Le collectif de Défense des Forêts du nord, en 2023 : le mouvement est-il dépositaire de l’« Esprit de Gezi » ?

par Julie Gloannec*

« Enfant de Gezi »[1], la Défense des Forêts du nord (Kuzey ormanlari savunmasi) est née au mois de juillet 2013. Suite à la dispersion par les forces de police des manifestants occupant le parc du même nom, l’« Esprit de Gezi » se réincarne d’abord dans le cadre de « forums » tenus au sein de l’espace public, puis de « collectifs » militants, à vocation plus pérenne[2]. C’est au sein du forum du parc Abbasağa, dans le quartier de Beşiktaş, que nait le collectif qui, dès 2014, se constituera en association officielle, baptisée Défense des Forêts du Nord. Rapidement ralliée par de nombreux participants au mouvement de Gezi, elle devient un véritable réseau militant, étendu à toute la région de la mer Noire[3].

Le collectif se donne pour objectif de lutter contre certains projets d’aménagement urbain qui, menés à l’initiative des autorités publiques, peuvent être considérés comme une menace pour l’intégrité d’espaces naturels. À ce titre, son action se porte plus spécifiquement sur les « forêts du nord », zone située au nord d’Istanbul et vaste de plus de 1,5 millions d’hectares, qui comprend plusieurs provinces : Istanbul mais également Edirne, Kırklareli, Tekirdağ, Kocaeli, Yalova, Sakarya, Düzce, Balıkesir, Çanakkale. La préservation de ces forêts apparaît cruciale. « Poumon vert » de la métropole, elles regroupent divers écosystèmes (forêts, marais, plages, etc.) et un important ensemble de ressources environnementales (bois, eaux souterraines, minerais, etc.) Cependant, le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP) entend en tirer parti pour y poursuivre la réalisation de projets de développement de grande ampleur : le troisième pont sur le Bosphore (inauguré au mois d’août 2016) et l’autoroute du nord de Marmara, le nouvel aéroport d’Istanbul (inauguré au mois d’octobre 2018), ainsi que le Canal Istanbul, voie fluviale qui reliera la mer Noire à la mer de Marmara[4].

Si le collectif, l’un des plus larges qui soient nés dans le sillage de Gezi, disposait, au cours de ses premières années, d’une capacité d’action notoire, l’analyse de son activité récente via son site internet, ses réseaux sociaux, ainsi que par le biais d’entretiens semi-directifs, tend à en indiquer un essoufflement progressif mais significatif, qui irait de pair avec un possible éloignement vis-à-vis de « l’Esprit de Gezi ». Les entretiens, réalisés entre les mois de décembre 2022 et d’avril 2023, ont été conduits auprès de trois femmes et de deux hommes. Deux d’entre eux sont des membres actifs du collectif, tandis que trois autres se définissent comme d’anciens membres actifs.

I – Le collectif de Défense des Forêts du Nord : digne héritier de l« Esprit de Gezi »

Le collectif de Défense des Forêts du nord est l’une des organisations issues du mouvement de Gezi ayant, pendant plusieurs années à la suite du mouvement, continué à rassembler un nombre significatif de militants actifs[5]. Il serait encore à ce jour composé de plusieurs dizaines de membres, en moyenne âgés de 18 à 40 ans[6]. Le parcours militant d’une majorité d’entre eux prend ses racines dans le mouvement de Gezi, référence à laquelle elle demeure très attachée. Cette base militante assurerait jusqu’à aujourd’hui une continuité avec les normes, valeurs, objectifs clés et principes organisationnels issus de Gezi.

A – Normes, valeurs et objectifs : se ré-approprier un bien commun.

Les actions menées par le collectif, conduites sur des territoires aux réalités écologiques et sociales variées, constituent une résistance aux politiques urbanistiques et de développement qui y sont poursuivies par les autorités publiques. L’ambition du collectif est ainsi définie de manière holistique : « Il [le collectif] défend l’ensemble du vivant à l’échelle d’Istanbul, du pays et du monde entier »[7].

Les actions menées possèdent toutefois un pivot, la lutte contre les « méga-projets » portés par le gouvernement de l’AKP : « Il [le collectif] est contre toutes sortes de projets opportunistes y compris les « méga-projets qui ravagent les écosystèmes,» (…). »[8] Cela implique la prise en compte de l’ensemble des chantiers entrepris aux échelles locales et micro-locales, nécessaires à la concrétisation de ces méga-projets : zones inondables, exploitations forestières, etc. En 2015, le collectif a ainsi intenté un procès contre le gouvernorat d’Istanbul, contre le creusement de deux carrières de pierre à proximité des villages d’Ağaçlı et d’Işıklar, dans l’arrondissement d’Eyüp[9] et s’est opposé à un projet de développement dans la réserve naturelle de Çilingöz[10]

