Beylikdüzü : Production spatiale d’une opposition politique 

(Compte rendu de l’excursion urbaine n° 3)

Ce compte rendu a été rédigé par Sibel Akyıldız ; la rédaction est faite par Lydie Rauzier.

Beylikdüzü, zone résidentielle relativement récentes d’Istanbul, a obtenu le statut d’arrondissement en 2008 et compte une population de 412 835 habitants en 2022. Situé sur la rive européenne d’Istanbul, cet arrondissement est bordé par la mer de Marmara au sud, Avcılar à l’est, Büyükçekmece à l’ouest et Esenyurt au nord. L’arrondissement, d’une superficie de 36 km², se caractérise par le fait qu’il est celui comptant le moins de logements informels à Istanbul. Plusieurs facteurs ont changé le destin du quartier de Beylikdüzü. Dans les années 1980, d’importantes mesures ont été prises à Istanbul pour en faire une ville de marque, en particulier la construction d’un réseau autoroutier qui a permis non seulement d’accéder à des quartiers insoupçonnés de la ville, mais aussi contribué à faire rayonner son nom et augmenté sa population. Par ailleurs, l’arrondissement a été redécouvert à la suite d’une catastrophe naturelle : c’est en effet l’un des quartiers qui n’ont pas été endommagés par le tremblement de terre dévastateur de 1999, en conséquence devenu l’un des favoris de ceux qui craignent un nouveau tremblement de terre, ainsi que des entrepreneurs. Enfin, Beylikdüzü a retrouvé sa place dans l’agenda des médias à partir des années 2010. Autrefois connu comme l’un des fiefs du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, l’arrondissement est devenu, depuis 2014, le domaine du Parti républicain du peuple (CHP), parti d’opposition. Alors que la visite du 7 avril 2023 dans l’arrondissement de Başakşehir nous a permis d’identifier les symboles des choix politiques, sociales et idéologiques de l’AKP, l’arrondissement de Beylikdüzü porte aujourd’hui, par contraste avec Başakşehir, les traces d’une pensée d’opposition visibles dans l’espace urbain. La visite de Beylikdüzü du 18 mai 2023, avec pour guide İbrahim İbrahimov, doctorant au département d’histoire de l’Université de Rouen-Normandie, nous a permis d’examiner les processus de transformation du quartier et de quelle manière le pouvoir et l’opposition se manifestent dans l’espace urbain.

Carte 1 : La municipalité d’arrondissement de Beylikdüzü

Source : Beylikdüzümüz (2023). Beylikdüzü mahalle ve muhtarlıklar, dernière consultation le 10 juin 2023 beylikdüzü mahalle ve muhtarlıklar (beylikduzumuz.com)

D’où vient le nom Beylikdüzü ?

L’arrondissement de Beylikdüzü, composé aujourd’hui de dix quartiers, était avant les années 1920 une zone où résidait la population grecque (Carte 1). En 1923, conformément au protocole additionnel du traité de Lausanne, lors de l’échange de population entre la Turquie et la Grèce, la population grecque a été remplacée par la population turque. Dans les années qui ont suivi, avec le développement des terres agricoles, le lieu a été nommé Gardan, ce qui signifie « jardin ». À cette époque, la zone comptait trois anciens villages portant les noms actuels de Gürpınar (Aresou), Yakuplu (Trakatya) et Kavaklı (Gardan). Toutefois, ces noms grecs ont été turquisés après le départ des Grecs. Le quartier actuel de Beylikdüzü connu sous le nom de Gardan a été nommé Kavaklı pour cette raison. On pense que la densité des peupliers dans l’arrondissement a contribué à l’adoption de ce nom.

Le décret du Conseil des ministres daté du 10 décembre 2002, portant le numéro 2002/4962, a modifié le nom de Kavaklı en Beylikdüzü, nom replaçant l’arrondissement dans son histoire ottomane. Beylikdüzü était une plaine où les beys ottomans chassaient et se reposaient, les souverains de l’époque l’ont donc nommé ainsi pour évoquer à la fois les beys ottomans et sa structure géographique. En 2008, les petites localités ont été fusionnées et regroupées sous le nom de municipalité d’arrondissement de Beylikdüzü.

