Juin-août 2003

Revue de presse établie à partir de la presse turque.

Principales sources  :

  • Zaman  : Z.
  • Cumhuriyet  : C
  • Özgür Bakış  : Ö-B
  • Yeni Gündem  : Y.G.
  • Sabah  : S
  • Sabah-İstanbul  : S-İ
  • İstanbul-Hürriyet  : İ-H
  • Türkiye  : Tü
  • Finansal Forum  : FF

Transports

  • Les travaux de construction du tunnel sous le Bosphore, dans le cadre du projet Marmaray, devraient débuter à la fin de l’année. Le coût du projet s’élève à 1,5 milliard $ et est financé par un crédit japonais. 03/06/03, R., p.3. D.1D.
  • La première étape des travaux de restauration de la voie ferrée Istanbul-Ankara, qui doivent permettre de réduire le temps de trajet de 8h à 3h10m, a débuté en présence du Premier Ministre, qui a qualifié cet événement de « révolution dans le secteur des transports ». La fin des travaux est prévue pour fin 2005. 09/06/03, R., p.7. D.1.
  • L’Association des handicapés moteurs (OFD) a obtenu gain de cause en février 2003 lors d’un procès engagé contre la Municipalité du Grand Istanbul relatif à la construction d’un ascenseur dans la passerelle piétonne d’Eminönü. Néanmoins, l’ascenseur n’est toujours pas en service. 26/06/03, R. p.5. D.1A.
  • Depuis l’installation le 1er juillet 2003, d’un système radar de contrôle du trafic dans le Boshore (Türk Boğazları Gemi Trafik ve Bilgi Sistemi), aucun accident n’a été enregistré. Jusqu’alors, 10 accidents en moyenne survenaient chaque mois sur le Bosphore, où circulent entre 130 et 140 navires marchands de toute taille chaque jour. 6/08/03, R., p.3. Ce système, installé pour une période d’essai de trois mois, devrait permettre l’observation complète du Bosphore d’ici un an. 01/07/03, C., p.8. D.20.
  • Le grand projet de la Municipalité d’Istanbul, qui prévoit la construction d’un réseau ferré permettant de parcourir Istanbul d’un bout à l’autre, est en cours de réalisation. 19 des 42 lignes de transport par voie ferrée (métro, tramway, funiculaire, LRT) prévus devraient être terminées fin 2005. L’ensemble du projet devrait quant à lui aboutir en 2023. À l’heure actuelle, le réseau ferré d’Istanbul ne représente que 7% de l’ensemble du réseau de transports publics. En 2005, ce pourcentage devrait s’élever à 19% (150 km de voie), et à 42% en 2023 (300 km de voie ferrée).
  • À compter du 1er août, les voyageurs du réseau de transports collectifs d’Istanbul pourront effectuer leurs changements (métro, tramway, autobus, bateau) durant une heure sans avoir à payer de supplément. 01/08/03, R. D.1A.
  • L’institution responsable du réseau de transports collectifs publics (IETT) s’est dotée d’une usine, située à Ikitelli (arrondissement de Küçükçekmece) destinée à la restauration des autobus. Grâce à cet investissement, le coût des restaurations ne devrait plus ‘élever qu’à un dixième du coût antérieur. 31/08/03, R., p.15. D.1À