En cause, les risques environnementaux encourus, mais également la dépossession des communautés locales de leurs biens communs. L’exploitation des ressources naturelles par les autorités publiques et par les acteurs privés auxquels elles s’associent est perçue en tant que véritable pillage. Pour cette raison, une dynamique collective et populaire doit, selon les militants de la Défense des Forêts du nord, leur être opposée. La transmission des connaissances, des populations locales à leurs alliés, concernant les biens naturels à défendre, constitue ainsi un enjeu fort : « [Le collectif] vise à rassembler ceux qui luttent pour protéger leurs espaces de vie dans leur propre région contre le potentiel de “destruction créateur” du capital, et à leur permettre de transférer les connaissances et l’expérience parmi les défenseurs de la vie »[11]. Avec la dissémination de la connaissance des enjeux qu’implique la protection des espaces naturels, doit s’élargir le champ d’exercice d’une citoyenneté active, consciente et responsable. Ce faisant, c’est le champ d’application de la démocratie que l’on espère étendre. Revendiquant de posséder une vocation universelle, la Défense des Forêts du nord se distingue des nombreux mouvements ou collectifs à dimension locale – le plus souvent, à l’échelle d’un quartier d’Istanbul (mahalle) – ou à enjeu unique, nés de la mobilisation pour la protection du parc Gezi.

B – Des principes organisationnels issus de Gezi.

Horizontalité, absence de rapports hiérarchiques, rejet du leadership, prise de décision participative et ascendante, inclusivité : tels sont les principes organisationnels internes au collectif de Défense des Forêts du nord, qui doivent permettre de porter ses normes, valeurs et objectifs. Ces principes sont directement inspirés du mouvement de Gezi, comme l’analyse Burcu Nur Bi̇nbuğa Kinik, dans le cadre d’une thèse portant sur l’opposition politique et sociale représentée par les mouvements environnementaux contre les politiques néo-libérales dans la Turquie contemporaine, soutenue en 2020[12].

Le collectif se veut exempt de toute structure hiérarchique, qu’elle soit fondée sur l’âge, le genre ou l’expérience. Il s’affiche ainsi comme étant anti-sexiste et opposé à toute forme de discrimination. Par conséquent, il ne possède officiellement ni centre de direction formel ni porte-parole[13]. Par ailleurs, afin d’éviter la cristallisation de toute forme de hiérarchisation, aucune attribution de tâche personnelle n’est pratiquée. Des groupes de travail (photographie, médias, logistique, action directe, etc.) ont été mis en place, dont le fonctionnement en réseau se veut parfaitement horizontal. On considère que chacun peut être à même d’apprendre en faisant, c’est pourquoi tout membre peut être amené à contribuer aux activités de chacun des groupes, sans condition de compétences ou connaissances préalables[14].

Enfin, le collectif affirme une forte volonté d’indépendance et d’auto-gestion. Etant « Indépendant de toute organisation économique, politique et idéologique », il déclare ne recevoir aucun financement d’aucune organisation ou institution extérieure et réaliser l’ensemble de ses activités grâce à des collectes de fonds et à des ventes de produits dérivés. Comme le reflète le témoignage d’une ancienne militante, c’est la mise en œuvre et le respect, dans la durée, des grands principes précédemment énoncés qui ont fait le succès de la Défense des Forêts du nord auprès de ses propres membres : « Le principe de fonctionnement de KOS consistait à diviser les champs de lutte en formant des groupes et en faisant en sorte que chaque groupe intensifie la lutte dans son propre domaine. Mais cela ne signifiait pas que chacun devait rester uniquement cantonné à son propre champ de lutte. Chacun était libre de partager ses idées et opinions sur n’importe quel sujet et pouvait recevoir l’aide des autres membres. Pour ces raisons, ça a été pour moi une expérience inestimable de faire partie du collectif et de participer à la lutte écologique avec eux. »[15].

L’organisation externe du mouvement se caractérise, quant à elle, par son ouverture : «  [Le collectif] établit des relations de solidarité avec toute personne, communauté et institution qui pense, s’organise et agit à des fins similaires afin de défendre conjointement les droits des peuples de la région, qui font partie de l’environnement, à vivre dignement; le collectif et ces organisations se côtoient et tentent d’élargir la lutte ensemble. »[16] Un certain nombre d’actions mises en œuvre par la Défense des Forêts du nord est mené conjointement avec d’autres groupes, mouvements et organisations dont les objectifs et valeurs sont alignés avec les siens. Il s’agit, dans une majorité de cas, de liens solides et durables, noués dans le cadre du mouvement de Gezi. Ces liens avec d’autres mouvements s’articulent sur trois niveaux. Premièrement, au niveau local, notamment dans la région de Thrace, où se déploie une portion importante des forêts du nord. À cet égard, le collectif semble prendre la forme d’une organisation parapluie, qui permet de coordonner et de porter les luttes de multiples groupes dont la base militante, la capacité d’action et l’expérience sont plus restreintes. Il collabore également avec les communautés propres à certains quartiers d’Istanbul (solidarités de Kadıköy, Sarıyer, ou encore le collectif de Défense Urbaine d’Istanbul). Deuxièmement, au niveau national, le collectif entretient des liens forts avec des groupes écologistes et anticapitalistes dont la lutte est active, tels que la plateforme de mobilisation Fraternité du mont Ida (Kaz Dağları Savunması) ou encore l’Association Artvin verte (Yeşil Artvin Derneği). La Défense a enfin établi des liens avec des mouvements à l’international, grâce à la publication de bulletins d’information et de rapports via ses réseaux sociaux et son site internet, ou de par sa présence au sein de réseaux écologistes, en particulier occidentaux[17]. En 2016, la Défense des Forêts du nord a ainsi affiché son soutien à la ZAD (Zone à Défendre) de Notre-Dame-des-Landes, en France[18].

