Catégorie : Mémoires

Derya ÖZEL – Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul

Si l’héritage architectural ne semble pas participer à la mémoire collective de la société turque, il est intéressant de comprendre à ce titre la place et le rôle que l’on attribue au patrimoine dans les politiques urbaines. Il faut noter ici que les termes d’héritage architectural ou bien de patrimoine sont employés comme synonyme dans le sens où on considère qu’ils sont l’objet tous deux d’une élaboration sociale dotée de valeurs collectives. L’intérêt de ce travail est d’appréhender les représentations des différents acteurs de la ville –politiques et professionnels- à l’égard de cet héritage architectural d’une part et de comprendre comment ces représentations influencent ou non leurs politiques et leurs projets urbains d’autre part. En ce sens, notre souci est aussi de mettre au jour les enjeux et les finalités économiques, politiques, sociales et culturels qui se dessinent autour de cette architecture et de ces tissus urbains hérités de l’histoire.

Julien DAVID – Cités privées à Istanbul

Les cités privées, plus communément appelées “gated communities” depuis l’ouvrage de Edward James Blakely et Mary Gail Snyder, semblent avoir connu un essor impressionnant depuis les deux dernières décennies de par le monde. Leur développement semble aller de pair avec les nouvelles questions que pose le développement urbain des villes en général, et les problèmes de ségrégation urbaine qui en ont implicitement découlé.
Dans le cas de notre étude, nous utiliserons cette terminologie pour tenter d’expliquer les jeux des acteurs, en l’occurrence les habitants et différents responsables de ces cités, dans l’évolution de l’espace urbain et la constitution de ces cités.

Ségolène DÉBARRE – Ceci n’est pas une gated community… Réflexion sur une définition à partir du cas d’Alkent-Etiler, Istanbul

Notre étude a pour objectif de lancer des pistes de réflexions pour un usage critique du terme de gated community en Turquie en repartant de sa définition, ce qui ouvre la voie à un futur travail de synthèse sur les formes résidentielles de ce pays. Cette discussion vise notamment à réinsérer la réflexion sur les ensembles fermés de standing dans la problématique plus large de la gouvernance métropolitaine, en analysant la place qu’occupe la copropriété.
Notre objectif n’est pas de proposer une synthèse générale sur le thème des gated communities, travail qui ne présenterait qu’un intérêt limité après la richesse de la thèse de R. Le Goix (2003), ni de présenter un panorama systématique des ensembles résidentiels enclos à Istanbul, ce que J-F. Pérouse fait désormais depuis plusieurs années. Il s’agit davantage d’identifier les éléments qui font obstacle à l’usage immédiat de l’expression gated communities en Turquie, en s’attardant en particulier sur les imprécisions de sa définition

Demet OKÇU – Les politiques urbaines liées au transport dans l’arrondissement de Kartal à Istanbul

« Le problème numéro 1 d’Istanbul concerne les transports …» , dans le passé l’eau potable, l’hygiène, la pollution représentaient des soucis majeurs qui ont été plus ou moins résolus. Depuis, la situation du réseau de communication s’aggrave un peu plus chaque jour. Recep Tayyip Erdoğan, le Premier Ministre actuel, du temps où il était maire du Grand Istanbul, souhaitait régler ce problème en développant les infrastructures ferroviaires, mais il  n’a pas pu avoir d’actions sérieuses « en raison d’obstacles administratifs et politiques ».
Chaque jour des millions de personnes supportent les conséquences de politiques non adaptées et perdent des heures dans les transports en raison de l’encombrement des routes. Il existe à Istanbul une diversité de transports en commun- la route, le rail, la mer- des infrastructures qui devraient atténuer le phénomène de congestion, mais ce n’est pas le cas, la situation ne s’améliore pas, elle s’aggrave même.

Frédéric CACAUT – Le Perşembe Pazarı : un héritage urbain et architectural menacé

Le  Perşembe Pazarı possède un patrimoine commercial de han médiévaux, de han du XIXème siècle et du début du XXème siècle, remarquable. En effet, ce bazar regroupe un nombre important de caravansérails urbains du XIXème et du début du XXème siècle, intéressants aussi bien pour leur qualité architecturale que pour leur typologie (sans cour ou avec une cour couverte), rompant ainsi avec une typologie traditionnelle de han antérieurs au XIXème siècle. Ces han n’ont jusqu’à maintenant, presque jamais été étudiés mis à part la thèse de doctorat de l’Université Technique d’Istanbul de N. Gülenaz. Ils suscitent alors peu d’intérêt et sont aujourd’hui  particulièrement menacés par rapport aux divers projets de réhabilitation du quartier que projette la municipalité du Grand Istanbul.