Développement de l’arrondissement de Beylikdüzü

Beylikdüzü, dont le développement a été plutôt mesuré jusqu’aux années 1990, est devenu ensuite une zone très recherchée, et s’est progressivement intensifié en tant qu’agglomération récent et planifiée, séduisant en particulier pour ses zones résidentielles modernes (Photo 1). Il est possible de retracer le processus de développement urbain de l’arrondissement de Beylikdüzü à partir de données démographiques, conséquences des migrations et du développement des réseaux de transport, du risque de tremblement de terre, qui est une réalité en Turquie, et du changement des couleurs politiques dans le pays. En résumé, on peut observer qu’il existe trois dynamiques fondamentales ayant affecté la macroforme de Beylikdüzü.

Photo 1 : Vue de Beylikdüzü depuis le quartier de Yakuplu

Crédit : Julie Alev Dilmaç.

1) L’un des principaux facteurs expliquant le développement de l’arrondissement : l’accessibilité

L’un des facteurs ayant influencé de manière significative l’expansion de la ville et l’étalement urbain est son accessibilité, dépendant des moyens de transport. Selon l’étude de Muller (1995) sur les systèmes de transport, la période entre 1800 et 1890 est celle de la marche à pied et des voitures à cheval, la période entre 1890 et 1920 celle des tramways, 1920 à 1945 est la période de la voiture, enfin la période après 1945 est celle des autoroutes. La tendance à l’expansion de la ville a montré un développement dépendant de l’itinéraire des trains ou des tramways. Comme il n’y avait pas de transport urbain de masse au cours de la première période, les déplacements se faisaient généralement à pied sur de courtes distances. Toutes les activités économiques avaient lieu dans le centre de la ville et à l’intérieur de certaines limites. L’ère des tramways, la première forme de transport de masse, a créé un corridor de transport et a entraîné la croissance de la ville dans ces zones. Cela correspond également à une période de ségrégation socio-économique. Quand les personnes ayant peu de moyens de transport restaient en centre-ville, les périphéries étaient habitées de personnes aisées disposant de moyens de transport. La période la plus remarquable est celle des autoroutes, qui sont entrées dans nos vies à partir de 1945. Après l’arrivée de l’automobile, les autoroutes ont dominé la vie urbaine et les frontières des villes ont disparu. Cette ère de l’automobile et de l’autoroute est celle où la ville a atteint son périmètre le plus large, où la croissance urbaine a atteint son taux le plus élevé. La facilité d’accès à ces zones a augmenté le mouvement du centre vers la périphérie (Theobald, 2003). Cependant, l’accessibilité ne se limite pas aux autoroutes. Les connexions qui facilitent le transport, telles que les ponts et les canaux, sont également des facteurs importants favorisant la mobilité urbaine.

Beylikdüzü a été une zone agricole riche de vignobles et de jardins tout au long de son histoire, et jusqu’aux années 1960. Dans les années 1970, de nouvelles zones de développement ont été observées à l’ouest de l’arrondissement, principalement dans la zone côtière. Dans les années 1980, ces zones de développement se sont poursuivies le long de l’autoroute E-5, construite à cette époque. Les effets de cette autoroute sont devenus visibles surtout dans les années 1990. Au début des années 1990, les terres agricoles ont commencé à être vendues pour de massifs projets de construction d’habitations, en réponse au développement de zones industrielles à Beylikdüzü, dans le cadre des politiques d’industrialisation mises en place dans tout le pays depuis 1996. L’amélioration de l’accessibilité, grâce à l’autoroute, doublée de l’extension des zones industrielles ont eu pour conséquence une remarquable augmentation de la population (Tableau 1).

