De La Grande Rue de Pera à Istiklal : Les salles de cinéma comme lieux de mémoire urbaine

Compte rendu de l’excursion urbaine du 19 janvier 2024

Ce compte rendu a été rédigé par Dr. Ayşe Toy Par, enseignante-chercheuse à l’Université de Galatasaray

Cette excursion a eu lieu le 19 janvier 2024 avec la participation d’une quinzaine de personnes et avait pour objectif de découvrir les anciens lieux de projection cinématographique et les salles de cinéma, de 1896 à nos jours (Image 1). Elle visait à observer comment la modernisation et l’urbanisation entreprises au début du XXe siècle dans l’Empire ottoman se sont reflétées dans ces lieux de « divertissement », puis à suivre leur évolution durant la République, à la lumière des moments clés de l’histoire socio-politique et culturelle du pays.

Le groupe s’est réuni devant le monument de la place Taksim, où nous avons commencé par contextualiser la raison de cette visite et l’importance du quartier dans l’histoire du cinéma, parallèlement à celle de l’urbanisation de la ville. Ensuite, nous avons marché le long de la rue İstiklal et du boulevard Tarlabaşı pour repérer ces lieux disparus et/ou transformés dans leur grande majorité, et évoquer avec certains des visiteurs des souvenirs pas si lointains…

Avant de présenter les étapes de cette excursion, il conviendrait de faire un petit rappel sur l’histoire du cinéma en lien avec le quartier de Beyoğlu et Pera.

Il est possible d’étudier l’évolution urbaine des sociétés à partir de celle des salles de cinéma.

En effet, le cinéma est le fruit de la révolution industrielle et son développement accompagne celui des villes : les appareils dits « cinématographiques » inventés et développés à la fin du 19ème siècle vont voyager à travers le monde pour capter et transmettre des images du quotidien des sociétés et devenir un outil de la modernité.

On a tendance à faire démarrer l’histoire du cinéma le 28 décembre 1896, date de la première projection publique payante à Paris, organisée par les frères Lumière, inventeurs du cinématographe qui donnera son nom à tout un système : le cinéma ! Les appareils de projection « des images en mouvement » ou encore « de photographie vivante de grandeur naturelle », tels qu’ils étaient définis à l’époque n’entrent sur le territoire ottoman que quelques mois plus tard. À l’image de cette première séance à Paris, la première projection publique payante dans la capitale de l’Empire a lieu en mai 1896, dans le quartier de Péra. Ce choix n’est pas anodin. Il s’agit en effet du chef-lieu de la modernisation de l’Empire, un quartier cosmopolite, dont les habitants sont ouverts à l’Occident et entretiennent des échanges réguliers avec les pays européens. De plus, Péra est associé à la mise en oeuvre d’une politique d’urbanisation moderne.

Durant la période au cours de laquelle sont réalisées les premières projections, l’Empire ottoman entreprend des efforts en vue de sa modernisation. Au XIXe siècle, Constantinople est à la fois un laboratoire des transformations qui parcourent ensuite l’Empire ottoman et une ville en pleine modernisation et évolution. Pera joue un rôle prépondérant dans ce contexte. En effet, à partir de 1857, avec son voisin Galata, Pera forme le premier (et l’unique) « arrondissement» d’Istanbul, doté d’une municipalité construite sur le modèle parisien.

La manière dont le quartier est administré témoigne de sa capacité à s’intégrer dans le monde moderne. Le développement des activités commerciales et culturelles durant le XIXe siècle fait de Pera un quartier riche et animé. De plus, l’installation des ambassades (qui deviendront des consulats avec l’avènement de la République en 1923) dès le XVIIIe siècle constitue un attrait supplémentaire pour les diverses communautés qui pratiquaient déjà leurs activités dans les quartiers limitrophes.

Ce n’est donc pas par hasard que Henri Delavallée, peintre orientaliste français de passage à Istanbul, y réalise la première projection publique payante du cinématographe, dans la salle Sponeck, en 1896. Applaudies et accueillies avec enthousiasme par le public, ces projections s’inséraient, au début, parmi d’autres formes de spectacles populaires de l’époque, tels que les cafés-concerts, les cirques, les opérettes, les danses, le théâtre, et avaient lieu dans des espaces dédiés à diverses formes de divertissement. En 1908 s’ouvre la première salle de cinéma, le Théâtre Pathé Frères. Elle sera suivie par des dizaines d’autres, arborant des enseignes européennes telles que Odéon, Gaumont, Cosmographe, Luxembourg, Alkazar, Melek, Atlas, entre autres. Quelques décennies plus tard, dans les années 50, c’est dans les rues de ce même quartier que la grande majorité des maisons de production cinématographique s’installeront. S’y épanouit alors tout un système de production, celui de l’âge d’or, connu sous le nom de Yeşilçam.

