Étiqueté : logement

Excursion urbaine du 18/06/2019 : le quartier de Fevzi Çakmak

Pour achever le cycle des excursions urbaines 2019, qui portait sur la transformation urbaine (TU) dans l’arrondissement de Gaziosmanpaşa (GOP), l’équipe de l’OUI s’est rendue dans le quartier de Fevzi Çakmak, de Bağlarbaşı et de Sarıgöl. Il s’agissait d’apporter une conclusion sur l’application de la TU en contexte de crise. La TU a été lancée en 2012 dans le cadre de la « loi du désastre » et devait entraîner le renouvellement du bâti de 37% du territoire administratif de GOP. Sept ans plus tard, le bilan est bien mitigé. Seuls trois projets immobiliers sont achevés, quelques uns sont en cours de construction ; dans la majorité des cas, les négociations avec les propriétaires sont à l’arrêt. En cause, les procès victorieux intentés par les associations de quartier s’opposant à la TU ainsi que la chute de la livre turque et du pouvoir d’achat des ménages qui touche de plein fouet le secteur de la construction. Lors de cette excursion, nous avons visité les projets immobiliers achevés dans trois quartiers pour rencontrer des propriétaires relogés, et voir s’ils étaient satisfaits de leur transaction. C’est l’occasion de découvrir les trajectoires d’une famille de propriétaires et les stratégies de deux promoteurs locaux afin de voir comment la politique de transformation urbaine a affecté leur vie. Dans ce compte-rendu, nous revenons aussi sur les « plans de secours » déployés par la municipalité d’arrondissement et le Ministère de l’Urbanisme pour poursuivre, tant bien que mal, la transformation urbaine à Gaziosmanpaşa.

Göktürk en 7 projets résidentiels : du Kemer Country au Kemerlife 22

L’équipe de l’OUI continue le cycle d’excursions urbaines sur le thème des projets résidentiels, cette fois-ci accompagnée d’étudiants en sociologie de l’université Galatasaray. C’est sur le territoire de Göktürk que nous nous sommes rendus...

Julien DAVID – Cités privées à Istanbul

Les cités privées, plus communément appelées “gated communities” depuis l’ouvrage de Edward James Blakely et Mary Gail Snyder, semblent avoir connu un essor impressionnant depuis les deux dernières décennies de par le monde. Leur développement semble aller de pair avec les nouvelles questions que pose le développement urbain des villes en général, et les problèmes de ségrégation urbaine qui en ont implicitement découlé.
Dans le cas de notre étude, nous utiliserons cette terminologie pour tenter d’expliquer les jeux des acteurs, en l’occurrence les habitants et différents responsables de ces cités, dans l’évolution de l’espace urbain et la constitution de ces cités.

Ségolène DÉBARRE – Ceci n’est pas une gated community… Réflexion sur une définition à partir du cas d’Alkent-Etiler, Istanbul

Notre étude a pour objectif de lancer des pistes de réflexions pour un usage critique du terme de gated community en Turquie en repartant de sa définition, ce qui ouvre la voie à un futur travail de synthèse sur les formes résidentielles de ce pays. Cette discussion vise notamment à réinsérer la réflexion sur les ensembles fermés de standing dans la problématique plus large de la gouvernance métropolitaine, en analysant la place qu’occupe la copropriété.
Notre objectif n’est pas de proposer une synthèse générale sur le thème des gated communities, travail qui ne présenterait qu’un intérêt limité après la richesse de la thèse de R. Le Goix (2003), ni de présenter un panorama systématique des ensembles résidentiels enclos à Istanbul, ce que J-F. Pérouse fait désormais depuis plusieurs années. Il s’agit davantage d’identifier les éléments qui font obstacle à l’usage immédiat de l’expression gated communities en Turquie, en s’attardant en particulier sur les imprécisions de sa définition