Tableau 1 : Évolution de la population de Beylikdüzü

AnnéePopulation généraleTaux de croissance de la population (%)
19851 021
19902 1701,12
200039 8841,737
2010204 8734,13
2020365 5727,4
2021398 1228,9
2022412 8353,6

L’autre système de transport ayant affecté Beylikdüzü, autant que l’autoroute E-5, est le metrobus, connu sous le nom de hafif raylı sistem (système de métro léger). Grâce à son introduction, Beylikdüzü est devenu facile d’accès pour toutes les classes sociales (Carte 2). Enfin, la prolongation du métro à Beylikdüzü en 2012 a permis de relier l’arrondissement à la rive anatolienne. On sait que 800 000 personnes en moyenne se rendent chaque jour de la rive anatolienne à Beylikdüzü (IETT, 2014).

Carte 2 : Carte du métro et du metrobus dans l’arrondissement de Beylikdüzü

Source : Timeturk (2023). « Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap Metrosu ne zaman açılacak ? Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap metro durakları nereden geçiyor ? », dernière consultation le 10 juin 2023

Aujourd’hui, Beylikdüzü se distingue, au sein de la métropole d’Istanbul, par le développement constant et planifié de ses zones résidentiels, par ses caractéristiques spatiales et ses équipements sociaux et techniques, enfin par les relations fortes établies avec le centre-ville grâce au réseau de transport (Beylikdüzü Municipality, 2014).

Ce ne sont toutefois pas les seuls facteurs expliquant la dynamique démographique de l’arrondissement.

2) L’impact du tremblement de terre de 1999

La croissance des zones d’habitation et de la population dans l’arrondissement de Beylikdüzü est principalement due à un phénomène de migration à la suite du tremblement de terre qui s’est produit à Izmit le 17 août 1999. La population a en effet augmenté de 1,737 % (Tableau 1). D’une magnitude de 7,4, le séisme a gravement endommagé 66 441 bâtiments d’habitation et 10 901 locaux d’activités à Izmit et dans les provinces avoisinantes, et plus légèrement 80 160 bâtiments d’habitation et 9 172 locaux d’activités. 17 479 personnes ont perdu la vie et 43 953 ont été blessées.

À Istanbul, c’est l’arrondissement d’Avcılar, voisin de Beylikdüzü, qui a été le plus touché. La faiblesse du sol, les possibles failles cachées et le nombre élevé de constructions illégales y ont causé de nombreuses victimes : 273 personnes ont perdu la vie à Avcı et vingt-sept bâtiments ont été démolis. Par contre, il n’y a pas eu de démolition à Beylikdüzü et aucun bâtiment n’a été gravement endommagé. Ceci a renforcé la confiance en ce quartier et une grande partie de la population d’Avcılar a migré vers Beylikdüzü. Le fait que Beylikdüzü soit considéré comme un quartier à toute épreuve explique encore aujourd’hui la croissance rapide de la population. La population de l’arrondissement a augmenté de 935 % en vingt-deux ans, de 2000 à 2022, pour atteindre 412 835 personnes. Au cours de cette période, les zones agricoles ont progressivement diminué tandis que les zones résidentielles ont commencé à augmenter dans la direction opposée (Photo 2).

Photo 2 : Résidences vues à travers des espaces verts à Beylikdüzü

Crédit : Lydie Rauzier.

 

Selon l’étude de Turgut (2016), une implantation planifiée s’intensifie progressivement dans l’ensemble de l’arrondissement, et au coup par coup dans les sous-régions. Cette approche, qui fait que les zones résidentielles développées sous forme de gated communities et de tours d’habitation augmentent en se concentrant dans certaines régions, affecte également la dynamique de développement et de croissance du quartier (Carte 3).

 

Carte 3 :  Répartition des bâtiments selon le nombre d’étages et les plans de zonage 

Source : Turgut, S. (2016). Beylikdüzü’nün Mekânsal Gelişimi, dernière consultation le 10 juin 2023, Microsoft Word – Beylikduzunun.Mekansal.Gelisimi.Sırma.R.TURGUT.docx (beylikduzukentbellegi.com).

