dans le projet de transformation urbaine appartiennent pour la plupart au groupe de personnes à faibles revenus, ou sont retraités. Pour cette raison, il n’est pas possible pour eux de payer les 200 000 TL en question. Outre la victimisation économique causée par la transformation urbaine, une autre question controversée est celle de la taille des appartements. Les familles du quartier étant généralement des familles nombreuses, les logements donnés en échange de leurs appartements sont trop petits et ne conviennent pas à leur mode de vie. De manière générale, le projet de transformation urbaine ne tient aucunement compte des préférences et des modes de vie des habitants du quartier.

Pour conclure, de la construction de logements sociaux à l’émergence d’un district, Başakşehir est un lieu remarquable dans de nombreux aspects, historiques, culturels et sociaux. Aujourd’hui, Başakşehir, 10e district d’Istanbul en termes de densité de population, mérite d’être étudié de manière approfondie, avec ses contradictions, sa vie quotidienne souvent fondée sur la foi et son ambition de devenir le « troisième Istanbul ».

 

[1] Kanal İstanbul (2021). Kanal İstanbul projesi, projenin lokasyonu, dernière consultation le 06.05.2023 Projenin Lokasyonu | Kanal İstanbul (kanalistanbul.gov.tr)

[2] Pour aller plus loin sur l’ensemble des aspects et des effets du Kanal Istanbul, voir l’ouvrage de Fuat Ercan, Kanal Istanbul Projesi’ndeki Türkiye, Baglam Yayinlari, 2022.

[3] Üçüncü İstanbul (2021), Üçüncü İstanbul Konut Projesi, dernière consultation le 06.05.2023  https://www.ucuncuistanbul.com/yasam-secenekleri

[4] Medyascope Haber (2022). Şahintepe mahallesi kentsel dönüşüme tepkili : hakkımızı gasp ediyorlar, dernière consultation le 10 mai 2023 : https://medyascope.tv/2023/01/13/sahintepe-mahallesi-kentsel-donusume-tepkili-hakkimizi-gasp-ediyorlar/

 

Références

 

Bruzelius, N., Flyvbjerg, B., & Rothengatter, W. (2002). Big decisions, big risks. Improving accountability in mega projects. Transport Policy, 9(2), 143-154.

Cumhuriyet Gazetesi (2020). İşte Türkiye’nin 25 yılını İpotel Altına Alan Projeler, dernière consultation le 20-06-2020, https://www.cumhuriyet.com.tr/haber/iste-turkiyenin-25-yilini-ipotek-altina-alan-projeler-1746676

 Çalışkan, K. (2007). « Ordu AKP tipi muhafazakarlıkla barışacak », dernière consultation le 06.05.2023  Bianet :: “Ordu AKP Tipi Muhafazakarlıkla Barışacak”

Doğan A. E. (2005), İslamcı belediyelerin on yılı (1994-2004) : Kayseri örneğinde sosyo-mekânsal bir çözümleme (La décennie des municipalités islamistes (1994-2004) : une analyse socio-spatiale dans le cas de Kayseri), Yayınlanmamış thèse de doctorat, Ankara Üniversitesi, Sosyal Bilimler Enstitüsü.

Doğan A. E. (2007), Eğreti Kamusallık : Kayseri Örneğinde İslamcı Belediyecilik (Publicité impromptue : le municipalisme islamiste dans l’affaire Kayseri) İstanbul : İletişim.

Ercan, F. & Tezer, T. (2022). Kanal İstanbul Projesi’ndeki Türkiye, Bağlam Yayınları

Güven, K., S. & Kar, A. (2013). Kutuplaş(tır)manın Yeni Mekanları Kapalı Siteler, Cyprus International University, cilt :19, sayı :75, 2013/3

Kanal İstanbul (2021). Kanal İstanbul projesi, projenin lokasyonu, dernière consultation le 06.05.2023 Projenin Lokasyonu | Kanal İstanbul (kanalistanbul.gov.tr)

Kurtuluş, H. (2003). Mekânda Billurlaşan Kentsel Kimlikler : İstanbul’da Yeni, Sınıfsal Kimlikler ve Mekânsal Ayrışmaların Bazı Boyutları. Doğu-Batı Dergisi,6(23),75-99. Ankara.

Kurtuluş, H. (2011). “Gated Communities as a Representtation of New Upper And Mıddle Classes in İstanbul”. İstanbul Üniversitesi Siyasal Bilgiler Fakültesi Dergisi, 44,49-65

Medyascope Haber (2022). Şahintepe mahallesi kentsel dönüşüme tepkili : hakkımızı gasp ediyorlar, dernière consultation le 10.05.2023 https://medyascope.tv/2023/01/13/sahintepe-mahallesi-kentsel-donusume-tepkili-hakkimizi-gasp-ediyorlar/

Özet, İ. (2019). Fatih-Başakşehir : Muhafazakâr Mahallede İktidar ve Dönüşen Habitus, İletişim Yayınları, sosyoloji, 357 sayfa, 2019

Pérouse, J.-F. & Danış, D. (2005). Zenginliğin Mekânda Yeni Yansımaları : İstanbul’da Güvenlikli Siteler. Toplum ve Bilim Dergisi, 104, 92-123.

Pérouse, J.-F. (2007). İstanbul Çeperlerinde Yeni Bir “Kentsel Kimlik Yaratma folklor / edebiyat 35 Çabası : Yerel Adil Düzen’den Globalleşen Piyasa Arayışlarına Başakşehir Hikayesi(1995- 2007).Kent-Kültür-Konut Bildiri Kitabı. 24-29. İstanbul : Bahçeşehir Üniversitesi Yayınları

Saydam, C. (2013). Bakın rafa kaldırın demedim, unutun dedim, dernière consultation le 13-12-2020, https://www.arkitera.com/gorus/bakin-rafa-kaldirin-demedim-unutun-dedim/

Şengül, M. (2019). Türkiye’de megaprojeler ve çevre siyaseti : Çılgınlık bu işin neresinde?, Ayrıntı Dergisi, dernière consultation: 16.01.2021 https://ayrintidergi.com.tr/turkiyede-mega-projeler-ve-cevre-siyaseti-cilginlik-bu-isin-neresinde/

Üçüncü İstanbul (2021). Üçüncü İstanbul Konut Projesi, dernière consultation le 06.05.2023  https://www.ucuncuistanbul.com/yasam-secenekleri

Wikipedia (2023). Şahintepe mahallesi : Başakşehir, dernière consultation le 06.05.2023  Şahintepe, Başakşehir – Vikipedi (wikipedia.org)

2023 Vizyonuyla Şahintepe Mahallesi (2019). AK Parti Başakşehir Belediye Başkan Adayı Broşürü, erişim tarihi : 08.05.2023, 2023 VIZYONUYLA ŞAHINTEPE MAHALLESI. Yasin KARTOĞLU. AK Parti Başakşehir Belediye Başkan Adayı. BAŞAKŞEHiR – PDF Ücretsiz indirin (docplayer.biz.tr)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sibel AKYILDIZ (30 juin 2023). Production spatiale de l’idéologie conservatrice de l’AKP : Başakşehir. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sm2j


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search