De plus, de nos jours Pera est le lieu où se déroulent différents festivals, notamment des festivals de films tels que le Festival international du film d’Istanbul, le Film Ekimi, le IF Istanbul, le Filmmor, le Kuirfest, etc. En outre, c’est à Pera que se trouvent les instituts et centres culturels de nombreux pays, tels que l’Institut italien de la culture, l’Institut Goethe, l’Institut Cervantes, ou encore l’Institut français d’Istanbul (connu sous le nom de Centre culturel français). De même, ce quartier abrite des musées et des galeries d’art, qu’ils soient privés ou publics, comme le musée Pera, Salt Beyoğlu, Borusan, Yapı Kredi, İşbankası, Meşher, Istanbul Modern, et bien d’autres encore. Ces institutions viennent enrichir la vie culturelle, déjà très dynamique, de la ville et du quartier.

En effet, le quartier est également l’épicentre des enjeux politiques et se transforme selon la volonté des gouvernements en place. L’espace urbain n’est pas indépendant des transformations politiques, économiques et socioculturelles que connaît la société. Le gouvernement actuel, agissant en maître de la « destruction et de la construction », érige une mosquée, démolit le centre culturel d’Atatürk (AKM) pour ensuite le reconstruire, envisage de démolir le parc Gezi pour y reconstruire une caserne d’artillerie de l’époque ottomane, détruit l’emblématique et historique salle Emek pour la reconstruire dans un centre commercial, et ainsi de suite.

 Image 1 : Rencontre pour l’excursion dans la place de Taksim. Photo : Sibel Akyıldız

Péra est également un lieu de résistance, où se déroulent les marches des femmes, des LGBTI+, ainsi que les manifestations du 1er mai et les rassemblements des Mères du Samedi, pour n’en citer que quelques-uns parmi les plus importants. Sans oublier le mouvement Gezi, qui s’est combiné avec les protestations contre la destruction de la salle Emek : Pera est le théâtre de deux grandes manifestations qui ont lieu à seulement dix jours d’écart.

Tous ces événements sont accompagnés par la fermeture des salles de cinéma de quartier, autrefois des lieux de culture emblématiques. Les salles de théâtre, les librairies, des cafés devenus des lieux symboliques, sont contraints de fermer leurs portes car les bâtiments qui les abritent sont vendus à de grands entrepreneurs qui transforment ces espaces en lieux de consommation. Les habitués désertent le quartier, les festivals se déplacent vers d’autres parties de la ville : Pera est ainsi en quelque sorte abandonné aux magasins et aux cafés fréquentés principalement par les touristes de passage.

Les quartiers de Galata et de Pera : une brève histoire

Comme mentionné précédemment, ces deux quartiers acquièrent leur importance historique pendant la colonisation génoise au XIIe siècle. À cette époque, Galata est un port très important tandis que Pera, situé en hauteur par rapport à Galata, acquière une signification symbolique : situé à la périphérie de la capitale byzantine, il est presque extérieur à celle-ci. En effet, le terme “Pera” dérive de l’ancien grec et signifie littéralement “extrémité” ou “frontière” (Belge, 2018). Ainsi, il désigne en quelque sorte la zone la plus éloignée de Byzance, celle qui est « au-delà ». Cette distinction se maintient pendant la période ottomane, permettant à Pera de préserver certains « privilèges », comme nous l’examinerons plus en détail dans la suite de cet exposé.

Qui dit port, dit également mouvement, commerce et échanges. En effet, Galata et son voisin Pera sont deux quartiers de l’Empire en perpétuel mouvement, dynamiques et transformés par les nécessités des échanges. Les voyageurs doivent les traverser pour accéder à la ville, comme le décrit si bien Ihsan Oktay Anar dans son roman “Atlas des continents brumeux” (Actes Sud, 2001). Ce sont deux quartiers encore plus agités à une époque où « le mouvement » est roi, c’est-à-dire au 19ème siècle. Lors de la conquête de Constantinople, les quelques églises situées à l’intérieur des murs de la capitale ont été déplacées « de l’autre côté », tandis que le développement des relations diplomatiques a conduit l’Empire ottoman à offrir aux pays étrangers des terrains dans le quartier de Pera pour y établir leurs ambassades. Avec la Révolution industrielle, période pendant laquelle l’Occident a consolidé sa suprématie, Galata est devenue « la douane » de l’Empire, non seulement en termes de commerce, mais aussi en ce qui concerne les mœurs et les pratiques quotidiennes. Galata et Pera ne représentent pas seulement « l’autre rive » de la Corne d’Or, mais aussi le berceau d’une vie culturelle florissante.