 

Les petits villages d’Anarsha (Gürpınar), Gardan (Kavaklı), Trakatya (Yakuplu) et Karvan des années 1920 n’en sont plus aujourd’hui. L’habitat informel, né d’un mouvement migratoire rapide, est un phénomène urbain courant en Turquie. Cependant, le fait que Beylikdüzü présente un caractère extrêmement protégé en termes de structuration informelle peut être considéré comme un aspect important et fort à ce stade. Il ne fait aucun doute que la qualité, le profil et le processus de développement des dix quartiers situés à l’intérieur de ses frontières diffèrent les uns des autres en termes d’espace physique (Hayır, 2009). Cependant, il serait correct de définir Beylikdüzü comme une agglomération qui se distingue à Istanbul par ses zones résidentielles et en particulier ses zones résidentielles planifiées. Lorsque l’on analyse les caractéristiques spatiales et le développement du quartier en tant que nouvelle zone résidentielle, on constate qu’il dispose de riches infrastructures sociales, techniques et de services.

 

3) Beylikdüzü : un lieu d’opposition politique

 

En Turquie, surtout après 1980, l’espace urbain est considéré comme une marchandise lucrative, et de nombreuses mesures politiques allant dans ce sens ont été prises (Yırtıcı, 2011). L’une des plus importantes d’entre elles est la création de la TOKİ (Administration du développement du logement social), qui produit des logements en masse. Comme le souligne Tekeli (2008, pp. 55-56), la TOKİ a identifié de vastes zones de terrain hors de la ville et produit un grand nombre de blocs d’habitation, qu’ils soient conformes ou non aux plans de zonage. La loi promulguée en 1984 a donné à la TOKİ des pouvoirs étendus pour planifier les terres en vue de la régénération urbaine. La TOKİ a été fortement remaniée par l’AKP, arrivé au pouvoir en 2002. Un amendement de 2004 a fait de la TOKİ le principal acteur de la transformation et de la production urbaines en Turquie : le foncier lui appartenant est passé en deux ans de 16,5 millions de m2 à 194 millions (Türkün, 2014, p. 132). Dans les années qui ont suivi, la TOKİ est devenue non seulement un organisme proposant des logements aux groupes de revenus inférieurs et supérieurs, mais aussi un producteur d’espaces marqués d’une idéologie politique. Le parti AK, qui se définit comme démocrate conservateur, n’a pas hésité à prendre des mesures pour incarner son identité conservatrice dans l’espace urbain, comme dans les projets immobiliers de Başakşehir. De la même manière, à Beylikdüzü, la TOKİ a produit des logements en masse afin de répondre aux besoins, mais a vu sa population se modifier progressivement, s’y installer des personnes au mode de vie laïque, proches du CHP. Ceci s’est accentué au cours des dix dernières années en raison de l’évolution de la couleur politique de l’arrondissement.

 

La municipalité d’arrondissement de Beylikdüzü est passée en 2014, du parti au pouvoir, l’AKP, au parti d’opposition, le CHP[1]. Ekrem İmamoğlu en était le maire avant de devenir en 2019 celui de la municipalité métropolitaine d’Istanbul (İBB). Le municipalisme d’opposition, qui a laissé son empreinte sur l’arrondissement au cours des dix dernières années, a également pris des initiatives pour imprimer sa marque sur l’espace urbain. Les habitants de Beylikdüzü adoptent ainsi plus volontiers un mode de vie laïque, tandis que ceux de Başakşehir, par exemple, proches de l’idéologie de l’AKP, seront plus conservateurs (voir : compte rendu de l’excursion Başakşehir) – on trouvera de nombreux éléments en témoignant, du logo représentant le quartier aux éléments de langage utilisés dans la promotion des logements. Bien entendu, cette épaisseur idéologique se lit également dans l’espace. Lors de notre excursion à Başakşehir, nous avons pu constater le nombre élevé de lieux de culte et d’écoles dispensant un enseignement religieux, ainsi que l’absence de commerces où l’on sert de l’alcool. Selon le guide édité par la municipalité de Beylikdüzü, on y trouve, en 2022, 47 lieux de culte, dont un cemevi[2], quand il y en a 115 à Başakşehir, dont trois cemevi. Outre le nombre de lieux de culte, la distinction idéologique se devine également dans les noms et les formes. Par exemple, la perspective laïque et séculière, attachée au nom de Mustafa Kemal Atatürk, se lit à travers les noms donnés aux bâtiments. Donner le nom d’Atatürk aux bâtiments et espaces publics n’est pas qu’un simple hommage au fondateur de la République de Turquie, mais les marque aussi du label conservateur et laïque des valeurs qu’il incarne. Par exemple, le Centre culturel et artistique Beylikdüzü Atatürk (BAKSM) fut l’un des projets phares d’Ekrem İmamoğlu au cours de son mandat, entre 2014 et 2019. Il n’est pas surprenant que le BAKSM, d’une superficie de 25 000 m2 et comprenant des activités artistiques allant du cinéma au théâtre, de la peinture à la musique, ait été ouvert en 2018 à Beylikdüzü et non à Başakşehir (Photo 3).

