ElectrOUI num 0 – 30/10/2000

Pour inaugurer cette nouvelle année de travail, l’OUI a décidé de lancer une petite (et modeste) lettre électronique, de façon à informer régulièrement partenaires et correspondants de ses activités et des « événements » relatifs à Istanbul. La Lettre d’Information-papier lancée en 1989 sera donc remplacée partiellement par cette missive, en attendant la Lettre de l’ensemble des Observatoires Urbains du pourtour méditerranéen (en projet). En effet, l’OUI publie dans le cadre de la nouvelle collection « Dossiers de l’IFEA. Série Turquie d’aujourd’hui. Mention OUI», des études précises, que nous espérons rapidement mettre « en ligne ». Le premier « dossier », paru en décembre 1999, concernait le séisme d’août 1999. On peut le commander gratuitement à l’IFEA, dans la limite des stocks disponibles. Le deuxième est sous presse (« Bibliographie d’Istanbul »). D’autres sont en chantier, dont ELECTROui signalera la parution dans les meilleurs délais. Tous ces changements, ainsi que la volonté de procéder plus rapidement, nous ont donc conduits à opter pour le médium électronique.

Cette lettre se veut avant tout pratique. Elle est destinée à donner des informations à ceux qui ne sont pas sur place. Par ailleurs, ses initiateurs souhaitent qu’elles deviennent un lieu de débats et d’échanges pour tous ceux qui s’intéressent à l’Istanbul contemporain. ELECTROui concrétisera, en quelque sorte, le réseau que nous nous efforçons de constituer et pourra être le forum des « istamboulistes », si l’on peut se permettre ce néologisme. En d’autres termes il s’agit, sur un mode souple, de donner corps à une « communauté scientifique et d’intérêts» en cours de structuration, dont l’OUI a vocation à être un pôle de référence.

En conséquence, c’est une tribune ouverte. Et toutes les contributions et informations seront bienvenues pour donner corps et vie à celle-ci. Nous espérons donc donner seulement l’impulsion nécessaire pour que la mise en réseau puisse ensuite s’opérer activement et fructueusement.

L’architecture de la lettre –susceptible d’être modifiée au gré des propositions et au fil de l’expérience- pourra être la suivante :

  • “L’OUI informe”
  • Chronologie stambouliote
  • Calendrier : événements à signaler
  • Bibliographie : parutions à signaler
  • Débats et recherches en cours

Cette architecture n’est pas impérative et contraigante. Certaines rubriques pourront ne pas être abondées chaque fois ; tout dépendra de l’actualité, des urgences et du temps que chacun pourra accorder à cette entreprise.

Pour conclure

Nous attendons évidemment vos réactions et propositions –ainsi que votre implication-, de manière à pouvoir perfectionner cet outil qui ne doit pas être conçu comme la propriété d’une personne, mais plutôt comme un outil commun, le plus fonctionnel possible. N’hésitez pas par ailleurs à nous communiquer les coordonnées de personnes ou d’institutions qui souhaiteraient recevoir ELECTROui.

«L’OUI informe » projets de l’Observatoire Urbain pour 2000-2001

Vous trouverez ci-dessous un résumé des activités et programmes de recherche de l’OUI prévus pour l’année à venir. Chacune des ces activités et chacun de ces programmes ont besoin de votre collaboration et de votre participation pour être menés à bien. Aussi devions-nous vous tenir informés dès le début de l’année

1 ) Les “visites” et “excursions” mensuelles d’Istanbul sont maintenues, le mercredi matin.

Dans la continuité de ce qui a été entrepris l’année dernière, nous poursuivons -toujours le mercredi matin-, nos visites de l’Istanbul contemporain, dont l’objectif reste la collecte d’informations (sous diverses formes : photographies, entretiens, documents administratifs, techniques ou cartographiques) et la rencontre d’informateurs, identifiés au préalable ou non. En somme, il s’agit d’un travail de terrain, de familiarisation et de repérage avec un espace métropolitain qui demeure encore trop peu “exploré”. Les “visites” de l’année précédente ont permis d’amasser de la littérature grise, des relevés et des photographies, qui sont désormais à la disposition des chercheurs, à la bibliothèque de l’IFEA ou dans le local de l’OUI. Chaque visite fait l’objet d’une préparation la semaine qui précède et peut donner lieu à un petit séminaire-bilan informel.

  • 27 septembre 2000 : Üsküdar : Büyük Çamlıca, Kirazlıtepe et Beylerbeyi ; les mutations des rives du Bosphore.
  • 25 octobre 2000 : Kadıköy : Fikirtepe, Kozyatağı, İçerenköy : de Carrefour aux gecekondu(s) en voie de destruction.
  • 29 novembre 2000 : Güngören : le nouveau centre-textile de MERTER
  • 20 décembre 2000 : la rive nord de la Corne d’Or : Hasköy, Sütlüce ; restauration, dégradations et grands travaux (le nouveau centre de Congrès).
  • 31 janvier 2001 : Maslak et Ayazpaşa : les nouveaux centres tertiaires d’Istanbul
  • 21 février 2001 : Beylikdüzü et Bahçeşehir : coopératives de construction et ville nouvelle en extrême périphérie.
  • 28 mars 2001 : le métro d’Istanbul, de 4. Levent à Yenikapı : réalisations et chantiers.
  • 30 mai 2001 : les transformations de Zeytinburnu, un ancien quartier de gecekondu gagné par le commerce.
  • 27 juin 2001 : Çekmeköy (arrondissement d’Ümraniye), une belediye périphérique en pleine transformation.

Modalités pratiques : départs : 9h. Retours : vers 14 h.