C’est donc par ce quartier que le « moderne » est entré sur le territoire ottoman : le premier lavage du linge à sec, les premiers cigares hawaïens, le concept de pompes funèbres, des cafés-concerts et aussi les spectacles cinématographiques ! (Belge, 2018 )

La place Taksim

La place Taksim a été aménagée telle qu’elle est aujourd’hui en 1928, sur décision des fondateurs de la jeune république, afin de marquer sa fondation. Selon Mete Tunçay, depuis plus de 200 ans, cette place est le théâtre de conflits entre trois courants de pensée différents, qui l’ont façonnée. Ces courants sont : l’islamisme, le positivisme-occidental et le socialisme (Mete Tunçay, https://hatirlayansehir.hakikatadalethafiza.org/taksim-meydani/ dernier accès 18.02.2024)  En effet, comme le souligne Tunçay, tandis qu’en 2018 on démolit le centre culturel Atatürk (AKM), symbole de la politique culturelle républicaine, on élève la mosquée de Taksim en vis-à-vis, comme pour symboliser la chute d’une idéologie face à celle qui est au pouvoir depuis 20 ans. Par ailleurs, cette mosquée, qui domine la place, fait symboliquement ombrage au parc Gezi. Cela signale en quelque sorte la fin d’une période où le quartier était renommé par ses activités commerciales et culturelles, au profit de sa transformation en un centre commercial de plein air, horizontal, dépourvu de toute particularité.

On a peine à imaginer qu’il y a quelques décennies, au coin de la rue Sıraselviler, sur la droite, se trouvait le café Eftolofos (aujourd’hui la terrasse du Burger King), avec ses grandes baies vitrées donnant sur la rue. Ses habitués, comme Sait Faik Abasıyanık, auteur de nouvelles et de romans et poète, ou encore Ayşe Saşa et Bülent Oran, scénaristes de nombreux films turcs, pouvaient y épier les passants et s’inspirer tandis qu’ils se rendaient peut-être au cinéma Majik, qui se trouvait juste en face.

Voici donc les salles de cinéma que les “flâneurs” décrits par les romanciers turcs, d’Ahmet Mithat à Leyla Erbil, ont probablement fréquentées, déambulant dans la Grande Rue de Pera et appréciant, entre deux films, les délicieuses profiteroles de l’Inci Pastanesi ou les excellents chocolats du café Lebon.


1. Le cinéma Majik :Cette salle (aujourd’hui devenue l’hôtel Sofitel), qui se trouve à l’entrée de la rue Sıraselviler, est le premier bâtiment, en 1914, à être conçu comme une salle de cinéma par l’architecte Giulio Mongeri. Comme il a été souligné plus haut, les projections cinématographiques ont lieu dans des espaces où l’on pratiquait d’autres formes de spectacles.  Plus tard, les salles de théâtre se transformeront en salles de cinéma et s’équiperont de façon à constituer un cadre sécurisé et confortable pour les projections. Dans ce sens, Majik est conçu et construit « avec les dernières technologies, assurant le confort de ses invités » (H. K. Altun Taşdemir,  Beyoğlu’ndaki sinema mekânlarının toplum ve mimarlık ilişkişlerinde metalaşma bağlamında dönüşümü: Majik sineması, 2019)

2. Le premier exploitant de cette salle est Halil Kamil Bey, fondateur de l’une des premières maisons de production et de doublage, Ha-Ka Film, en 1934.  Sous l’influence de la vague de turcisation qui touche le secteur de divertissement, les noms des salles aux sonorités occidentales changent et, en 1938, Majik devient Taksim, Yeni Taksim en 1944, puis Venus en 1946. En 1970, elle sera exploitée par le théâtre national (Devlet Tiyatroları). En juin 1976, Fahrettin Aslan, connu comme étant « le roi des music-hall »  loue le bâtiment et dorénavant celui-ci brille sous le nom de Maxim où accourt un nouveau public pour écouter chanter les plus grands noms comme par exemple Zeki Müren, Ajda Pekkan, Bülent Ersoy ou encore Sezen Aksu, pour ne citer que les plus populaires.  La salle, d’abord salle de cinéma puis de concert, connait ainsi une destin inverse à une majorité d’autres, d’abord salles de théâtre avant d’être consacrées au septième art.

