Étiqueté : urbanisation

Clémence PETIT – Périurbanisation, politiques urbaines et gouvernance. Le cas de Çekmeköy, marge nord-ouest de l’agglomération d’Istanbul

Alors qu’Istanbul constitue indéniablement un symbole et un enjeu considérables – en tant que  vitrine  des choix et des évolutions politiques et économiques du pays  –  pour la population nationale comme pour les pays occidentaux, Stambouliotes, Turcs et étrangers ignorent la véritable nature d’Istanbul :  après plus de cinquante ans  d’une immigration soutenue, Istanbul est désormais une  agglomération  tentaculaire de près de 15 millions d’habitants (OCDE,  2008a)  dont l’extension spatiale dépasse largement les limites du département du même nom, soit plus de 5000 km².
Vingt ans après le spectaculaire changement d’échelle de l’agglomération  –  produit d’une croissance démographique constante et rapide nourrie par une série d’importantes vagues migratoires  –  survenu aux alentours des années 1980, on est surpris de constater que l’extension spatiale  d’Istanbul continue et même s’accélère,  alors que la croissance démographique est pour sa part en nette baisse depuis

Derya ÖZEL – Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l’héritage architectural. L’exemple de la péninsule historique Eminonü – Fatih, Istanbul

Si l’héritage architectural ne semble pas participer à la mémoire collective de la société turque, il est intéressant de comprendre à ce titre la place et le rôle que l’on attribue au patrimoine dans les politiques urbaines. Il faut noter ici que les termes d’héritage architectural ou bien de patrimoine sont employés comme synonyme dans le sens où on considère qu’ils sont l’objet tous deux d’une élaboration sociale dotée de valeurs collectives. L’intérêt de ce travail est d’appréhender les représentations des différents acteurs de la ville –politiques et professionnels- à l’égard de cet héritage architectural d’une part et de comprendre comment ces représentations influencent ou non leurs politiques et leurs projets urbains d’autre part. En ce sens, notre souci est aussi de mettre au jour les enjeux et les finalités économiques, politiques, sociales et culturels qui se dessinent autour de cette architecture et de ces tissus urbains hérités de l’histoire.

Marie FONTENEAU – La place de l’économie néolibérale dans le bouleversement des structures de l’habitat urbain à Istanbul – Étude du phénomène gecekondu

Les mutations économiques en cours en Turquie depuis les années 1950 ont un  fort
impact sur les structures urbaines stambouliotes. La mise en conformité internationale, que poursuivent ardemment les autorités publiques locales et nationales, implique une remise en cause des fonctions – principales de la ville. La modernisation est au centre de  toutes les préoccupations, reléguant l’habitat social  au second plan.  Les populations de gecekondu  –  principale forme d’habitat populaire illégal en Turquie  – figurent parmi les victimes les plus touchées par la transformation urbaine. Menacées à chaque instant d’expropriation, elles sont contraintes de voir leurs logements peu à peu remplacés par de luxueux projets, mis en œuvre par un secteur privé dominé par d’imposants holdings et  d’influentes  entreprises internationales. En résulte une marginalisation progressive des populations pauvres. L’avenir des gecekondu se retrouve menacé par les logiques d’optimisation de la rente urbaine.

Marie TIXEIRE – Bilan critique des politiques de logement social à Istanbul

Dans cette étude, nous nous emploierons à montrer qu’il existe plusieurs décalages entre les processus politiques de logement à Istanbul et les réels besoins de la ville.
Les politiciens promettent d’importantes constructions de logements pour tous, mais ont-ils réellement saisi l’état des besoins ? Ce besoin se situe-t-il au niveau de la demande pure et simple d’habitation ou plutôt au niveau de la requalification et de la réhabilitation des logements ?

Depuis les années 50, la ville d’Istanbul connaît  des flux migratoires considérables. Les  autorités n’ont pu faire face à ces déferlements et les migrants se sont logés par leurs  propres moyens dans des gecekondu, habitations illégales.
Les jeux des politiciens locaux consistaient à, tantôt régulariser ces logements contre de  frais suffrages, tantôt à les détruire.

L’urbanisme dans les villes italiennes du Moyen Age. Éléments de comparaison avec la Constantinople byzantine

Monsieur Jean-Claude Maire-Vigueur, Professeur titulaire de la chaire « Istituzioni medievali », à la Faculté des Lettres de l’Université de Florence, Italie Inutile d’insister sur le rôle de la ville dans l’histoire de l’Italie médiévale, ni...

L’habitat d’initiative au Caire ou le mythe de l’anarchie urbaine : enjeux d’une compréhension anthropologique

Conférence de Madame Agnès DEBOULET, maître-assistant à l’École d’Architecture de Nantes. Elle est chercheur au laboratoire associé au CNRS, URBAMA (Urbanisation du Monde Arabe) et chercheur associé au L.A.U.A. (Laboratoire Architecture, Usage, Altérité). Sa...