Politique

  • Des militants du DEHAP se sont rassemblés sur la Rue Istiklal dans l’attention de faire une déclaration de presse réclamant une amnistie générale des prisonniers politiques et de meilleures conditions de détention pour Abdullah Öcalan. La police est intervenue avec des chiens et des bombes lacrymogènes et a dispersé le rassemblement. Des passants ont également été affectés par les gaz. 02/06/03, R., p.7. D.39.
  • Le plan du FMI pour 2003 limite à 35 000 le nombre d’emplois supplémentaires à pourvoir dans l’administration publique. Le gouvernement AKP envisage d’attribuer 15000 de ces 35000 postes au Ministère des affaires religieuses, ce qui lèserait les Ministères de la Santé et de l’Education, qui ne pourraient alors se voir attribuer les 3200 et 20000 postes respectivement prévus. La Direction des affaires religieuses, qui possède le 10ème budget du gouvernement, emploie à lui seul 76365 personnes, dont 64750 travaillent dans les 75000 mosquées que compte la Turquie. L’AKP prévoit de n’attribuer les 15000 postes prévus qu’au personnel des mosquées, ce qui porterait le total des employés des mosquées à 79750 personnes. 26/06/03, C. p.4, D.42. Par ailleurs, selon le Ministre des Affaires religieuses, certains imams utiliseraient son Ministère pour débuter une carrière de fonctionnaire dans d’autres ministères. 200 imams sur les 500, qui avaient une demande en 2003, ont ainsi obtenu leur mutations. 28/06/03, C., p.1, D.42.
  • La Fondation « Participation et Développement » (Katılım ve Gelişim Vakfı) a publié les résultats d’une enquête sur le « regard de la jeunesse sur les Droits de l’Homme », réalisée en collaboration avec le Mouvement Arı. L’enquête a été distribuée à 1223 jeunes âgés de 16 à 27 ans, dans 12 régions de Turquie. Une grande majorité d’entre eux considèrent que « Ne pas envoyer ses filles à l’école » (92%), « le fait que les plus démunis n’aient pas accès à des soins médicaux de qualité » (91%) et « le fait que les filles ne puissent entrer en classe avec leur voile » (88%), constituent des violations aux Droits de l’Homme. Les principales « institutions protectrices des Droits de l’Homme en Turquie » sont l’État pour 70% d’entre eux, la Cour européenne des Droits de l’Homme pour 62%, les associations de la « société civile » pour 59%, la police et l’armée pour 53%. 23/07/03, R., p.5. D.39.
  • Par ailleurs, cette fondation participe, en collaboration avec la Fondation Génération Europe basée en Belgique, au Projet de diffusion d’un agenda européen de 96 pages, distribué à des lycéens âgés de 15 à 18 ans dans tous les pays membres et candidats à l’union européenne. L’objectif est d’informer ces jeunes sur l’Union européenne. En Turquie, grâce aux sponsors mobilisés par le Mouvement Arı (Turkcell, Coca Cola, Yapı Kredi) et au soutien de l’Union européenne, 100 000 agendas seront distribués cet automne. Le projet a par ailleurs été dénoncé par le İşçi Partisi (Parti ouvrier)
  • 10/08, deux bombes ont été repérées et détruites par les équipes spécialisées de la police d’Istanbul, dans l’arrondissement de Şişli, à proximité de la direction départementale du parti AKP au pouvoir. L’organisation illégale d’extrême gauche DHKC (Front révolutionnaire de libération du peuple) a revendiqué l’attentat et déclaré qu’il avait été organisé en raison du mariage du fils du premier ministre, R.T Erdoğan. 11/08/03, C.p.3.
  • Bilal Erdoğan, le fils du Premier ministre Tayyip Erdoğan, s’est marié avec une jeune fille de 17 ans lors d’une cérémonie grandiose organisée dans le Palais des congrès Lütfü Kırdar, puis dans le Palais de Çırağan. 14 000 convives ont assisté à ce mariage civil hybride où la mariée était voilée et le témoin, Silvio Berlusconi, catholique. La rencontre des deux jeunes mariés avait par ailleurs été organisée par un görücü (entremetteur). La cérémonie a été retransmise à la télévision en direct, où l’on a pu voir la mariée refusant dans un premier temps le baise-main du témoin Silvio Berlusconi. En effet, dans la tradition turque, le baise-main est une marque de respect présentée par les plus jeunes à leurs aînés. 11/08/03, C., p.8.
  • À l’occasion de la publication d’ouvrage préfacé par le Maire d’Istanbul Ali Müfit Gürtuna, intitulé Kentim Istanbul (« Ma ville Istanbul »), dans le cadre du projet du même nom lancé en mars 2003, Korhan Gümüş (président de l’Association pour l’habitat, Insan Yerleşim Derneği) critique la politique de l’autruche pratiquée par les autorités municipales, qui, études à l’appui, utilisent le fait que deux-tiers des habitants de la ville déclarent ne pas se sentir Istanbullu pour justifier que 64% des Stambouliotes ne participent à aucune activité culturelle : « Istanbul ne peut accepter de tels chiffres. Nous organisons événement sur événement… les activités que nous organisons sont des activité urbaines mais une grande partie du public n’est pas encore urbanisé. Dès lors, ces activités ne peuvent rencontrer le public. » (A. M. Gürtuna, préface de Kentim Istanbul). Selon Korhan Gümüş, les résultats de ces enquêtes pourraient être interprétés d’une manière très différente : les personnes interrogées estiment peut-être que ces projets municipaux sont menés pour servir des intérêts économiques qui les dépassent, et que la municipalité ne les représente pas comme elle le devrait, si bien qu’il se sentent étrangers. Les projets entrepris par la mairie, sous des accents démocratiques, comporteraient en réalité selon lui une grande part d’élitisme, en ne reconnaissant un droit de participation politique réel qu’aux « vrais istanbullu ». 04/05/03, R iki, p.6. D.24.
  • Dans le cadre du projet Kentim Istanbul, des séminaires de rue et des projections vidéo en rapport avec Istanbul sont organisés chaque soir devant le Lycée Galatasaray entre 20.00 et 21.00 depuis le mois de mars. L’objectif est de former un « hemşerilik ruhu » (esprit de groupe basé sur l’appartenance géographique). 19/08/03, C., p.15. D.11.