  

Photo 3 : À Beylikdüzü

 

Crédit : Lydie Rauzier.

 

Dans l’arrondissement de Beylikdüzü, contrairement à celui de Başakşehir, il existe un mode et des pratiques de vie séculaire. Ce mode de vie ne consiste pas seulement en une production de logements à des fins d’hébergement, elle inclut toutes sortes d’espaces de vie, d’espaces publics, d’espaces verts qui vont renforcer les pratiques d’opposition au pouvoir en place. Par exemple, comparons les espaces verts Yaşam Vadisi à Beylikdüzü et Sular Vadisi à Başakşehir. Sur le site internet de Yaşam Vadisi (2019), il est indiqué :

On y trouve quatre entreprises (café Yaşam, café restaurant, café du lac, maison de thé japonaise), 1 atelier d’art, 1 résidence présidentielle, 4 WC.

Sur le site internet de Sular Vadisi (2022) appartenant à la municipalité d’arrondissement de Başakşehir, on peut lire :

On y trouve une salle de mariage-établissement social appartenant à la municipalité de Başakşehir, 5 mosquées, 12 000 m2 de cours d’eau et de bassins ornementaux, 1 marché, 6 cafés, 3 restaurants, un amphithéâtre construit sur une superficie de 1 500 m2 avec une capacité de 1 200 personnes et une aire de stationnement pour 257 véhicules.

 

Cet exemple montre bien que, en mettant en avant les structures soit religieuses, soit laïques, de simples espaces verts ne sont pas indépendants du clivage politique actuel conservatisme-laïcité.

 

En conclusion, Beylikdüzü est l’un des arrondissements considérés comme les « sans risque sismique » d’Istanbul, présentant un risque sismique élevé en raison de sa topographie et du fait qu’il s’agit d’un quartier récent et planifié. Cependant, définir et essayer de comprendre Beylikdüzü uniquement en fonction de « sans risque sismique » signifie ne pas voir les autres caractéristiques remarquables du quartier. Cet arrondissement planifié a été fabriqué selon les lignes du parti d’opposition. Bien que l’on ne sache pas si le quartier évoluera en faveur du parti au pouvoir ou de l’opposition lors des élections locales de 2024, Beylikdüzü, dans son état actuel, promet une vie et mode de vie laïques qui contrastent avec le Başakşehir conservateur.

 

[1] İlçenin son 20 yıllık Belediye başkanları ve siyasi partileri :

Vehbi Orakçı (AKP / 2004-2009)

Yusuf Uzun (AKP / 2009-2014)

Ekrem İmamoğlu (CHP / 2014-2019)

Mehmet Murat Çalık (CHP / 2019-)

[2] Cemevi : du turc cem [djem], « assemblée », et ev, « maison ». Nom donné au lieu de culte des alevis, en Turquie, et par extension dans la diaspora alévie. 

 

Références

 

Başakşehir Belediyesi (2022). « Camiler » (Les mosquées), dernière consultation le 10 juin 2023, CAMİLER (basaksehir.bel.tr).