3. Kosmograf : La deuxième salle évoquée est le Kosmograf, situé sur la Grande Rue de Pera, en descendant de Taksim vers Galatasaray, après le Consulat français. Les informations sur cette salle sont rares, mais elles indiquent qu’elle projetait principalement des films de séries B ou de seconde projection, souvent des films d’aventure destinés à un public plutôt jeune. Par la suite, elle a été rebaptisée successivement Nuvo, puis Halk et enfin Halkevi ve Opereti, selon Mustafa Gökmen (Eski İstanbul Sinemaları, 1991: 57)

4.Fitaş et Dünya : les années 50 ont vu l’émergence du premier complexe cinématographique à Istanbul, marquant ainsi un tournant dans l’histoire du cinéma local. “Dünya” et “Fitaş” se sont imposés comme des pionniers de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de « multiplexe ». Dotés d’une capacité respectivement de 1000 et 1500 spectateurs, ces deux cinémas faisaient partie d’un complexe composé de deux salles de cinéma distinctes accessibles par une unique entrée, ce qui était novateur pour l’époque. Tandis que le cinéma Fitaş proposait principalement des “films populaires”, destinés à divertir un large public, Dünya se distinguait en incluant dans sa programmation des “films intellectuels”, offrant ainsi une large diversité de choix aux cinéphiles de la ville.

5. Lale: Le bâtiment qui abrite le cinéma Lale fut érigé dans les années 30 par un certain « Börekçi Çeyrek Hasan », avec le dessein d’investir dans la Grande Rue de Pera. En 1954, Cemil Filmer, l’un des premiers directeurs de la photographie de la période pré-républicaine et un important exploitant de salles de cinéma, en devient propriétaire. Il dirige un réseau de salles couvrant toutes les grandes villes de Turquie. Dans les années 50, le cinéma devient l’activité de prédilection, quasiment exclusive, de la population turque. Le nombre de productions augmente parallèlement au nombre de spectateurs, et le réseau des salles de cinéma se déploie dans tout le pays. Lorsque Cemil Filmer prend en charge la gestion du cinéma Lale, il promet d’introduire une nouvelle approche promotionnelle des films. Il importe alors un concept d’affichage grandiose : les lanternes de cinéma (sinema fenerleri). Ce dispositif consiste à reproduire le photogramme d’un film sur un papier aux dimensions gigantesques, en trois dimensions, recouvrant ainsi presque toute la façade de la salle. Ces affiches sont éclairées par l’arrière pour produire un effet tridimensionnel saisissant.

6.Alkazar: en 1923, l’établissement a ouvert ses portes sous le nom de Electra, avant d’être rebaptisé Alkazar en 1925. Située sur la Rue İstiklal, la salle se distingue par son architecture qui reflète divers courants de l’époque. Elle est principalement connue pour projeter des films d’aventure à des prix plus abordables que ses concurrents. Dans les années 70, comme beaucoup d’autres cinémas de l’époque, l’Alkazar a principalement proposé des films érotiques. L’industrie cinématographique turque, traversée par une crise économique, est alors dominée par des “comédies érotiques-soft porno”. Pendant cette période, la salle de projection inférieure est convertie en salle de billard et bar à bière (Istanbul, 1994, p.205). Au début des années 90, la Turquie est devenue membre d’Eurimages, un fonds de soutien culturel à l’initiative du Conseil de l’Europe. Grâce aux efforts de personnes telles que Onat Kutlar et Yılmaz Zafer, l’Alkazar a pu rejoindre le réseau des salles Eurimages et bénéficier d’un soutien financier. Elle est transformée en un nouveau cinéma comprenant trois salles, où sont projetés des films étrangers et turcs « indépendants ». Cependant, malgré ces soutiens, le cinéma n’a pas pu échapper à la transformation du quartier et a dû fermer ses portes jusqu’à ce qu’il soit loué par Nike et rebaptisé Hope Alkazar, en 2021.

Notre excursion s’est poursuivie jusqu’à arriver devant deux grands complexes voisins, abritant ensemble cinq salles de cinéma. Ils sont séparés par la ruelle Yeşilçam et revêtent une importance particulière en ce qu’ils illustrent de manière frappante la politique “culturelle” et la destruction de la mémoire urbaine entreprise par le gouvernement de l’AKP : il s’agit des appartement Deveaux et du Cercle d’Orient. Seda Kula Say et Lorans Tanatar Baruh expliquent qu’au début du XXe siècle, il y avait 11 cinémas dans et autour du Cercle d’Orient. Le cœur de l’industrie cinématographique battait à cet endroit, surtout pendant la période républicaine. La rue Yeşilçam, située entre le Cercle d’Orient, le cinéma Emek et les appartements Deveaux, a été identifiée au cinéma turc et a donné son nom à la culture cinématographique d’une certaine époque (N. Özlü, 2016/3 : 27) 