Vie économique

  • À l’occasion d’un colloque organisé à Ankara intitulé « Nouvelles pistes pour le développement de projets de lutte contre la pauvreté », le Ministre d’État Güldal Akşit a présenté les femmes comme les principales victimes de la crise économique de ces dernières années. Alors que le taux d’activité des femmes en 1990 était de 34%, il serait tombé en 2000 à 23%, beaucoup d’entre elles ayant perdu leur travail durant cette période. 04/06/03, C., p.13. D.34.
  • Le projet de loi sur ‘les investissement étrangers directs’ préconisé par le FMI a été accepté par l’Assemblée nationale de Turquie. Le projet comporte 6 volets  :
    • les 4 semaines anciennement requises avant de recourir à de la main-d’œuvre étrangère ne seront plus obligatoires.
    • Les Turcs résidant à l’étranger seront désormais considérés comme des investisseurs étrangers.
    • Les investissement étrangers ne seront dorénavant naturalisables que lorsque leur nationalisation peut relever de l’intérêt public
    • Les profits tirés des activités des investisseurs étrangers pourront être transférés librement.
    • Le droit de propriété immobilier sera accordé aux entreprises étrangères.
    • Les entreprises étrangères qui n’ont pas d’activité commerciale en Turquie pourront avoir un bureau de jonction leur permettant d’avoir un contact suivi avec les entreprises basées en Turquie. 06/06/03, R. p.13. D.45.
  • La firme américaine McDonald’s, qui avait annoncé son retrait de Turquie après avoir fermé 56 restaurants en 1 an et demi (cf. electroui 12) a finalement décidé de reprendre ses activités en Turquie. Un nouveau restaurant a ouvert dans le nouveau centre commercial Metrocity, situé à Levent (Şişli), et un autre devrait bientôt ouvrir dans le Carrefour de Kozyatağı, sur la rive asiatique. 09/06/03, R., p.12.
  • À l’occasion de l’envoi de 29 ouvriers turcs supplémentaires sur des chantiers financés par le Holding Enka en Croatie et en Russie, et en réponse à des accusations portant sur la gestion des centrales électriques de l’entreprise, le Président d’honneur du holding, M. Tara, a rappelé le rôle de son entreprise dans le développement économique de la Turquie : depuis 1972, le groupe Enka aurait envoyé 150 000 ouvriers à l’étranger, le plus souvent en Allemagne, et 80% d’entre eux seraient désormais à leur propre compte. 18/06/03, R. p.16. D.15.
  • Comme chaque année, l’entreprise anglaise William and Mercer a établi le classement des villes les plus chères du monde. Les critères de comparaison reposent sur des produits de luxe (prix du taxi par Km, un repas dans un restaurant de qualité…) et sur le prix des loyers dans les quartiers les plus huppés. Istanbul, qui occupait en 2002 la 102ème place de ce classement, est passé cette année à la 42ème place. Selon ce classement, un repas dans un bon restaurant à Istanbul coûte environ 25 Euros, le loyer d’un trois pièces de 100 m2 dans un quartier huppé entre 300 et 350 Euros. 18/06/03, R., p.2. D.36.
  • D’après le syndicat ouvrier Türk-iş, le seuil de la faim serait tombé à 452 543 000 TL (environ 300 Euros) pour une famille de 4 personnes, ce qui représente une chute de 0,2%. Le seuil de pauvreté a été par ailleurs fixé à 1 375 509 000 TL. 25/06/03, C., p.13. D.36.
  • Après un an de préparation marketing, le géant agroalimentaire turc Ülker s’est décidé à concurrencer directement le groupe américain Coca-Cola en lançant le Cola Turca. L’objectif est de s’approprier rapidement 25% du marché. Ce groupe en pleine expansion distribue 762 produits sur le marché et emploie 17000 personnes. Son chiffre d’affaires est évalué à 2,2 milliards $. 08/07/03, R., p.12. D.45.
  • Le PERPA, vaste complexe construit en 1984 à l’initiative du Maire ANAP d’Istanbul de l’époque, Bedrettin Dalan, est toujours à moitié vide. Le projet PERPÀ avait pour objectif initial de transporter à l’extérieur de la ville, dans l’un des plus grands marchés couverts du monde, les ateliers d’imprimerie de Cağlaoğlu, les ateliers de confection textile de Sultanhaman, les cordonniers de Gedikpaşa, les commerçants du Perşembe Pazarı de Karaköy (qui a donné son nom au PERPA), les commerces de prêt-à-porter de Mahmutpaşa et les ateliers d’orfèvrerie du Kapalı Çarşı. En définitive, PERPÀ a été construit à proximité du centre-ville, aux frontières de Beyoğlu, à Okmeydanı, mais n’a jamais rencontré le succès espéré, en grande partie car les autorisations requises pour un tel complexe n’ont jamais été obtenues. Les commerçants du Perşembe Pazarı sont restés pour beaucoup à Karaköy, continuant de bloquer la circulation, plaie contre laquelle M. Dalan avait tant lutté… 14/07/03, C., p.7. D.Şişli.
  • D’après une Étude sur la propriété immobilière menée par le DIE, 31,6% des ménages de Turquie sont locataires. À Istanbul, comme dans les autres grandes villes du pays, ce pourcentage est plus élevé. À Istanbul, il atteint 35,6%. 19/07/03, R., p.12. D.33.
  • Seulement 156 000 des 3 millions de chômeurs que compte la Turquie touchent une pension. L’argent accumulé à partir des cotisations est largement supérieur à l’argent dépensé, car les conditions d’attribution des indemnités sont particulièrement sélectives : les demandeurs doivent avoir cotisé sans interruption pendant les 120 jours d’activité et un minimum de 600 jours durant les 3 années précédent leur licenciement. Par ailleurs, une grande partie des chômeurs, en particulier les jeunes diplômés, dont 30% sont sans emploi, ne font pas de demande d’indemnité. 21/07/03. C. p.13. D.36.
