Excursion à Çamlıca et à Validebağ avec l’Agence française de développement (AFD)

Excursion urbaine organisée le 8 septembre 2023 dans le cadre de la réunion annuelle de l’AFD

Compte-rendu préparé par Sibel Akyıldız et Gülçin Erdi

 

L’Agence française de développement (AFD) est présente en Turquie depuis 2004. Dans le cadre de sa réunion annuelle à Istanbul et suite à leur sollicitation, une visite urbaine a été organisée par l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes (IFEA). La visite a eu lieu le 8 septembre 2023 avec la participation de 65 personnes et a été organisée avec la participation des délégués AFD de la région Eurasie (Géorgie, Bulgarie, Kazakhstan, Serbie, Liban, Arménie, etc.)

 L’objectif de la visite était de fournir certaines clés de compréhension concernant la métropolisation et l’étalement urbain à Istanbul, en particulier au regard de leurs effets socio-économiques et culturels. Il s’agissait de mettre l’accent sur de grands projets tels que le Canal Istanbul ou la Mosquée de Çamlıca, dont la construction possède une valeur symbolique et politique. Ainsi, la visite a débuté depuis la colline de Çamlıca afin de comprendre la morphologie urbaine d’Istanbul et d’examiner les processus de changement de l’espace urbain et des zones vertes à l’oeuvre. La colline de Çamlıca, située sur la rive anatolienne d’Istanbul, offre un vaste panorama couvrant les rives anatolienne et européenne de la métropole, y compris sa péninsule historique (photo 1). Depuis cet emplacement, il est également possible de voir la Corne d’Or, où Istanbul a commencé à se développer en tant que ville.

Photo 1 : vue d’Istanbul depuis la colline de Çamlıca

Au cours de notre première étape, dans le parc de Çamlıca, nous avons pu observer les rives européennes et asiatiques du Bosphore. Nous avons discuté de l’importance du détroit d’un point de vue géopolitique et avons fait référence à la Convention internationale de Montreux qui réglemente les passages militaires et civils par les détroits turcs. Nous avons souligné l’importance du contexte politique actuel relatif à la guerre en Ukraine. Cette question a ensuite été reliée à la signification du projet du Canal Istanbul pour le gouvernement turc.

 

 

Photo-2 : délégués AFD lors de la présentation de l’évolution de l’urbanisation sur les deux rives d’Istanbul

 

Nous avons ensuite quitté le parc pour aller à la mosquée de Çamlıca. Après une courte marche à travers le parc de Nakkaştepe, nous sommes parvenus au pied de cette mosquée gigantesque dont la construction a débuté en 2013 et s’est achevée en 2019. L’édifice, qui porte une forte charge politique et symbolique, est désormais un lieu important, tant de par ses dimensions que de par son impact spatial et sa position politique dans le paysage stambouliote. Lors de la visite de la mosquée, ces caractéristiques ont été discutées, ainsi que son importance pour le monde turc.

 

 

Photo 3 : intérieur de la mosquée de Çamlıca

Ces caractéristiques symboliques et sa signification politique ont été, en particulier, discutées quant à son très controversé processus de construction. La signature du président de la République à l’entrée de la mosquée est en ce sens significative et possède une portée nationaliste.

 

Photo  4 :  panneau à l’entrée de la mosquée

 

 

 

 

 

La mosquée Çamlıca reflète la manière dont le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenté de remettre en question le récit séculier du nationalisme turc en essayant de relier la fierté de l’État au passé ottoman et à l’héritage islamique.

La mosquée Çamlıca est un symbole très fort. La structure vise à contribuer à la silhouette d’Istanbul d’une manière moderne et pratique, tout en étant un exemple de l’architecture turco-islamique traditionnelle.

La mosquée Çamlıca comprend une salle de prière pouvant accueillir environ 60 000 personnes, un musée, une galerie, des ateliers d’art, une bibliothèque et une salle de conférence. Elle présente de nombreux éléments symboliques qui relient l’histoire turque et ottomane à l’identité nationale turque.

Elle est également construite comme une fierté nationale appartenant à la période de l’AKP et répondrait à une volonté de laisser un témoin majeur de l’ère d’Erdogan (photo 4).

