Étiqueté : Clémence Petit

Clémence PETIT – Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-ouest de l’agglomération d’Istanbul

Alors qu’Istanbul constitue indéniablement un symbole et un enjeu considérables – en tant que  vitrine  des choix et des évolutions politiques et économiques du pays  –  pour la population nationale comme pour les pays occidentaux, Stambouliotes, Turcs et étrangers ignorent la véritable nature d’Istanbul :  après plus de cinquante ans  d’une immigration soutenue, Istanbul est désormais une  agglomération  tentaculaire de près de 15 millions d’habitants (OCDE,  2008a)  dont l’extension spatiale dépasse largement les limites du département du même nom, soit plus de 5000 km².
Vingt ans après le spectaculaire changement d’échelle de l’agglomération  –  produit d’une croissance démographique constante et rapide nourrie par une série d’importantes vagues migratoires  –  survenu aux alentours des années 1980, on est surpris de constater que l’extension spatiale  d’Istanbul continue et même s’accélère,  alors que la croissance démographique est pour sa part en nette baisse depuis

Clémence PETIT – Transformation urbaine, mobilisations collectives et processus de politisation. Le cas du projet de rénovation urbaine de Başıbüyük (Istanbul)

Du point de vue des pouvoirs publics turcs, la désignation d’Istanbul en tant que Capitale européenne de la Culture pour l’année 2010 a légitimé la réalisation de nouveaux plans d’urbanisme et  le lancement, la poursuite ou l’accélération de nombreux projets d’aménagement de la mégapole destinés à faire d’Istanbul une capitale du tourisme  –  culturel mais aussi  économique  –  et de la finance en Europe et dans le monde. Parallèlement à la construction de nouvelles  infrastructures touristiques, en particulier des centres de congrès et des hôtels, Istanbul est donc  progressivement « transformée » en une « ville musée » (müze kent) et une « ville monde » (dünya şehir). C’est dans ce mégaprojet urbain visant à internationaliser l’économie stambouliote que s’inscrivent  désormais les « projets de transformation urbaine » (kentsel dönüşüm projesi)
qui consistent à « rénover » – à démolir en réalité  –  les quartiers « dégradés » du centre historique (comme Sulukule, dans l’arrondisse

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search