  • Selon une étude réalisée par la Confédération des syndicats indépendants des employés du secteur public (BASK), les fonctionnaires turcs auraient perdu 43,7% de leur pouvoir d’achat réel des aliments de base (pain, viande, fromage, olive) durant les 40 dernières années. Ce pourcentage dépasse même les 50% pour le pain et la viande. 21/07/03, E., p.12. D.36.
  • Selon un rapport préparé par l’Association des journalistes et écrivains du tourisme (TUYED), Istanbul accueillerait en moyenne 2 millions de touristes par an, ce qui rapporterait aux établissements de divertissement de la ville 50 millions $. Istanbul posséderait selon ce rapport, outre les 24 hôtels 5 étoiles, 350 lieux de divertissement où sont employés 7500 personnes. Le chiffre d’affaires de ces lieux de divertissement s’élève à un total de 300 millions $, dont 50 millions $ proviennent des touristes étrangers. Les lieux de divertissement privilégiés par les tour opérateurs ont également évolué. Jusque dans les années 80, Sulukule, Çiçek Pasajı, Kumkapı et la Rue Nevizade étaient les lieux essentiels du divertissement touristiques. Durant les dernières années, de nouveaux lieux se sont ajoutés aux ‘paquets’ prévus par les agences de voyage, tels que le Keravansaray Kulübü, Galata Kulesi, Orient House et le Gar Gazinosu.
    • Le rapport établit également une comparaison avec les plus grandes villes touristiques, telles que Paris (3,5 milliards $, soit un revenu pour le divertissement 70 fois supérieur à Istanbul), Londres (2 milliards $) et Las Vegas (800 millions $). L’ensemble des revenus du tourisme d’Istanbul représentent 25% du total national, qui s’élève à 2 milliards $ par an. 01/08/03, R. D.19.
    • Par ailleurs, les hôtels d’Istanbul, dont le taux de remplissage avait chuté au début de l’été à 15%, est remonté à 60% grâce aux touristes moyen-orientaux. Ces touristes, provenant principalement des Émirats Arabes Unis, de Lybie, du Liban, et de Syrie, préfèrent généralement les hôtels 4 et 5 étoiles des environs de Taksim et Laleli. 22/07/03, R. p.16. D.19.
  • Les ouvriers d’une usine métallurgique de Derince (Izmit) fermée en 1998 continuent depuis 5 ans à entretenir le matériel en espérant trouver un acheteur pour leur usine. Cette usine, en activité depuis 1960, employait lors de sa fermeture plus de 500 ouvriers. Devant l’impossibilité de paiement des indemnités de licenciement, l’usine avait brusquement été vendue et n’avait pu trouver d’acheteur à cause des tremblements de terre de 1999 et de la crise économique de 2001. Suite aux départs à la retraite, aux retours dans les régions d’origine, aux reconversions professionnelles et au décès de 20 d’entre eux durant les tremblements de terre, seuls 70 ouvriers continuent encore de se battre pour la réouverture de l’usine. Ces ouvriers se sont organisés à l’intérieur d’une association, l’Association d’entraide des ouvriers de l’industrie métallurgique (ÇESİYAD). 05/08/03, R. p.2. D.46.
  • Depuis l’ouverture il y a trois ans du nouveau terminal international de l’aéroport Atatürk, le nombre de passagers en transit a quadruplé, passant de 300 000 en 200 à 1,2 millions en 2003. 06/08/03, R., p.5. D.1A.
  • Le directeur de la société « Distribution d’électricité du Bosphore » a déclaré que les pertes liées à l’utilisation illégale du réseau électrique étaient passées de 32,7% à 24,1% durant les trois derniers mois. 08/08/03, C. p.19, D. 26.
  • Avec la crise économique, le taux d’usure a considérablement augmenté à Istanbul. En 1999, 150 cas d’usure avaient été portés devant les tribunaux, contre 600 durant les 6 premiers mois de l’année 2003. Avant la crise, le taux de recours aux usuriers était évalué à 1%, les réseaux de parenté et d’amitié étant très efficaces. Ce taux s’élèverait aujourd’hui à 15%. Selon une enquête menée par l’Université d’Istanbul il y a deux ans, la culture du prêt n’aurait plus la même prégnance en temps de crise, et céderait le pas aux usuriers. Chaque zone de la ville posséderait désormais ses usurier attitrés, organisés par réseaux de hemşeri (individus de même origine géographique) : les Malatyalılar (individus originaires du département de Malatya) d’Eminönü, les Adanalılar de Bakırköy, les Siirtliler de Fatih, les Kastamonulular de Gazıosmanpaşa, les Diyarbakırlılar de Beyoğlu, les Gaziantepliler de Şişli. Les usuriers risquent jusqu’à 6 mois de prison ferme et le versement d’un montant 5 fois supérieur à la somme extorquée. 25/08/03, C., p.6. D.4.
  • Selon le rapport 2003 de l’« Union professionnelle des propriétaires d’œuvres littéraires et scientifiques » (EDİSAM), les mesures prises par le gouvernement contre le piratage dans l’édition ont été insuffisantes. L’édition pirate, dont la part a augmenté de 10% en 1 an, fait désormais 53% du chiffre d’affaires du secteur de l’édition. 27/08/03, R, p.21. D.4.
  • La banque du travail (İş Bankası) fête cette année son 80ème anniversaire. Cette banque, créée un an après la naissance de la République turque en 1924 dans les cadres du programme de réformes d’Atatürk, est la première banque nationale turque. Lors de sa création, Atatürk a participé personnellement au quart du capital de départ, parts transférées récemment au CHP. Le fondateur et premier président de la banque, Celal Bayar, succédera 20 ans plus tard à Ismet İnönü en tant que Président de la République de Turquie. Cette banque, qui a bien résisté à la crise économique, est aujourd’hui l’une des plus puissantes banques turques. Elle compte 30 000 employés. 31/08/03, R., p.14. D.45.