Lucie RENOU – Le projet de rénovation de Süleymaniye entre intervention urbaine et politique : La mise aux normes d’un quartier au service d’enjeux identitaires et internationaux

Au XVIème siècle, Süleymaniye est connu pour être le lieu de résidence des vizirs et des grands juges. Cette caractéristique identitaire se perpétue aujourd’hui par la présence de fondations religieuses dans le quartier. Or, il est aussi un quartier très dégradé et stigmatisé. Dégradé, car l’état du bâti, et a fortiori, des conditions de vie, y est déplorable. Stigmatisé, car le nom du quartier est aujourd’hui associé aux chambres de célibataires qui le composent. Ces chambres sont louées à des jeunes travailleurs qui la partagent le temps d’accumuler de l’argent pour envoyer à leur famille, dans l’est du pays, en Anatolie ou encore dans la région de la mer Noire. Le quartier de Küçükpazar à Süleymaniye, est un des plus emblématiques de cette population immigrée (de l’intérieur). Ainsi, l’état physique et le profil social du quartier en font depuis les années 2000 un terrain de projet.

Yıldız KOÇ – Les stratégies de réponses des acteurs d’Istanbul au tremblement de terre : une étude de cas

Le risque est le produit d’un aléa avec la vulnérabilité, et il peut donner naissance à une catastrophe. Ce terme peut être évité ou du moins être atténué par des précautions prises en temps et en lieu, mais pour cela il faut qu‟il y ait une sensibilisation au sein même d‟une population pour combattre le risque. De cette manière, en Turquie, lors du tremblement de terre du 17 août 1999 à Kocaeli, nous avons été témoins d’un dysfonctionnement de l‟urbanisme, et particulièrement de la gestion des espaces urbains et de leur croissance. Aujourd’hui, la Turquie et particulièrement la ville d‟Istanbul attendent un séisme bien plus meurtrier, et on essaye de développer des stratégies de lutte face à ce risque majeur qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour ce pays émergent.

Benoit de LACOSTE LAREYMONDIE – L’émergence des chantiers navals turcs

Après la première guerre mondiale, l’industrie navale turque se compose de quelques chantiers essentiellement placés sur la Corne d’Or et le long des côtes de la mer Noire. La construction y est essentiellement locale. C’est vers la fin des années 60, avec la libéralisation de l’économie et l’ouverture des marchés, que les turcs prennent conscience de leur potentiel. Les débuts sont difficiles car il faut affronter la concurrence, mais rapidement le phénomène se propage. On assiste entre 1965 et 1980 à la création d’un grand nombre de chantiers qui s’installent à Tuzla. La plupart de ceux qui étaient encore présents sur la Corne d’or déménagent pour les rejoindre.
Depuis, l’industrie maritime prend forme et de nouveaux chantiers se créent. Ce n’est qu’au milieu des années 90 que la production commence à augmenter, elle triple en 3 ans. Il s’agit d’un tournant stratégique pour l’ensemble des industriels du secteur.

Cécile NOURIGAT – Le rôle d’une institution nationale, le Devlet Planlama Teşkilatı, dans la mise en place des prémisses de la politique régionale en Turquie selon les normes européennes

Le Conseil Européen d‟Helsinki du 10 décembre 1999 reconnaît officiellement la Turquie comme pays candidat à l‟Union Européenne. Les négociations d‟adhésion s’ouvrent le 3 octobre 2005. Cela crée une véritable impulsion pour toute une série de mise aux normes avec les standards européens. Il s‟agit de l‟alignement sur l‟acquis communautaire, corps législatif qui constitue le cadre des négociations d‟adhésion.
La Turquie se lance alors dans un vaste programme de réformes politique, économique et sociale, une « révolution silencieuse » selon les observateurs étrangers.
Ces initiatives touchent de nombreux domaines, on parle beaucoup de la réforme du code pénal et des avancées en matière de droits de l‟homme.