7.Gaumont-Luxembourg, Gloria et Saray :  cette salle était située dans les bâtiments qui abritent aujourd’hui le centre commercial Demirören. Construits en 1875 à la suite du grand incendie qui ravagea le quartier, ces bâtiments furent commandés par Monsieur Deveaux, directeur général de la Banque ottomane. D’abord nommés les appartements Deveaux, puis les appartements Luxembourg, ils accueillirent dès 1913 le cinéma Gaumont (Gomon) (M. Gökmen p:6). À cette époque, tandis que les grandes résidences du quartier étaient se transformaient progressivement en boutiques et/ou cafés, la puissante entreprise cinématographique française Gaumont décida d’y établir sa salle pour rivaliser avec son grand concurrent, Pathé. Juste avant le début de la Première Guerre mondiale en 1914, Gaumont devint Luxembourg, puis Gloria en 1930, pour finalement être rebaptisée Saray à partir de 1933. Cette salle devint l’une des plus importantes du quartier, un centre culturel, accueillant non seulement les premières des grands films turcs ou étrangers de l’époque, mais également des concerts de chanteurs de renommée internationale tels que Joséphine Baker, Charles Trenet, Maurice Chevalier et Louis Armstrong. On faisait jouer dans la rue des orchestres qui attiraient les spectateurs. En 1980, le bâtiment emblématique de la Grande Rue de Pera fut vendu à la famille Demirören, qui le transforma en un centre commercial abritant aujourd’hui le cinéma Pink. (pour les débats sur cette « restauration » voir : K. Gümüş, 2011 Modernlik, Modernlistlik, Kitsch ve Cürüm, https://www.arkitera.com/gorus/modernlik-modernistlik-kitsch-ve-curum/dernier accès: 17.02.2024)

8.Melek-Emek : comme souligné plus haut, l’histoire du complexe immobilier du Cercle d’Orient, situé à l’intersection de la rue İstiklal et de la rue Yeşilçam, témoigne tout à la fois de la culture du divertissement pendant la période républicaine, des transferts de richesse à travers l’impôt sur la fortune, et de la lutte contre la transformation récente du quartier basée sur le marché de l’immobilier (Image 2).

Conçu par Alexandre Vallaury, célèbre architecte levantin de l’époque, pour Ibrahim Paşa, l’un des vizirs de la Première Monarchie constitutionnelle, le bâtiment du Cercle d’Orient fut achevé en 1883. À l’origine, le terrain derrière la bâtisse était utilisé en tant que club des chasseurs de Constantinople, jusqu’à la construction du Skating Palace en 1909. Le Cercle d’Orient, un édifice polyvalent, abritait une patinoire, une salle de bal, ainsi que diverses salles de spectacle, concert et projections. (Akçura, 2020). Au fil du temps, des salles de théâtre et de cinéma furent ajoutées à la parcelle, plus tard nommées les cinémas İpek et Rüya. En 1924, avec la construction de l’immeuble Melek et la rénovation du Skating Palace, la parcelle trouva sa forme finale, et le cinéma Emek l’apparence qu’il possédait avant sa démolition, en 2013. Le cinéma Melek, du nom de l’immeuble auquel il était adossé, a été inauguré à cet emplacement en 1924 par les frères İpekçi. Son nom, qui signifie “ange” en turc, fait référence aux deux peintures art nouveau ou art déco de couleur jaune-orange représentant des anges, situées de part et d’autre de la scène.

Image 2 : L’entrée du batiment le Cercle d’Orient. Photo : Selin Aray

Melek se distingue comme l’un des cinémas les plus modernes d’Europe (Evren, 98 : 76) ouvert dans les premières années de la République turque. Il est réputé pour s’adresser à un public d’élites, et on s’arrache ses billets largement en amont de la date de projection des films. Le cinéma disposait de deux grands foyers et de balcons s’ouvrant de chaque côté de la salle. Les loges du rez-de-chaussée étaient devenues un lieu de sociabilité, ajoutant ainsi une valeur particulière au lieu. On y projette les films Hollywoodiens les plus populaires et, comme le précisent Sula et Yorgo Bozis, les spectateurs s’y rendent habillés comme pour aller à un bal. (Bozis, 2014 : 28 )

En 1945, la municipalité d’Istanbul achète le bloc du Cercle d’Orient, comprenant les cinémas İpek et Sümer, ainsi que le cinéma Melek.

Lorsque la famille İpekçi ouvre le Yeni Melek en 1954, le cinéma Melek commence à perdre de son prestige d’antan. Les films populaires sont montrés au Yeni Melek, faisant de ce dernier le nouveau lieu de rencontre de la haute société. En 1957, l’immeuble du Cercle d’Orient est vendu à la Caisse d’épargne (Emekli Sandığı), après avoir été mis en vente à deux reprises par la municipalité en 1951 et 1956. À cette époque, la Caisse d’épargne fonde la société Emek Film et rebaptise le cinéma : Emek. Les deux cinémas qu’il reprend, l’Emek et le Sümer (Rüya Sineması), sont rénovés simultanément, et tous deux rouvrent leurs portes avec la projection du film “La donna più bella del mondo” (La plus belle femme du monde). La salle est définitivement fermée en 2009, détruite lors de la « restauration » du Cercle d’Orient, transféré au troisième étage du bloc. Cette destruction suscite de vives protestations parmi le public, sévèrement réprimées par les forces de l’ordre. (Pour se remémorer les étapes de cette destruction et l’organisation des protestations vous pouvez regarder le documentaire : Özgürleşen Seyirci: Emek Sineması Mücadelesi https://vimeo.com/187255898 (dernier accès 17.01.2024)