Populations et Vie quotidienne

  • Les homosexuels de Turquie ont participé pour la première fois à la célébration de la gay pride. Un groupe d’une vingtaine de personnes a défilé à Taksim avec des tee-shirts sur lesquels était écrit « Je suis homosexuel et je ne m’en excuse pas ». Cette manifestation était aussi organisée à l’occasion du 10ème anniversaire de la principale association turque, Lambda. 30/06/03, R., p.2. Ces associations dénoncent en particulier les violences perpétrées contre les homosexuels en Turquie. Par ailleurs, les « Premières rencontres entre universitaires et militants sur les préférences sexuelles » ont été organisées à l’Université Bilgi le 16 Mai 2003. Lors de ce colloque, des études portant sur les violences et discriminations envers les homosexuels ont été présentées. Les résultats de l’étude dirigée par le Professeur Fatih Yavuz (Université Istanbul, faculté de médecine légale) sont particulièrement éloquents. L’échantillon comprend 100 hétérosexuels et 100 homosexuels âgés de 25 ans à 30 ans. Selon le Pr.Yavuz, les hommes, comme les femmes, subissent des violences, mais à des moments différents de leur biographie. 78% des homosexuels et 62% des hétérosexuels de l’échantillon disent ainsi avoir subi des violences. Cependant, plus de la moitié des homosexuels ayant répondu affirmativement disent avoir été violentés entre 14 et 21 ans, tandis que les hétérosexuels datent ces violences entre 7 et 14 ans. D’autre part, les violences subies par les hétérosexuels émanent de personnes de leur entourage (parents ou connaissances), tandis que 63% des homosexuels interrogés (contre 8% chez les hétérosexuels de l’échantillon) disent avoir subi des violences de la part de personnes qui leur étaient inconnues, souvent de jeunes hommes. 25/05/03. R.iki D.14.
  • Le Ministère de l’Intérieur a promulgué un arrêt relatif aux Turcs d’Allemagne. L’objectif est d’améliorer les conditions d’accueil de ces populations à la douane turque. En interdisant l’utilisation du passeport turc à ceux d’entre eux qui possèdent la double nationalité, le Ministre espère diminuer les désagréments rencontrés par ces populations, souvent affectées du sobriquet « Almancı » (le suffixe –cı est utilisé en turc pour qualifier les professions et les différentes formes de militantisme. Cette qualification renvoie à l’image de parvenu qu’ont ces populations en Turquie). 01/06/03. R.p.1, D.15.
  • 32 associations de femmes ont entamé une campagne visant à l’annulation de la date de mise en vigueur du régime sur les biens, fixée au 1er janvier 2002, qui « défavorise les 17 millions de femmes mariées résidant en Turquie ». Selon la loi votée par le précédent gouvernement, les biens acquis avant le 1er janvier 2002 n’entrent pas dans le contrat de mariage. De ce fait, en cas de divorce, les femmes n’ont un droit au partage équitable des biens que pour les biens acquis au-delà de cette date. 12/06/03, R., p.3. D.34.
  • À l’occasion d’une intervention à la conférence intitulé « protection et intégration sociale des enfants vivant et travaillant dans la rue », le ministre Gürdal Akşit a déclaré que les enfants de rue constituent un problème social. Il a appelé toutes les institutions et organisations de la société civile à reconnaître leur responsabilité pour lutter contre ce problème. Il a rappelé l’existence de trente centres de jeunesse et d’enfants rattachés à la direction générale du SHÇEK : « depuis le mois de mai 2003, ces centres ont permis d’accéder à 24 812 enfants. Ainsi, 829 enfants non scolarisés ont été scolarisés et 2950 enfants ont pu continués à être scolarisés, 8852 enfants ont rejoint leur famille, 2949 enfants ont bénéficié d’aide sociale et 1534 enfants dépendants de stupéfiants ont bénéficié d’un suivi médical. Les familles persévérant à vouloir faire travailler leurs enfants ont été poursuivies en justice. » 20/06/03, R.p.3, D.40.
  • Selon une étude menée par l’Université Hacettepe, les suicides concerneraient davantage les hommes dans les régions les plus développées de Turquie, et les femmes dans les régions les plus pauvres du pays. Les suicides d’hommes de 25 à 49 ans dans les grandes villes seraient liés souvent aux difficulté économiques rencontrées (geçim zorluğu) et ceux de femmes dans les régions rurales aux problèmes familiaux (aile geçimsizliği). 20/06/03. C., p.6. D.14.
  • 08/07 : La loi sur l’âge du départ en retraite des fonctionnaires a finalement été adoptée, après les modifications requises par le tribunal constitutionnel. Les fonctionnaires partiront désormais à la retraite à l’âge de 61 ans au lieu de 65, à l’exception des diplomates (65 ans) et des professeurs de l’enseignement supérieur (67 ans). 09/07/03, R., p.13. D.14.
  • L’Institut National de la Statistique (DİE) a entrepris une vaste enquête « bien-être » (Memnuniyet Ölçme Anketi), dont le projet pilote a été lancé au mois d’août, et qui devrait être réalisée en septembre. En fonction du budget accordé, l’échantillon, prévu à l’origine pour 27 000 ménages, ne pourrait finalement comprendre que 7000 ménages. Les questionnaires comprendront essentiellement des questions relatives à la santé, la sécurité et l’éducation, sous forme d’échelles graduées de 1 à 10. 11/07/03, R., p.16. D.14.
  • Une enquête dirigée par Ercan Tatlıdıl, président du département de sociologie de l’Université Egée, révèle que 76,5% des femmes subiraient des violences conjugales en Turquie. Selon une enquête américaine menée par le Centre pour l’égalité des sexes dans 50 pays auprès de 140 000 femmes, 58% des femmes turques seraient battues. Par ailleurs, selon les critères internationaux définis par les Nations Unies, chaque pays doit assurer un « refuge » (centre d’accueil) pour 7500 femmes et filles, or la Turquie n’en compte au total que 8. 18/07/03, C., p.6. D.34.
  • L’association Bosphorus International, créée il y a 14 ans par deux jeunes allemands venus en Turquie rencontrer les étudiants de l’Université du Bosphore, a mis en place un programme d’échange culturel. Ce projet s’est élargi à de nombreux autres pays européens, et une association turque est née sous le nom de Association de la jeunesse du Bosphore, qui compte aujourd’hui 2500 membres. L’association, qui a mené jusqu’à présent de nombreux projets bilatéraux avec l’Allemagne, a décidé mener désormais davantage de projets avec l’association grecque. Au mois d’août, un ‘projet migration’ a été lancé. Lors d’une première étape, 35 jeunes de différents pays sont venus présenter le fait migratoire et ses conséquences dans leurs pays respectifs. Le même type de rencontre sera organisé par la suite dans chacun des pays des participants, et des visites seront organisées dans au moins deux villes de chaque pays. 03/08/03, R. p.5. D.18.
  • Le journal de tourisme diffusé sur Internet, turizmgazetesi.com, prenant comme appui les données du D.I.E (Institut National des Statistiques), dessine le portrait socioprofessionnel de 624 000 individus partis de Turquie à l’étranger durant les trois premiers mois de l’an 2003. Il s’agit d’une population majoritairement masculine (87%) et répartie selon la profession exercée, la catégorie la plus importante (13,7%) est composée des managers. Quant aux raisons de départ à l’étranger, un quart des départs seraient motivés par des raisons commerciales et 17% relèverait du tourisme (visite-divertissement), soit 108 000 personnes. Par ailleurs, la Banque Centrale a mené une enquête sur ces 624 000 individus, en collaboration avec le Ministère de la Culture et du Tourisme. Cet enquête « sur le retour des citoyens au pays » analyse les dépenses effectuées par les Turcs partis à l’étranger. Le montant des dépenses s’élève à 490 millions $ sur la période étudiée. 23% des dépenses ont été consacrées aux besoins alimentaires et 19,5% au logement. Les tour opérateurs ne représentent qu’1,5% de l’ensemble des dépenses. Les voyages à l’étranger pour raisons professionnelles et familiales constituant la grande majorité des départs à l’étranger, l’hébergement est assuré par les proches durant les visites et l’organisation des voyages d’affaires ne nécessite pas de recourir à ce type d’agences de voyage. La valeur des biens apportés en Turquie lors des retours serait de 83 millions $.17/08/03, Cp.3,D15.