Conçu pour succéder aux mosquées de l’ère ottomane, le complexe s’inspire du travail de l’architecte en chef de l’empire, Mimar Sinan, qui a construit la célèbre mosquée de Süleymaniye d’Istanbul, parmi 300 autres monuments.

Quatre des minarets de la mosquée mesurent 107,1 mètres de haut pour symboliser la victoire des Seldjoukides sur les Byzantins lors de la bataille de Manzikert en 1071.

Pouvant être vu depuis n’importe quel endroit du centre d’Istanbul, le dôme principal de la mosquée mesure 72 mètres de haut pour représenter les 72 groupes ethniques de Turquie et s’étend sur 34 mètres pour représenter la plaque d’immatriculation de la ville d’Istanbul.

À l’intérieur du dôme, 16 noms attribués à Dieu dans l’islam sont artistiquement dessinés pour représenter les 16 grands empires turcs avant l’établissement de la République turque moderne. Le chiffre 16 figure également sur le sceau présidentiel turc, avec son grand soleil à 16 branches entouré de 16 étoiles à 5 branches symbolisant la République turque et les 16 grands empires.

En ce qui concerne les symboles religieux, le complexe comporte cinq dômes plus petits qui représentent les cinq piliers de l’islam, et huit portes monumentales qui représentent les huit portes du paradis, selon la croyance musulmane.

Photo 5 : entrée de la mosquée de Çamlıca

A la suite de la macro présentation de la transformation générale d’Istanbul depuis la colline et la mosquée de Çamlıca, nous nous sommes rendus à la forêt de Validebağ pour présenter un exemple plus local.

La forêt de Validebağ est un lieu historique qui a survécu à l’Empire ottoman, avec des bâtiments tels que le pavillon du sultan Adile et le pavillon de chasse Abdülaziz (photo 6).

Photo 6 : pavillon de chasse Abdülaziz dans la forêt de Validebağ

Il s’agit de l’une des plus vastes zones vertes ouvertes au public du côté anatolien. La forêt de Validebağ a été déclarée zone naturelle protégée de niveau 1 en 1999. Selon une étude menée en 2016, 89 espèces végétales ont été identifiées dans la forêt. Il existe également des espèces de plantes endémiques dans la réserve. Sur un total de 2 000 plantes herbacées trouvées à Istanbul, 200 se trouvent dans la forêt.

En outre, la forêt de Validebağ est devenue un symbole de la solidarité de quartier qui lutte pour protéger ses espaces verts. La forêt de Validebağ, l’un des rares espaces verts d’Istanbul, est restée dans son état naturel grâce à la lutte des habitants de la zone. Cette lutte a commencé dans les années 1980. Bien que les gouvernements successifs aient apporté des changements à petite échelle dans certaines parties de la forêt jusqu’aux années 2000, sa préservation a ensuite été mise à l’agenda politique. Des mesures juridiques ont été prises, susceptibles de modifier la structure naturelle de la forêt et de l’ouvrir au développement urbain. Une tentative de transformation de la forêt par le biais de démarches juridiques et administratives a eu lieu en 2012 avec la modification du plan et du zonage de la parcelle adjacente. Le statut de cette zone, qui est utilisée comme espace vert, a été modifié et transformé en zone d’installation religieuse. À partir de cette date, de nombreuses manifestations ont été organisées par les habitants qui ont installé des tentes autour de la forêt pour faire une veillée.  En dépit des cinq actions en justice intentées contre cette modification par les habitants du quartier et des procédures judiciaires non achevées, une première pelleteuse a fait son entrée dans la zone le 15 octobre 2014, accompagnée d’un véhicule de lutte contre les incidents sociaux (TOMA) de la police anti-émeute. Contre ces développements, les habitants du quartier, en collaboration avec des organisations environnementales, ont organisé des manifestations de masse dans la zone.

Cependant, la construction de la mosquée s’est poursuivie à grande vitesse. Elle a été inaugurée le 17 juillet 2015 sous le nom de Koru. Pendant notre excursion, nous avons également visité la mosquée Koru, dont la construction sur les espaces verts et les lieux de culte a été controversée (photo 7).

Photo 7 : mosquée Koru

 

*Photos prises par Sibel Akyildiz et Gülçin Erdi. ©
 

 



Citer ce billet
gulcinerdi (2023, 18 décembre). Excursion à Çamlıca et à Validebağ avec l’Agence française de développement (AFD). Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve8i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search