9.Atlas : ce cinéma est un exemple intéressant à étudier car il est l’un des derniers vestiges de l’âge d’or des cinémas de quartier, aujourd’hui presque tous disparus, et l’un des rares, avec le cinéma Beyoğlu et l’Hope Alkazar, à continuer ses activités cinématographiques. Construit au lendemain du grand incendie de 1870, le bâtiment, composé de deux grands blocs, était à l’origine une résidence d’hiver appartenant à Agop Köçeyan, un riche commerçant renommé et proche du Sultan Abdülaziz. Après que la famille Köçeyan eut émigré vers l’Europe en 1922 et avec l’avènement de la République, le bâtiment fut nationalisé et transféré au Trésor. En 1948, il fut acquis par la famille Borovalı, une riche famille d’immigrants balkaniques, et transformé en une salle de cinéma d’une capacité de 1 860 places. Elle est l’une des plus majestueuses salles d’Istanbul. Les films des grands studios américains tels que la MGM, la Fox et la Columbia y étaient projetés, ainsi que des opérettes, des ballets et des concerts de chanteurs internationaux comme Adamo, par exemple. A la fin des années 60, la rue Istiklal commence à perdre son caractère “élitiste” et les habitués préfèrent se retrouver dans de nouvelles salles implantées dans un nouveau quartier, à Şişli. Le complexe dans lequel se trouve le cinéma est racheté par le ministère de la culture en 1989. Le bâtiment entier subit une restauration méticuleuse sous l’auspice du ministère pour y installer le musée du cinéma d’Istanbul dans la partie A et conserver le cinéma Atlas (dorénavant nommé Atlas 1948) dans la partie B. Le cinéma brille de toute sa splendeur comme pour défier le complexe du Cercle d’Orient, dont plus rien ne permet aujourd’hui de deviner le passé.

Image 3 : Beyoğlu sineması dans le Passage d’Halep. Photo : Sibel Akyıldız

10.Beyoğlu : autrefois connu sous le nom de Beyoğlu Ses, ce cinéma est situé juste en face du complexe abritant le cinéma Atlas. Il se trouve dans le passage Halep et a été construit en 1885 dans un style néo-renaissance (Image 3). Aujourd’hui, seule sa façade d’origine subsiste. Le bâtiment subit des transformations dès 1889 et devient un lieu de spectacle, accueillant des cirques, des théâtres, des opéras, et bien d’autres événements culturels. C’est en 1989 (100 ans après son inauguration en tant que lieu de spectacle) qu’il ouvre de nouveau ses portes en tant que salle de cinéma. Depuis sa première saison en 1990, le cinéma de Beyoğlu a accueilli de nombreux festivals de films. En 1994, il est devenu le premier cinéma de Turquie à être accepté comme membre du réseau “Cinéma européen Eurimages”, établi sous l’égide de l’Union européenne. Le cinéma Beyoğlu a apporté une contribution significative au cinéma turc dans les années 2000, alors que le nombre de productions locales diminuait progressivement et que celles-ci trouvaient difficilement à être projetées. Le cinéma de Beyoğlu, qui abrite deux salles nommées “Beyoğlu” et “Pera”, a été l’un des lieux les plus importants du cinéma indépendant pendant de nombreuses années. En plus de la place importante qu’il occupe dans l’histoire des salles de cinéma d’Istanbul, ce cinéma est emblématique de la lutte et de la résistance menées par les établissements indépendants contre les multiplexes. En effet, bien qu’il ait été au bord de la fermeture dans les années 2000, le cinéma Beyoğlu a survécu grâce à une campagne lancée par des artistes, des écrivains et des cinéphiles. Cependant, des changements concernant sa gestion et des difficultés financières accrues à la suite de la pandémie de Covid-19 ont plongé le cinéma dans une période sombre. Finalement, grâce à l’intervention de la municipalité d’Istanbul, le cinéma Beyoğlu a eu une seconde chance. Sa restauration et sa réouverture ne se sont pas limitées à une simple rénovation architecturale mais ont également témoigné de l’engagement de la ville à préserver et à promouvoir son patrimoine cinématographique (https://www.birgun.net/makale/zaman-yolculugunda-beyoglu-sinemasi-473828).

Image 4 : Panneau indiquant l’ancien emplacement du Bistrot Sponeck. Photo : Selin Aray.