Risques urbains

  • 06/07 : Incendie dans une usine chimique de l’arrondissement de Tuzla. La cause de l’incendie n’a pas été déterminée. 07/07/03, C., p.3. D.3.
  • Seules 13 des 186 stations de distribution de gaz LPG respectent les règles de sécurité, les autres n’ayant pas obtenu l’autorisation nécessaire. La police municipale ferme tour à tour ces stations, qui s’empressent aussitôt de rouvrir. Selon le directeur de la police municipale d’Istanbul (Zabıta), les peines encourues (3 mois de prison en théorie, en pratique convertis en une amende de 400 Euros) ne sont pas suffisamment dissuasives. Une de ces stations aurait même rouvert à 23 reprises. Le directeur affirme que les équipes de Zabıta disposent de peu de moyens face à l’ampleur du problème. Il considère qu’une augmentation du personnel des Zabıta, ainsi qu’une collaboration avec les équipes de la police permettrait de mieux gérer les dossiers, « avec des lois propres, formations professionnelles et autorisation de porter des armes ». Selon Neşet Kadıran, enseignant à l’université Marmara et présidente de l’agence d’Istanbul de la Chambre des ingénieurs de chimie, le contrôle technique du respect des mesures de sécurité lors du remplissage du LPG ne peut être assuré par les Zabıta de la Mairie. Cela nécessite l’emploi d’un ingénieur de chimie ou de pétrole dans chaque station 9 à 10 heures par semaine afin de veiller au bon fonctionnement. 12/07/03. C, p.6, D.26.
  • Arrestation de 51 travestis dans le cadre d’une vaste opération lancée à Zeytinburnu, Şişli et Beyoğlu. 14/07/03, C.p.3. D.3.
  • Un jeune homme a été tué d’une balle dans la tête par un policier ayant interprété un geste de reddition comme une tentative d’agression, dans le quartier de Kâzım Karabekir (arrondissement de Bağcılar). Les habitants du quartier ont manifesté pour dénoncer les bavures policières, et l’agent de police a été incarcéré dans l’attente de son jugement. Selon la Fondation des Droits de l’homme de Turquie (TİHV), 383 personnes auraient été tuées à cause de bavures policières entre 1994-2002. Les policiers auteurs des bavures ne sont généralement pas inculpés lorsqu’il y a eu sommation. 18/07/03, R. p.5. D.Bağcılar.
  • Une cinquantaine de chauffeurs de taxi stambouliotes ont manifesté en bloquant la circulation sur l’autoroute E5, à la suite d’une série d’assassinats de chauffeurs de taxi dans l’arrondissement de Maltepe. 19/07/03, C. p.3. D.46.
  • Au cours des 6 premiers mois de l’année 2003, 6335 agressions ont été enregistrées en Turquie, dont plus d’un tiers (2303) à Istanbul. Ces chiffres sont sensiblement équivalent à ceux de 2002, tandis qu’une diminution très importante avait été enregistrée entre 2001 et 2002 : à Istanbul, 9520 agressions ont été répertoriées en 2001, et 4809 et 2002. 26/07/03, R., p.3. Le quotidien Cumhuriyet, en revanche, a consacré un article la semaine suivante à « l’augmentation du taux de criminalité à Istanbul » et à la peur des agression dans les grandes villes. 10/08/03, C. p.1 et 8, D. 12B
  • 18/08 : Le Istanbul Deprem Master Planı (Master Plan contre les risques sismiques à Istanbul), en préparation depuis fin 2002, a finalement été rendu public. Le Préfet d’Istanbul Muammer Güler a précisé qu’il s’agissait d’un plan d’orientation général concernant l’ensemble du bâti, si bien que les travaux de consolidation ne seraient en aucune façon pris en charge par les pouvoirs publics. En revanche, il prévoit des crédits à long terme aux propriétaires, afin que tous les immeubles soient assurés, soient en règle avec les lois sur le nombre d’étages, et aient un soubassement consolidé. Le Professeur Haluk Sucuoğlu, de l’université technique du Moyen-Orient (ODTÜ) évalue à 50 000 le nombres d’immeubles devant être détruits préventivement. 19/08/03, C., p.3.
  • La direction de la sécurité d’Istanbul et le tribunal de la sécurité d’État d’Istanbul ont entamé des procédures visant à modifier les articles du code pénal relatifs à la formation d’organisations criminelles. Ces institutions qualifient de « sociologique » ce type d’agression qui serait systématiquement commis par des jeunes en difficulté issus des régions rurales. L’objectif est d’appliquer les lourdes peines prévues pour ces crimes aux agressions de rue (kapkaç). En effet, les autorités se plaignent de ce que le kapkaç n’est pas sanctionné à la mesure de sa gravité. Les peines prévues pour les agressions à main armée et avec violence, qui entrent dans la catégorie gasp, vont de 10 à 20 ans de prison. En revanche, les kapkaç relèvent selon la loi, du simple vol, pour lequel ne sont prévues que des peines allant de 2 à 5 ans de prison. 09/07/03, R.p4, D12B. Pourtant, à Adapazarı, deux personnes reconnues coupables de sept vols à la main avec violence ( kapkaç) ont été condamnées chacune à 68 ans de prison. 22/08/03, R.p7, D12C.

