Étiqueté : Istanbul 2010

Ceren AKYOS Identité culturelle et régénération urbaine : Istanbul capitale européenne de la culture 2010

Ceren AKYOS (mars-avril 2010). Université de Galatasaray (Sociologie). Télécharger Identité culturelle et régénération urbaine : Istanbul capitale européenne de la culture 2010 Isabelle GillesChargée d’édition numérique et des projets de numérisation WebmasterMore Posts – Website...

Mathilde HOUZÉ – La participation de la société civile à la protection du patrimoine bâti en Turquie. L’exemple de l’agenda 21 local de Bursa

En avril 2006, alors que des représentants de l’UNESCO se rendent sur la péninsule historique menacée de déclassement de la liste du Patrimoine mondial, la candidature d’Istanbul est retenue pour participer au programme Capitale Culturelle Européenne pour 2010 (CCE 2010). Ces décisions, prises sur la base de critères différents, apparaissent ainsi contradictoires et appellent une analyse des exigences des organisations internationales avec lesquelles les autorités turques ont signé des engagements. En outre, ces décisions soulignent l’importancede la participation de la société civile à la protectiondu patrimoine culturel. D’une part, lors de leur visite au printemps 2006, les représentants de l’UNESCO ont appelé de leurs vœux le développement d’une collaboration entre la société civile et lepouvoir politique pour la sauvegarde du patrimoine bâti à Istanbul.

Ulrike LEPONT – Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité

Istanbul sera « Capitale européenne de la culture » en 2010. La ville le sait depuis avril 2006 et, en cette année 2007, elle commence à se préparer à cette échéance. Au-delà de la portée symbolique de cette nomination sur le plan politique, l’événement est l’occasion d’une médiatisation et d’une publicité de la ville à l’échelle internationale. Cet aspect de l’événement a, pour les édiles, une importance  capitale. Etre « Capitale européenne de la culture » fait partie des « grands événements internationaux » qui, en s’accumulant, donnent à la ville un statut « international ». Or, cet accès à l’internationalité et à la reconnaissance  internationale fait l’objet, depuis l’ouverture du pays au libéralisme économique, de toutes les attentions des dirigeants d’Istanbul. Il s’agit  de faire d’Istanbul une  « ville monde », une « ville internationale », une « métropole mondiale ». Cet événement doit-il nous faire penser que la municipalité du Grand Istanbul investit la culture pour en faire un outil de promotion à l’international ? Correspond-il à une volonté politique et en particulier à une volonté politique municipale ? Cette question part d’un questionnement plus global : comment la culture est pour une ville un des éléments qui doit faire l’objet d’une mise aux normes internationales pour espérer obtenir le titre de « métropole mondiale », et, par conséquent, comment une métropole d’un pays émergent utilise la culture pour se positionner dans la mondialisation.
En réalité, nos attentes à ce sujet sont déçues : la municipalité du Grand Istanbul n’a jamais eu l’initiative dans le projet « Capitale  européenne de la Culture ». Le projet a été monté par des acteurs privés réunis en association, sans lien avec des acteurs publics municipaux ou nationaux. Il en va de même de tous les événements culturels de prestige qui accèdent à une certaine visibilité à l’international : festivals internationaux, biennale, ouverture de plusieurs grands musées dont un musée d’art moderne et contemporain.

Clémence PETIT – Transformation urbaine, mobilisations collectives et processus de politisation. Le cas du projet de rénovation urbaine de Başıbüyük (Istanbul)

Du point de vue des pouvoirs publics turcs, la désignation d’Istanbul en tant que Capitale européenne de la Culture pour l’année 2010 a légitimé la réalisation de nouveaux plans d’urbanisme et  le lancement, la poursuite ou l’accélération de nombreux projets d’aménagement de la mégapole destinés à faire d’Istanbul une capitale du tourisme  –  culturel mais aussi  économique  –  et de la finance en Europe et dans le monde. Parallèlement à la construction de nouvelles  infrastructures touristiques, en particulier des centres de congrès et des hôtels, Istanbul est donc  progressivement « transformée » en une « ville musée » (müze kent) et une « ville monde » (dünya şehir). C’est dans ce mégaprojet urbain visant à internationaliser l’économie stambouliote que s’inscrivent  désormais les « projets de transformation urbaine » (kentsel dönüşüm projesi)
qui consistent à « rénover » – à démolir en réalité  –  les quartiers « dégradés » du centre historique (comme Sulukule, dans l’arrondisse