Caroline FABIANSKI – L’eau dans une perpective de développement durable à Istanbul, la prise en charge de la pauvreté

L’ancienne capitale de l’empire Ottoman constitue aujourd’hui une métropole d’environ douze millions d’habitants qui se répartissent sur une mairie métropolitaine, mais aussi de manière plus large sur un département d’Istanbul qui constitue un espace urbain particulièrement dense, dont la population est urbanisée à plus de 95%. Cette population est marquée par une croissance rapide qui pose des problèmes en terme de délimitation des espaces et de coordination des différentes autorités administratives en charge de son développement.
Face à cette importante croissance démographique et aux difficultés rencontrées par les responsables de la politique urbaine, il semble légitime de se questionner sur la mise à disposition et l’allocation des ressources naturelles nécessaires à cette population urbaine. Des problèmes en terme de service public et  de développement des réseaux d’infrastructures urbaines sont apparus progressivement, la question de l’approvisionnement en eau n’ayant pas ét

Marie FONTENEAU – La place de l’économie néolibérale dans le bouleversement des structures de l’habitat urbain à Istanbul – Étude du phénomène gecekondu

Les mutations économiques en cours en Turquie depuis les années 1950 ont un  fort
impact sur les structures urbaines stambouliotes. La mise en conformité internationale, que poursuivent ardemment les autorités publiques locales et nationales, implique une remise en cause des fonctions – principales de la ville. La modernisation est au centre de  toutes les préoccupations, reléguant l’habitat social  au second plan.  Les populations de gecekondu  –  principale forme d’habitat populaire illégal en Turquie  – figurent parmi les victimes les plus touchées par la transformation urbaine. Menacées à chaque instant d’expropriation, elles sont contraintes de voir leurs logements peu à peu remplacés par de luxueux projets, mis en œuvre par un secteur privé dominé par d’imposants holdings et  d’influentes  entreprises internationales. En résulte une marginalisation progressive des populations pauvres. L’avenir des gecekondu se retrouve menacé par les logiques d’optimisation de la rente urbaine.

Marie TIXEIRE – Bilan critique des politiques de logement social à Istanbul

Dans cette étude, nous nous emploierons à montrer qu’il existe plusieurs décalages entre les processus politiques de logement à Istanbul et les réels besoins de la ville.
Les politiciens promettent d’importantes constructions de logements pour tous, mais ont-ils réellement saisi l’état des besoins ? Ce besoin se situe-t-il au niveau de la demande pure et simple d’habitation ou plutôt au niveau de la requalification et de la réhabilitation des logements ?

Depuis les années 50, la ville d’Istanbul connaît  des flux migratoires considérables. Les  autorités n’ont pu faire face à ces déferlements et les migrants se sont logés par leurs  propres moyens dans des gecekondu, habitations illégales.
Les jeux des politiciens locaux consistaient à, tantôt régulariser ces logements contre de  frais suffrages, tantôt à les détruire.

Clément BIRONNEAU – Un espace public au carrefour des usages : le jardin de Hasbahçe, entre intrusions du politique et arts de faire

Le jardin public est un objet singulier et les fonctions qui lui sont assignées sont très diverses.
Historiquement, des jardins ont été aménagés pour permettre aux élites de se mettre en scène ou pour améliorer l’hygiène des villes. Ils sont souvent considérés par le public qui les fréquente comme les lieux du délassement, du rêve et du divertissement, ou comme des refuges pour les amoureux. Lieux suspendus entre la nature et la ville, extérieurs à celle-ci tout en étant considérés comme un aménagement urbain indispensable, parcs et jardins charrient des représentations variées et parfois contradictoires.
Notre travail porte sur Hasbahçe, un jardin public de la ville d’Istanbul dans lequel s’incarnent puissamment les aspects cités ci-dessus. Les fonctions assignées par les pouvoirs publics locaux au parc de Hasbahçe sont multiples, et répondent aux représentations très diverses que les acteurs de ces pouvoirs publics se font de cet objet urbain singulier.

Victoire BECH – L’interaction entre les activités culturelles et les transformations urbaines dans l’arrondissement de Beyoğlu à Istanbul: Quelle place réservée à la création artistique ?

Les activités culturelles foisonnent à Istanbul, et particulièrement dans l’arrondissement historique de Beyoğlu situé sur la rive européenne. Inscrit dans des logiques de renouvellement urbain depuis une vingtaine d’années, sa configuration se montre aujourd’hui bousculée. À mesure qu’il connaît un regain d’intérêt depuis les années 1990, les projets et centres artistiques se structurent. Toutefois, les phénomènes de retour vers les quartiers emblématiques de la ville se montrent aussi contrariants et perturbateurs pour cette dynamique culturelle. Alors les activités culturelles entretiendraient-elles une relation ambiguë avec les transformations urbaines ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search