Culture, Éducation et Médias

  • Célébration du 7ème « Festival des cerises » et 160ème anniversaire de la naissance de Polonezköy . Ce village a été construit en 1842 par des Polonais fuyant l’occupation russe venus prêter main forte à l’État Ottoman durant la Guerre de Crimée (1856-58). À l’heure actuelle, une trentaine de familles polonaises continuent d’habiter ce village tourné vers le tourisme, connu entre autres pour ses pensions. À cette occasion, le Ministre de la Culture de Pologne a fait le déplacement depuis la Pologne, ainsi qu’un groupe de musiciens. 01/06/03, R.p.1, D. Beykoz.
  • 15/06 : Pour fêter le lancement du projet de réhabilitation des quartiers de Fener et Balat, financé en grande partie par l’Union européenne, l’équipe folklore de l’Association Fener-Balat et l’Orchestre tzigane de Kumkapı ont animé une fête de rue. Le projet, qui doit aboutir en 2006, prévoit la restauration de 200 maisons et la création d’un centre social, dont les fonctions seront à la fois sanitaires et éducatives. 16/06/03, R., p.5. D.41.
  • Le département de lutte anti-cancéreuse du ministère de la santé a porté plainte par voie de lettre officielle auprès du RTÜK (commission supérieure de la radio et télévision), contre la série télévisée, Asmalı Konak, qui a un taux d’audience important. La lettre de plainte, soutenue également par quelques psychiatres, souligne le danger en terme de psychologie sociale que présente le recours de l’actrice principale, atteinte d’une maladie cancéreuse dans la série, à un hôpital américain aux États-Unis. Il serait erroné d’afficher l’étranger comme lieu de remède contre la maladie en question qui est traitée en Turquie, et, d’autre part, cela conduirait à décourager les personnes atteintes d’un cancer s’identifiant à l’actrice mais ne pouvant se permettre financièrement de partir à l’étranger pour se soigner. 19/06/03, Rp.2, D.39
  • 05/07 : 2ème édition du Festival de l’amitié turco-grecque sur la route de l’adhésion à l’Union européenne. Le festival se déroule sur l’île de Bozcaada et dure pendant 6 jours. De nombreux intellectuels des deux pays participent à des tables rondes. 21/06, R., p.20. D.14.
  • 06/07 : Mort de Çelik Gülersoy, directeur du Türkiye Turing ve Otomobil Kurumu (Touring club) depuis 1965. Cette organisation a entrepris notamment, sous l’impulsion de Çelik Gülersoy, de nombreux travaux de restauration à Istanbul. Çelik Gülersoy avait également ouvert une bibliothèque, Istanbul Kitaplığı (« la librairie d’Istanbul »), qui possédait un grand nombre d’ouvrages consacrés à Istanbul. 07/07/03, S., p.4. D.25
  • À propos de la disparition de Çelik Gülersoy (par J-F P.)  :

Çelik Gülersoy, grand vénérateur d’Atatürk, francophone émérite, souvent décrit par ses hagiographes comme le « dernier amoureux d’Istanbul », très longtemps (pendant 38 ans exactement) responsable du Turing et Automobile Club de Turquie et fondateur de « l’Association des Amis des Iles-des-Princes » est décédé cet été. Il laisse derrière lui une vaste œuvre, contestée par certains architectes turcs, mais impressionnante. Amer à propos du devenir d’Istanbul, comme une série d’articles parus dans le quotidien Cumhuriyet peu avant sa mort l’a bien montré, il avait même envisagé d’aller vivre loin d’Istanbul, dans le sud-ouest de la Turquie. Sans aller jusqu’à la rupture avec la ville à laquelle il s’était consacrée, il s’était quand même retiré à la périphérie d’Istanbul, dans le village de Demirciköy, dans le cimetière duquel il repose désormais, ou préférait parfois résider à Büyükada.

Né en 1930 à Hakkari, d’un père militaire en poste dans ces confins sud-est du pays, il était diplômé de la faculté de droit d’Istanbul. Depuis le milieu des années 1960, il s’adonnait entièrement au Turing Club –institution à laquelle il était si étroitement identifié qu’il est difficile de dissocier son œuvre de celle du Turing- et à ses écrits. Sous son impulsion le Turing Club a ainsi procédé à plusieurs restaurations, notamment celle des kiosques (Emirgan, Yildiz, Çamlica… ) finalement cédés à la Municipalité Métropolitaine au début des années 1990. Dans un ouvrage paru en 1989, il a alors 61 ans, et intitulé « 40 ans déjà sont passés », Çelik Gülersoy dresse un bilan d’un existence remplie, faite, outre ses activités à la tête du Turing Club, d’écriture, de collection (ayant abouti à la constitution de la « Bibliothèque d’Istanbul ») et d’initiatives de restauration, dont la plus connue est sans doute celle de la rue Soğukçeşme près du Palais de Topkapı (où se trouve la Bibliothèque d’Istanbul précitée) .

Sa bibliographie est longue. Les étrangers connaissent certains de ses ouvrages écrits en français ou en anglais, comme son « Guide d’Istanbul ». Ses poèmes mis à part, nombre de ses ouvrages sont relatifs aux différents travaux de restauration entrepris par le Turing Club : sur Çamlıca, les kiosques du Parc Yıldız ou sur Kariye… D’autres ouvrages relèvent de la catégorie de l’histoire locale, érudite : sur certains arrondissements et quartiers d’Istanbul comme Besiktas ou Beyoğlu.

Tous ses écrits sont abondamment illustrés d’un iconographie souvent originale qui reflètent la richesse de ses collections privées comme de la Bibliothèque d’Istanbul (dont nous possédons à l’OUI le catalogue). Ils sont en vente dans le centre du Turing Club à Kagithane (Sanayi mahallesi), au bord du 2ème périphérique, comme dans le lieu de vente de la Municipalité Métropolitaine, sur l’avenue Istiklâl.