Lucie RENOU – Le projet de rénovation de Süleymaniye entre intervention urbaine et politique : La mise aux normes d’un quartier au service d’enjeux identitaires et internationaux

Au XVIème siècle, Süleymaniye est connu pour être le lieu de résidence des vizirs et des grands juges. Cette caractéristique identitaire se perpétue aujourd’hui par la présence de fondations religieuses dans le quartier. Or, il est aussi un quartier très dégradé et stigmatisé. Dégradé, car l’état du bâti, et a fortiori, des conditions de vie, y est déplorable. Stigmatisé, car le nom du quartier est aujourd’hui associé aux chambres de célibataires qui le composent. Ces chambres sont louées à des jeunes travailleurs qui la partagent le temps d’accumuler de l’argent pour envoyer à leur famille, dans l’est du pays, en Anatolie ou encore dans la région de la mer Noire. Le quartier de Küçükpazar à Süleymaniye, est un des plus emblématiques de cette population immigrée (de l’intérieur). Ainsi, l’état physique et le profil social du quartier en font depuis les années 2000 un terrain de projet.

Victoire BECH – L’interaction entre les activités culturelles et les transformations urbaines dans l’arrondissement de Beyoğlu à Istanbul: Quelle place réservée à la création artistique ?

Les activités culturelles foisonnent à Istanbul, et particulièrement dans l’arrondissement historique de Beyoğlu situé sur la rive européenne. Inscrit dans des logiques de renouvellement urbain depuis une vingtaine d’années, sa configuration se montre aujourd’hui bousculée. À mesure qu’il connaît un regain d’intérêt depuis les années 1990, les projets et centres artistiques se structurent. Toutefois, les phénomènes de retour vers les quartiers emblématiques de la ville se montrent aussi contrariants et perturbateurs pour cette dynamique culturelle. Alors les activités culturelles entretiendraient-elles une relation ambiguë avec les transformations urbaines ?

Julien BOUCLY – Coopération et conflictualité sur le site du patrimoine mondial d’Istanbul. Récit d’un dialogue entre l’UNESCO et ses interlocuteurs turcs

Les « zones historiques d’Istanbul »
Cet intitulé désigne le site d’Istanbul inscrit en 1985 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les délimitations du site font précisément références à quatre zones : le parc archéologique aux alentours du palais de Topkapı, les mosquées de Suleymaniye et Zeyrek, ainsi que leurs quartiers environnants, et les abords des murailles byzantines de Théodose II.
Ces zones sont situées sur le site protégé de la péninsule historique, s’étendant sur l’ensemble de la municipalité de Fatih.
Au-delà d’un site du Patrimoine Mondial (PM), la péninsule représente tout à la fois un espace culturel à préserver, un secteur à fort potentiel touristique et un territoire aux développements urbains frénétiques. Elle fait ainsi l’objet d’intenses conflictualités de fonctions et d’appropriations.
L’inscription sur la liste de l’UNESCO transforme le cadre des concurrences urbaines de ce territoire. Les zones historiques d’Istanbul, en tant que patrimoine mondial de l’humanité, sont devenues un bien culturel national et une façade pour la République de Turquie auprès de l’UNESCO. La péninsule historique fait ainsi partie des 745 patrimoines culturels reconnus par la communauté des Etats parties à la Convention du patrimoine mondial (La Convention) pour leur valeur universelle exceptionnelle. L’Etat turc est de ce fait responsable de la protection de ce bien devant l’organisation internationale. L’acquisition du label du patrimoine mondial modifie ainsi le cadre des politiques publiques et les modes de gestion du site.
Mais la perception internationale de ce territoire ne doit pas nous détourner des enjeux locaux dont il fait l’objet. Les aménageurs urbains et les responsables politiques sont en effet aussi soucieux du prestige culturel international de la ville que du développement économique de la municipalité de Fatih et du bien-être de ses habitants. Plusieurs priorités se confrontent alors à travers la gestion du site d’Istanbul. Chacune d’elles s’expriment par la voix et l’action des parties prenantes du patrimoine mondial, au niveau local, national et international.