Başakşehir Sular Vadisi (2022). « Sular Vadisi » (Vallée de Sular), dernière consultation le 13 juin 2023, BAŞAKŞEHİR SULAR VADİSİ (basaksehir.bel.tr).

Beylikdüzü Belediyesi (2014). « Beylikdüzü Belediyesi Stratejik Planı 2015-2019 » (Plan stratégique de la municipalité de Beylikdüzü 2015-2019), dernière consultation le 9 juin 2023, http://www.sp.gov.tr/tr/stratejikplan/s/1284/Beylikduzu+Belediyesi+_Istanbul_+2015-2019.

Beylikdüzü belediyesi kent rehberi (2022). « Beylikdüzü kent rehberi » (Guide de la ville de Beylikdüzü), dernière consultation le 10 juin 2023, Beylikdüzü Belediyesi CBS Uygulaması (beylikduzu.istanbul).

Hayır, M. (2009). « Büyük kentlerde kentin merkezinden etrafına olan göç süreci: İstanbul Beylikdüzü örneği » (Processus de migration du centre vers la périphérie de la ville dans les grandes villes : le cas de Beylikdüzü, Istanbul). Akademik İncelemeler, 4(1), p. 35-52.

İETT (2014). « Istanbul’da toplu taşıma » (Transport public à Istanbul), dernière consultation le 24 mai 2023.

Muller, P. (1995). « Transportation and Urban Form: Stages in the Spatial Evolution of the American Metropolis », in Hanson, S. (ed.), The Geography of Urban Transportation, 2nd Edition, New York : Guilford (cited by Arbury, 2009).

Tekeli, D. (2008). TOKİ Projelerinde Mimariyi Etkileyen Kurallar (Règles relatives à l’architecture dans les projets de la TOKİ), Anadolu’da Konut ve TOKİ Mimarlığı, Teknik İnceleme-Panel-Forum, 8-9 Ağustos 2008, TMMOB Mimarlar Odası Konya Şubesi, p. 54-58.

Theobald D. M. (2003), « Defining and Mapping Rural Sprawl: Examples from the Northwest US », Measuring & mapping rural sprawl. Colorado.

Timeturk (2023). « Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap Metrosu ne zaman açılacak ? Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap metro durakları nereden geçiyor ? » (Quand le métro Sefakoy-Beylikduzu-Tuyap sera-t-il ouvert ? Où se trouvent les arrêts du métro Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap ?), dernière consultation le 10 juin 2023, Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap Metrosu ne zaman açılacak? Sefaköy-Beylikdüzü-Tüyap metro durakları nereden geçiyor? – Timeturk Haber

Turgut, S. (2016). « Beylikdüzü’nün Mekânsal Gelişimi » (Développement spatial de Beylikdüzü), dernière consultation le 10 juin 2023, Microsoft Word – Beylikduzunun.Mekansal.Gelisimi.Sırma.R.TURGUT.docx (beylikduzukentbellegi.com)

Türkün, A. (2014). « Mülk, Mahal, İnsan : İstanbul’da Kentsel Dönüşüm » (Propriété, quartier, population : la transformation urbaine à Istanbul), İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları : İstanbul.

Yaşam Vadisi (2019). « Yaşam Vadisi » (Vallée de Yaşam), dernière consultation le 10 juin 2023, Yaşam Vadisi Beylikdüzü mekanlar (yasamvadisi.istanbul)

Yırtıcı, H. (2011). « Türkiye’de Bir Sermaye Birikim Aracı Olarak Toprak Rantı ve Kent Mekânının Dönüşümü » (La rente foncière comme instrument d’accumulation du capital et de transformation de l’espace urbain en Turquie), Mimarlık 262, Kasım- Aralık 2011, dernière consultation le 8 août 2021, “http://www.mimarlikdergisi.com/index.cfm?sayfa=mimarlik&DergiSayi=376&RecID=2802″RecID=2802.



Citer ce billet
Sibel AKYILDIZ (2023, 12 septembre). Beylikdüzü : Production spatiale d’une opposition politique . Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sm2k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search