Même si Ç. Gülersoy incarne un discours nostalgique sur l’Istanbul irrémédiablement perdu, l’OUI se devait de rendre un hommage à cet homme qui a par certaines de ses initiatives devancé le mouvement de réappropriation du « patrimoine » historique d’Istanbul.

Toprağı Bol Olsun.

Quelques titres (la plupart des ouvrages sont parus à Istanbul Kitaplığı, la maison d’édition fondée par Çelik G. lui-même, au sein du Turing Club).

Atatürk Albümü

Istanbul’un Anitsal Agaçlar

Yildiz Parki ve Malta Köskü

Büyükada Dün

Istanbul Estetigi

Büyük Çamlica Tepesi

Kayiklar

Yesil Ev

Beyoglu’nun Yitip Gitmis 3 Oteli

Istanbul Sarkisi

Büyükada Yetimhanesi

Küçuksu

Atatürk Atatürk

Çelik Gülersoy Albümü

Kirk Yil Olmus

Çankaya 57

Kizkulesi’nin kitabi

Hüzün Yagmuru et Ayrilis

Çiragan Saraylari

Mavi Cami

Fenerbahçe

Lale ve Istanbul

A. Sinasi Hisar

Dolmabahçe Sarayi

Nasil Bir Istanbul

Göksu’ya Agit

Safranbolu

Bab-i Ali

Edirne Kapisinda Bir Örnek

Taksim

Hidivler ve Çubuklu Kasri

Sogukçesme Sokagi

Batiya Dogru

Esentepe’ye Veda

Tramvay Istanbul’da

Ihlamur Mesiresi

Türkiye’de Bir Isikti

Besiktas Daha Dün

Istanbul Rehberi

  • Le gouvernement a prévu de modifier les règlements concernant la censure littéraire. Jusqu’ici, les livres censurés étaient détruits (‘imha’) ; désormais, ils seront simplement saisis et stockés dans des dépôts (‘müsadere’). Par ailleurs, les personnes responsables de la publication risqueront désormais 6 mois à deux ans de prison et jusqu’à 10 000 Euros d’amende. L’institution responsable de juger du caractère « obscène » (‘müstehcen’) des publications reste le Conseil des préjudices (‘Muzır Kurulu’). L’ensemble des écrivains et des éditeurs réclament la disparition de cette institution, composée de 11 membres, dont une partie est affiliée à la Direction des Affaires religieuses. Pour assouplir les règlements et les rendre compatibles aux « standards européens », il faudrait modifier les articles 426, 427 et 428 du Code Pénal. 09/07/03, R. p.21 ; 11/07/03, R., p.21. D.39.
  • La municipalité d’arrondissement de Beşiktaş a organisé cet été pour la première fois des visites touristiques hebdomadaires en bateau sur le Bosphore destinées prioritairement aux habitants d’Istanbul qui n’ont jamais eu l’occasion de voir le Bosphore. L’objectif du Maire de Beşiktaş Yusuf Namoğlu est de « permettre aux habitants d’Istanbul de devenir des istanbullu ». 21/07/03, C., p.3. D. Beşiktaş.
  • Un nouveau centre culturel a ouvert dans la rue Asmalımescit (Beyoğlu), qui est devenu depuis une dizaine d’années l’un des quartiers les plus attractifs d’Istanbul. Suite à l’ouverture de la salle de concert Babylon, un grand nombre de galeries, de cafés et de bars ont ouvert, et de nombreux appartements ont été restaurés par une population jeune et aisée (cf. Ayça Ince, Asmalımescit’de Kültür Endüstri destekli “yer değişim”, « Les transformations du quartier Asmalımescit sous l’impulsion de l’industrie culturelle », in Gentrification kavramı ışığında Istanbul – « Istanbul vu au travers du concept de gentrification », D. Behar et T. Islam (dir.), éd. Kadir Has Univ.- IFEA, à paraître en décembre 2003). Ce nouveau lieu culturel, Mekân (« La place »), propose un grand nombre de cours de peinture, de danse et de musique (tel : 0212 245 76 94). 07/08/03, R., p.21.
  • Des colonnes byzantines ont été trouvées dans les jardins de l’hôpital du Croissant Rouge Ahmet Bayıbdır de Bakırköy. Les colonnes ont été jetées avec les gravats sur le chantier, pour dégager le terrain où des travaux vont être entrepris. Certaines colonnes auraient disparu lors de l’opération. 12/08/03, C., p.15. D. Bakırköy.
  • La saison des fouilles a ouvert. 95 fouilles sont en cours sur le territoire turc. 38 de ces fouilles sont dirigées par des équipes étrangères. 20/08/03, C., p.7. D.25.
  • 30/08 : L’Institut de recherches scientifiques et techniques de Turquie (TÜBİTAK), fondé en 1963, fête cette année ses 40 ans. Le TÜBİTAK est installé à l’extrême sud de la rive asiatique, sur les collines de Gebze. À l’occasion de cet anniversaire, les responsables du TÜBİTAK ont insisté sur le peu de publicité dont bénéficient leurs travaux, et accusent le gouvernement de ne pas suffisamment accorder d’importance à la science. 30/08/03, C. Bilim ve Teknik, p.3. D.25.
  • 07/09 : Célébration de la Seconde journée européenne de la culture juive, célébrée dans 23 pays, dans la quartier de Galata (Beyoğlu) l’un des principaux quartiers juifs de l’Istanbul de début du 20ème siècle. Une série de concerts et d’expositions, allant de chansons de la communauté juive d’Istanbul en langue ladino ou en yiddish à la musique Klezmer ont eu lieu dans les 3 synagogues historiques du quartier, en plein-air devant le Musée des juifs turcs, et enfin dans le club de Jazz Nardis. Une dégustation de plats traditionnels des communautés séfarades et ashkénazes a également été organisée dans les restaurants du quartier. 30/08/03, C. p.15. D.14.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.