Présentation de l’OUI

L’Observatoire Urbain d’Istanbul

La mégapole stambouliote, formidable résumé de la Turquie, cœur actif de celle-ci et laboratoire des mutations économiques, sociales et politiques actuelles, fait de l’Observatoire Urbain l’un des pôles importants de la documentation et de la recherche sur la Turquie contemporaine au sein de l’IFEA. L’Observatoire s’intéresse prioritairement à l’étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d’Istanbul (développement urbain, enjeux environnementaux, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles). Au-delà d’Istanbul l’OUI s’intéresse au phénomène urbain dans tout le pays.

L’observatoire constitue un centre d’information et de ressources documentaires (numériques, physiques et visuelles), bibliographiques et cartographiques ; un pôle de collecte de données de première main via l’organisation d’un cycle d’excursions urbaines annuel sur une thématique particulière ; une unité d’accueil et de mise en relation de professionnels du monde académique, journalistique et institutionnel.

Domaines d’étude

L’OUI est constitué d’une équipe de chercheurs et de doctorants travaillant sur des thématiques spécifiques, s’inscrivant dans les domaines d’étude suivants :

  • Risques (Youenn Gourain)

Ce domaine s’appuie sur l’objet du risque comme prisme d’approche des dynamiques urbaines à l’œuvre à Istanbul : comment le risque est mobilisé à différents échelons de la décision et par les divers acteurs de la production urbaine ? Une approche multi-risque (environnementaux et naturels, urbains, technologiques, sociaux) permettra, en outre, de mettre en évidence l’imbrication des risques entre eux et les enjeux afférents sur les territoires stambouliotes.

  • Réseaux et services urbains (Alice Moret)

Les questionnements relatifs aux réseaux et services urbains renvoient à des enjeux d’approvisionnement de la ville, de circulation des objets, des humains et des connaissances via les infrastructures urbaines. Elles prennent également en considération les enjeux sociaux relatifs à leur accès et à la qualité de leurs infrastructures.

  • Patrimoine (Julien Boucly)

Istanbul est le lieu d’une grande diversité d’actions culturelles et patrimoniales, publiques et privées, entrepreneuriales et militantes, officielles et alternatives. L’ancienne capitale impériale et la mégalopole contemporaine constituent un laboratoire d’expériences déterminantes pour l’ensemble des activités de protection et de valorisation du patrimoine en Turquie, de Kars à Izmir, d’Ankara à Diyarbakır. Les politiques de préservation, de conservation, de réhabilitation, voire de transformation urbaine et de destruction, exercent sur le patrimoine multiculturel d’Istanbul, des pressions mêlant enjeux politiques, économiques, sociaux et environnementaux.

  • Environnement (Jean-François Pérouse)

La Turquie constitue un cas flagrant de conflit permanent et multiforme entre les attendus du développement économique tel que le pouvoir central le conçoit depuis deux décennies et ceux de la protection de l’environnement. C’est un pays importateur d’énergie qui doit par ailleurs faire face à l’augmentation de sa consommation d’énergie, du fait de la croissance démographique et de la conception dominante du développement économique. Il tente d’aménager son territoire en se dotant d’infrastructures énergétiques (barrages, centrales thermiques), impliquant toutefois une destruction de l’environnement, ce qui ne va pas sans une forte contestation écologiste. À Istanbul, l’étalement urbain grandissant dans les années 1990-2000 menace les ressources périphériques stambouliotes (réserves d’eau et de forêts), entraînant alors la raréfaction d’un environnement de qualité et la création de « niches environnementales » réservées aux classes aisées. Enfin, les activités industrielles et le transport motorisé participent à la pollution de l’air, des sols et des eaux. Si la question environnementale est devenue centrale et est appropriée dans la politique locale, il n’existe toutefois pas de véritable coordination à l’échelle des ministères.