En vertu de sa flexibilité et de sa fluidité, le collectif possède une « structure décentrée [qui] encourage la participation au mouvement », celle d’un « réseau ouvert, sans frontières définies »[19]. Ne possédant pas de centre, qu’il soit structurel ou décisionnel, le mouvement peut aisément accueillir de nouveaux membres et s’associer à d’autres collectifs afin de former de plus larges plateformes de mobilisation autour d’un objectif commun, avant de se dissoudre sans heurts. Cette structure en réseau apparait constituer un atout quant à l’attractivité et à la pérennité du mouvement.

Pour lire l’intégralité de l’article ⇒ Article OUI – Collectif de Défense des forêts_Gloannec  

Toutes les images sont prises du compte Twitter et d site web du kuzeyormanlarisavunmasi.org 

*Julie Gloannec est doctorante en sociologie à l'UMR CITERES à l'Université de Tours. Elle est également chercheuse associée à l'IFEA et membre de l'Observatoire urbain d'Istanbul
Références & Notes

[1] BİNBUĞA KINIK, Burcu Nur. Political and social opposition represented by environmental movements against neoliberal politics in contemporary Turkey. 2020. Istanbul: Middle East Technical University. Thèse de philosophie. p. 193

[2] INCEOGLU Irem, « The Gezi resistance and its aftermath, A radical democratic opportunity? » [« La résistance Gezi et ses conséquences, une opportunité démocratique radicale ? »], Eurozine [en ligne], 17/09/2014

[3] BİNBUĞA KINIK, Burcu Nur. Political and social opposition represented by environmental movements against neoliberal politics in contemporary Turkey. 2012. Istanbul: Middle East Technical University. Thèse de philosophie. p. 193

[4] ÖZÇELİK, Ceyhun et BENLI, Kader. « Canal Istanbul and Political Dispute on Turkish Straits ». Dicle University Journal of Engineering. vol. 12, no. 5. 2021. p. 849

[5] FAUTRAS, Agathe. « Résister en situation autoritaire : le cas des collectifs militants d’après-Gezi à Istanbul (2013-2018) ». Carnets de Géographes [en ligne]. 2019. vol. 12.

[6] Entretien avec EF1, le 06.12.22

[7] Site internet, section « à propos »

[8] Site internet, section « à propos »

[9] S.a. « Istanbul köyleri Ağaçlı ve Işıklar’ın ormanlarını delik deşik edecekler! » [« Ils creuseront dans les forêts des villages d’Istanbul, Ağaçlı et Işıklar ! »]. Site officiel de Kuzey Ormanları savunması. 15/12/2015

[10] S.a. « Dirkshof – Nordex Group collaboration; “Istanbul wind power project » destroys the wildlife in the Northern Forests (Istanbul – Çi̇li̇ngoz Wildlife Development Area) » [« Collaboration Dirkshof – Groupe Nordex ; Le “projet d’énergie éolienne d’Istanbul” détruit la faune dans les forêts du nord (Istanbul – Zone de développement de la faune de Çi̇li̇ngoz) »]. Site officiel de Kuzey Ormanları savunması. 15/04/2021.

[11] Site internet, section « à propos »

[12] BİNBUĞA KINIK, Burcu Nur. Political and social opposition represented by environmental movements against neoliberal politics in contemporary Turkey. 2020. Istanbul: Middle East Technical University. Thèse de philosophie. p. 198

[13] ALGÜL, Figen. « Yeni toplumsal hareketler ve sosyal medya: Kuzey ormanları savunması hareketine yönelik bir örnek olay incelemesi (Nouveaux mouvements sociaux et réseaux sociaux : une étude de cas du mouvement de Défense des Forêts du nord) ». Marmara İletişim Dergisi. 2016. pp. 146

[14] Entretien avec EM2, le 25.01.2023

[15] Entretien avec EF2, le 12.01.23

[16] Site internet du collectif de Défense des Forêts du nord, section « à propos »

[17] Entretien avec EF1, le 06.12.22

[18] Site internet, « Fransa’da Notre-Dame-des-Landes ZAD tahliye tehdidi altında! » [« La ZAD Notre-Dame-des-Landes est menacée d’expulsion ! »], 20.10.2016

[19] CASTELLS, Manuel. The rise of the network society. 2010. In BİNBUĞA KINIK, Burcu Nur. Political and social opposition represented by environmental movements against neoliberal politics in contemporary Turkey. 2012. Istanbul: Middle East Technical University. Thèse de philosophie. p. 185



Citer ce billet
gulcinerdi (2023, 21 décembre). Le collectif de Défense des Forêts du nord, en 2023 : le mouvement est-il dépositaire de l’« Esprit de Gezi » ? Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve8k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search