Les personnes intéressées sont priées de se faire connaître auprès de la secrétaire de l’IFEA (Ayfer, 244 17 17, poste 111) ou des responsables de l’OUI (244 17 17, poste 116 ou ouistanbul@hotmail.com) un certain temps avant les visites ; le plus tôt possible pour les personnes venant de l’étranger et souhaitant le cas échéant un programme spécial. Pour payer le diesel de la camionnette qui sert à nous transporter une PAF de 500.000 LT sera demandée à chaque participant.

2) Poursuite du programme régional comparatif (PCRD/MAE) “Risques, gestion et vie urbaines dans les grandes métropoles”.

Parallèlement au travail d’échanges, d’accumulation et de traitement de données sur cette thématique, une rencontre sur “Séismes, pouvoirs locaux et sociétés civiles” devrait se tenir à Istanbul en janvier 2001. A cette occasion, on peut rappeler qu’un deuxième “Dossier de l’IFEA. Série “Turquie d’aujourd’hui”, sur les séismes, est à paraître…

pour plus d’informations cf. notre page programmes de recherche : risques urbains

3) Organisation d’une école doctorale sur les “mobilités et migrations internationales et inter-régionales dans les grandes métropoles”, à l’IFEA, au printemps 2001.

Cette session est programmée avec le soutien du MAE, dans le cadre de la coordination entre les Observatoires Urbains du Pourtour Méditerranéen. Un appel d’offre va être lancé rapidement en direction à la fois d’éventuels intervenants et de participants-doctorants.

pour plus d’informations cf. notre page programmes de recherche : mobilités/migrations

4) Poursuite du programme de recherche sur les mobilités intra-urbaines.

Dans le cadre du programme CNRS “Le Caire-Istanbul-Téhéran”, les recherches seront cette année centrées sur le cas des mobilités trans-bosphoriennes, ainsi que sur les incidences de l’ouverture –tant attendue- du métro “Taksim-4.Levent” au milieu du mois de septembre 2000.

5) ”Le séminaire de l’OUI”

Ce séminaire est intitulé “Ils font Istanbul, ils travaillent à Istanbul : acteurs sociaux, politiques, économiques et administratifs de la mégapole”. Il s’agira de donner la parole à des responsables (pas nécessairement des décideurs au sens souvent trop étroit où le terme est fréquemment entendu) engagés dans la vie stambouliote. Pour l’instant, nous avons pensé à inviter un maire d’arrondissement, un responsable d’association, un entrepreneur, un haut fonctionnaire des pouvoirs locaux…Les témoignages et points de vue recueillis pourront faire l’objet d’une publication en collaboration avec une université d’Istanbul.

Les séances auront lieu à l’IFEA, chaque jeudi en début de mois, de 17h30 à 19h30.

Pour le programme : séminaires

6) Le projet de “coopération décentralisée” Istanbul-Genova-Marseille, en vue de la réhabilitation douce de Tarlabaşı.

7) Des projets de collaboration avec des institutions d’enseignement et de recherche françaises intéressées par Istanbul.

Des conventions et des accords doivent être signés, qui devront permettre une meilleure circulation des chercheurs et une contribution active de ceux-ci aux programmes de recherche de l’OUI.

8) Une exposition photos à l’IFEA

En collaboration avec le “Programme Turquie-mer Noire” (IFEA) sur les Roumains et les Moldaves à Istanbul, et une éventuelle participation au concours de photos de la Mimarlar Odası (“Mimarlık ve Kültürel Çoğulculuk”).

9) Encadrement d’un certain nombre de thésards sur Istanbul.

L’OUI s’efforce d’inciter jeunes chercheurs à travailler sur Istanbul (puis de les encadrer, de façon à combler le retard accumulé. Plusieurs thèses viennent d’ores et déjà d’être lancées : sur le problème de l’eau, sur les migrations, sur les tranports intra-urbains…

A ce propos, on ne peut qu’inciter nos collègues à faire savoir autour d’eux que des opportunités existent et qu’un vaste champ d’études demeure ouvert… à Istanbul

10) Projet de l’atlas satellital de l’aire urbaine d’Istanbul.

Dans la suite du colloque “Représenter Istanbul” (qui s’est tenu en mai 2000 à Istanbul), et en collaboration avec le CNES et la société “SCOT-Images” (et peut-être la mairie métropolitaine d’Istanbul), un travail d’analyse de l’imagerie satellitale d’Istanbul est en cours, qui pourrait déboucher sur une publication.

11) Publications

Actes du colloque de mai 2000 (“Représenter Istanbul”) et participation à Anatolia Moderna, publication du “Séminaire quartier” de 1999-2000, préparation de Dossiers de l’IFEA sur les enfants de la rue en Turquie et sur le quartier de Gazi…(en plus du bilan sur les séismes de 1999).

A cet égard, l’OUI est ouvert à toutes les propositions de publication de travaux inédits sur Istanbul : les travaux de maîtrise, de DEA ou de thèse, de qualité –soutenus en France ou ailleurs- peuvent être signalés et envoyés à l’OUI.

12) Les tâches du centre de ressources

Pour que l’OUI puisse être un véritable “centre de ressources”, plusieurs actions ont été entreprises :

  • élaboration d’un carnet d’adresses de l’OUI et d’une base de données des sites-internet utiles
  • informatisation du fonds de OUI stocké à la bibliothèque de l’IFEA
  • bases de données à partir des coupures de presse, sur FileMaker Pro.5
  • scannage des cartes et documents thésaurisés (l’inventaire est terminé et les acquisitions se poursuivent).
  • base de données des photographies capitalisées…
  • le site internet de l’OUI


Citer ce billet
Isabelle Gilles (2000, 30 octobre). ElectrOUI num 0 – 30/10/2000. Observatoire Urbain d'Istanbul. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/slrm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search