  • Logement et Foncier (Filiz Hervet)

À Istanbul, après 15 ans de transformation urbaine, l’heure est au bilan. Le gouvernement de l’AKP a engagé des mégaprojets de transport qui, au-delà d’améliorer le trafic autoroutier, aérien ou maritime, valorisent les périphéries et impulsent des projets immobiliers. La construction des résidences de luxe, des centres commerciaux et de bureaux s’est accélérée et les professionnels de l’immobilier en font la promotion pour attirer acquéreurs et investisseurs nationaux ou étrangers. La flexibilité des politiques urbaines et la privatisation du patrimoine public ont été un levier pour ouvrir à l’urbanisme d’importantes réserves foncières et intégrer des opérateurs privés, essentiellement turcs (et parfois proches du pouvoir), à la fabrique urbaine. Dès lors, l’assouplissement du droit des sols et la centralisation de l’action foncière ont favorisé l’étalement urbain et la consommation des espaces forestiers.

  • Migrations et Mobilités (Elif Aksaz)

C’est surtout à partir des années 1980 que la Turquie devient d’une part un pays de transit pour les réfugiés et migrants (révolution iranienne, guerre du Golfe, éclatement de la Yougoslavie, guerre syrienne, etc.) souhaitant se rendre en Europe, et d’autre part un pays d’accueil, nécessitant alors un cadre juridique régulant la présence d’étrangers sur son territoire. Les migrations internes, de l’exode rural aux déplacements forcés jalonnent aussi le XXesiècle jusqu’à aujourd’hui. La Turquie est enfin un lieu de mobilités touristiques, commerciales, familiales, religieuses, etc. Istanbul est au cœur de ces migrations et mobilités, par son internationalisation économique, son réseau de télécommunication et de transport, sa forte attractivité et la présence de réseaux d’entraide par des communautés déjà installées. Les migrants doivent toutefois faire preuve d’une forte capacité d’adaptation, faisant face à la fragilité des statuts, la discrimination et la violence, mais aussi à la recomposition complexe de leurs identités.

  • Dimension spatiale des mouvements sociaux (Agathe Fautras)

En Turquie, la tradition d’un État centralisé laisse peu de place à la participation de la société civile, surtout après le coup d’État de 1980. Si des organisations et associations ont émergé dans les années 1990, l’accès aux institutions reste difficile. Dans un contexte de reconnaissance limitée des droits culturels, ethniques et religieux, une variété de mouvements politiques (alévistes, écologistes, féministes, kurdistes, droit-de-l’hommistes, etc.), tentent d’obtenir des résultats politiques. Les acteurs doivent cependant composer avec un contexte autoritaire et adapter leurs stratégies : dans quels espaces et sous quelles modalités poursuivre une activité militante, quand l’espace et la sphère publics sont difficilement accessibles ? Istanbul, par sa position de métropole mondiale et par les circulations idéelles et humaines qui s’y opèrent, constitue à cet égard un laboratoire de résistances.

Excursions urbaines

L’OUI organise également chaque année des excursions urbaines sur une thématique particulière, en lien avec les recherches menées par les membres de l’équipe.

Un centre de documentation et de ressources

L’OUI permet la consultation d’archives numériques selon des dossiers thématiques et géographiques ; des collections de photographies ; des ressources cartographiques ; des ouvrages scientifiques. Les cartes et plans, du 1/500e au 1/500 000e, concernent à la fois l’Istanbul ottomane, l’Istanbul républicaine et la Turquie d’aujourd’hui.

Il est possible de consulter ces archives lors des permanences assurées par les membres de l’équipe de l’OUI, sur rendez-vous. Celles-ci ont lieu chaque mardi (10h-12h) et chaque jeudi (14h-16h). Merci de contacter l’équipe, en indiquant l’objet de vos recherches, à l’adresse suivante : oui.ifea@gmail.com

Enfin, certains documents sont disponibles en ligne sur ce blog (données statistiques, résultats des programmes de recherche, études et rapports de stage, documents des conférences et colloques, etc.).

Un point d’interface

L’Observatoire peut renseigner et guider les chercheurs et acteurs économiques s’intéressant à Istanbul. Sur demande, il est à même d’identifier les différents interlocuteurs possibles (institutionnels, universitaires, acteurs économiques, chambres professionnelles, fondations et associations). Il fonctionne comme une sorte d’intermédiaire, au service des non-turcophones peu familiers du milieu stambouliote. Des formes de partenariat très diverses se sont développées avec différentes institutions européennes (UE, CoE, OCDE, etc.), dans le cadre de programmes d’étude et de conseil.

Contact:

oui.ifea@gmail.com