11.Le bistrot Sponeck : situé au numéro 3 de la rue Meşrutiyet, en face du lycée Galatasaray, ce bistrot est le lieu où a été réalisée la première projection publique payante en 1896 par Henri Delavallée, peintre de l’école de Pont-Aven (Image 4). À la recherche d’inspiration orientaliste, Henri Delavallée s’installe pour deux ans avec sa femme à Constantinople, où il profite de l’occasion pour présenter les « nouveautés » parisiennes à un public enthousiaste, attiré par ces spectacles dernier cri, dont l’affiche annonce qu’ils « font courir tout Paris ». (Balan, 2015 : 189-190). Sans aucun doute, l’emplacement du bistrot, en plein centre de la Grande Rue de Pera et en face du lycée impérial, devait favoriser l’attrait de ces projections. Aujourd’hui, l’emplacement du bistrot, dont il ne reste plus aucune trace, est simplement mentionné par une enseigne sur le bâtiment.

12.Le théâtre Pathé-Frères (Le théâtre des Petits-Champs) : il s’agit de la première salle de cinéma de la capitale. Comme il a été souligné précédemment, les projections cinématographiques étaient initialement intégrées à d’autres formes de divertissement, se déroulant dans des lieux conçus à cet effet. L’une des pionnières de l’industrie cinématographique en France et dans le monde, la maison Pathé Frères, inaugure à partir des années 1905 ses premières salles « sédentaires”, spécifiquement dédiées aux projections cinématographiques, à travers le monde. Dorénavant, ce sont les cinémas qui accueillent parfois d’autres formes de spectacle. Quant au Théâtre Pathé Frères à Constantinople, il ouvre ses portes en tant que cinéma en 1908, exploité par Sigmund Weinberg, l’un des pionniers du cinéma en Turquie. Cosmopolite, commerçant spécialisé dans la photographie, il aspire à poursuivre une carrière dans le cinéma (Erdoğan, 2019 : 698). Cette première salle ne se trouvait pas, comme les autres salles précédemment évoquées, sur la Grande Rue de Pera, mais plutôt dans une rue parallèle, à Tarlabaşı. Elle était située dans les jardins Petits-Champs, en face du grand hôtel Pera Palace. De son ouverture jusqu’en 1958, date à laquelle il a été décidé de démolir le bâtiment, elle a porté différents noms : en 1918 « Amphi », en 1924 “Asteri “, “Ses “. Aujourd’hui à la place de ce cinéma se trouve les studios de la TRT, la chaine de télévision nationale.

13.Elhamra : Notre avant-dernier arrêt a été le cinéma Elhamra, situé dans le passage Elhamra, au numéro 320 de la rue de l’İstiklal. Ce passage a été construit à la fin du 19ème siècle. En 1923, le théâtre français, appartenant à l’Union française, a été transformé en une salle de cinéma suite à un changement de propriétaire, désormais Arapzade Sait Bey. La principale préoccupation des nouveaux exploitants, la famille İpekçi, était de rivaliser avec leurs concurrents en offrant un confort accru à leurs clients, notamment avec des sièges mesurant 120×120, une technologie de projection de pointe et une sélection soignée de films. Nous savons par des coupures de journaux de l’époque que “The Jazz Singer” (1927), le premier film sonore américain, par exemple, a été projeté ici. De même, les premiers films majeurs de Muhsin Ertuğrul, qui ont accompagné la naissance de la république comme “Leblebici Horhor” (Horhor vendeur de pois chiches, 1923), “Ankara Postası” (Le postier d’Ankara, 1929) ou encore “Bir Millet Uyanıyor” (Une nation s’éveille, 1932), y ont été projetés. Le premier film sonore et la première coproduction du cinéma turc, “Istanbul Sokaklarında” (Dans les rues d’Istanbul, 1931), y a également fait sa première. Nous savons par ailleurs qu’Atatürk aimait venir regarder des films dans cette salle lorsqu’il se trouvait à Istanbul. Le destin de cet établissement allait être le même que celui des autres salles de la rue : dans les années 70-80, il ne ne diffuse que des films érotiques. Il est définitivement fermé suite à un incendie, en 1999.

14.Ciné Central-Şafak-Cumhuriyet-Zafer : ce cinéma ouvre ses portes en 1912 sous le nom de Ciné Central, au sein du complexe Suriye (Suriye Han) appartenant à Ahmet Abud Efendi. Les premiers exploitants de cette salle sont, selon les Bozis,  Kiryakopoulos et Yorgo. En 1927, parallèlement à la turcisation des enseignes du au changement des propriétaires, son nom devient Şafak, puis Cumhuriyet en 1928 et enfin Zafer en 1938.  Les billets de cette salle sont moins chers que ceux des autres salles du quartier. On y projette essentiellement des films étrangers de deuxième projection. Aujourd’hui, il ne reste aucune trace de ce cinéma, mais le passage Suriye conserve son importance dans l’histoire du cinéma turc, car il apparaîtra dans l’un des films les plus importants du cinéma turc des années 90, “Eşkiya” (le Bandit, 1996, Yavuz Turgul), un film symbole du redressement de l’industrie cinématographique après la grave crise qu’elle traverse dans les années 70 et 80.

Image 5 : A l’entrée du Passage Suriye. Photo : Sibel Akyıldız.

Avant de terminer notre excursion, nous nous sommes arrêtés devant l’Église Sainte Antoine où se trouvait, avant sa construction en 1912, deux cafés-concerts, le Concordia et le Trocadéro (Image 5). Nous savons qu’on Concordia, des spectacles cinématographiques ont été projetés entre les chansons et les danses, pendant les deux premières années de son exploitation.

Références :

Abasıyanık Sait Faik (2020), Eftalikus’un Kahvesi, Seçme Hikayeler, İş Bankası

Altyazı’nın Gayrı resmi ve Resimli Sinema Sözlüğü (2015) 150. Özel Sayı, BU, Mithat Alam Film Merkezi

Akçura Gökhan (2020), Beyoğlunda Bir Paten Sarayı : Skating Palace, https://manifold.press/beyoglu-nda-bir-paten-sarayi-skating-palace (dernier accès 15.02.2024)

Birgün Kültür Sanat (2023) Zaman Yolculuğunda Beyoğlu Sineması, https://www.birgun.net/makale/zaman-yolculugunda-beyoglu-sinemasi-473828 dernier acces 14.02.2024

Bozis Sula, Bosiz Yorgo (2014), Paris’ten Pera’ya Sinema ve Rum Sinemacılar, YKY

Erdoğan Nezih (2017), Sinemanın İstanbul’da İlk Yılları, Modernlik ve Seyir Maceraları, İletişim


Erdoğan Nezih (2019), Early cinema-going and the emergence of film culture: The first Pathé Cinema Theatre opens in Istanbul (1908), Paritcipations, Journal of Audiance & Reception Studies, Vol 16/1

Evren Burçak (1995), Sigmund Weinberg, Türkiye’ye Sinemayı Getiren Adam, Milliyet


Evren Burçak  (1998) Düş Şatoları: Eski İstanbul Sinemaları, Milliyet

Evren Burçak  ( 2022), Düş Bahçeleri: İstanbul’un Yazlık Sinemaları Tarihi, İBB Kültür AŞ.

Gökmen Mustafa ( 1991) Eski İstanbul Sinemaları, İstanbul Kitaplığı

Hatırlayan Şehir Taksim’den Sultanahmet’e Mekan ve Hafıza, https://hatirlayansehir.hakikatadalethafiza.org/ (dernier acces 18.02.2024)

Gümüş  Korhan (2011), Modernlik, Modernistlik, Kitsch ve Cürüm, https://www.arkitera.com/gorus/modernlik-modernistlik-kitsch-ve-curum/  (dernier acces: 17.02.2024)

Medyascope Haber (2023) Kapısına Kilit Vurulacaktı, Sinemaseverlerle Buluştu: Beyoğlu Sineması Yeniden Açıldı https://medyascope.tv/2023/10/04/kapisina-kilit-vurulacakti-sinemaseverlerle-bulustu-beyoglu-sinemasi-yeniden-acildi/ (dernier accès 15.02.2024)

Özgürleşen Seyirci: Emek Sineması Mücadelesi (2016), Emek Bizim İstanbul Bizim İnisiyatifi, https://vimeo.com/187255898 (dernier accès 18.01.2024 )

Özlü Nilay (2016) “Dönüşen Beyoğlu Üzerine Notlar: Cerle D’Orient ve Emek Sineması Örneği”,  (ed: N. Özlü, S. Kula Say, L. Tanatar Baruh, B. S. Coşkun)

Emek Sineması, Cercle D’Orient ve Bir Beyoğlu Hikayesi , Mimar.İst Scognamillo Giovanni (2010), Türk Sinema Tarihi, Kabalcı

Taşdemir Hatice Altun (2019) Beyoğlu’ndaki sinema mekânlarının toplum ve mimarlık ilişkişlerinde metalaşma bağlamında dönüşümü: Majik sineması, yayınlanmamış YL Tezi, Mimar Sinan Üniversitesi, Fen Bilimleri Enstitüsü


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gülçin Erdi (20 mars 2024). De La Grande Rue de Pera à Istiklal : Les salles de cinéma comme lieux de mémoire urbaine. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1r2


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/04/2024

    […] De La Grande Rue de Pera à Istiklal : Les salles de cinéma comme lieux de mémoire urbaine, par le Dr. Ayşe Toy Par, sur le Carnet Observatoire Urbain d’Istanbul ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search